En cas d’accident de voiture autonome, qui sera responsable ?

10 septembre 2015 à 17h04
0
Certains assureurs estiment que l'arrivée des voitures autonomes va diminuer le nombre d'accidents. A condition que les responsabilités soient clairement établies en cas de défaillance du système.

Le secteur des assurances anticipe déjà le fonctionnement des relations entre constructeurs, conducteurs lorsque surviendra un accident impliquant une voiture autonome. Plusieurs professionnels du domaine estiment que le fait de rendre ces véhicules encore plus automatisés va modifier l'attention que portent les automobilistes à leur conduite.

Interrogé par Reuters, Zurich Assurances livre sa position. Domenico Savarese, responsable du développement demande : « qui sera responsable en cas de défaillance de l'algorithme ou d'un logiciel ? Les constructeurs seront-ils obligés de surveiller, même après la vente, l'état de fonctionnement du véhicule lorsque surviendra une attaque majeure provenant d'un hacker ».

La société considère également que les automobilistes seront moins attentionnés et se reposeront davantage sur la technologie embarquée. Le professionnel précise : « le constructeur pourrait-il être responsable si un conducteur distrait subit un accident alors même qu'il faisait confiance à son autopilote ? Il est encore trop tôt pour donner une réponse complète ».

0258000008092180-photo-voiture-autonome-google.jpg

A ce jour, la législation n'est en effet pas adaptée à ce type de scénario. En France, un conducteur doit conserver toute son attention sur la maîtrise de son véhicule, en toutes circonstances. Côté sécurité, la question demeure également en suspens. A l'image des services numériques, les constructeurs ne pourront certes pas garantir une sécurité totale mais devraient pousser leurs dispositifs afin de limiter le nombre d'attaques possibles.

Les risques d'attaques ou de défaillances ne seront cependant jamais totalement écartés. C'est pourquoi les assureurs cherchent dès à présent à « déminer » le terrain en plaçant chacun (en particulier les constructeurs) devant ses responsabilités.

Les assureurs ont déjà passé la première

00C8000008159300-photo-obd-ii-drive-smart.jpg
Si l'arrivée des voitures autonomes n'est pas encore pour tout de suite, les automobiles actuelles disposent de plus en plus d'équipements leur permettant d'être constamment connectées. Face à ce phénomène, les assureurs ont d'ores et déjà débuté des tests visant à considérer leurs clients différemment en fonction de leur conduite.

Les conducteurs sont incités à rationaliser leur conduite et leurs déplacements. Ils doivent pour cela accepter qu'un boitier connecté, sorte de mouchard électronique, soit installé dans la voiture. Ce dernier va rapporter des données comme la fréquence des freinages, la vitesse du véhicule, l'heure ou bien encore les coups de volants répétés.

Le secteur de l'assurance tente donc d'aborder le virage du numérique et les transformations qui en découlent. Les professionnels du secteur comptent également sur la motivation financière qui pourrait pousser les conducteurs à accepter d'être en relation quasi-permanente avec leur assureur.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Renault accuse une perte nette de 141 millions d'euros en 2019
L'Europe s'est équipée de parcs éoliens offshore d'une capacité record de 3,6 GW en 2019
Contre toute attente, les Mac auraient été deux fois plus touchés par les malwares en 2019
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Pour les USA, Huawei peut secrètement accéder aux portes dérobées des opérateurs
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
L'iPhone 11 Pro émet deux fois plus de radiations que la limite recommandée
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top