L'avènement des cryptomonnaies fera tomber les dictateurs, d'après Tim Draper

19 octobre 2019 à 14h00
0
Tim Draper
Tim Draper // Crédit : JD Lasica, Flickr

Pour l'investisseur en capital-risque américain, l'avènement d'un réseau centralisé et globalisé remettrait en cause le mode de fonctionnement des gouvernements.

Le Bitcoin, arme pacifique contre les dictateurs ? C'est ce qu'affirme l'évangéliste Tim Draper, en campagne contre les frontières économiques à l'heure d'une économie globalisée.

Un réseau décentralisé à l'assaut des barrières économiques

Ardent défenseur du Bitcoin, Tim Draper est persuadé des bienfaits de la cryptomonnaie pour l'économie mondiale. Dans une tribune postée sur Medium, l'investisseur américain déclare : « Le Bitcoin et la décentralisation qui l'accompagne remettent en cause les frontières géographiques. Plus personne n'est sous le joug de dictateurs et des profiteurs pour faire croître l'économie mondiale. »

Une manière de dénoncer les taxes appliquées par les institutions bancaires et des États sur les flux financiers. À l'inverse, la Blockchain et les cryptomonnaies reposent sur un réseau distribué. Conséquence : plus besoin de gouvernements pour contrôler le cours d'une monnaie, ni de banques pour assurer les transactions. Chacun est donc théoriquement libre de s'affranchir des barrières économiques mises en place dans son pays.

Des gouvernements sur le modèle des start-ups

Dans sa tribune, Tim Draper va encore plus loin et pose une question simple : a-t-on encore besoin de gouvernements ?

Pour lui, les humains se sont organisés en « tribus » depuis des millénaires, pour garantir la sécurité en gouvernant des territoires délimités. Il poursuit en expliquant que le développement des échanges et de la mondialisation est venu bouleverser ce système, et que désormais chaque individu appartient à quelque chose de plus grand que sa « tribu » originale.

Toujours selon Draper, ce changement de paradigme s'illustre notamment par les cryptomonnaies, qui seraient les témoins de cette nouvelle économie libérée des traditions « ancestrales » imposés par les gouvernements. Pour survivre, il exhorte ces derniers à se transformer... en prenant exemple sur les start-ups : « Je crois que les gouvernements, comme toute entreprise confrontée à un nouvel environnement, doivent s'adapter au nouveau marché (...) Le gouvernement d'aujourd'hui doit déterminer ce qu'il peut fournir dans l'économie du cloud. »

À quoi pourrait ressembler le rôle des États dans cette économie virtuelle ? Sécurité numérique, protection de l'identité, assurance maladie... Nombreux sont les services qui pourraient être repensés à partir des applications de la Blockchain.

L'Estonie, un pays pionnier dans les services numériques

Certains pays comme l'Estonie, qui a lancé un programme d'e-citoyenneté en 2014, font déjà figures de pionniers dans ce domaine. Ce programme permet notamment aux entrepreneurs étrangers de créer leur société en Estonie, sans pour autant y résider. À ce jour, plus de 60 000 personnes ont adopté le statut d'e-résident estonien, et plus de 6 000 entreprises ont été créées.

Fort de cet exemple, Tim Draper en est persuadé : combinées au potentiel de l'intelligence artificielle, les cryptomonnaies peuvent révolutionner les modes de gouvernances.

Sources : CoinTelegraph, Medium, blog de Tim Draper.
23
14
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top