Dans le rush dès la rentrée ? Ralentissez le rythme

12 septembre 2016 à 11h10
0
Peur de partir trop tôt malgré le travail terminé, sentiment de s'être mal organisé ? La traditionnelle journée de 8 heures par jour possède de nombreux inconvénients. De quoi tester des journées plus courtes, mais mieux organisées.

Le modèle est classique. Une arrivée relativement matinale en fonction des transports ou de la circulation, pour un départ tardif lorsque les bureaux se dégarnissent. Malgré la charge de travail, les journées peuvent se suivre et, bien souvent, se ressembler. A tel point que chacun peut prendre des habitudes, parfois tenaces.


Poids de l'habitude, peur de rompre avec les conventions de la hiérarchie ? Qu'est ce qui empêche un collaborateur de partir une heure plus tôt chaque jour (et de travailler une heure de moins que ces collègues) ? Plusieurs pays ont mené des expérimentations afin de tester d'autres formes d'organisation du travail.

L'objectif de ces expériences était de comprendre dans quelle mesure il est possible d'augmenter la productivité d'un salarié, sans toutefois le charger d'avantage, ni lui demander de réaliser plus de tâches. Certains métiers ont donc servis de « cobayes » dans des tests menés grandeur nature.

03E8000008464736-photo-travail-fatigue-collaboration.jpg


Travailler 6 heures par jour, pas plus

La Suède a mené plusieurs expérimentations sur des groupes différents de nourrices pendant une année complète. Celles qui étaient « contraintes » de ne travailler que 6 heures au quotidien ont pris moitié moins de congés maladie. Au contraire, elles étaient davantage disposées (en moyenne, 2,8 fois moins que le groupe aux horaires traditionnels) à ne prendre aucune pause pendant des périodes de deux semaines consécutives.

Parmi les autres constats relevés par le site The Independent, les personnes travaillant quantitativement moins se sont révélées plus enthousiastes à l'idée d'accomplir de nouvelles tâches ou de consacrer leur temps libre à d'autres activités, y compris professionnelles. Pour les observateurs, le bilan est donc positif. Réduire le temps de travail peut permettre d'augmenter la productivité du collaborateur.

08311556-photo-droit-la-d-connexion-stress-travail-byod.jpg


Ces tests n'ont certes qu'une valeur relative et cela dépend non seulement du type de travail fourni, mais également des obligations inhérentes à certaines fonctions. Les tâches répétitives ou qui ne demandent peu, voire pas de modification quotidienne pourraient cependant être intéressés par ce type d'organisation du temps de travail.

D'autant qu'ils risquent de se heurter à la barrière de la tradition. Dans de nombreux pays, le fait de partir plus tôt (ou de commencer sa journée plus tardivement) peut être interprété comme un manque d'implication ou de sérieux de la part du collaborateur.

La loi des rendements décroissants

Etablir une relation entre productivité, qualité de vie et travail n'est pas récent. Plusieurs études ont déjà tenté de se saisir de la question en l'interrogeant a contrario. Une expérimentation conduite par l'université américaine Stanford s'est par exemple intéressée à ceux qui travaillent plus de 50 heures par semaine.

L'étude (.pdf) s'attache à démontrer que dans 20% des cas, les sujets en situation de travail extrême font plus d'erreurs que les autres. Ces mêmes personnes peuvent également ressentir de la colère à l'endroit d'autres collaborateurs et s'avèrent davantage stressés.

08301702-photo-stress-travail-e-mail-email.jpg


Un constat qui se rapproche d'une théorie économique dite « loi des rendements décroissants ». Cette dernière interroge un fait. A partir de quel moment le fait d'ajouter un élément de production (une machine ou un salarié) augmente-t-il la productivité générale ? Pour comprendre, prenons un exemple simple. Par principe, plus on augmente le nombre de travailleurs, plus le nombre de biens produits augmente. Cependant, cette hausse a tendance à décroître à un certain niveau à partir duquel tout ajout de nouveau travailleur ne sera plus aussi efficace. Le rendement induit par l'addition d'un nouveau collaborateur sera alors décroissant.

Appliqué à l'organisation du travail, cette théorie peut trouver une application. Un salarié qui ne définit pas clairement son temps de travail ou qui surévalue sa capacité à réaliser l'ensemble de ses activités pourrait devenir moins rentable. Son intérêt réside donc dans le fait de limiter, voire de réduire son temps d'activité professionnelle.


Toujours est-il que la traditionnelle journée de 8 heures semble avoir vécu. Héritée de la période post-révolution industrielle, elle paraît inadaptée à présent que des outils technologiques permettent à chacun de travailler en situation de mobilité ou même à la maison.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Allongé et endormi
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes

Sur le même sujet

Charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top