🔴 French Days : ventes flash jusqu'à - 50% 🔴 French Days 2022 : ventes flash jusqu'à - 50%

Test Honor 70 : un smartphone qui drague la jeunesse

02 septembre 2022 à 19h00
19
Honor 70 couv
© Fouad Bencheman pour Clubic

Officialisé ce 2 septembre lors de l’IFA de Berlin, le Honor 70 vient confirmer le retour en force du constructeur en France. Après un Honor 50 convaincant et une incursion osée et réussie dans le haut de gamme en mai dernier avec le Magic 4 Pro, la firme chinoise a l'ambition de revenir à la tête du milieu de gamme. Et pour y parvenir, Honor lorgne sur une cible bien précise : les ados et les jeunes adultes.

Honor 70
  • Un grand-angle époustouflant, notamment la nuit
  • Des options vidéo intéressantes
  • Un bel écran incurvé OLED lumineux et réactif
  • Des performances correctes pour le prix
  • Une autonomie admirable
  • Un design trop commun
  • Une partie audio décevante
  • Pas d'étanchéité
  • Une partie logicielle à muscler

Fiche technique Honor 70

Caractéristiques techniques

Système d'exploitation
Android
Version du système d'exploitation
Android 12
Surcouche Android
Magic UI 6.1
Assistant vocal
Google Assistant

Affichage

Taille de l'écran
6,67in
Type d'écran
OLED
Définition de l'écran
1080 x 2400 pixels
Taux de rafraîchissement
120Hz
Densité de pixels
395 DPI

Mémoire

Mémoire interne
128 Go, 256 Go
Stockage extensible
Non

Performance

Processeur
Qualcomm Snapdragon 778G Plus
Finesse de gravure
6nm
Nombre de cœurs CPU
Octa-core
Fréquence CPU
2,5GHz
GPU
Adreno 642L
Mémoire vive (RAM)
8 Go, 12 Go

Batterie

Capacité de la batterie
4800 mAh
Batterie amovible
Non
Recharge sans-fil
Non
Charge rapide
Oui
Puissance de la charge rapide
66W

Appareil Photo

Nombre de caméras (avant & arrière)
4
Définition du / des capteur(s) arrière
54 Mpx, 50 Mpx, 2 Mpx
Définition du / des capteur(s) avant
32 Mpx
Enregistrement vidéo
4K@30fps, 1080p@30/60fps
Stabilisateur caméra
Numérique
Flash arrière
Dual-LED
Flash Frontal
Non
Ouverture objectif photo arrières
f/1.9, f/2.2, f/2.4
Ouverture objectif photo frontaux
f/2.4

Réseau

Carte(s) SIM compatible(s)
Nano-SIM
Compatible double SIM
Oui
Compatible 5G
Oui
Compatible VoLTE
Oui

Connectivité

Wi-Fi
6
Bluetooth
5.2
NFC
Oui
GPS
Oui
Infrarouge
Non

Equipement

Type de connecteur
USB Type-C 2.0
Lecteur biométrique à empreinte digitale
Oui
Capteur de reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale 2D
Acceleromètre
Oui
Gyroscope
Oui
Capteur de lumière ambiante
Oui
Prise Jack
Non
Nombre de haut-parleurs
1

Caractéristiques physiques

Hauteur
161,4mm
Largeur
73,3mm
Epaisseur
7,91mm
Poids
178g

Contexte de sortie

C’est ce que l’on appelle un secret de polichinelle. En mai dernier, Honor levait le voile sur sa nouvelle offre milieu de gamme. Cette famille était composée de trois smartphones, le Honor 70, le 70 Pro et le Pro+. Au moment où nous écrivons ces lignes, seul le premier est prévu pour le marché français. Par conséquent, l’effet de surprise n’est pas vraiment de mise, puisque l’essentiel des caractéristiques de notre larron du jour étaient déjà connues.

Présentation Honor 70
© Honor

On retrouve ainsi sur ce terminal un tout nouveau capteur Sony IMX800, qui risque de devenir la nouvelle référence sur cette gamme tarifaire, un écran OLED de 6,67 pouces, une batterie 4 800 mAh et un Snapdragon 778G Plus. Pour nous assurer que ce smartphone réunissait bien toutes les qualités nécessaires pour devenir l’idole des jeunes, Honor nous l’a prêté tout l’été.

Un grain de folie qui manque au design

Au déballage, ni grande surprise ni réelle déception. Le Honor 70 ne présente pas le design le plus original, mais le tout semble parfaitement exécuté. En main, deux aspects se mettent tout de suite en avant : sa légèreté et sa finesse. Malgré sa longueur, 161,4 x 73,3 x 7,91 mm, Honor a idéalement réparti le poids de son smartphone, qui affiche 178 g sur la balance. Si on le glisse dans une poche, il se fait vite oublier, c’est dire.

En ce qui concerne l'écran incurvé, le souci du détail est omniprésent. Les côtés s’intègrent avec cohérence sur le châssis, les angles apportent une touche de rotondité, et les bords restent discrets, à peine 2 mm sur le menton. De face, le Honor 70 donne l’impression de tenir en main, non pas un smartphone, mais un écran.

Honor 70 écran
© Fouad Bencheman pour Clubic

Au dos, notre avis est plus mitigé. La face arrière est faite d’un verre qui ne nous semble pas être le plus solide qui soit. Le Honor 70 n’a rien de « cheap », attention, mais la matière et la texture de son dos auraient mérité une plus grande attention. D’autant que ce dernier est un aimant pour les traces de doigts. Si le Honor 70 ne s’habille pas d’une coque, il devra souvent passer par la case nettoyage rapide. Dommage, car notre modèle de test arbore une couleur plutôt agréable à l'œil, un vert émeraude chatoyant qui reflète parfois la lumière.

Honor 70 design © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

À propos du bloc photo maintenant, le Honor 70 s’inscrit dans une continuité : le cercle. Les trois capteurs et le flash s’invitent dans deux ronds identiques totalement indépendants l’un de l’autre. 

Plus les semaines passent, et plus manier le smartphone à une main est une partie de plaisir. L’emplacement millimétré des touches mécaniques est bien senti. Sur la tranche droite, les boutons de volume et celui de mise en veille s'habillent d’une infime encoche, ce qui les rend facilement utilisables, même à une main. 

Honor 50 connectique © Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 tranche inférieure

© Fouad Bencheman pour Clubic

Sur le bas du smartphone se trouvent un emplacement double nano-SIM, un port USB-C et l’unique haut-parleur. Comme pour le Honor 50, le constructeur propose un son mono sur lequel nous reviendrons plus tard dans ce test. 

Un écran OLED bien lumineux 

En voilà un qui nous a fait forte impression dès le début. Le Honor 70 est construit autour d’un écran AMOLED de 6,67 pouces Full HD (2 400 x 1 080 px) avec une fréquence de rafraîchissement maximale de 120 Hz. On peut se dire qu'il s'agit d'une fréquence assez banale pour ce prix, mais ici, la dalle est presque parfaitement calibrée. Presque ? Il faut, pour en profiter, privilégier le mode « Normal » plutôt que le mode par défaut, le « Vif », qui présente quelques aberrations, notamment sur le jaune. Avec ce menu changement, les couleurs seront alors fidèles, et aucune ne débordera sur l’autre.

Honor 70 écran OLED
© Fouad Bencheman pour Clubic

Autre motif de satisfaction, le Honor 70 est diablement solaire. D’après nos mesures, sa luminosité maximale dépasse les 800 cd/m2 avec parfois des pics en HDR qui atteignent les 850 cd/m2. Dans toutes les situations, le confort de lecture et d’utilisation est optimal. Lors de notre test, nous avons pu profiter de Netflix à la faveur d’une petite lampe de chevet, tandis qu’en extérieur, il est possible d'aller sur Twitch sans avoir à plisser les yeux. 

Honor 70 écran Netflix
© Fouad Bencheman pour Clubic

Dernier bon point : le taux de rafraîchissement dynamique qui adapte parfaitement la jauge selon les utilisations. En passant de Twitter à un jeu, et en revenant sur une lecture d'e-mail, nous avons pu sentir « visuellement » la différence. Cette option n’est pas là uniquement pour faire joli.

Honor 70 colorimétrie
© Fouad Bencheman pour Clubic

Pour la compléter, le mode « Standard » bloque le compteur à 60 Hz, et le mode « Élevé » le fait à 120 Hz. Cohérent, l’écran du Honor 70 a tout pour plaire, non pas qu’aux plus jeunes, mais au plus grand nombre.

Performances : ce qu'il faut pour se divertir 

Juste avant l’été, Qualcomm a officialisé la 7 Gen 1, une puce destinée aux prochains flagships killers. Cette nouvelle génération donnera davantage de fonctionnalités premium aux smartphones milieu de gamme, notamment en matière de gaming. Est-ce le processeur du Honor 70 ? Comme évoqué en préambule, non. Notre smartphone de test carbure au Snapdragon 778G+, une puce relativement récente que l’on a déjà aperçue sur le récent Nothing Phone (1). Notre version de test est épaulée par 8 Go de RAM et 256 Go d’espace de stockage. 

Honor 70 bench 1 © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 bench 2 © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Ce choix n’est pas réellement une surprise. Bien que n’étant pas le plus véloce en matière de gaming intensif, le Honor 70 a d’autres atouts, notamment en matière de traitement photo et d'équilibre énergétique. Ces deux qualités plaisent généralement aux plus jeunes, si tant est qu’ils ne soient pas des gamers assidus. Pour l’ensemble de nos activités, notamment le multitâche, le Honor 70 a toujours fait preuve de fluidité.

Honor 70 Diablo
© Fouad Bencheman pour Clubic

En matière de jeux 3D, le nouveau smartphone de Honor n’a pas non plus à rougir. Que ce soit sur Asphalt 9: Legends ou Genshin Impact, nous avons pu nous détendre sans problème durant de longues sessions de 45 minutes. Par défaut, les jeux gourmands se lancent dans la configuration la plus sommaire : graphismes en mode « Faible » et 30 images par seconde. Pour autant, ils tournent tous de manière stable, avec 98,7 % de score sur 3DMark. En poussant la jauge à 60 FPS sur Diablo Immortal, nous avons remarqué de légères saccades, en particulier lorsque notre nécromancien dirige contre les ennemis toute sa flopée de squelettes. La frange gaming de la jeunesse est prévenue, si elle souhaite jouer en 60 FPS avec les graphismes les plus élevés, le Honor 70 risque d’être un peu juste. 

Interface : il est temps de quitter le cocon familial

Le Honor 70 tourne sous Android 12 avec la surcouche Magic UI 6.1. Force est de constater que malgré son émancipation de Huawei, cette interface ressemble encore beaucoup à EMUI. Nous aurions aimé commencer à apercevoir une « patte » Honor.

Quoi qu’il en soit, l’interface est de bonne facture si vous prenez le temps d’entrer un peu dans les réglages. Les gestes tactiles, notamment pour une capture d’écran partielle, sont faciles à utiliser, et la gestion du multifenêtre est intuitive grâce à la réactivité du dock latéral. 

Honor 70 Magic UI 6.1 © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Très pratique, il est également possible d’avoir accès aux informations de notification en maintenant le doigt sur une application sans l’ouvrir. Esthétiquement, Magic UI est vraiment sobre, peut-être même un peu trop, surtout en ce qui concerne la personnalisation de son interface. À ce propos, espérons que Material You, la fonctionnalité graphique phare d’Android 12, viennent rapidement égayer tout cela.

Audio : un seul être vous manque…

Sur un modèle avoisinant les 500 euros, la partie audio est rarement mémorable. Alors pourquoi Honor se met-il en plus des bâtons dans les roues ? Comme sur le Honor 50, notre challenger du jour n’a qu’un seul haut-parleur. Ce dernier n’est pas catastrophique, mais insuffisant pour toutes les activités sans casque. Faire découvrir un trailer sur YouTube à deux amis en terrasse nécessite de pousser le volume si fort que l’on devient le centre de l’attention.

Légèrement en retrait, ce qui est logique au regard de la finesse du smartphone, les basses sont rondes, mais manquent parfois de peps. De leur côté, les médiums sont clairs et audibles à volume moyen, ce qui est un bon point pour les amateurs de podcast. Enfin, comme on pouvait s’y attendre, la spatialisation fait clairement défaut. Et pour ne rien arranger, les réglages n'offrent qu'une petite balance audio.

Photo : que vaut ce fameux capteur Sony IMX800 ?

Il se sera fait attendre, celui-là. Initialement prévu pour le printemps 2021, puis pressenti pour habiller le Xiaomi 12 Ultra avant l’été, le nouveau capteur de Sony est enfin arrivé. Et c’est Honor, à travers sa série 70, qui a l’honneur de l'inaugurer. La grande particularité de ce capteur est son format inédit de 1/1,49 pouce. Ce n’est pas le plus grand, mais à l’heure actuelle, il dépasse par sa taille les capteurs les plus performants de la concurrence. Pour exemple, le Sony IMX766, qui équipe l’excellent OPPO Find X5 Pro, fait 1/1,56 pouce. Sur le papier, ce capteur se compose de photosites à 1,0 µm et montant à 2,0 µm avec la technologie de pixel-binning. Techniquement, le Sony IMX800 est donc plus performant pour capturer la lumière, ce qui augure d’excellents résultats diurnes.

La partie photo du Honor 70 se compose de la sorte :

  • Un capteur grand-angle Sony IMX800 de 54 Mpx de 1/1,49 pouce (f/1,9) ;

  • Un module ultra grand-angle de 50 Mpx avec autofocus et macro 2,5 cm (f/2,2) ;

  • Un capteur de profondeur de 2 Mpx ouverture (f/2,4) ;

  • Une caméra frontale de 32 Mpx.

Grand-angle

Nous ne l’attendions pas à un tel niveau. De jour, le Honor 70 capture des clichés d’excellente qualité. L’exposition est toujours juste, et le niveau de détails, vraiment poussé, notamment lorsque l’on zoome sur la photo. Bonne surprise, le traitement logiciel se la joue modeste, ce qui confère aux photos une colorimétrie vraiment naturelle. Après quelques jours, nous constatons rapidement le dynamisme du nouveau capteur Sony. La gestion des tons très clairs et des tons très sombres est toujours équilibrée sur les scènes complexes.

Honor 70 grand angle 2
© Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 grand angle 3
© Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 - grand angle © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 - grand angle - carrefour © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Presque parfait, ce grand-angle n’a finalement qu’un défaut, celui de sa qualité. Il est tellement à l’aise pour capter la lumière qu’il faut, pour certaines photos, bien réaliser la mise au point, sous peine de voir apparaître des halos de lumière, comme c'est le cas sur la photo ci-dessous. Bon, après, nous avons été durs avec notre smartphone de test, la scène est complexe, avec des sujets en mouvement et un demi-contre-jour. Et pourtant, le résultat est largement exploitable.

Honor 70 - grand angle mouvement © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Ultra grand-angle et zoom

Bien qu’il n’arrive pas à la cheville de son compère, l’ultra grand-angle réussit dans la majorité des cas à tirer son épingle du jeu. Les bords de la photo sont moins nets, particulièrement sur la végétation. La gestion des reliefs est également moins auguste, et la colorimétrie monte d’un léger cran en matière de saturation. Au rayon des bonnes nouvelles, l’effet tunnel est relativement contenu et le vignettage n’est jamais exacerbé. 

Honor 70 avant © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Bien qu’il soit moins à l’aise sur les photos de nature, ce capteur est en revanche excellent pour capturer un monument ou un immeuble avec extrêmement peu de recul. Encore une fois, attention à la mise au point pour gérer au mieux les différents flux de lumière.

Honor 70 - ultra grand-angle bâtiment 1 © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 ultra grand angle Porto © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Le Honor 50 ne propose pas de téléobjectif, mais un zoom qui permet d’aller jusqu'à x10. Avec un x2 et x5, l’image reste exploitable, mais il ne faudra pas trop avoir la tremblote. Au-delà, le résultat commence à trop perdre en netteté. Le résultat peut rester exploitable sur des scènes fixes, mais pour des sujets en mouvement, mieux vaut le laisser dans sa poche.

Honor 70 zoom © Fouad Bencheman pour Clubic
Ultra grand-angle © Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 zoomx5 © Fouad Bencheman pour Clubic
Zoom x5 © Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 zoom x10
Au-delà du zoom x5 © Fouad Bencheman pour Clubic

Photos de nuit 

On l’attendait au tournant, et il ne nous a clairement pas déçus. En condition de basse luminosité, la qualité des images produites est excellente. Les détails sont présents, et le bruit numérique ne s’invite que rarement à la fête.

Honor 70 - parc © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Dans un environnement urbain, si un éclairage est présent, il n’est pas nécessaire d'avoir recours au mode « Nuit ». En l'utilisant, la photo devient presque « artificielle », autrement dit, elle ne retranscrit pas à 100 % ce que l’on a sous les yeux. Par exemple, sur les photos suivantes, le bleu s’efface par endroit entre le grand-angle seul et le mode « Nuit ». 

Honor 70 mode nuit avant © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

En intérieur, même constat, le capteur Sony se suffit à lui-même pour capturer des scènes convaincantes et détaillées. Si la lumière est présente, aucun problème pour lui. Et lorsqu'elle se fait plus discrète, le capteur possède une grosse qualité : les photos ne tirent pas vers le jaune, comme c'est souvent le cas chez la concurrence.

Honor 70 intérieur nuit
© Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 - nuit bureaux
© Fouad Bencheman pour Clubic

Le mode « Nuit » n’est pas inutile pour autant, il devient pratique lorsque des parties de la scène sont totalement dans l’obscurité, comme sur la photo ci-dessous. L'ensemble des immeubles en bas au premier plan étaient quasiment invisibles. Grâce à ce mode, ils sont désormais mieux visibles. C'est léger, mais cela suffit à rééquilibrer agréablement le tout.

Honor 70 sans mode nuit © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic
Honor 70 - Nuit © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Beaucoup moins à l’aise, l’ultra grand-angle s’utilise avec parcimonie. La sous-exposition est importante, et la gestion du flare, plus hasardeuse. La nuit, on remarque clairement la supériorité du grand-angle, surtout avec le mode « Nuit », comme c'est le cas ci-dessus. Malgré tout, il dépanne et se montre à l’aise en intérieur. 

Honor 70 - ultra grand-angle intérieur
© Fouad Bencheman pour Clubic

Portraits et selfies

Bien qu’efficace, le mode « Portrait » gère un peu trop uniformément à notre goût l’effet bokeh. Ou alors, il est difficile à appliquer. C'est tout ou rien. Dommage que nous ne puissions pas l'ajuster à notre guise, surtout après la prise.

Honor 70 portrait © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Pour ce qui est des couleurs et des contrastes, le nouveau capteur Sony fait un excellent travail. Le détourage des sujets est globalement bon, mais il manque parfois de dextérité sur de petits détails comme des mèches de cheveux.

Honor 70 selfies © Fouad Bencheman pour Clubic
© Fouad Bencheman pour Clubic

Concernant les selfies, RAS. Les photos sont naturelles, la luminosité est bien maîtrisée, et le niveau de détails est plus que satisfaisant. Un capteur parfait pour se montrer sous son meilleur jour.

Vidéo : une étonnante fonction « Solo-Cut »

Pour plaire aux aficionados de TikTok et de Stories en tout genre, le constructeur met ici la barre haute pour trois raisons. Tout d’abord, il est complet. Capable de filmer en 720p (16:9), 1080 p (16:9 et 21:9) en 30 et 60 FPS, et en 4K à 30 FPS, le Honor 70 bénéficie en plus d’une stabilisation électronique plutôt convaincante. Ensuite, comme sur le Honor 50, le mode « Multi-vidéo », qui permet de filmer avec les capteur avant et arrière du téléphone, ravira les plus créatifs.

Enfin, le tout nouveau mode « Solo-Cut » est un véritable argument de séduction massive pour tous les vlogueurs professionnels ou simples amateurs. Ce mode permet de créer des vidéos verticales d’un sujet sélectionné sur une vidéo plus large en paysage. L’IA du smartphone suit automatiquement la personne sélectionnée, et il est également possible de passer d’un sujet à un autre. Le Honor 70 crée à la fois deux fichiers vidéo distincts. Vraiment original, ce mode fonctionne plutôt bien dès qu’on l’a apprivoisé.

Honor 70 mode "solo cut"
© Fouad Bencheman pour Clubic

Un vrai marathonien sur l'autonomie

Avec un écran OLED aussi lumineux, nous supposions lors de notre premier prise en main que le Honor 70 manquerait d’endurance. Eh bien, nous avons totalement fait fausse route. Durant tout l’été, il s’est montré infatigable, quelles que soient nos activités. En l’utilisant modérément, autrement dit sans jeux 3D et avec peu de streaming vidéo, il ne s’éteignait qu’au bout de deux jours. En poussant le taux de rafraîchissement et en multipliant les divertissements et l’utilisation vidéo, il tient tout de même plus d’une journée et une bonne matinée.

Le choix du Snapdragon 778G+ s’avère ici totalement payant, tant la déperdition énergique est bien contenue. Dans le secteur du milieu de gamme, le Honor 70 fait clairement partie des plus endurants.

Pour la recharge, il n’est pas en reste. Grâce à son chargeur de 66 W, nous l’avons chronométré à 34 minutes pour passer de 0 à 70, % et à 50 minutes pour atteindre 90 %. Plus il se rapproche du sommet, plus il met de temps, mais ces délais restent globalement très satisfaisants.

Prix et disponibilité

Le Honor 70 est commercialisé en France au prix conseillé de 549 euros pour sa version 8/256 Go et de 599 euros pour la 8/128 Go. Il est disponible en trois coloris : Emerald Green, Midnight Black et Crystal Silver. Il entre en concurrence directe avec le realme GT Neo 3 (599 euros pour 8/256 Go) et, dans une moindre mesure, avec de nombreux modèles flirtant avec la barre des 500 euros comme le Motorola Edge 30, le Samsung Galaxy A53 ou le récent Google Pixel 6a

Honor 70 : l'avis de Clubic

8

Tout comme realme, Honor n’a pas l’ambition de plaire à tout le monde sur le milieu de gamme, il vise principalement les plus jeunes. Pour y parvenir, le constructeur ne cherche donc pas la perfection, mais l’adéquation entre son offre et les attentes de ce public. Avec son excellente autonomie, son bel écran OLED et sa puissance suffisante pour se divertir, le Honor 70 vise juste. À ce titre, en se tournant vers le SoC Snapdragon 778G+, Honor fait un choix cohérent. Il privilégie l’équilibre énergétique à la puissance de feu.

Idem sur la partie photo, la polyvalence n’est pas ici une fin en soi. Le Honor 70 préfère mettre en avant le nouveau capteur Sony IMX800, monstrueux en condition de basse luminosité, et ses fonctions vidéo originales. Bien que son design soit commun et que ses parties audio et logicielle restent perfectibles, le Honor 70 est suffisamment dans l’air du temps pour devenir une nouvelle idole pour la jeunesse.

Les plus

  • Un grand-angle époustouflant, notamment la nuit
  • Des options vidéo intéressantes
  • Un bel écran incurvé OLED lumineux et réactif
  • Des performances correctes pour le prix
  • Une autonomie admirable

Les moins

  • Un design trop commun
  • Une partie audio décevante
  • Pas d'étanchéité
  • Une partie logicielle à muscler

Design et prise en main 7

Écran 8

Audio 6

Performances 7

Logicelle 7

Photo 9

Vidéo 9

Autonomie 9

Recharge 8

Rapport qualité-prix 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
19
10
negima
Pas de port micro sd = pas d’achat.<br /> Je ne compte plus le nombre de téléphone en panne sans pouvoir récupérer mes photos. Avec une carte sd, facile à récupérer les photos en cas de panne.
_J2B
Cette « revente » qui n’en est pas une. Huawei s’en est juste fait un prête-nom pour continuer de vendre des smartphones et tout le monde tombe dans le panneau.<br /> Regardez bien le Honor 50 et le Huawei Nova 9. Regardez bien, comme le souligne l’article, MagicUI et EMUI, ou encore les MagicBook et les MateBook.<br /> Bref, je comprends pas que personne ne se soit encore penché sur le cas d’école de Huawei/Honor. Pour rappel ils ont quand même transféré 3 centres de R&amp;D, environ 4000 salariés. Ce serait intéressant Clubic de faire un article poussé et détaillé à ce sujet.
negima
On sait tous que les us ont peur de la montée en puissance de la marque Huawei. C’est la seule vraie raison de l’interdiction des services Google chez Huawei.<br /> Question vie privée, impossible de faire pire que les marques us. La preuve avec la nsa.<br /> En sachant tous ça, tout le monde s’en fout que Honor = Huawei.
_J2B
Outre le fait qu’on ne parle pas des US ici mais de Huawei/Honor, je note néanmoins cette persistante obsession vis-à-vis des US de la part de certains.<br /> L’ingérence du PCC (une dictature* pour rappel) dans le groupe Huawei/Honor est avérée et ils l’ont même démontrée assez ouvertement lors de la « revente » d’Honor : la ville de Shenzhen ayant acquis une partie de la marque. Huawei ayant de plus participé à développer des technologies de reconnaissance faciale et vocale pour identifier les Ouïghours.<br /> (*Juste au cas où, si, la Chine est une dictature : Parti unique, culte de la personnalité, contrôle des media, contrôle avancé et répression de la population sont une définition d’une dictature)<br /> Voir une marque contrôlée en partie par une dictature aussi puissante et légèrement expansionniste (cf : Taïwan) installer des infrastructures 5G partout dans le monde et donc pouvant capter toutes les datas transitant sur ce réseau, si « tout le monde s’en fout », ben c’est désolant.<br /> C’est bien plus compliqué que le simple argument commercial style « ils menacent le sacro-saint Apple » qui même si c’est en petite partie vrai, reste majoritairement faux : Sinon Samsung et Xiaomi seraient inquiétés.
Iceslash
Pour quel lobbying tu travailles ? lol.<br /> Je m’en fout un peu de la Chine vs US mais si le peuple Chinois aime leur partie politique c’est leurs choix pas le tien, ni le notre… ah ces sentiments de supériorité aux autres !<br /> ils sont 1.4 milliards s’ils étaient si mécontentent, leur pays serait à feu et à sang.<br /> Pour revenir à l’article, Honor fait de très bon smartphone et pas trop cher.
_J2B
Bah ouais c’est vrai tiens lol mdr ptdr ! Les nord-coréens adorent leur gouvernement vu qu’ils se révoltent pas ! C’est tellement facile de se révolter pourquoi tous les peuples opprimés dans le monde le font pas ? C’est qu’ils doivent pas être si opprimés que ça alors.<br /> Non mais sérieux…
louchi
Ouch l’ultra grand angle dont tout le monde se fiche, ça donne des photos toutes petites, inintéressantes au possible.<br /> Pas de zoom optique, pas de google. bye bye, good luck…
Fouad_Bencheman
Bonjour Louchi, je n’ai l’ai peut être pas précisé dans le test, car c’était déjà le cas sur le Honor 50 et Magic 4 Pro, mais ce smartphone Honor 70 a accès à l’ensemble des services Google comme n’importe quel autre smartphone Android (sauf Huawei).
Fouad_Bencheman
Bonjour et merci pour votre commentaire. Entre MagicUI et EMUI, en effet c’est on ne peut plus flagrant. Pour mon usage perso, j’avais en 2019 un Huawei P30 Pro et bien l’interface de l’appareil photo n’a pas bougé d’un iota par exemple entre cet appareil et le Honor 70 que j’ai testé…
julla0
Il y a de multiples moyens de tout sauvegarder sans passer par la carte SD.<br /> En plus c’est complétement automatisé et donc transparent pour l’utilisateur, tu changes de téléphones et tu récupères tout automatiquement.<br /> Aucun intérêt de devoir se coltiner une carte SD…
julla0
Ils l’aiment vraiment? Es-tu sûr qu’ils aient vraiment le choix?<br /> Tu as des stats neutres et fiables de ton affirmation?
louchi
Ha oui, ok, pardon, je savais pas. C’est mieux, déjà ! Donc Honor a google mais pas Huawei, ok.
Palou
@tous :<br /> Ce post concerne le téléphone Honor70, pas l’histoire des dictatures dans le monde !<br /> Merci de rester dans le sujet …
octokitty
Oui, le Cloud.<br /> Avant que des IA flaggent par accident le premier bain du bébé comme une image pédopornographique, passe par la case justice et même blanchi par celle-ci, le compte du père n’aura pas été débloqué.
julla0
n’importe quoi…
octokitty
Je ne vois pas alors ce sont des foutaises<br /> nytimes.com – 21 Aug 22<br /> A Dad Took Photos of His Naked Toddler for the Doctor. Google Flagged Him as...<br /> Google has an automated tool to detect abusive images of children. But the system can get it wrong, and the consequences are serious.<br /> Clubic.com – 22 Aug 22<br /> L'IA de Google Photo accuse un utilisateur de pédocriminalité par erreur (et...<br /> Une erreur d'interprétation commise par un outil d'intelligence artificielle créé par Google a conduit à l'ouverture d'une enquête pour pédocriminalité.<br /> cas probablement anecdotique mais est à amené à être plus courant alors que plus en plus de monde utilisent le stockage cloud , que l’on confie de plus en plus de contenu au scan de l’IA et que de faux positifs remontent inévitablement.<br /> Mais ouais, tant que vous ne faites rien de mal, il y a rien à cacher…pour le moment.
negima
Je savais qu’on allait me dire ça. Faire les sauvegardes dans le cloud c’est mettre les photos à la portée de tout le monde. Je n’ai jamais eu confiance. La preuve avec la scandale de la révélation de la nsa. Avant cette révélation, je savais déjà que les gouvernements regardaient nos photos et images.
julla0
et?
jeroboam64
Il drague la jeunesse mais a 549€, la jeunesse trouvera mieux et moins cher je pense…
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Amazfit GTS4 Mini : carton plein pour cette montre connectée à moins de 100 euros !
Test souris sans fil éco-conçu green_e : petite mais écolo
Test Hisense 65U8HQ : un MiniLED abordable et de nets progrès
Test DJI Osmo Action 3 : l’action-cam polyvalente idéale pour vos réseaux sociaux
Test TerraMaster T9-423 : un NAS neuf baies au format tour sans qu'il soit question de se ruiner
Test LG Tone Free T90Q : L’antibactérien innovant cède aux sirènes du graphène
Test Asus ROG Phone 6D Ultimate : le smartphone gaming ultime pour jouer des heures durant
Test Synology DS1522+ : l'excellence a un prix, l'option 10 GbE aussi !
Test Google Pixel Buds Pro : une recette qui évolue silencieusement, mais sans génie
Facile mais (trop) coûteux ? On a testé le kit de mise à jour du Framework Laptop
Haut de page