La business intelligence, nouveau terrain de jeu des géants hi-tech ?

Par
Le 25 novembre 2010
 0
00c8000003779138-photo-business-intelligence.jpg
Positionnement stratégique ou hasard du calendrier ? Toujours est-il qu'il y a beaucoup de mouvement dans le monde de la Business intelligence (BI). Et, fait révélateur, ce sont les plus grandes entreprises du monde hi-tech qui s'époumonent autour de ce marché stratégique pour l'entreprise.

IBM, au premier plan, vient d'annoncer la finalisation du rachat de Netezza. Son ancien partenaire, spécialiste de l'analyse décisionnelle, vient compléter le portefeuille de Big Blue pour l'analyse de marchés. Ce rachat fait suite à celui de Datacap, une entreprise spécialisée dans le traitement des données. IBM a dépensé 1,78 milliard de dollars pour Netezza.

Les deux anciens partenaires comptent ainsi offrir une solution unifiée - serveur, stockage et logiciel inclus - pour le traitement de volumes importants de données. Une poursuite de l'existant, mais sous une marque unique, en somme. Rappelons que pour l'année 2009, le marché de l'analyse décisionnelle représentait 9 milliards de dollars pour IBM, soit un peu moins de 10% de son chiffre d'affaires total. Un chiffre en constante augmentation, selon Big Blue.

On peut facilement croire le géant, tant ses concurrents font le même constat. A l'occasion de l'annonce des résultats annuels de Hewlett-Packard (HP), le PDG Leo Apotheker a annoncé que son groupe allait se concentrer sur les acquisitions dans le secteur de la BI en 2011. La vente de logiciels, avec son poids de 3% dans les revenus 2010 de HP, est encore loin du secteur des serveurs ou des ordinateurs personnels. Mais Leo Apotheker espère doubler voire tripler ces revenus.

Ce n'est pas très étonnant, et si on analysera peut-être a posteriori le tournant vers le logiciel - et la BI - comme la « griffe Apotheker », il faudra se souvenir de son passé. Car avant d'arriver à la tête de HP suite à l'éviction de Mark Hurd, Leo Apotheker avait connu une carrière assez importante chez SAP... Où il a notamment connu le rachat de BusinessObjects en 2007.

SAP, d'ailleurs, n'est pas en reste sur le marché de l'analyse décisionnelle. L'éditeur allemand a voulu marquer le secteur de son empreinte en présentant récemment BusinessObjects BI 4.0. Solution mature, sinon unifiée, elle reste un poids lourd de la BI. Oracle - même s'il est un peu dangereux d'aligner ces deux éditeurs dans le même paragraphe désormais - a également annoncé au cours de l'été passé la version 11 de son Oracle Business Intelligence Enterprise Edition.

L'année 2011 s'annonce donc déjà riche en opérations de fusions et acquisitions, en batailles commerciales, et en tentatives de conquêtes de parts de marché de la part des poids lourds du secteur... En attendant l'arrivée d'un Salesforce de la BI ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top