G20 : 24 pays signent une déclaration pour la libre circulation transfrontalière des données

Alexandre Boero Contributeur
01 juillet 2019 à 19h06
0
données personnelles.jpg
© Pixabay

Le Japon est un pays militant de longue date pour la libre circulation des données à travers les frontières.

Lors du G20, terminé ce week-end à Osaka, Donald Trump est apparu, aux yeux des observateurs, comme faisant cavalier sur les plans commerciaux et environnementaux, étant l'unique responsable à ne pas avoir réaffirmé vouloir respecter les engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat. Les choses ont été cependant moins évidentes concernant le numérique, au sens positif du terme, grâce aux efforts du Japon notamment et de son Premier ministre, Shinzo Abe.

Favoriser la libre circulation des données avec des protections relevées


Le leader nippon, qui présidait la réunion du Groupe des vingt ces 28 et 29 juin, tenait à ce que le rendez-vous ne soit pas uniquement formel, comme il tend à le devenir au fil des années. Abe a ainsi annoncé le lancement du « Osaka Track », un cadre visant à favoriser la libre circulation des données avec des protections relevées.

L'« Osaka Track » prévoit d'équilibrer les normes régissant la circulation mondiale des flux de données, en prônant une meilleure protection des informations personnelles, de la propriété intellectuelle et en renforçant de façon significative la cybersécurité. « La mise en place de règles sur les flux de données et le commerce électronique, qui sont les moteurs de la croissance dans le domaine numérique, est une mission urgente », a déclaré Shinzo Abe à l'issue de l'accord.

Les USA, la Chine et la Russie signent la déclaration


Convaincu, Donald Trump a été enthousiaste face au plan du Premier ministre japonais. Pour lui, la libre circulation des données est une véritable composante de l'économie numérique américaine, qui contribue à son succès. « L'économie numérique est un moteur essentiel de la croissance économique, a-t-il affirmé. Dans le même temps, à mesure que nous développons le commerce numérique, nous devons également assurer la résilience et la sécurité de nos réseaux 5G ». Le président des États-Unis n'a tout de même pas manqué l'occasion de remettre le dossier Huawei sur la table.

Cette initiative japonaise a débouché sur une déclaration commune signée par 24 pays, dont la Chine et la Russie, qui ont décidé d'en accepter le contenu, face une UE plus réticente. L'Inde, l'Afrique du Sud et l'Indonésie ne font pas partie des signataires, comme le souhaitait le Japon. Shinzo Abe espère que le G20 donnera l'élan suffisant pour booster les négociations auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). 78 pays se sont dit ouverts à des discussions. La route sera longue...

Source : The Japan Times
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Surprise : les GAFA jugent la taxe GAFA
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top