Test LG SN8YG : une barre de son plus à l’aise avec la musique qu’avec les effets surround

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
18 octobre 2020 à 18h36
1
7

Chez LG, les nombreuses barres de son se différencient à travers le chiffre composant leur référence. Avec un 8, la SN8YG se situe au pied du haut de gamme qui va jusqu’à 11. Cela nous est confirmé par la quantité de canaux couverts nous offrant un premier accès aux formats sonores immersifs avec un minimum de haut-parleurs. Le caisson de basse sans fil fait partie de la dotation. Mais ce n’est pas tout, car cette barre de son est intelligente grâce à l’intégration de Google Assistant.

Les formats Dolby Atmos et DTS:X font appel à des canaux en hauteur afin de créer des effets de verticalité. Pour cela, il faut des enceintes au plafond. Ou bien passer par la solution des haut-parleurs utilisant le plafond comme réflecteur. C’est ce que font toutes les barres de son, leur conception tout-en-un n’offrant pas vraiment d’autre choix. La SN8YG embarque donc deux haut-parleurs dits d’élévation, ce qui en fait un modèle 3.1.2. Les références supérieures passent au 5.1.2 tandis que le haut de gamme SN11RG offre carrément 7.1.4 canaux grâce à des enceintes surround sans fil. Contrairement à certains de ses concurrents, LG a fait le choix des haut-parleurs d’élévation physiques placés derrière des grilles rondes bien visibles. D’autres fabricants, comme Sony par exemple, diffusent ces canaux de façon virtuelle via les haut-parleurs de façade. Nous allons donc vérifier si ces haut-parleurs orientés vers le plafond fonctionnent bien comme annoncé.

Caractéristiques techniques générales

  • Barre de son : 3.1.2
  • Référence : LG SN8YG
  • Haut-parleurs : 3x woofer, 3x tweeters, 2x large bande (Atmos), 1x subwoofer 16,5 cm
  • Amplification : 440 Watts
  • Décodages : Dolby Atmos, DTS:X
  • Connectivité : WiFi, Bluetooth 5, 1x sortie HDMI eARC, 1x entrée HDMI, 1x numérique optique
  • Autres : Google Assistant, Chromecast audio, enceintes surround (5.1.2) en option
  • Prix public indicatif :  599 €

Des grilles métalliques omniprésentes

La SN8YG est une barre de son plutôt imposante. Tant par sa longueur qui dépasse le mètre que par sa profondeur de 12 cm nécessaire pour laisser la place aux haut-parleurs d’élévation installés quasiment à plat. Ce sont des larges bandes couvrant l’ensemble des fréquences. Ils sont accompagnés de trois voies frontales constituées chacune d’un couple médium et tweeter. LG ayant fait le choix du 3.1.2, il n’y a pas de canaux surround et donc aucun haut-parleur dédié. Il est toutefois possible de les ajouter en option via une paire d’enceintes surround sans fil.

Pas de tissu chez LG mais une finition à tendance métallique entre les grilles omniprésentes et le panneau supérieur de couleur grise. On note justement sur la gauche une inscription importante : with Meridian. Meridian est un fabricant anglais réputé de matériel haute-fidélité. Cette association permet à LG de mettre ses barres de son entre les mains d’un acteur majeur du son qui va régler comme il faut le rendu. 

La connectique est limitée à une entrée et une sortie HDMI eARC, ainsi qu’une entrée numérique optique. Elles sont complétées par le Bluetooth et le WiFi. Malgré le volume important de la SN8YG, LG n’a pas réussi à trouver de place pour le transformateur d’alimentation. Il est donc déporté dans un bloc externe pas toujours pratique à cacher.

Le caisson de basse se synchronise sans fil automatiquement avec la barre. Le haut-parleur de 16,5 cm se situe en face avant, derrière un tissu tendu classique. Il est complété par un évent bass reflex largement évasé en face arrière. Le caisson se révèle être assez encombrant pour un haut-parleur de taille modeste. Gageons que le volume interne devrait lui permettre de s’exprimer correctement, même dans de grandes pièces.

Très facile à installer et à prendre en main

Une fois n’est pas coutume, LG a placé un petit afficheur invisible en façade. Il est complété par les quatre LED habituelles des enceintes intégrant Google Assistant. La SN8YG nous répond après nous avoir écouté grâce à ses deux micros situés sur le panneau supérieur. On y trouve également quelques touches sensitives pour le volume, l’allumage/extinction et la lecture, le tout accompagné du logo Google. 

Une petite télécommande aux touches caoutchouteuses offre un peu plus de possibilités avec surtout le choix des différents modes sonores. Le tout étant bien entendu confirmé à chaque fois par l’afficheur. Le CEC fonctionne très bien de concert avec le téléviseur pour allumer et éteindre la barre. L’entrée optique peut être définie comme prioritaire, elle allumera alors automatiquement la barre sur détection d’un signal audio. Cette fonction s’adresse aux téléviseurs dépourvus de prise HDMI ARC.

Google Assistant oblige, il faut passer par l’application mobile Google Home pour connecter la barre au WiFi. La procédure est maintenant archi connue et ne prend que quelques minutes. À son issue, la SN8YG répond à nos ordres vocaux et devient un lecteur Chromecast Audio auquel on peut faire lire à peu près n’importe quelle source audio dématérialisée.

L’intégralité de l’installation s’accompagne d’aides vocales en français, un excellent point. Il est possible de lancer de la musique ou de contrôler le volume sans encombre ni incompréhension. Malheureusement, il ne semble pas possible de basculer d’une entrée à une autre, du Chromecast vers la TV (HDMI ARC) par exemple. Seule la bascule vers le Bluetooth fonctionne depuis un ordre vocal.

Un rendu HiFi au détriment de l’ouverture sonore

Commençons par préciser que tous les formats audio multicanaux sont supportés avec confirmation via I’afficheur qui indique Atmos ou DTS X par exemple. Cette barre a la particularité de proposer un calibrage automatique appelé AI Room Calibration. Pour cela, encore faudrait-il que LG indique dans le manuel comment l’effectuer ! Pas un mot, il faut se débrouiller seul. Par expérience, nous nous sommes doutés qu’il fallait se rendre dans l’application LG Wifi Speaker. Bingo. On retrouve ici tous les réglages accessibles à la télécommande, et le calibrage en plus. Ce dernier est assez rapide en jouant des signaux sur les différents canaux.

Lorsque l’on passe le test des différents canaux un à un, on se rend compte que les haut-parleurs droit et gauche ne sont pas positionnés aux extrémités de la barre mais entre le centre et les haut-parleurs d’élévation. D’où une sensation de son assez resserré globalement. Les canaux surround sont joués eu même endroit. Tandis que les canaux d’élévation sont entendus exactement où ils se trouvent, c’est-à-dire juste au-dessus de la barre mais pas du tout au plafond, alors que d’autres barres savent le faire. Résultat à l’écoute : le Dolby Atmos reste timide dans son épanouissement. La scène sonore dessine une zone approximative de 2 mètres de large sur 1 mètre de haut. Il y a des effets de réverbération qui donnent de l’ampleur mais tout reste contenu dans ce cadre. Les effets sensés venir du plafond viennent du haut de l’écran, ce qui n’est déjà pas si mal. Les effets latéraux sont inexistants et l’option des enceintes surround devient alors indispensable si vous cherchez vraiment à baigner dans l’action.

Il faut absolument effectuer le calibrage présentant un effet bénéfique sur l’ouverture sonore. Avec plus d’ampleur, les voix décollent de la barre. Après calibrage, il suffit d’activer en permanence le mode AI Sound Pro. Il n’y a pas besoin de chercher ailleurs, il fait un excellent travail quelle que soit la source en adaptant le rendu de façon dynamique. Ou peut-être remonter de temps en temps le niveau du caisson pour un peu plus de peps. Il est assez costaud à partir du moment où il est bien réglé. Son rendu est rond, peu démonstratif, ne cherchant pas à faire ce qui n’est pas dans ses cordes. LG nous offre à ce niveau une capacité de personnalisation rarement vue puisque l’on peut intervenir séparément sur le niveau de la voie centrale, des effets surround et de plafond ainsi que sur le niveau du caisson. 

A l’avantage de la SN8YG on note une intelligibilité vraiment très bonne avec des timbres respectés, un rendu particulièrement hifi, très posé, très neutre, quand la plupart des barres concurrentes sont colorées et peu fidèles. En écoute musicale, les modes Standard et Music respectent bien le signal d’origine. En revanche, le mode Blast sensé faire exploser les graves est peu intéressant, vous pouvez vous en passer.

Prix et concurrence

La SN8YG se retrouve face à des barres de son équipées d’un caisson de basse mais sans la compatibilité Atmos et DTS:X. Il y a par exemple au même prix la JBL Bar 5.1, la Klipsch Cinema 600 ou la MusicCast Bar 400. La Sony HT-G700 coûte 100 euros de moins avec l’Atmos et le DTS:X mais elle n’a aucune connectivité réseau et encore moins un assistant vocal intégré. Toutefois la Sony reproduit une scène sonore plus imposante que la SN8YG sans posséder de haut-parleurs d’élévation physiques.

L’avis de Clubic

Avantage majeur à mettre au crédit de la barre de son LG SN8YG : elle accepte tous les formats sonores multicanaux, Dolby comme DTS. Vous ne risquerez jamais de vous retrouver avec une barre muette. Second avantage, la qualité sonore. L’intervention de Meridian ne doit pas être étrangère au résultat. C’est ce que nous avions déjà remarqué sur les dernières créations audio LG, cette fidélité dans le médium qui s’approche de celles des enceintes traditionnelles. Pour que ce soit parfait, il faudrait un peu plus de poids dans le bas-médium, ce qu’il est difficile d’obtenir avec des haut-parleurs aussi petits. C’est sur la restitution home cinema qu’elle est peu moins expansive, avec peu d’effets surround et un caisson plutôt calme. Si vous cherchez une écoute neutre et pas fatigante sur la durée, alors la SN8YG est un très bon choix.

LG SN8YG

7

La barre de son LG SN8YG bénéficie d’excellentes qualités de restitution en termes de fidélité sonore qui met l’accent sur la scène frontale, mais l’ambiance surround s’en retrouve limitée.

Les plus

  • Dolby Atmos & DTS:X
  • Google Assistant & Chromecast intégrés
  • Calibrage AI Room
  • Rendu doux et neutre
  • Afficheur en façade

Les moins

  • Peu démonstrative
  • Effets de hauteur limités
  • Imposante

Films 6

Musique 7

Connectivité 8

Ergonomie 9

Finitions 8

1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Test du Google Pixel 4a 5G : il cachait (très) bien son jeu
Comment un antivirus détecte-t-il un virus ?
The Americans : l'espionnage en pleine guerre froide n'a jamais été aussi passionnant (et accessible)
Raspberry Pi : notre top 10 des projets les plus insolites
C'est officiel, le film Willow (de 1988) aura droit à une suite, sur Disney+
Road trip électrique : tout ce que vous devez savoir pour voyager sereinement
eToro (Avis 2020) : notre test de cette plateforme crypto alléchante mais risquée pour les débutants
Retour dans la matrice avec Matrix Reloaded, au delà des apparences
Après Lewis Hamilton, Nico Rosberg rejoint l'Extreme E
Xbox Series X : nos impressions après trois semaines de test
scroll top