Test Sonos Era 300 : une enceinte connectée à la conquête du son Atmos

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
15 mai 2023 à 14h13
1
© Guillaume Fourcadier pour Clubic
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Pionnier de l'enceinte multiroom classique, Sonos prend à présent ouvertement le virage du son immersif. La nouvelle Era 300 inaugure ainsi une génération d'enceintes à reproduction Atmos, dans la lignée des barres de son Arc et Beam Gen 2.

Petite sœur de la Five, un peu moins chère (500 euros), la Sonos Era 300 est un produit aussi intrigant qu'ambitieux, le premier d'un nouveau genre. De quoi conforter le constructeur dans sa position de leader de l'enceinte connectée ?

Sonos Era 300
  • Sonorité équilibrée et polyvalente
  • Rendu surround et Atmos convaincant
  • Richesse et simplicité de l'écosystème
  • Qualité des microphones
  • Des aigus perfectibles
  • Connectique spartiate
  • Non compatible Chromecast

Un format audacieux et pratique, mais étrange

Exit le format assez conventionnel et plus parallélépipédique de la Five et des anciennes Play:5, ou la disposition tubulaire encore plus classique des One et Move. La Sonos Era 300 inaugure une forme nouvelle, qui sert ses prétentions sonores plus enveloppantes.

© Guillaume Fourcadier pour Clubic
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

L'enceinte adopte une disposition en sablier légèrement asymétrique, avec une très large face avant, suivie d'un petit cerclage incliné accueillant les commandes, et d'une seconde partie avec une large grille inclinée camouflant l'essentiel des haut-parleurs. À l'arrière, on retrouve une surface presque uniforme, composée de l'entrée secteur semi-propriétaire (légèrement en retrait), d'un port USB-C, et de deux commutateurs : l'un pour l'activation du Bluetooth, le second pour l'activation/désactivation des microphones (appel à l'assistant vocal et calibration acoustique).

© Sonos
© Sonos

Sans être de taille XXL, la Sonos Era 300 est un appareil déjà assez imposant, qui n'est pas adapté à tous les meubles. Cette enceinte mesure 26 x 16 x 18,5 cm (l x h x p), pour un poids de 4,47 kg tout de même. Heureux hasard, Sonos vend justement des supports dédiés : un pied en métal de 95,6 cm de haut pour 169 euros l'unité, et 299 euros en duo ; un support mural en métal pour 89 euros l'unité, et 149 euros en duo.

Sonos Era 300

Sonos réussit l'exercice stylistique en n'oubliant pas d'assurer une bonne qualité de fabrication. Presque rien n'est à redire, puisque les surfaces et les tons très uniformes, noir ou blanc/gris clair, vont de pair avec une conception, certes, entièrement en plastique, mais très dense et très stable, ce qui laisse une impression franchement sérieuse. On peut toutefois relever quelques petits écarts entre certains panneaux, notamment entre la jointure soutenant les pieds et le reste du châssis. Rien de bien choquant ni même de vraiment remarquable (à moins de s'approcher).

Quelques décalages entre panneaux montrent que l'assemblage, bien que sérieux, possède quelques limites © Guillaume Fourcadier pour Clubic
Quelques décalages entre panneaux montrent que l'assemblage, bien que sérieux, possède quelques limites © Guillaume Fourcadier pour Clubic

Cette fabrication met également l'accent sur une philosophie un peu plus écologique. En effet, l'enceinte se compose à 40 % de plastique recyclé, et le packaging est entièrement composé de carton recyclable à 100 %.

Fiche technique Sonos Era 300

Résumé

Caractéristiques techniques

Format d'enceinte
Bibliothèque
Connectiques
Auxiliaire Mini-jack 3,5 mm
Supports de stockage supportés
Clé USB
Nombre de haut-parleurs
6

Connectivité

Multiroom
Oui
Ethernet
Non
Wi-Fi
Oui
Version Wi-Fi
6
Bluetooth
Oui
Version Bluetooth
5
Codecs Bluetooth
SBC
AirPlay
AirPlay 2

Caractéristiques physiques

Hauteur
16cm
Largeur
26cm
Profondeur
18,5cm
Poids
4,47kg

Connectique : quelqu'un est là ?

Autant évacuer tout de suite ce qui n'est absolument pas une surprise. Non, Sonos ne compte clairement pas étoffer la connectique de ses enceintes dans les années à venir. À ce titre, l'Era 300 est un exemple de pur minimalisme. En effet, seule une entrée USB-C est présente à l'arrière, prise qui n'est pas vraiment exploitable en l'état.

Connectique : rien à voir ou presque. Heureusement que quelques adaptateurs sont disponibles © Guillaume Fourcadier pour Clubic
Connectique : rien à voir ou presque. Heureusement que quelques adaptateurs sont disponibles © Guillaume Fourcadier pour Clubic

Pas d'Ethernet, d'entrée numérique type HDMI Arc ou optique, ni même d'entrée analogique type RCA ou jack 3,5 mm ? La réponse est non pour les entrées numériques, mais cela reste possible pour les autres… grâce à des adaptateurs en option. Ainsi, Sonos propose en premier lieu un adaptateur USB-C vers une prise jack 3,5mm femelle pour 25 euros, transformant cette connectique en entrée analogique. Un second adaptateur intègre cette même entrée, et ajoute un port RJ45 (Ethernet) pour une connexion filaire. Ce second module coûte la bagatelle de 45 euros.

D'un côté, Sonos ne ferme pas totalement la porte au filaire. De l'autre, nous pouvons tout de même relever une avarice digne des meilleurs adaptateurs USB-C de MacBook Air.

L'écosystème parfait, à un Google près

Passée la connectique, Sonos frôle une fois encore la perfection, que ce soit en matière d'ergonomie ou de connectivité.

L'Era 300 fonctionne bien évidemment sous l'environnement Sonos S2, qui regroupe toutes les enceintes, barres de son, et caissons de basses qui sont sortis ces dernières années. À la fois sous iOS ou Android, la reconnaissance de l'appareil dans le réseau est d'une incroyable simplicité. L'application prend très bien en main l'utilisateur, de quoi ne pas dérouter les plus néophytes.

Sonos Era 300

Ce tutoriel ne s'arrête pas à l'appairage, il se poursuit avec les réglages sonores, l'assignation de l'enceinte à une pièce dédiée, le groupement d'enceintes, ainsi que la calibration acoustique. Sur ce point, l'application Sonos est clairement ce qui se fait de plus brillant en la matière. Elle est sans doute la seule à proposer une telle symbiose entre richesse des réglages et clarté d'utilisation. Que ce soit pour le groupement classique (plusieurs enceintes dans la même pièce), le groupement stéréo de deux Era 300, ainsi que les réglages sonores, Sonos S2 affiche tout de façon très claire et intuitive. Cela est d'autant plus agréable que cette application est extrêmement stable, peu importe l'OS utilisé.

Nous pouvons relever ici une nouveauté pour la version Android, la présence d'une calibration simplifiée, qui utilise les microphones de l'enceinte pour adapter le son du produit à l'acoustique imparfaite de la pièce d'écoute. Cette calibration, très simple dans son principe, apporte déjà un plus non négligeable. Néanmoins, la calibration avancée reste l'apanage d'iOS, puisque l'iPhone, utilisé en microphone à travers la pièce, apporte une correction sonore encore plus convaincante.

Sonos Era 300

Outre la compatibilité de l'application Sonos S2 avec l'essentiel des services de streaming du marché, la Era 300 prend également en charge les protocoles Airplay 2 (autre protocole multiroom), Spotify Connect, Alexa Cast (Amazon music), et UPnP/DLNA. En revanche, pas de Roon Ready, de Tidal Connect, et encore moins de Chromecast. L'absence de cette dernière reste embêtant, mais s'inscrit dans la logique politique de Sonos face à Google, d'autant plus lorsque l'on connait les petits démêlés judiciaires entre les deux entreprises. Cette absence de compatibilité est évidemment valable pour l'assistant vocal de Google, non intégré.

Au chapitre des assistants vocaux justement, nous avons le choix entre Sonos Voice Control (très orienté musique et gestion du multiroom), et Alexa, c'est tout. Sur ce point la gestion des microphones est excellente, puisque les deux assistants sont parfaitement utilisables, même dans des configurations non idéales (pièce bruyante, placement assez éloigné, etc.).

Les commandes sont très simples, mais efficaces et très réactives © Guillaume Fourcadier pour Clubic
Les commandes sont très simples, mais efficaces et très réactives © Guillaume Fourcadier pour Clubic

Bien qu'appelés à être moins utilisés (cela reste à voir) que l'application, les boutons intégrés sur l'Era 300 sont, eux aussi, relativement bien pensés. La disposition évolue un peu par rapport aux anciennes enceintes. Cela est particulièrement valable pour le contrôle de volume, intégré sous forme de glissière tactile particulièrement réactive, avec toujours les simples : + et – aux extrémités.

En bref, la Sonos Era 300 offre une expérience utilisateur de haute volée, sans doute la plus complète du genre. Forcément, cela se paye par un environnement fermé.

Un son tout en mesure, l'élévation en plus

Pas plus haut de gamme qu'une Five, la Era 300 est toutefois plus atypique dans son architecture sonore. Orientation Atmos/Surround oblige, elle joue clairement sur sa forme alambiquée afin de faciliter les dispositions horizontales et verticales.

L'architecture sonore n'a rien à voir avec celle de modèles comme la Five qui est, elle, plus conventionelle © Sonos
L'architecture sonore n'a rien à voir avec celle de modèles comme la Five qui est, elle, plus conventionelle © Sonos

De topologie deux voies (deux types de haut-parleurs, dédiés respectivement à une gamme de fréquences), l'Era 300 comprend deux woofers (basses) placés sur les deux flancs de l’appareil, deux tweeters placés sur les mêmes flancs, un tweeter en position frontale pour les « dialogues et les instruments », et un tweeter orienté vers le haut, pour la dimension verticale/Atmos. Le terme de tweeter utilisé par Sonos semble être à prendre avec des pincettes, puisque la présence d'un de ces haut-parleurs en position frontale semble clairement indiquer que ce type de haut-parleur est davantage un haut-parleur de médiums/aigus, et pas seulement dédié aux aigus.

Chacun des six haut-parleurs est alimenté en amont par son propre amplificateur de classe D. Cette méthode apporte une bien meilleure souplesse qu'un amplificateur unique, notamment face aux corrections acoustiques. La seule crainte, de notre côté, était que cette disposition principalement latérale des haut-parleurs puisse faire perdre en cohérence dans l'écoute.

© Guillaume Fourcadier pour Clubic
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Autant le dire tout de suite, Sonos livre ici une enceinte extrêmement convaincante. La signature sonore, pour commencer, jouit d'un excellent équilibre général. Contrairement à bien des concurrents, on ne retrouve pas d'accentuations trop marquées, de petits pics pour booster (parfois artificiellement) certains traits de caractère. Au contraire, nous avons affaire à un produit qui ne craint pas de se reposer sur ses qualités sonores brutes. À ce titre, mis à part des aigus encore perfectibles, car pas aussi riches que sur une bonne enceinte Hi-Fi, Sonos distille un son maitrisé et très polyvalent, détaillé et profond.

Cette polyvalence lui permet de s'adapter à tous les styles sans mal, le tout sans être désagréable avec les mauvais mixages. Une des autres qualités de l'Era 300 est sa réponse dans les basses fréquences, étendue et sans débordement marqué. Bien sûr, la calibration TruePlay avancée n'y est pas étrangère. Suivant les morceaux, il peut toutefois être utile de légèrement baisser le niveau de cette gamme de fréquences, en tous cas de désactiver le mode loudness.

© Guillaume Fourcadier pour Clubic
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

De même, nous ne perdons pas en cohérence comme nous pouvions le craindre. Oui, la disposition sonore est différente de ce que nous avons sur une Five, l'Era 300 se rapproche un peu plus d'une mini barre de son. Mais, en ouvrant l'écoute par rapport aux habitudes, on ne perd nullement en précision. Les voix (principales craintes) sont parfaitement mises en avant, et la sensation d'espace sonore est franchement bonne, marquée par des effets surround plutôt convaincants.

Cette sensation d'espace est déjà bonne sur les pistes stéréo classiques, mais monte clairement d'un cran sur les mixages Atmos (notamment Apple Music), plus adaptés à l'architecture sonore de l'enceinte. Sur ce point, surtout depuis la mise à jour de fin mars, nous avons droit à une réelle sensation d'élévation du son dans la pièce, chose qui profite au niveau de détails généraux, et améliore la séparation des instruments. Il peut être nécessaire de monter légèrement le niveau d'élévation (dans l'application), afin d'accentuer encore cet effet. Dans ces dimensions surround et surtout Atmos, Sonos parvient à proposer un rendu qui est au-dessus de la moyenne des barres de son. Nous n'atteignons pas encore le degré d'immersion du fabuleux quatuor d'enceintes Sony HT-A9, mais la qualité est bien là.

Vite une évidence, les Sonos Era 300 sont clairement adaptées à un usage home cinéma, associées à l'une des barres de son compatibles Atmos © Sonos
Vite une évidence, les Sonos Era 300 sont clairement adaptées à un usage home cinéma, associées à l'une des barres de son compatibles Atmos © Sonos

La principale limitation du produit tient finalement dans son assez grande directivité. En s'écartant de l'axe de l'enceinte, la sensation d'immersion s'estompe sensiblement. Autre limitation, la présence d'un effet stéréo forcément limité par la petite taille du produit. Il y a de l'espace, des effets traversant/surround convaincants, mais la stéréo en elle-même reste classique. Nous en venons au coup de maître de la marque : il est très difficile de ne pas vouloir acquérir une deuxième Era 300. En optant pour cette configuration gémellaire, Sonos autorise un fonctionnement en pur mode stéréo (une enceinte pour le canal droit, une pour le canal gauche) par le biais d'un groupement dans l'application, ce qui améliore énormément cette sensation d'espace. Surtout, le constructeur a clairement pensé à la dimension home cinéma, puisque celles-ci peuvent devenir des enceintes surround arrière de luxe, en étant associées à une barre de son Beam ou Arc.

Sonos Era 300 : l'avis de Clubic

9

Nouvelle formule et nouvelle réussite pour Sonos. Les Era 300 parviennent, tout en conservant ce qui fait la force ergonomique et connectée de la marque, à proposer une sonorité riche et équilibrée, mais surtout une excellente immersion sonore.

Les plus

  • Sonorité équilibrée et polyvalente
  • Rendu surround et Atmos convaincant
  • Richesse et simplicité de l'écosystème
  • Qualité des microphones

Les moins

  • Des aigus perfectibles
  • Connectique spartiate
  • Non compatible Chromecast

Construction 8

Ergonomie 9

Connectivité 9

Qualité sonore 8

Immersion 9

Amazon 384,32€ Voir l'offre
Amazon 399€ Voir l'offre
Cobra 395€ Voir l'offre
Son-Vidéo.com 399€ Voir l'offre
Fnac 399,99€ Voir l'offre
Voir plus d'offres
Amazon 384,32€ Voir l'offre
Amazon 399€ Voir l'offre
Cobra 395€ Voir l'offre
Son-Vidéo.com 399€ Voir l'offre
Fnac 399,99€ Voir l'offre
Voir plus d'offres

Guillaume Fourcadier

Spécialiste Audio

Spécialiste Audio

Tombé dans l'audio depuis tout petit mais certainement pas audiophile, je navigue entre Hifi indécente et modèles plus abordables avec le même plaisir. Rédacteur audio sur Clubic et malheureux addict...

Lire d'autres articles

Tombé dans l'audio depuis tout petit mais certainement pas audiophile, je navigue entre Hifi indécente et modèles plus abordables avec le même plaisir. Rédacteur audio sur Clubic et malheureux addict à Binding of Isaac, à retrouver sur le pire réseau social de la création en tant que Guifou.

Lire d'autres articles
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés ainsi que les marchands mis en avant sont susceptibles d'évoluer afin de toujours vous proposer le meilleur prix sur le produit concerné. 
Lire la charte de confiance
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (1)

ThePapyGeek
Bon j vais vous faire gagner du temps. Ce truc est a mourrir de rire ( ou de rage vu le prix c est selon). En gros tout seul c est une sombre merde dopée a l effet dsp, reverb en sus. Ça. T obligé à avoir un iphone pour le calibrer correctement ( et encore c est a pisser de rire). De toute manière les commerciaux t me font systématiquement des démos avec 2 Era en stéréo pour te faire passer la pillule sur des musiques inconnues ( histoire de pas gueuler sur la reverb de malade si t écoute un truc que tu connais). Ça fait dix piges qu ils sont rompu a l exercice.Mode démo et zik " lead on" et sa grosse basse qui fait vendre le son de merde a tous les wesh wesh. En gros passe ton chemin et investi dans un vrai ampli et des vraies enceintes. A 500 balles tkt t en a .
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Les derniers tests

Enceinte bluetooth : tous les derniers tests