Trois-quarts des applications mobiles seraient porteuses de vulnérabilités de sécurité

Pierre Crochart Contributeur
24 juin 2019 à 10h13
App Store Play Store
Crédits : Bloomicon/Shutterstock.com

Un nouveau rapport publié par le spécialiste en sécurité des entreprises Positive Technologies tire à boulets rouges sur les manquements de sécurité de plus des trois quarts des applications publiées sur iOS et Android.

Des brèches de différentes natures ont été identifiées et permettent à des pirates expérimentés de s'approprier notamment des mots de passe, données bancaires, données personnelles ou même les communications privées de leurs victimes.

Des failles à haut risque dans 38 % d'applications iOS et 43 % d'applications Android


On le sait : il est difficile de colmater définitivement et exhaustivement toutes les failles possibles. Un hacker qui veut entrer, parviendra probablement à entrer. Mais selon le rapport de Positive Technologies, 38 % des applications iOS et 43 % des applications Android ont été classées « à haut risque », pouvant conduire à d'importants vols de données.

L'entreprise de sécurité informatique, qui se garde bien de pointer du doigt des applications en particulier, explique aussi que les vulnérabilités ne sont pas toujours du côté client, et que les canaux de transmission des données client/serveur peuvent eux aussi être attaqués par les pirates.

Sur ce point, le rapport de l'entreprise estime que 35 % des applications ne répondent pas à tous les critères de sécurité en matière de transmission des données. Plus inquiétant encore : Positive Technologies avance que 89 % des vulnérabilités découvertes peuvent être exploitées via un malware, sans aucune nécessité pour le pirate d'avoir un accès physique à l'appareil de sa victime.

iOS presque aussi touché qu'Android


On entend souvent cette petite musique. « L'écosystème Apple est plus sécurisé qu'Android ». S'il y a bien une chose que le présent rapport met en lumière, c'est qu'il n'en est rien.

Le système d'exploitation d'Apple a beau être plus fermé, de nombreuses exceptions ouvrent grandes les portes aux pirates pour s'immiscer dans le système. À commencer par ce que les experts appellent « interprocess communication ». Il s'agit par exemple des applications de réseaux sociaux, qui partagent des fonctionnalités avec d'autres applications sur le même appareil qui, elles, peuvent être plus vulnérables encore.

Pour conclure, le rapport de Positive Technologies y va de sa petite recommandation aux utilisateurs. « Nous recommandons aux utilisateurs d'être attentifs quand les applications demandent l'accès à des fonctions du téléphone ou des données. Si vous doutez qu'une application ait besoin d'un accès particulier pour fonctionner correctement, déclinez la requête ».

Source : ZD Net
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Renault Clio 5 hybride : tout ce que l’on sait de la future citadine au losange
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La gamme Intel
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
scroll top