Yahoo revend la moitié de ses parts au sein d'Alibaba

Guillaume Belfiore
Lead Software Chronicler
21 mai 2012 à 10h41
0
0078000005178452-photo-yahoo-alibaba-logo.jpg
Après plusieurs années de discordes, les sociétés Yahoo! et Alibaba ont finalement trouvé un terrain d'entente.

En 2005 la firme de Sunnyvale avait racheté 40% du capital de la société chinoise Alibaba pour 1 milliard de dollars. En contre-partie Alibaba obtint la gestion de Yahoo! China. La part de marché du moteur de recherche est alors tombée de 15% à seulement 1%. Malgré les espoirs de Jack Ma, PDG du groupe, Yahoo! a toujours refusé de revendre ses parts. Aujourd'hui les deux parties ont annoncé que la firme de Sunnyvale acceptait finalement de revendre la moitié d'entre elles à son partenaire pour 7,1 milliards de dollars.

La direction d'Alibaba avait pointé la stratégie de Jerry Yang, alors PDG du groupe, lorsque ce dernier refusait de vendre son portail à Microsoft en 2008. L'arrivée de Carol Bartz ne fut pas vue d'un meilleur oeil. Suite aux accords signés avec Microsoft dans le domaine de la recherche, le PDG d'Alibaba David Wei déclarait : « Pourquoi aurions-nous besoin d'un investisseur financier sans technologie ni synergies de développement (...) Pour Yahoo! le plus gros changement s'est traduit par la perte de son propre moteur de recherche. La principale raison d'un tel partenariat n'existe plus ». L'année dernière les tensions montèrent d'un cran lorsqu'Alibaba avait revendu le service de paiement électronique AliPay sans l'accord de Yahoo!.

Le portail chinois entend rentrer en bourse à la fin de 2015. A cet effet, la société rachètera les parts restantes toujours détenues par son partenaire. Yahoo! continuera de développer ses sites chinois pendant au moins quatre années. Yahoo! doit affirmer sa stratégie, une initiative difficile qui s'est traduite pour l'heure par le défilement de cinq PDG ces cinq dernières années. Selon plusieurs actionnaires et analystes le portail devrait abandonner ses activités en Asie avec Alibaba en Chine et Softbank au Japon pour se concentrer davantage à redynamiser son marché américain.

Guillaume Belfiore

Lead Software Chronicler

Lead Software Chronicler

Je suis rédacteur en chef adjoint de Clubic, et plus précisément, je suis responsable du développement éditorial sur la partie Logiciels et Services Web.

Lire d'autres articles

Je suis rédacteur en chef adjoint de Clubic, et plus précisément, je suis responsable du développement éditorial sur la partie Logiciels et Services Web.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page

Sur le même sujet