L'hébergeur de sites liés à l'extrême-droite Epik aurait été piraté et ses données dérobées par Anonymous

15 septembre 2021 à 12h45
3
Anonymous © Pixabay / TheDigitalArtist
© Anonymous

Des hackers se présentant comme Anonymous ont déclaré avoir hacké l'hébergeur de sites Epik et récupéré dix ans de données sur l'entreprise et leurs clients.

Ce sont notamment les liens connus avec l'extrême-droite qu'entretiennent l'entreprise et son fondateur Rob Monster qui en ont fait la cible des hackers.

Opération « Epik Fail »

Depuis des années, l'hébergeur de sites Epik entretient des liens étroits avec l'extrême-droite. Des réseaux sociaux comme Parler ou Gab ont été hébergés par ses soins, mais aussi un site texan anti-avortement, qui encourageait des citoyens à dénoncer les femmes qui avaient recours à un avortement. Ce dernier n'est cependant plus hébergé par la plateforme, qui a déclaré qu'il violait ses conditions d'utilisation. Cette fois, c'est pour un hack présumé de ses services que l'entreprise fait de nouveau parler d'elle.

Comme rapporté par le journaliste Steven Monacelli sur Twitter dès le 13 septembre, des hackers se revendiquant du collectif Anonymous ont déclaré avoir récupéré l'équivalent de dix ans de données sur l'entreprise et ses clients dans le cadre d'une opération nommée « Epik Fail ». Parmi celles-ci se trouveraient toutes les informations sur les achats de domaines, les informations personnelles des clients et les identifiants de leurs comptes, mais aussi le contenu de la boîte mail d'un employé de l'entreprise. Dans leur communiqué, les hackers indiquent que les informations étaient stockées en clair et que les rares hashes qu'ils ont aperçus étaient facilement déchiffrables.

Des données publiées par les hackers

Depuis, le groupe a mis en ligne un torrent permettant de télécharger toutes les données qu'ils disent avoir récupérées. De son côté, Distributed Denial of Secrets a annoncé avoir accès à ces mêmes données, envoyées par l'une de ses sources. Celles-ci faisant 180 Go, le site cherche désormais à créer une version plus accessible pour le grand public. Même si Steven Monacelli dit avoir pu valider la véracité du communiqué de presse, il reste prudent de ne pas télécharger 180 Go de données sans être certain de leur origine.

Gizmodo a réussi à contacter Epik, qui dit ne pas être au courant d'un hack quelconque de ses services et enquêter sur le sujet. Depuis ces révélations, Monacelli est la cible répétée de sites d'extrême-droite hébergés par l'entreprise, dans le but de le diffamer et de dévoiler ses informations personnelles.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Cyberattaque AP-HP : 1,4 million de personnes testées au COVID-19 victimes d'un vol de données
Une faille dans Travis CI a exposé les variables d’environnement de milliers de projets open source
Une vulnérabilité présente dans un driver HP Omen menace des millions d’appareils de la marque
CyberGhost VPN : Bénéficiez d'un excellent tarif à 1,90€ + 2 mois gratuits
FORCEDENTRY : les détails de la faille
Kape technologies, maison mère de CyberGhost VPN, se paie ExpressVPN pour près d'un milliard de dollars
VPN pas cher : les meilleures offres du week-end chez NordVPN, CyberGhost et Surfshark
Le ministère des Armées va recruter 800 cybercombattants de plus que prévu
Back To School Antivirus : jusqu’à 33% de remise sur la solution NOD32 d’ESET
REvil, le groupe de pirates Ransomware-as-a-Service, se réveille après quelques mois de pause
Haut de page