Selon Proton Mail, 50% des e-mails contiennent un traqueur

11 janvier 2023 à 13h00
7
Proton Mail © Proton
© Proton

Une étude réalisée par Proton Mail révèle que 50 % des e-mails contiennent des pixels espions. Ainsi, près de 166 milliards de courriels contenant ces infiltrés sont envoyés et reçus chaque jour.

Afin de vous convaincre d’opter pour sa messagerie chiffrée Proton Mail, l’entreprise Proton publie les résultats d’une de ses études portant sur la quantité de traqueurs présents dans les e-mails. Selon cette enquête, ces derniers regorgent de pixels espions : plus de 50 % sont infectés.

166 milliards d’e-mails échangés quotidiennement renferment des pixels espions

Proton présente son analyse comme l’une des « plus grandes études réalisées sur le phénomène des traqueurs d’e-mails ». La société a compté, de manière anonyme, le nombre de traqueurs bloqués par sa messagerie chiffrée et a montré qu’environ 50 % des e-mails en contenaient. Proton renseigne un « échantillon de 177 millions de traqueurs bloqués ».

À partir de ce constat, l’entreprise extrapole que sur la base des 333,2 milliards d’e-mails envoyés et reçus chaque jour à travers le monde (selon les données de Statista), près de 166 milliards d’e-mails renferment des pixels espions.

Appelez-les pixels espions, balises web ou images transparentes

À ce stade de la lecture, vous vous demandez peut-être ce que sont ces fameux pixels espions. Non, il ne s’agit pas du titre du prochain film de Chris Columbus avec PAC-MAN et 007 en têtes d’affiche.

Les pixels espions, également appelés balises web ou images transparentes, sont plus prosaïquement des agents de pistage en ligne prenant la forme d’une image transparente comportant un unique pixel : ils sont donc invisibles.

Lorsqu’un utilisateur ouvre une page ou un mail contenant une balise web, ces traqueurs collectent secrètement des informations, dont des données sur la localisation, les appareils et les usages. Ils seraient donc largement utilisés pour suivre le comportement des internautes selon l’étude, en particulier dans les newsletters et les e-mails marketing.

Face aux méchants, Super Proton Mail

La parade face à ses agents infiltrés ? Proton Mail, par et d’après Proton. La société argue que sa messagerie, chiffrée de bout en bout, offre la meilleure protection contre les traqueurs, y compris sur iOS désormais. Proton a en effet porté sa fonctionnalité de protection renforcée contre le tracking, en place sur la version web de Proton Mail depuis janvier 2022, sur iOS.

Andy Yen, fondateur et P.-D.G. de Proton, résume : « Les pixels espions sont un moyen très intrusif pour les sociétés de marketing de recueillir toujours plus d'informations personnelles sur les utilisateurs sans leur consentement. C’est comme avoir constamment quelqu’un au-dessus de votre épaule, qui épie tous vos faits et gestes dès que vous ouvrez et lisez un mail, qui note le type d’appareil que vous utilisez, votre fournisseur internet et même votre localisation. Ce type de surveillance est inacceptable, surtout à l’échelle à
laquelle cela se produit, et alors que les utilisateurs n'en ont généralement pas conscience. Chez Proton, notre mission a toujours été de créer un meilleur internet où le respect de la vie privée est la règle. C’est pourquoi, en plus de fournir un service messagerie chiffrée de bout en bout, nous déployons également une protection améliorée contre les traqueurs d’e-mails
 ».

Parmi les autres atouts de Proton Mail mis en avant par la marque, citons le préchargement des images sur les serveurs Proton dès que l’e-mail est reçu afin d’éviter le partage de données concernant le temps d’ouverture, le masquage des adresses IP, ou encore le chiffrement zéro accès de bout en bout, ce, afin de garantir un niveau de confidentialité « beaucoup plus élevé que les services Google, dont le modèle économique est basé sur la surveillance et la publicité ».

Des espions en grand nombre

Au-delà de la communication forcément orientée de Proton, le recours aux pixels espions est effectivement en forte progression depuis plusieurs années.

En février 2021, un rapport de la BBC pointait déjà ce phénomène. À l’époque, l’enquête menée par Hey révélait que deux tiers des courriels contenaient un pixel espion. Les 50 % relatés par Proton sont donc une estimation tout à fait plausible.

Suite aux révélations sur l’espionnage généralisé de nos communications par différents gouvernements et entreprises, les services de mail sécurisés donnent la possibilité à tout un chacun de pouvoir communiquer de façon sécurisée.
Lire la suite

Source : communiqué de presse Proton, BBC

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
8
Freya
C’est la raison pour laquelle il faut toujours configurer votre client de messagerie pour ne jamais charger automatiquement les images, mais uniquement à la demande en fonction de l’expéditeur.<br /> Sous Thunderbird par exemple : Paramètres =&gt; Vie privée et sécurité =&gt; décochez « Autoriser le contenu distant dans les messages » et le bouton « Exceptions » pour gérer ces dernières.<br /> Edit : suite aux diverses remarques en réponse à ce message, et tout-à-fait pertinentes, oui, cette option est désactivée par défaut désormais. En revanche, pour les plus fidèles à Thunderbird, fût un temps où celle-ci n’était pas désactivée par défaut, il fallait donc faire cette manip.
drissoun
Il me semble que la grande majorité des webmails et des client mails logiciels bloquent par défaut toutes les requêtes externes dans les corps de mail non ?Je ne comprend donc pas pourquoi, dès lors, les pixels transparents sont toujours aussi utilisés ?
Francis7
Il n’y a pas que ça, il y a aussi les images de sites Web qui nous traquent en permanence. Et plus que cela, rien que d’utiliser un ordinateur on est déjà potentiellement traqué avec toutes les connexions qui se font et notre identité, l’OS utilisé et la marque du smartphone aussi sont connus en tout ou partie.
jcc137
Par défaut mon Thunderbird n’ouvre aucune image et laisse apparaître un bandeau avec un bouton « option » avec lequel je peux autoriser le téléchargement d’image pour un ou plusieurs prestataires du mail.<br /> Je pense que ce « par défaut » est imposé pour tout le monde sans avoir à recourir à votre astuce.
IATW
Chez moi je n’ai rien fait et c’était désactivé par défaut (version 102.6.1 / Windows)
Gus_71
Fortement sceptique sur les "50 % des e-mails contiennent des pixels espions !<br /> Lorsque j’envoie un mail à un ou une amie avec Thunderbird, je ne pense pas qu’il y ait de « pixel espion » !<br /> Pour des messages provenant de sociétés commerciales, cela m’étonnerait beaucoup moins.<br /> Il aurait fallu vérifier la réalité de cette affirmation avant de retransmettre leur message commercial !
Blap
La tres grande majorite des emails ne sont pas des emails persos mais des emails de sites et services… Ca n’a donc rien d’etonnant.
Francis7
Pour l"anecdote d’un newbie, je faisais un site Web perso sur un serveur chez moi au début des années 2000 avec des images téléchargées depuis d’autres sites américains.<br /> Et puis tout de suite, j’ai reçu un Email me demandant d’enlever leur image de mon site immédiatement.<br /> Je me suis exécuté tout de suite puis je lui ai demandé comment il avait su ?<br /> Il m’a répondu d’un seul mot : « Referers ».<br /> C’est là que j’ai compris que l’on pouvait insérer du contenu autre dans les images.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

L'IA de Google dérape en direct, le live de l'événement coupé
Sur Android, l'IA de Google va bientôt permettre de
Ce nouvel émulateur promet tous les jeux Xbox 360 sur PC (et sur Xbox Series)
Ce SSD Samsung 870 QVO 1To chute de prix chez Amazon
SNCF : place au tout numérique, les petites bornes jaunes tirent leur révérence
Entre promotion et ODR, le chargeur à induction duo Samsung 15W est à moins de 10 €
Comment héberger votre site web à moindre coût ?
Images explicites : comment Google Images va évoluer pour protéger les plus jeunes
Après les Soldes, les promos continuent chez RueDuCommerce avec la Samsung Galaxy Tab A8
Quick Delete, cette nouvelle fonctionnalité de Chrome qui pourrait vous éviter la honte
Haut de page