Test Google Pixel 4a : toujours le boss de la photo à moins de 400 euros

Gabriel Manceau
Spécialiste Smartphone
03 août 2020 à 17h00
20
7

Déclinaison plus abordable du Google Pixel 4, le Pixel 4a succède au très populaire Pixel 3a. En 2019, ce dernier proposait la meilleure expérience photo sur un smartphone milieu de gamme. Aujourd'hui, on retrouve pour moins de 400 euros d’excellentes références comme le Xiaomi Mi 10 Lite, le Realme 6 Pro encore le OnePlus Nord.

La promesse du Google Pixel 4a est de fournir une expérience photo identique à celle d’un Pixel 4, pour un tarif beaucoup plus abordable. Autre “nouveauté” cette année, Google ne lance (pour l'instant) pas de version “XL” du Pixel 4a comme cela a été le cas avec les 3a et 3a XL. L’avenir nous dira si un modèle grand format (et 5G ?) verra ou non le jour.

Pour des raisons sanitaires, Google n’a pas tenu de Google I/O en 2020. C’est lors de cette conférence que le géant de Mountain View avait présenté son Pixel 3a l’année dernière.

Le dos marque très peu les traces de doigts, un excellent point.

Après avoir été repoussé à plusieurs reprises, le nouveau milieu de gamme de Google est enfin là. Une attente en valait-elle la peine ? La réponse tout de suite, dans notre test complet du Google Pixel 4a !

Google Pixel 4a : la fiche technique

Sur le papier, la fiche technique du Pixel 4a ne fait pas rêver. Point d’écran 90 Hz, de 5G, de recharge super rapide ou de nombreux capteurs photo. Mais ne sous-estimons pas Google qui a déjà prouvé par le passé qu'une bonne optimisation logicielle peut faire une vraie différence sur les performances d’un smartphone.

"OUI, LES CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DU GOOGLE PIXEL 4A SONT EN RETRAIT PAR RAPPORT à LA CONCURRENCE"

La première bonne nouvelle vient de la capacité de stockage qui est cette fois de 128 Go. C’est bien mieux que les 64 Go des modèles précédents. La prise mini-jack 3.5 mm est également de la partie. En revanche, Google ne permet toujours pas d’ajouter de carte microSD ni de seconde nanoSIM physique sur son téléphone. Il faudra pour cela passer par l’eSIM.

  • Écran : OLED de 5,81 pouces (19,5:9) avec définition Full HD+ de 2340 x 1080 pixels (443 ppi, 60 Hz, HDR). 
  • Processeur : Snapdragon 730G (8nm), six cœurs (2,2 GHz + 1,8 GHz).  
  • GPU : Adreno 618
  • Mémoire vive : 6 Go LPDDR4X 
  • Stockage interne : 128 Go (non extensible via carte microSD) 
  • Batterie : 3140 mAh, recharge rapide 18 W, pas de recharge sans-fil. 
  • Étanchéité : non 
  • Prise mini-jack 3,5 mm : non
  • Audio : haut-parleur stéréo
  • Appareil photo arrière : 12 mégapixels dual-pixel ƒ/1.7, 1.4 µm, EIS + OIS

    • Vidéo : 4K@30fps, 1080p@30/60/120fps, 720p@240fps 
  • Appareils photo avant : 8 mégapixels ƒ/2.0, 1.12µm 

    • Vidéo : 1080p@30fps
  • Déverrouillage : capteur d’empreintes derrière le téléphone
  • SIM : une seule nanoSIM + eSIM
  • Compatible 5G : non 
  • Connectivité : Wi-Fi 2.4 GHz + 5 GHz 802.11a/b/g/n/ac 2x2 MIMO, Bluetooth 5.1 + LE, A2DP (codecs HD: AptX, AptX HD, LDAC, AAC), NFC
  • Dimensions : 144 x 69,4 x 8.2 mm 
  • Poids : 143 grammes 
  • OS : Android 10 + 3 ans de mises à jour d'OS et de sécurité
  • Coloris : Noir
  • Prix : 349€
  • Disponibilité : en précommande dès le 10 septembre, en vente dès le 1er octobre 2020.

Les caractéristiques techniques du Google Pixel 4a sont en retrait par rapport à la concurrence, mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué (aucun animal n’a été blessé pendant ce test).

L'adaptateur fourni sert au transfert des données depuis votre ancien smartphone.
Le chargeur 18W du Google Pixel 4a

Dans la boite du Google Pixel 4a, on retrouve avec le téléphone un chargeur “rapide” de 18W, des écouteurs filaires, une petite clé pour ouvrir la trappe SIM, et les guides de démarrage. Nous n’aurions pas dit non à une coque de protection en silicone ou une protection d’écran, mais il faudra faire sans.

Design :  Google se met à la page

Un vrai bond en avant en matière de design par rapport au Pixel 3a (et même au Pixel 4).

Le Google Pixel 3a avait un design anachronique. Google semble avoir entendu les critiques et propose ici quelque chose de bien plus moderne pour son Pixel 4a. Au revoir les larges bordures au-dessus et en dessous, l’écran occupe maintenant une très grande partie de la face avant. Le “menton” du téléphone est un peu plus large que la bordure supérieure, mais le Pixel 4a n’a pas à rougir face à la concurrence sur ce point. Cette fois, la caméra avant est discernement intégré sous forme de poinçon sur la partie supérieure gauche de l’écran.

Le dos et le contour du téléphone sont en plastique noir. Le matériau polycarbonate utilisé est de bonne qualité et l’ensemble vient parfaitement épouser l’écran. Le smartphone respire la solidité. Autre bon point, la finition est mate, ce qui permet au Pixel 4a de ne pas marquer les traces de doigts (si vous mangez des frites, éventuellement).

Le bon vieux lecteur d'empreinte au dos, toujours très réactif.

Au dos, on retrouve un module carré dans lequel se trouve l’unique capteur photo, accompagné de son flash LED. On ne peut s’empêcher de penser qu’un module d’une autre forme aurait pris moins de place. Enfin, le lecteur d’empreinte digitale se trouve au dos. Il tombe parfaitement sous l’index et se montre bien plus réactif que la plupart des capteurs situés sous l’écran. Pour le positionnement, c’est une affaire de gout dans la mesure où les deux ont leurs avantages et inconvénients.

Sur la tranche gauche, on retrouve la trappe pouvant abriter une nanoSIM, mais pas de microSD. Sur la droite, on retrouve les boutons de réglage du volume en noir, et le bouton de mise sous tension en blanc. Les boutons sont de qualité et cliquent bien sous le pouce pour les droitiers, ou l’index pour les gauchers.

La tranche inférieure abrite deux trous pour le premier haut-parleur, et le connecteur USB-C. Enfin, on retrouve sur la tranche supérieure la prise casque 3.5mm. Un “petit plus” dont certains concurrents ont préféré se passer.

"Ses bordures contenues et son écran de 5,81 pouces font du Google Pixel 4a l'un des smartphones les plus compacts de l’année"

Le choix du plastique n’est pas anodin dans la mesure où il permet, en plus de faire des économies, d’alléger le téléphone. En effet, avec seulement 143 grammes sur la balance, le Pixel 4a est un des mobiles les plus légers qu’il nous ait été donné de tester depuis longtemps. Son poids plume et son revêtement font que le Pixel 4a ne vous glissera pas facilement des mains.

Gauche : Google Pixel 4a - Droite : OnePlus Nord.
Le Pixel 4a est plus compact que son concurrent du jour.

Un mot également sur le gabarit du téléphone. Dès la première prise en main, on redécouvre le confort d’utiliser un “petit” téléphone, avec un format 20:9 qui facilite l’usage à une main. Il tiendra également très facilement dans toutes les poches. Ses bordures contenues et son écran de 5,81 pouces font du Google Pixel 4a un des smartphones les plus compacts de l’année. Un design moderne qui laisse présager de bonnes choses pour les futurs smartphones de Google.

Un écran AMOLED 60 Hz de qualité

Les meilleurs smartphones milieu de gamme offrent une qualité d’écran de plus en plus impressionnante. Des technologies comme l’OLED et le 90 Hz ne sont plus uniquement réservés aux mobiles haut de gamme. Pour son Pixel 4a, Google a fait le choix d’une dalle OLED de 5,81 pouces, avec définition Full HD+ de 2340 x 1080 pixels. De quoi lui offrir une résolution confortable de 443 ppi.

Le Google Pixel 4a se contente du 60 Hz.
À gauche le Pixel 4a, à droite le OnePlus Nord

En revanche, et contrairement au Realme 6 Pro ou au OnePlus Nord, point de 90 Hz ici. Google a voulu faire des économies et préserver au mieux sa batterie en proposant un écran "classique" de 60 Hz. Certes, le 90 Hz n’est pas indispensable, mais il apporte un vrai confort d’utilisation et certains concurrents ont fait l’effort de le proposer. Peut-être que Google n’a pas voulu faire trop d’ombre à son Pixel 4 qui, lui, est équipé d'une dalle 90 Hz.

Cela n’empêche pas le Pixel 4a d’offrir un écran de qualité. L’écran OLED affiche des noirs parfaits et un excellent contraste. La colorimétrie est bonne, mais la balance des blancs n’est pas parfaite. Le blanc affiché à l’écran tire légèrement vers le jaune. Malheureusement, Google ne propose que trois modes de couleurs sur son Pixel 4a : “adaptatif”, “contrasté” et “naturel”. Nous aurions aimé avoir accès à des paramètres d’écran plus avancés pour régler ça de manière plus précise.

Nous aurions apprécié des réglages d'écran plus fins.

La dalle est en revanche très lumineuse, ce qui la rend parfaitement lisible, même en plein soleil. Pour le soir, le mode “éclairage nocturne” viendra protéger vos yeux et faciliter la lecture lorsque la luminosité est faible en appliquant un filtre rouge ambré à l'écran.

Le mode "Always-on" est bien sûr de la partie pour afficher les informations comme l’heure ou vos notifications. Il n’est pas activé par défaut, il faudra vous rendre dans les paramètres pour le faire.

Une expérience audio peu convaincante

Le Google Pixel 4a est équipé de deux haut-parleurs. Le premier se trouve juste au-dessus de l’écran, et le second sur la tranche inférieure du téléphone. Leur puissance est égale, mais ne montez pas au-delà de 60% sous peine d’entendre les "speakers" saturer. Le son délivré semble malheureusement “étouffé” dans la coque.

Des écouteurs filaires basiques sont fournis dans la boite. La prise jack est toujours de la partie !

Bonne nouvelle, la prise jack est toujours de la partie. Les écouteurs filaires fournis dans la boite sont en revanche très basiques. Le rendu sonore fait la part belle aux mediums, au point d’en oublier les aigus et les basses. Aucun égaliseur n’est malheureusement présent dans les paramètres audio.

Nous regrettons également que le kit mains libres n’ait qu’un bouton. Nous aurions souhaité pouvoir régler le volume sonore sans avoir à prendre le téléphone en main.

Pour une meilleure qualité audio, vous pourrez toujours vous tourner vers des écouteurs sans fil, dans la mesure ou le Pixel 4a est compatible avec le Bluetooth 5.1 et les codecs AptX, AptX HD, LDAC et AAC.

Nous avons testé la fonction “sous-titres instantanés” qui permet d’avoir une version texte en temps réel de tout ce qui est diffusé sur le smartphone (vidéo, musique, podcasts, appels audio et vidéo, etc.) sans avoir besoin d’accès à internet. Malheureusement, cette fonctionnalité n’est disponible qu’en anglais et ne fonctionne pas sur Spotify où les sous-titres affichent simplement “Musique”, y compris sur des chansons en anglais. Les sous-titres fonctionnent en revanche bien sur YouTube, ce qui a peu d’intérêt dans la mesure où l'application les propose déjà.

Interface : du pur Android dopé à l’IA  

L’optimisation et les fonctionnalités logicielles ont toujours été les grandes forces des smartphones de Google. Vous vous en doutez, Android 10 est de la partie, dans sa plus simple expression, mais toujours aussi efficace.

En achetant un smartphone Pixel, Google promet un suivi de 3 ans concernant les mises à jour d’Android et les mises à jour de sécurité, ce que peu de constructeurs proposent. De quoi profiter des nouveautés logicielles à venir.

Android 10 : simple et efficace.

Google encourage également l’utilisation de ses services en offrant 100 Go de stockage pendant 3 mois via son service Google One. La fonction “stockage intelligent” dans les paramètres va dans ce sens, en supprimant (si vous le souhaitez) les photos locales qui sont déjà stockées dans le cloud.

Le Pixel 4a vous permet de personnaliser l’interface grâce à une série de thèmes. Ces derniers changent la forme et la couleur des icônes, mais également la typographie du système. Vous retrouverez également un large choix de fonds d’écrans. Nous sommes en revanche assez loin du niveau de personnalisation que peuvent offrir certaines interfaces concurrentes.

On retrouve bien sûr la navigation par gestes introduite depuis Android 10, ou encore le thème sombre, mais également quelques fonctionnalités logicielles réservées aux téléphones Pixel. Pour nous aider à les appréhender, Google met à disposition l’application “Astuces Pixel” qui regroupe les principales fonctionnalités du smartphone.

Google Assistant est au cœur du Pixel 4a. Il est possible de l’activer par la voix, en faisant un mouvement en diagonale depuis un des coins inférieurs de l’écran, ou en appuyant sur l’icône du micro dans la barre de recherche. En revanche, il n’est pas possible de l’activer en pressant les bords du téléphone (Active Edge) comme c’est le cas sur le Pixel 4.

Puisque l’on parle des absents, notons l'absence du “Face unlock” qui était une des raisons expliquant la grosse bordure en haut de l’écran du Pixel 4. Bordure qui est ici absente, tout comme cette fonction de déverrouillage par reconnaissance faciale 3D.

Une personnalisation assez basique de l'interface.

Vous ne retrouverez pas non plus la fonction “Motion Sense” pour changer de musique ou déverrouiller le smartphone d’un mouvement au-dessus de l’écran. Cette fonction est ingénieuse, mais très accessoire, et ne nous manque pas particulièrement.

Le "copier/coller intelligent" extrait d'une sélection certains éléments pour les utiliser rapidement, comme une adresse pour l’ouvrir dans Maps ou un numéro de téléphone pour lancer un appel rapidement. Google assure que ces informations ne sont jamais stockées ou enregistrées.

La fonction d’enregistrement est également une bonne idéé, sur le papier. Elle fonctionne hors-ligne et peut transcrire en temps réel l’enregistrement en texte... Mais encore une fois, la retranscription est en anglais, même si vous parlez en français (et non, ce n’est pas une traduction de ce que vous dites) !

La fonction de recherche (mot, phrase, musique) dans vos enregistrements audio est également pratique pour ne pas avoir à réécouter la séquence en entier. Et ui, cela ne fonctionne qu’en anglais pour l’instant.

Google Duo est intégré directement depuis l’application téléphone. Un raccourci pratique pour les appels en visio, à condition que votre interlocuteur utilise également Google Duo.

Si Android dans sa version la plus pure vous convient, le Google Pixel 4a tient toutes ses promesses. L’interface est claire, épurée, rapide. Si vous souhaitez profiter de toutes les dernières avancées logicielles de Google dopées à l’intelligence artificielle, et que vous cherchez une interface personnalisable, vous risquez en revanche de rester sur votre faim.

De bonnes performances, à une exception

Comme nous l’avons constaté sur la fiche technique, le Google Pixel 4a est équipé d’un processeur Snapdragon 730G de huit cœurs. 6 Go de RAM et un GPU Adreno 618 viennent compléter le trio en charge d’assurer les performances du téléphone.

Des performances en retrait face à la concurrence.

Une configuration bien moins musclée ses concurrents directs comme le OnePlus Nord et le Xiaomi Mi 10 Lite qui sont eux équipés d’un SoC 765G et de 8 ou 12 Go de RAM pour le smartphone de OnePlus.

Dans les benchmarks, nous ne sommes donc pas étonnés de retrouver des scores moins élevés. 1591 sur Geenbench en multicœurs contre 1907 pour le Nord, et 1942 pour le Mi 10 Lite. Même constat sur AnTuTu avec un score global de 279 812 pour le Pixel 4a, contre 332 897 pour le Nord et 320 722 pour le Mi 10 Lite.

Aucun problème notable sur Call of Duty Mobile.

La dénomination “G” du SoC indique que le processeur du Pixel 4a est taillé pour le jeu. Nous l’avons mis au défi sur Call of Duty Mobile. Par défaut, le jeu recommande pour notre configuration une qualité des graphismes réglés sur “élevé”. Même constat pour la fréquence d’images par seconde qui est également réglée sur “élevé”.

Avec ces paramètres, nous avons joué longuement à Call of Duty Mobile en profitant d’une expérience très fluide. Nous n’avons rencontré aucun ralentissement notable pendant nos sessions multijoueurs. À titre de comparaison, le jeu tournait également très bien sur le OnePlus Nord, mais le réglage conseillé pour les graphismes était “moyen”, bien que le titre soit, lui aussi, parfaitement fluide avec des graphismes “élevés”.

Dans ces conditions, Fortnite n'est pas parfaitement fluide.

Sur Fortnite, c’est une autre histoire. Le jeu propose pour le Pixel 4a un rafraichissement de l’image de 30 IPS maximum, et des préréglages de qualité sur “moyen”. Même dans cette configuration, nous avons rencontré plusieurs ralentissements lors de séquences mouvementées. Pour reprendre notre comparatif avec le OnePlus Nord, ce dernier était bien plus stable à 30 IPS avec des graphismes calibrés sur “épique”.

Autonomie : une journée, pas beaucoup plus

La batterie du Google Pixel 4a est de 3140 mAh. C’est mieux que les 2800 mAh du Pixel 4 et les 3000 mAh de son prédécesseur le Pixel 3a. Google utilise bien sûr le machine learning pour prolonger l’autonomie de la batterie. Cette fonction est activée par défaut et permet de désactiver ou limiter l’activité de certaines applications qui s’exécutent en arrière-plan.

Malheureusement, cela ne suffit pas à faire des progrès significatifs en matière d’autonomie. La batterie du Pixel 4a est capable de tenir la distance pendant une grosse journée, rarement au delà. Vous pourrez le pousser à une journée et demi si vous le sollicitez peu.

Allumé à 6h du matin, le téléphone est tombé à 8% vers 23h. Notez que nous n’avons lancé aucun jeu 3D pendant la journée. Nous avons également constaté une chute significative en fin de journée, préiode pendant laquelle nous avons pris beaucoup de photos avec le téléphone.

La recharge rapide 18% semble aujourd’hui un peu juste, y compris sur un mobile milieu de gamme. En 30 minutes, le téléphone récupère +48% de batterie (contre +64% du OnePlus Nord et son chargeur 30W). La recharge complète se fait quant à elle en 1h20 environ (contre 50 minutes pour le OnePlus Nord).

Un appareil photo toujours aussi impressionnant

Contrairement à son grand frère le Pixel 4, ce modèle 4a ne profite pas d’un téléobjectif. Il reprend en revanche son capteur principal de 12 mégapixels (objectif 27 mm) dual-pixel avec ouverture ƒ/1.7.

Mais avant de parler de la qualité des clichés, intéressons-nous à l’application photo. Un double clic sur le bouton de mise sous tension permet d’ouvrir l’application caméra rapidement. Cette dernière est simple et efficace. On retrouve le mode automatique, le mode portrait, le mode “vision de nuit”, le mode vidéo et un onglet “plus” dans lequel se trouvent les autres modes : Panorama, Photo Sphere, Ralenti, Accéléré et Lens.

Google Lens permet de rechercher ce que vous voyez. Que ce soit pour faire du shopping, copier, lire ou traduire du texte, Google Lens se montre très pratique dans certaines situations.

Passons maintenant à la qualité des clichés capturés. Encore une fois, l’unique capteur du Pixel 4a impressionne. En plein jour, les clichés offrent un bon niveau de détails, y compris en contre-jour. Le mode HDR offre une excellente plage dynamique, avec des zones en haute comme en basse lumière parfaitement retranscrites. Les couleurs sont également reproduites de manière très naturelle.

Certes, un capteur ultra grand-angle aurait été appréciable, mais pour ce qui est du zoom ou des photos en macro, le résultat n’a pas grand-chose à envier à la concurrence. Sans mode photo ou capteur spécifique, les clichés macro sont largement supérieures à ce proposent un OnePlus Nord, qui a pourtant un objectif macro dédié…

Le mode portrait est également l'un des meilleurs qu’il nous ait été donné de tester sur un smartphone milieu de gamme, si ce n’est le meilleur. C'est vrai sur le capteur principal comme sur le capteur avant de 8 mégapixels. Le bokeh logiciel est très convaincant : le détourage est précis, même s’il rencontre parfois quelques accrocs. Le flou logiciel progressif est très agréable à l’œil.

Mais c’est bien sur les images de nuit que nous attendions le Pixel 4a au tournant. Sur ce point, il ne déçoit pas. Si le mode automatique n’offre pas un rendu satisfaisant la nuit, le mode “vision de nuit” porte parfaitement son nom.

En allongeant le temps de pose, l’appareil photo capte beaucoup plus de lumière pour un rendu au-delà de ce que l’œil humain peut voir dans les mêmes conditions. Le rendu n’est certes pas naturel, mais impressionnant de détails lorsque l’on compare à la scène originale.

Mode automatique, sans zoom.

Le Pixel 4a n’a pas de  téléobjectif, mais cela ne l’empêche pas de proposer un zoom numérique convaincant. La qualité est très bien préservée jusqu’à x2, voire x3. Le zoom permet d’aller jusqu’à x7, mais les clichés seront nettement moins détaillés.

Zom x3.5 à gauche, zoom x7 à droite.

Côté vidéo, le capteur arrière du Google Pixel 4a filme en 4K 30 im/s et le capteur avant en 1080p 30 i/s. La stabilisation d'image est efficace et il est possible de zoomer numériquement jusqu'à x7, même si on vous conseille de ne pas dépasser le x2 pour garder une qualité d'image décente.

Sans forcer, et comme son prédécesseur, le Google Pixel 4a tient la dragée haute sur la partie photo à ses concurrents sur le milieu de gamme. Google semble toujours avoir une belle longueur d'avance sur le terrain de l'optimisation logicielle. Pour autant, on espère que le géant américain ne va pas se reposer sur ses lauriers en proposant à l'avenir plus de polyvalence et encore plus de qualité.

Prix et disponibilité du Google Pixel 4a

Le Google Pixel 4a sera disponible en précommandes à partir du 10 septembre 2020, et en vente dès le 1er Octobre 2020 sur le Google Store France, ainsi que chez Bouygues Telecom, Orange, SFR, FNAC/Darty et Boulanger au prix de 349 €.

À ce tarif, il fait face à de sérieux concurrents comme le OnePlus Nord, le Xiaomi Mi 10 Lite, le Realme 6 Pro ou encore l’iPhone SE 2020.

Google Pixel 4a : l’avis de Clubic

Nous attendions avec impatience le Pixel 4a. Google a corrigé certains problèmes du Pixel 3a en offrant à son nouveau modèle un design plus moderne qui n’a rien à envier à la concurrence. Son format compact et son poids plume en font un smartphone très agréable à manipuler au quotidien. L’écran OLED, bien qu’il ne soit pas 90 Hz, est également de qualité. Et que dire de l’unique capteur photo qui, encore en 2020, donne une leçon à la plupart des modules embarqués chez ses concurrents milieu de gamme.

Mais le Google Pixel 4a traine encore quelques boulets du passé. Le plus gros étant son autonomie. Certes, l’écran du smartphone est moins grand que ceux de ses concurrents, mais la taille de la batterie évolue peu, et Google se montre incapable d’optimiser la consommation énergétique de son propre OS pour offrir plus d'une journée d'autonomie à son téléphone.

Les performances en demi-teinte, le manque de personnalisation de l’interface et les fonctionnalités non compatibles avec la langue de Molière pèsent également sur notre appréciation finale du téléphone. Le Google Pixel 4a, il n’en reste pas moins un smartphone très agréable à utiliser au quotidien.

Google Pixel 4a

7

Entre progrès et stagnation, le Google Pixel 4a nous laisse sur notre faim. On apprécie le vrai tournant pris par Google en matière de design, son format compact et léger devenu trop rare, son bel écran OLED et son capteur photo toujours aussi impressionnant. Mais cela ne suffit pas à cacher une autonomie trop juste qui n’évolue pas par rapport au modèle précédent, ainsi que des performances en demi-teinte par rapport à la concurrence et une expérience logicielle efficace, mais amputée de plusieurs fonctionnalités en français. Un smartphone tantôt génial, tantôt décevant que l’on aimerait adorer. L'attente risque d’être longue jusqu’à la sortie du Pixel 5a.

Les plus

  • Compact et léger
  • Écran OLED lumineux
  • Android sans fioritures
  • La prise mini-jack est toujours là
  • Un capteur photo toujours aussi impressionnant

Les moins

  • Autonomie un peu juste et recharge pas si rapide
  • Partie audio décevante
  • Pas de microSD, de certification d’étanchéité ni de 5G
  • Beaucoup fonctionnalités incompatibles en français
  • Performances en jeu

Design 8

Ecran 8

Logiciel 7

Autonomie 6

Photographie 9

Audio 6

20
15
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
Cyberpunk 2077 : malgré les promesses de CD Projekt, le studio passe en mode crunch
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
scroll top