Auto autonome, à qui la faute en cas de crash ?

Thomas Pontiroli
01 juillet 2016 à 12h22
0
Avec l'avènement de l'auto autonome, un ensemble de nouvelles questions émergent comme la responsabilité en cas d'accident. Actuellement, le débat n'est pas tranché.

Alors que vient de se produire le premier accident mortel en voiture autonome - une Tesla Model S -, Volvo, également très actif sur ce sujet, menait en enquête quelques jours plus tôt auprès de 50 000 personnes, portant sur la responsabilité en cas de crash. La question est épineuse car les industriels poussent fort pour que l'autonome se concrétise en 2020, et le droit doit s'adapter à ce nouvel enjeu.


En ce qui concerne le panel sondé par Volvo, les choses sont assez claires : si un accident survient en voiture autonome, c'est le constructeur qui doit en assumer la responsabilité, pour 79 % des personnes interrogées. Qu'il soit reconnu coupable, c'est une chose, mais si la personne n'a pas survécu au crash, à quoi bon ? C'est pourquoi ils sont aussi 55 % à vouloir quand même garder un volant à bord, au cas où.

Volvo prêt à assumer



Cofondateur du lobby de l'auto autonome, avec Ford, Google, Uber et Lyft, Volvo est pourtant prêt à assumer cette responsabilité, et a même été le premier fabricant à penser cela. Lex Kerssemakers, PDG de la marque, pense aussi que les conducteurs doivent pouvoir prendre le contrôle s'ils le désirent. Une vision différente de celle de Steve Wozniak, selon qui dans 20 ans, on n'aura plus le droit de rouler !


03E8000008427422-photo-volvo-concept26.jpg
Le Concept 26 de Volvo préfigure l'intérieur d'une voiture autonome de niveau 4 - Crédit : Volvo.


Si l'autonome vient à ne plus se limiter aux voitures individuelles, mais est envisagée comme un système global, il y a fort à parier que leur façon de rouler soit si différente de la méthode manuelle qu'un humain aurait bien du mal à se faufiler dans ce trafic d'un nouveau genre. Un peu à l'image de Will Smith dans I, Robot, qui peine à contrôler son Audi lorsqu'il décide de la piloter lui-même.


En attendant que le conducteur devienne un pur spectateur, l'industrie devrait passer par plusieurs phases d'autonomie, dont certaines existent déjà, comme l'assistance au freinage et au stationnement.
Mais lorsque l'IA prend le pas sur l'homme lors de l'essentiel de la conduite, qui devient responsable ?





À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top