Test Corsair Xeneon 32QHD165 : un bon compromis pour jouer en 1440p

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
19 novembre 2022 à 11h45
0
Corsair Xeneon 32QHD165 © Corsair
© Corsair

On ne présente plus Corsair, bien connu pour ses composants et périphériques, ainsi que ses ordinateurs de jeu et autres boitiers. Le constructeur californien s’est toutefois lancé dans de nouvelles aventures récemment, d’abord sur le segment des moniteurs gaming avant de dévoiler son tout premier laptop avec le Voyager a1600. C’est au tout premier écran de jeu de la marque que nous nous intéressons aujourd’hui. Le Corsair Xeneon 32QHD165 a-t-il les armes pour batailler sur un marché aussi concurrentiel ?

Corsair Xeneon 32QHD165
  • Un bon compromis entre FHD et 4K
  • Couverture colorimétrique étendue
  • Dalle Fast-IPS performante
  • Design et fabrication soignée
  • Uniformité de la dalle
  • Contraste médiocre
  • HDR anecdotique
  • Pied encombrant

Cela ne vous aura peut-être pas échappé : le marché du périphérique gaming évolue alors que les acteurs qui le composent se diversifient et élargissent leurs catalogues respectifs. Les annonces se sont multipliées ces derniers mois avec du nouveau du côté des moniteurs chez Sony avec la marque Inzone, chez HyperX avec les moniteurs Armada, chez NZXT avec la série Canvas … tandis que Philips a lancé sa marque Evnia et va maintenant proposer casques, claviers et de nouveaux écrans. Le marché est en ébullition après avoir été porté par la période de croissance liée aux confinements successifs.


C’est dans ce contexte que Corsair a dévoilé son tout premier écran gaming il y a quelques mois, le sobrement baptisé 32QHD165, un nom qui résume les principales caractéristiques de ce moniteur. Une sortie qui n’est pas restée sans suite puisque Corsair a également présenté ses Xeneon 32UHD144 et 32QHD240 suivit par le Xeneon Flex, un écran OLED flexible de 45 pouces, qui a fait sensation lors de la Gamescom 2022.

Prix et disponibilité

Le Corsair Xeneon 32QHD165 est un moniteur de milieu de gamme dont le positionnement tarifaire semble pertinent vu sa fiche technique. Initialement commercialisé à 699,99 € sur le site officiel de la marque, cet écran peut désormais se dénicher aux alentours de 600 €. Pour information, le modèle similaire, en 240 Hz, est vendu à 850 € tandis que le Xeneon 32UHD144 demande un investissement de 1 150 €.

Toutes les mesures réalisées dans le cadre de ce test ont été enregistrées avec le logiciel CalMAN Ultimate, une sonde X-Rite i1 Display Pro Plus et un boîtier de mesure d'Input Lag Leo Bodnar.

Fiche technique Corsair Xeneon 32QHD165

Affichage

Taille d'écran
32in
Résolution
2560 x 1440 px
Format d'écran
16/9
Type de dalle
IPS
Dalle mate antireflet
Oui
Technologie d'affichage
Anti-lumière bleue, Flicker-Free, AMD FreeSync, Nvidia G-Sync
HDR
VESA DisplayHDR 400
Luminosité
400 cd/m²
Contraste
1000:1
Profondeur de couleur
8 bit
Taux de rafraîchissement
165Hz
Temps de réponse
3ms

Écran

Type d'écran
QLED
Écran large
Oui
Écran incurvé
Non
Sans bordures
Non
Compatible 3D
Non
Écran tactile
Non

Ergonomie

Angle d'inclinaison avant
-5°
Angle d'inclinaison arrière
+20°
Écran pivotable
Non
Pied réglable en hauteur
Oui
Pied amovible
Oui
Fixation VESA
100 x 100 mm

Connectique

Entrées vidéo
HDMI 2.0 x2, DisplayPort 1.4 x2
Connecteur(s) additionnels
USB 3.1 Type C

Caractéristiques physiques

Largeur
732mm
Hauteur
607mm
Profondeur
316mm
Poids
9,5kg

Alimentation

Consommation
68W
Consommation en veille
0,5W
Alimentation interne
Non

Design et ergonomie

Corsair a mis les petits plats dans les grands pour la sortie de son premier moniteur de jeu. Le Xeneon 32QHD165 se présente en effet comme un écran au look soigné, aux matériaux de qualité et aux finitions impeccables. Le ton est donné dès le déballage du produit, et ce malgré une esthétique relativement discrète et consensuelle.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

L’ergonomie est plutôt bonne pour un écran aussi imposant, en revanche il n’est pas possible d’utiliser ce moniteur en mode portrait. On profite toutefois d’un réglage d’inclinaison, de -5° à +20°, ainsi qu’une rotation de 30° sur la gauche comme sur la droite. Le réglage sur la hauteur devrait quant à lui être suffisant dans la majorité des cas avec une amplitude de 11 cm.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Sur le dessus du support, on retrouve un petit ajout bien pensé : une fixation multisupport qui va nous permettre de venir fixer une webcam, un smartphone, de l’éclairage ou encore un microphone et bien d’autres accessoires puisqu’il est compatible avec le système Elgato Multi Mount.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

Le pied se distingue par le choix des matériaux puisqu’il est entièrement fait de métal. Lourd, il offre un lest conséquent pour bien maintenir l’écran en place. En outre, la colonne est elle aussi faite de métal en grande majorité, et équipée d'un système rudimentaire de gestion de câbles à l'arrière, nous y reviendrons.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

En revanche, il est également très imposant, en largeur comme en profondeur. Il ne demande en effet pas moins de 32 cm de profondeur et sera sans doute un peu trop imposant pour être installé sur certains bureaux. Séparé en deux parties avec un large pièce à l’avant et deux petits soutiens à l’arrière, ce pied est trop gourmand en espace selon nous. Précisons enfin que le Xeneon 32QHD165 est compatible avec les fixations VESA 100 x 100 mm.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Le système de fixation multisupport de Corsair © Matthieu Legouge pour Clubic

On apprécie les bordures très fines de l’écran, sur trois côtés. Elles facilitent l’usage d’une configuration à plusieurs écrans et laissent surtout une belle place à l’image sur ce moniteur de 32 pouces. Comme souvent, la bordure inférieure est plus épaisse ; elle reste toutefois assez discrète sur les écrans Xeneon.

Connectiques

Les connectiques proposées par le Xeneon 32QHD165 sont classiques pour un moniteur de ce genre. On y retrouve deux entrées HDMI 2.0, un DisplayPort 1.4, ainsi que deux ports USB-C, dont un compatible avec le DisplayPort Alt-Mode. Ce connecteur USB-C ne délivre toutefois qu’une alimentation de 15 W, insuffisant pour alimenter un ordinateur portable. Terminons en citant les deux ports USB-A et le connecteur jack 3.5 mm qui peut s’avérer bien utile sur un écran dénué de haut-parleur. Il faut également savoir que ce moniteur ne dispose pas d’alimentation interne, il faut faire avec un adaptateur de 90 W qui, forcément, va venir trainer au sol.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

À l’arrière on retrouve un système de gestion de câbles qui fonctionne grâce à de simples attaches en plastique qui viennent coulisser tout le long du support. Deux sont installées, mais il est possible d’en ajouter deux autres, livrées avec le moniteur.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Ce système permet de guider les câbles et d’avoir une installation propre, mais il arrive souvent que les clips de ces attaches viennent à s’ouvrir, laissant ainsi les câbles s’échapper. C’est loin d’être le meilleur système de cable management que nous avons pu voir sur un moniteur, mais il a au moins le mérite d’y faire passer la totalité des câbles que l’on peut connecter à cet écran, ce qui n’est pas toujours le cas avec d’autres.

Ergonomie logicielle et paramétrage

Corsair propose quelque chose de très simple et fonctionnel pour contrôler l’écran, avec un joystick accompagné d’un bouton d’alimentation à l’arrière, sur la droite, et un OSD on ne peut plus clair.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Quatre raccourcis sont accessibles avec le joystick permettant d’ajuster rapidement le mode d’image, la luminosité, la source d’entrée et le volume. L’OSD s’affiche quant à lui sur un fond noir et dans une taille confortable, on y trouve un total de 6 menus avec un menu image qui laisse pas mal d’amplitude pour ajuster l’affichage à notre guise. On dispose notamment de 6 modes d’images différents et la possibilité de régler gamma et température de couleurs, ainsi qu’un réglage personnalisé sur des valeurs RGB.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge


Les autres menus sont tout à fait classiques et rien ne nous indique vraiment que nous sommes face à un écran de jeu, mis à part, peut-être, la présence de l’AMD FreeSync Premium, le réglage d’overdrive, ou encore la possibilité d’afficher le nombre d’images par seconde à l’écran. Nous n’y trouvons pas d’options pour afficher des réticules et autres chronomètres, comme c’est le cas avec la plupart des écrans gaming.

Qualité d'image

Nous avons réalisé plusieurs séries de mesures sur ce moniteur. D'abord avec les modes "sRGB" et "Standard" afin de jauger le contraste et les performances SDR, puis en HDR où un seul et unique mode est accessible.

Corsair à recours à des dalles de type Fast-IPS pour sa gamme Xeneon. L’intérêt de cette technologie est d’offrir des performances de pointe pour les joueurs, notamment avec une réactivité améliorée face à une dalle IPS classique. Hormis cela, la dalle qui équipe ce moniteur présente des avantages et des inconvénients propres à la grande majorité des écrans à dalle IPS. On profite ainsi de bons angles de vision, au détriment du contraste avec des noirs assez peu profonds et un manque de dynamisme à l’image. Hélas, le Xeneon ne corrige pas ses faiblesses par une solution à base de local dimming, ni avec un rétroéclairage particulièrement performant.

Son pic lumineux en SDR est de 343,2 cd/m², une valeur correcte qui permet de profiter d’un affichage suffisamment lumineux, rien d’exceptionnel cela dit puisque, comme nous allons le voir, le mode HDR ne permet pas de monter beaucoup plus haut. Toujours en SDR, le contraste s’affiche avec un rapport de seulement 768 : 1. C’est peu, et surtout moins que la plupart des écrans IPS passés sous la lentille de notre sonde. Précisons enfin que le revêtement mat de l’écran se montre efficace pour diluer les reflets.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

Le mode sRGB affiche un point blanc légèrement trop chaud par rapport à notre valeur de référence. La température de couleur moyenne 6 126 K, le rendu tire clairement vers le rouge et est bien visible à l’œil. Il sera nécessaire de sélectionner l’option « Froid » au sein de l’OSD pour obtenir une image qui sera sans doute un peu trop froide, mais qui ne tirera plus vers le rouge. La courbe gamma est quant à elle suivie avec linéarité presque exemplaire.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

Avec une valeur moyenne de 2,51, le Delta E est dans les clous avec un résultat qui reste très correct dans l’ensemble. On constate toutefois quelques dérives chromatiques, notamment sur les nuances de bleu, avec une valeur maximale 5,28.

L’espace sRGB est parfaitement couvert avec le mode du même nom. Sa couverture atteint 99,3 %. Notons également que l'espace AdobeRGB est couvert à la même hauteur, avec le mode "Standard" cette fois-ci.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

Il y a cependant un point où le Xeneon 32QHD165 n’a pas manqué de nous décevoir, il s’agit de l’uniformité de la dalle. Nous constatons d’abord de (très) légères fuites de lumières au niveau des coins de l’écran, elles se distinguent surtout dans la pénombre en diffusant une mire noire et n’impacte pas vraiment l’affichage au quotidien.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

En revanche, la dalle est bien plus sombre sur sa partie supérieure et notamment dans les deux coins supérieurs. À ce stade de nos tests de moniteurs, une trentaine de références pour l’heure, le Xeneon 32QHD165 est tout simplement le plus mauvais en matière d’uniformité.

HDR

L’activation de l’HDR n’apporte pas grand-chose au Xeneon en matière de luminosité et de contraste. Son rétroéclairage le limite à afficher une image au dynamisme faible et à la luminosité trop restreinte pour vraiment rendre hommage aux contenus HDR.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

Pour preuve, son pic lumineux est de 357 cd/m² dans ce mode, une valeur similaire à celle relevée en SDR. Le signal ne parvient d’ailleurs pas à suivre correctement la courbe EOTF de référence. De son côté, le contraste n’augmente que de peu, avec un rapport qui s’affiche désormais à 890 :1.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge

On retrouve une colorimétrie correcte, ni excellente ni mauvaise, avec un Delta E de 3, tout rond, et une valeur maximale portée à 5,29.

Le volume de couleurs est néanmoins excellent sur cet écran, en dehors de ce que l’on a pu mesurer avec le mode sRGB. Le film QDEF qui l’équipe ne lui permet pas seulement de s’afficher avec la désignation « QLED », mais aussi de proposer une grande richesse de couleurs. Nous évaluons notamment l’espace DCI-P3 avec une couverture colorimétrique de 93,95 %. L’espace Rec. 2020, beaucoup plus exigeant, est quant à lui couvert à hauteur de 80,07 %.

Test Corsair Xeneon 32QHD165- DCIP3 © Matthieu Legouge
DCI-P3
Test Corsair Xeneon 32QHD165- Rec2020 © Matthieu Legouge
Rec. 2020

Performances : un écran taillé pour le jeu

La formule de Corsair est idéalement taillée pour bon nombre de joueurs. La définition QHD sur 32 pouces tout d’abord, qui offre un excellent compromis entre Full HD et 4K UHD dans le but de s’offrir un écran à la diagonale plus généreuse sans pour autant pousser sa carte graphique dans ses retranchements. La résolution est cependant similaire à celle d’un écran Full HD sur 24 pouces, à savoir 92 ppp. Il ne faut donc pas s’attendre à un niveau de détails plus élevé.

Test Corsair Xeneon 32QHD165 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic


En matière de réactivité, la dalle Fast-IPS tient ses promesses. Cette génération de dalles est effectivement parvenue à abaisser encore un peu plus les temps de réponse de la technologie IPS, étant capable d’apporter un léger gain aux joueurs les plus compétitifs, mais surtout de réduire le flou de mouvement. Sur ce point, il convient de conserver le paramètre d’overdrive par défaut (« Normal ») pour obtenir le meilleur résultat. Les options "rapide" et "plus rapide" induisent un overshoot et donc un reverse ghosting visible sur nos mires.

Enfin, le Corsair Xeneon 32QHD165 s’en sort parfaitement lors de nos mesures d’input lag, à l’aide de notre boitier habituel. Il se classe parmi les meilleurs écrans testés par la rédaction avec une latence de seulement 8,6 ms. Les fonctionnalités VRR (Variable Refresh Rate) fonctionnent quant à elles à merveille. Parmi les références de Corsair, seul le 32UHD144 apparait pour le moment dans la liste officielle des écrans "G-Sync compatible", notre exemplaire de test est toutefois bien reconnu par la carte graphique et le G-Sync s’y exécute sans aucun problème.

Consommation électrique

En diffusant une mire blanche sur une fenêtre de 10 %, un protocole répété sur l’ensemble des moniteurs testés afin d’obtenir une valeur comparative pertinente, nous évaluons la consommation électrique du Xeneon 32QHD165 à 130 W/m². Il s’agit d’une valeur assez élevée pour un écran de ce type, mais qui n’a rien de surprenant. Il se classe toutefois dans le top 5 des écrans gaming les plus énergivores.

Corsair Xeneon 32QHD165 : l'avis de Clubic

Corsair Xeneon 32QHD165

7

En tant que premier écran gaming de la marque, le Xeneon 32QHD165 est une réussite et montre que Corsair sait où il met les pieds. Ce moniteur ne manque pas d’atout, notamment grâce à un rapport qualité/prix très intéressant à l’heure où la majorité des modèles qui réunissent des arguments similaires sont souvent commercialisés à des tarifs bien moins alléchants.

Si la dalle Fast-IPS tient ses promesses en matière de réactivité, que le Xeneon affiche des couleurs vives et saturées et est particulièrement bien construit, il montre aussi quelques faiblesses. Des erreurs de jeunesse, sans doute, mais aussi des compromis évidents pour accoucher d’un écran de 32 pouces bien construit sans faire monter le prix trop haut. Le contraste médiocre et la mauvaise uniformité de la dalle sont des points que Corsair aurait sans doute pu peaufiner.

Au rang des compromis, on ne s’attendait pas vraiment à un rendu éclatant et dynamique en HDR en raison d’un rétroéclairage qui le limite forcément pour briller à cet endroit. En revanche, si vous cherchez à changer d’écran pour une diagonale et une définition supérieure sans vider votre livret A, tout en profitant de performances de pointe, le Corsair Xeneon 32QHD165 est un choix éclairé. Ceci est surtout vrai en considérant le prix actuel de l'écran, et non son tarif de lancement.

Les plus

  • Un bon compromis entre FHD et 4K
  • Couverture colorimétrique étendue
  • Dalle Fast-IPS performante
  • Design et fabrication soignée

Les moins

  • Uniformité de la dalle
  • Contraste médiocre
  • HDR anecdotique
  • Pied encombrant

Qualité d'image 7

Design et ergonomie 7

Performances 8

Polyvalence 7

Corsair Xeneon 32QHD165 au meilleur prix
Amazon 574,67€ Voir l'offre
Fnac 699,99€ Voir l'offre
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers tests

Test Fitbit Sense 2 : la montre connectée sport de Google rate le coche
Test de l'option Power de Shadow : nos impressions sur le PC dans le cloud sous stéroïdes
Test Sennheiser Ambeo Soundbar Plus + Ambeo Sub : une immersion sonore sacrément bien négociée
Test Withings Body Comp : la balance connectée qui prend soin de votre santé
Test Marshall Acton III : une mini enceinte de salon à la puissance surprenante
Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Haut de page