Le processeur AMD EPYC 7742 affichera 64 Cores et 128 Threads pour 8000 €

Nathan Le Gohlisse Contributeur
25 juin 2019 à 14h44
0
amd epyc

Après avoir largement bousculé Intel sur le marché du CPU de bureau en annonçant ses processeurs Ryzen de troisième génération, AMD s'apprête à revenir à la charge, cette fois avec sa toute nouvelle fournée de puces EPYC Rome. Des puces, au nombre de 19, dont les tarifs et spécifications viennent de fuiter sur Reddit.

Comme les processeurs Ryzen de troisième génération, les nouveaux CPUs pour serveurs EPYC Rome sont gravés en 7 nm et profitent de l'architecture ZEN 2. Ils seront supportés par le socket LGA 4094 (SP3), conçu pour l'offre EPYC de génération précédente, précise WCCFTech. Comme pour les CPUs Ryzen 3XXX et la plateforme AM4, dont la création remonte aux Ryzen de première génération, les nouveaux processeurs Epyc Rome pourront donc être installés sur un socket existant. Le renouvellement complet du matériel n'est donc pas nécessaire. Un atout supplémentaire pour le nouveau lineup d'AMD en matière de puces pour serveurs.

Des tarifs (très) agressifs s'étirant de 430 à moins de 7 000 euros


En termes de puces justement, AMD serait sur le point de lever le voile sur une offre pour le moins généreuse avec un total de 19 processeurs au programme. Les prix s'étirent de 431 euros (hors TVA) pour le petit EPYC 7252P (8 cores/16 threads, 3,20 GHz en boost, 64 Mo de cache et 120 Watts de TDP), à 6 878 euros (soit 8 266 euros une fois la TVA appliquée) pour l'imposant EPYC 7742 (64 cores/128 threads, 3,40 GHz en boost, 256 Mo de cache et 225 Watts de TDP). Un positionnement tarifaire particulièrement attractif.

Et pour cause, à titre de comparaison le processeur EPYC 7601, flagship de la génération Naples, est toujours proposé à plus de 5 000 euros - TVA comprise - pour des spécifications bien inférieures en termes de cores et de fréquences (32 cores/64 threads, 3,2 GHz en boost, 64 Mo de cache et 180 Watts de TDP).

Intel, de son côté, annonçait il y a quelques mois son Xeon Platinum 9282, une puce équipée de 56 cores et 112 threads (pour 3,8 GHz en boost de fréquence et 400 Watts de TDP), dont le prix pourrait être fixé entre 25 000 et 50 000 dollars selon AnandTech. Si le prix de l'EPYC 7742 se confirme, AMD pourrait donc donner un sérieux coup de poing sur la table.

AMD-EPYC-ROME-Price&Specs.jpg
Crédit : WCCFTech

WCCFTech rappelle par ailleurs que ces informations proviennent d'un seul et unique revendeur. D'après le média, les tarifs dévoilés pourraient donc être encore plus contenus une fois officiellement dévoilés par AMD.

Des premiers Benchmarks prometteurs


Autre processeur intéressant au sein du nouveau lineup des rouges : l'EPYC 7502. Ce dernier remplace l'EPYC 7601 précédemment cité en termes de performances, mais parvient à faire mieux (192 Mo de cache contre 64 Mo et 150 MHz de plus en boost... pour le même TDP de 180 Watts, le tout en embarquant des cores Zen 2) et pour moins cher (1 200 dollars de moins que le 7601 à son lancement, précise WCCFTech).

Une dynamique positive qui semble se confirmer dans les Benchmarks. avec un EPYC 7452 « Rome » (32 cores/64 threads, 3,35 GHz en boost, 128 Mo de cache et 144 Watts de TDP et un peu plus de 2 000 euros hors TVA) capable de battre d'une large avance le Xeon Gold 6148 d'Intel (20 cores/40 threads, 3,70 GHz en boost et 150 Watts de TDP) proposé pour sa part à plus de 3 000 dollars.

Pour rappel, les puces EPYC Rome sont attendues le trimestre prochain. Elles devraient, selon toute logique, permettre à AMD d'accroître son assise sur sur terrain des serveurs... et forcer Intel à revoir de fond en comble sa politique tarifaire.

Source : WCCFTech
Modifié le 25/06/2019 à 14h53
5 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top