Person of Interest : enlevez le scotch sur votre webcam et abandonnez votre sécurité à la Machine

20 juin 2020 à 15h15
0

Si je pouvais formater mon cerveau pour n'oublier que certaines œuvres, que je pourrais alors redécouvrir comme au premier jour, Person of Interest ferait sans nul doute partie des premières choisies.

Le veilleur d'écran[s] S03E12 📺 : Person of Interest

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Person of Interest : une Machine à en découdre

Vous voyez le mec un peu pédant qui se vante d'avoir connu des personnalités avant le reste du grand public ? Eh bien avec toutes mes excuses aujourd'hui je vais être cette personne, en parlant de Jonathan Nolan et Ramin Djawadi. En effet, le premier créateur/scénariste (notamment avec son frère Christopher), comme le second, compositeur, sont aujourd'hui connus de beaucoup de gens grâce à Westworld (et Game of Thrones pour le dernier).

Mais avant de travailler sur ces séries HBO à succès, ils ont exprimé leur talent sur une autre oeuvre : Person of Interest. Ils ont bien évidemment produit d'autres choses avant, mais c'est en tout cas à ce moment-là qu'ils sont apparus sur mon radar, pour ne plus en sortir depuis.

Dans la veine de l'excellente série The Capture (récemment renouvelée pour une saison 2 !) que nous avons déjà présentée dans cette chronique, le sujet central de Person of Interest, diffusée entre 2011 et 2016, est la surveillance globale et l'usage qui en est fait.

Durant cinq saisons, le thriller d'espionnage de CBS - produit par J.J. Abrams, rien que ça - s'intéresse principalement au duo Harold Finch (incarné par le formidable Michael Emerson de Lost) et John Reese (le sobre et taiseux Jim Caviezel). Le premier c'est le cerveau, le second les muscles.

AI : Americans's Invasion

Post 11 septembre, le riche et intelligent Finch a créé pour le gouvernement la « Machine », une IA omnisciente capable de prédire les événements terroristes et criminels majeurs en utilisant toutes les informations à sa disposition (sources vidéo et audio venant de caméras de surveillance et de tout appareil connecté, données gouvernementales, etc.). Et ce, que ces informations proviennent de sources publiques ou privées, évidemment.

Ce système, aussi puissant qu'intrusif, est également capable de repérer les crimes mineurs des citoyens lambda. Mais le gouvernement ne s'y intéresse pas. C'est pour cela que Finch va décider de s'en charger lui-même.

Chaque jour il va ainsi recevoir le numéro de sécurité sociale d'un habitant de New York qui va être impliqué, en tant que victime ou coupable, dans un futur crime jugé non important, bien sûr sans le savoir à l'avance.

Finch va donc envoyer Reese sur le terrain, un ancien para-militaire ultra efficace, pour régler le problème avant qu'il ait lieu. Grâce aux nombreuses données qu'il agrège de son côté via la Machine, Finch peut en effet le guider et le protéger sans bouger de son PC. Et ce n'est pas du luxe, puisque rapidement, la police et d'autres entités se retrouvent à leurs trousses.

I am Root

Au-delà de ces deux héros, dont les relations et motivations vont beaucoup changer au fil des épisodes, Person of Interest est également à saluer pour ses seconds rôles, toujours plus mémorables au fil des saisons.

Je pense ici à deux des policiers enquêtant sur les protagonistes (incarnés par les impeccables Taraji P. Henson et surtout Kevin Chapman, dont l'incroyable personnage de Fusco me manque cruellement), mais aussi et surtout à deux autres personnages dont je tairai l'identité ou même l'image.

Ces derniers, tellement formidables qu'ils tirent à eux seuls la série vers le haut, arrivent plus tard dans le scénario ; aussi, dévoiler quoi que ce soit à leur sujet risquerait de me faire apparaître dans le collimateur de la Machine.

« J'ai perdu le compte du nombre de fois où ma mâchoire est tombée au sol suite à une révélation ou un plot twist »

Si le show démarre surtout avec un format procédural (à base d'une affaire par épisode), il gagne rapidement en épaisseur avec plusieurs fils rouges qui s’enlacent et rivalisent toujours plus en dinguerie au fil des saisons. La montée en puissance est réelle et j'ai perdu le compte du nombre de fois où ma mâchoire est tombée au sol suite à une révélation ou un plot twist bien amené (la révélation de CE méchant notamment, olala, je m'en souviendrai toute ma vie). Les scénaristes de Person of Interest sont très malins et ont d'ailleurs réussis à clore proprement la série à l'issue de sa cinquième saison.


Mais outre son aspect dramatique toujours plus passionnant, soutenu par un excellent sens du rythme qui entrecroise juste comme il faut action (j'espère que vous n'avez rien contre les problèmes de genoux) et humour, souvent pince sans rire, la série évoque également avec justesse des sujets d'actualité et d'importance : surveillance globale, rôle et pouvoir des autorités, IA et technologie, perte ou abandon volontaire des libertés… Il y a de quoi cogiter et se poser des questions existentielles face à des problématiques qu'il n'est pas toujours aisé de trancher.

Person of Interest est malheureusement toujours aussi pertinente en 2020 qu'elle ne l'était à sa sortie, et se permet en passant d'être, encore, l'un des meilleurs techno thrillers existant. Ne vous arrêtez surtout pas à son apparence initiale de série procédurale digne de TF1 (en France c'est d'ailleurs la chaîne qui proposait la série), car le show a beaucoup plus que cela à offrir.

Cette série est pour vous si :
- Vous aimez les techno thrillers captivants et chargés en rebondissements
- Vous appréciez la musique de Ramin Djawadi
- Vous recherchez des personnages (secondaires) brillants
Cette série n'est pas pour vous si :
- Vous n'avez pas le temps pour cinq saisons aux nombreux épisodes
- Le sujet de la surveillance de masse vous gêne
- Votre patience ne supportera pas les passages procéduraux

Aujourd'hui, aucun service de streaming ne propose malheureusement Person of Interest. Les cinq saisons peuvent cependant se trouver en VoD, et bien entendu en support physique.

13
12
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft
Bosch dévoile son vélo concept électrique et tout suspendu
L'administration Trump va bientôt se passer des entreprises qui utilisent des appareils Huawei
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
Far Cry 6 confirmé par Ubisoft, la présentation programmée au 12 juillet
Microsoft Flight Simulator sortira le 18 août sur PC
Thunderbolt 4 : 40 Gb/s ,mais Intel veut du 32 Gb/s en PCIe et la prise en charge double 4K
Taxe GAFA : 1,3 milliard de dollars de frais de douane pour la France... et 6 mois pour changer la donne
Apple recommande de ne pas fermer votre MacBook si vous en cachez la webcam… voilà pourquoi
scroll top