Alibaba place ses pions avant d'entrer en bourse

01 juin 2018 à 15h36
0
Alibaba est entré au capital du spécialiste américain de la livraison ShopRunner, allongeant la liste de ses investissements stratégiques. Le but est d'assurer ses arrières avant son arrivée en bourse.

012C000006479044-photo-alibaba-logo.jpg
L'entrée à la bourse de Hong Kong approche. En attendant, Alibaba continue ses emplettes stratégiques en entrant au capital de l'américain ShopRunner, un spécialiste de la livraison rapide. La société de Jack Ma, le Amazon chinois, devrait prendre une participation minoritaire de 75 millions de dollars, selon le Wall Street Journal, et placer son vice-président, Joe Tsai, au conseil d'administration.

ShopRunner n'est pas tout à fait inconnu d'Alibaba. Son dirigeant, Scott Thompson, est l'homme qui dirigeait Yahoo! entre janvier et mai 2012. C'est lui qui a désengagé une partie de sa société du capital d'Alibaba, pour 7 milliards de dollars. C'est également lui qui a été évincé pour avoir falsifié son CV.

Depuis qu'Alibaba prépare son introduction sur les marchés, le groupe a mis la main sur 28% du capital du service de cartographie AutoNavi, soit un investissement de 294 millions de dollars. Il s'est aussi emparé de 18% du Twitter chinois, Sina Weibo, pour 586 millions de dollars. Mais Alibaba n'achète pas que du made in China. Il participait en juin à un tour de table de 170 millions de dollars de l'américain Fanatics.

Il faut dire que le groupe a les reins solides. Il a triplé ses bénéfices du deuxième trimestre, empochant 680 millions de dollars. Pour conserver sa pérennité, Alibaba est en train de construire un écosystème, un peu comme le fait Amazon. Cela passera par le déploiement d'un système d'exploitation mobile taillé pour ses sites e-commerce (Alibaba.com, Taobao...) mais également par de la télévision connectée.

Doter Alibaba de perspectives

Si la filiale Alibaba.com est déjà cotée à Hong Kong, c'est tout le groupe qui prévoit d'entrer sur les marchés financiers. Sa valeur d'introduction est attendue à 70 milliards de dollars - autant dire, l'une des plus grosses jamais réalisées sur le Web, après celle de Facebook pour 104 milliards de dollars.

Rappelons que Facebook est entré en bourse sans perspective financière concrète sur mobile, alors que son audience s'y déplaçait massivement. Résultat, son cours de bourse s'est effondré de 50% en un trimestre. Il aura fallu un an d'efforts, et de résultats, pour monétiser l'audience mobile afin que le titre regagne son niveau d'introduction. Le groupe chinois ne semble pas vouloir emprunter le même chemin.

Cette vague d'investissements de la part d'Alibaba, couplée à sa volonté de créer un écosystème mobile sont censées consolider les bases de son modèle économique, et offrir des opportunités d'affaires à ses sites de vente en ligne. En somme, rassurer les actionnaires à qui il rendra compte chaque trimestre.

Prudent, Jack Ma ne semble pas enclin à céder tout le contrôle de l'empire qu'il a construit lui-même. En discussions avec ma bourse de Hong Kong, il cherchait à instaurer une structure duale du capital (comme Facebook et Google), comprenant des actions avec droit de vote et des actions préférentielles qui en seraient dépourvues. De quoi garder le contrôle d'Alibaba après son entrée en bourse.

À lire également :
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Apple lance un programme d'échange pour les chargeurs secteur non officiels (màj)
Shuttle lance un NAS au bon rapport prix/prestation
Le virus Zeus de retour sur Instagram, avec une nouvelle mission
Les Google Glass sauront si vous avez regardé une publicité
Taxe sur les smartphones et tablettes : le gouvernement élabore des simulations
L'Allemagne reconnait le Bitcoin comme une
Les CNIL européennes veulent faire la lumière sur l'espionnage de la NSA
SATA 3.2 ratifié : vers des SSD à la fois plus rapides, plus petits et moins énergivores
Le gouvernement pense au numérique dans ses
Angela Merkel prône l'indépendance européenne en matière de données
Haut de page