Test Corsair K100 Air Wireless : touches ultra-plates et jeux vidéo font-ils bon ménage ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
07 novembre 2022 à 17h30
16
Corair K100 Air Wireless © Corsair
© Nerces

Un nouveau clavier gaming commercialisé par Corsair est toujours un petit événement. Si la marque n'a pas que des réussites à son actif, elle est tout de même parvenue à se tailler une belle réputation et la question qui se pose aujourd'hui est évidemment de voir si le K100 Air Wireless, produit résolument haut de gamme, ne risque pas de la ternir.

Corsair K100 Air Wireless
  • Extrême finesse très agréable
  • Finitions parfaites, un régal pour les yeux
  • Triple connexion (2,4 GHz, Bluetooth, USB)
  • Pieds à 2 niveaux, molette multifonctions
  • Bonne autonomie, charge rapide
  • Tarification « mésosphérique »
  • Temps d'adaptation nécessaire
  • Niveau de bruit déconcertant
  • Pas de format TKL, 60/65% ?

« Résolument haut de gamme », il ne faut pas chercher bien loin pour s'en convaincre. Tout d'abord, l'appellation K100 est réservée aux modèles les plus ambitieux de Corsair comme l'a prouvé le récent K100 RGB. Ensuite, le K100 Air Wireless n'est pas onéreux, à près de 300 euros. C'est un produit hors de prix pour ce qui, il ne faudrait pas le perdre de vue, n'est qu'une interface entre l'usager et son PC. Sérieusement M Corsair, vous pensez avoir les arguments pour justifier un tel tarif ?

Fiche technique Corsair K100 Air Wireless

Format du clavier

Norme du clavier
AZERTY
Localisation du clavier
Français
Format du clavier
Slim
Compact
Non
TKL
Non
Ergonomique
Non
Type d'utilisation
Gamer

Connectivitée

Sans-Fil
Oui
Technologie de connexion du clavier
Bluetooth + RF (ondes radio)
Interface avec l'ordinateur
USB, Bluetooth, RF

Ergonomie

Type de touches
Mécanique
Type de switch
Cherry MX Ultra Low Profile
Clavier rétroéclairé
Oui (RGB)
Touches Multimédia
Oui
Touches macro
Oui
Pavé numérique
Oui
Modulaire
Non
Repose-poignet
Non

Caractéristiques techniques

OS supporté(s)
Microsoft Windows, Apple Mac OS, Android, Apple iOS
Type d'alimentation
Batterie
Anti-ghosting
Oui
USB pass-through
Non
Nkey rollover
Intégral
Logiciel compagnon
Corsair iCUE

Caractéristiques physiques

Largeur
437mm
Hauteur
17mm
Profondeur
156mm
Poids
780g
Corair K100 Air Wireless © Nerces
D'emblée, LA spécificité du K100 Air Wireless : son extrême finesse © Nerces

Le plus fin des claviers gaming

Visiblement, Corsair est tombé amoureux du Razer DeathStalker V2 que nous testions récemment, surtout, de sa finesse. Comment justifier sinon cette volonté d'aller plus loin que son concurrent en proposant un clavier qui se démarque par son extrême finesse ? Quand Razer se limitait à 26,6 millimètres, Corsair fait bien mieux avec un modèle compris en 11 mm à son point le plus fin et 17 mm à son plus épais. De nombreux modèles à membranes sont plus épais, c'est dire.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces

Disposition AZERTY et signature Corsair : rien que de très classique © Nerces

Corsair s'est mis en tête d'employer les contacteurs Cherry MX Ultra Low Profile imaginés par l'Allemand pour équiper les portables à destination des joueurs. Nous reviendrons évidemment sur les atouts et les défauts de ses contacteurs, mais vous comprenez déjà un peu mieux le coût de ce K100 Air Wireless : les Ultra Low Profile ne sont sans doute pas donnés. Corsair ne s'est toutefois pas contenté de switchs ultra-modernes pour son clavier, il en a soigné chaque élément.

Corair K100 Air Wireless © Corsair
Cherry nous présente une vue « éclatée » de son contacteur ultra low profile © Cherry

Ainsi, l'extrême finesse peut laisser des doutes sur la solidité du K100 Air Wireless. Comme souvent, son châssis repose sur un mélange de métal et de plastique avec une plaque en aluminium brossé pour assurer une rigidité sans faille. Bien sûr, nous n'avons pas roulé sur la bête avec un 38 tonnes, mais son transport lors de déplacements professionnels et son utilisation dans des situations délicates, nous ont rassurés : le K100 Air Wireless est robuste et son « squelette » est ferme.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces

Les touches de raccourcis dépassent à peine du clavier © Nerces

Pour le reste, le K100 Air Wireless reprend les « standards » Corsair sur le haut de gamme. Il s'agit d'un modèle de sobriété sans aucun élément décoratif « outrancier ». Sa robe est noire, et ce, même si cela nous fait regretter que l'aluminium brossé ait tendance à capter la poussière alors que les keycaps gardent les traces de doigts. Ces « reproches » formulés, l'apparence du K100 AIr Wireless est une réussite. Elle reprend certains éléments du K100 RGB comme ce cartouche sur le haut du clavier.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
La famuse molette multifonctions reprogrammable, pas comme chez Roccat © Nerces

Corsair y intègre des touches de raccourcis et la molette multifonctions. Malgré l'extrême finesse du clavier, Corsair a disposé l'emplacement du dongle USB Slipstream sur la tranche, à l'avant du K100 Air Wireless. C'est aussi là que se trouvent le bouton de mise sous tension et le port USB-C. Sous le clavier, Corsair a placé un long patin antidérapant complété par deux pieds pour une inclinaison sur deux niveaux. Enfin, alors que le K100 Air Wireless est pleine largeur (437 mm), soulignons son faible poids, à seulement 780 g.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces

Les trois niveaux d'inclinaison du K100 Air Wireless sont très agréables © Nerces

Excellente réactivité et saisie bien agréable

Vous l'aurez remarqué sur la fiche technique du K100 Air Wireless, le clavier de Corsair se distingue par sa polyvalence. On peut l'utiliser sur Windows, mais également sur MacOS, PlayStation 4/5, Xbox One/Series X|S et avec des appareils mobiles en Android 8.1+ ou iOS 12+. Sur PC, nous avons également le choix entre le sans-fil 2,4 GHz et le Bluetooth. Mieux, Corsair n'oublie pas le filaire et livre un câble de 1,8 mètre pour la recharge/le fonctionnement de son bébé.

Corair K100 Air Wireless © Corsair
Le rétroéclairage est aussi discret qu'efficace et il concerne toute la touche © Nerces

Un bébé qui intègre une batterie, laquelle fonctionne environ 50 heures en même temps en 2,4 GHz avec le RVB allumé et 200 heures s'il est éteint. En réalité, nous avons dépassé les 55 heures. Cependant, notre mesure n'était pas rigoureuse : le RVB a été coupé sur de courtes périodes pour les impératifs du test. Une autonomie qui reste très correcte et profitera bien sûr de la connectique Bluetooth pour aller encore beaucoup plus loin en autorisant l’appairage à un maximum de trois appareils simultanément. Pratique.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces

Une surface centrale peu utile et « seulement » quatre touches macros © Nerces

Reste qu'il vous tarde sans doute d'en savoir plus sur LA caractéristique qui distingue le K100 Air Wireless : ses switchs. Les Cherry MX Ultra Low Profile ne sont pas totalement nouveaux, ils ont notamment été intégrés par Alienware. Nous avions déjà pu les approcher et après ce nouveau contact – plus long – nous ne sommes pas davantage déçus. Rappelons que tactiles et silencieux, ils ont une course de 1,8 mm avec activation dès 0,8 mm. Deux valeurs qui font la différence, mais risquent de perturber.

Sur le papier, la réactivité est une merveille, mais en réalité pour beaucoup d'usagers, c'est « trop ». En jeu, on peut avoir tendance à surréagir aux actions alors que pour de la saisie, les erreurs de frappe se multiplient. Certains ne s'adapteront sûrement jamais, mais de notre côté, ce fut une affaire de quelques jours. Ensuite, c'est épatant. Côté frappe au kilomètre, on saisit de manière alerte et souple. On tape vite avec un bon confort même si des touches concaves auraient été un plus : on aurait évité de cogner les bords des touches en déplaçant les doigts.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces

L'emplacement réservé au dongle USB Slipstream et le fameux dongle © Nerces

Côté jeu vidéo, le gain est moins évident, mais une chose est sûre : notre niveau de jeu n'a pas longtemps souffert du passage au K100 Air Wireless. Nous nous sommes très vite faits à cette activation quasi immédiate qui reste le point le plus « délicat ». En effet, n'oubliez pas que nous avons affaire à des contacteurs tactiles. Si vous préférez les linéaires, vous n'y trouverez pas totalement votre compte. De la même manière, la force d'activation est de 65 g : c'est une valeur élevée qui gênera les adeptes de l'effleurement des touches.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Sous le clavier, une jolie mosaïque de triangles et la marque Corsair © Nerces

Soyez toutefois rassurés, nous ne sommes pas des bourrins à Clubic et, comme nous l'avons écrit, en quelques jours, nous étions à l'aise avec ces contacteurs d'un genre différent. Par la suite, nous avons apprécié l'excellente stabilité de touches plates et la subtile inclinaison offerte par les pieds sur deux niveaux : aucun besoin de repose-poignet. Enfin, évoquons un regret : les switchs sont discrets, mais Corsair s’est loupé en faisant « claquer » ses touches à la moindre frappe et c’est encore plus vrai, plus gênant pour les grandes comme la barre d'espace.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces

iCUE n'est pas le soft le plus discret, mais il centralise plein de fonctions © Nerces

Toujours imposant, iCUE assure l'essentiel

Pour profiter du Corsair K100 Air Wireless, il faut se tourner vers le logiciel maison, iCUE. De base, le clavier est parfaitement reconnu par tous les systèmes avec lesquels il est compatible. Mieux, la présence de 8 Mo de mémoire permet de sauvegarder un total de 50 profils : la configuration effectuée, on peut rappeler les profils en question partout, sans qu'il soit nécessaire d'avoir iCUE sur la machine concernée.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
L'éclairage profite toujours de très nombreux paramètres © Nerces

iCUE est encombrant et son interface pourrait être... affinée puisque c'est le leimotiv de Corsair ! Blague à part, iCUE n'est pas le meilleur logiciel compagnon, mais il fait le job. On y ajuste la fonction de chaque touche – raccourcis et molette multifonctions compris, pas comme sur le Roccat Vulcan II Max. Le rétroéclairage est réglable touche par touche et on peut jouer sur le polling rate jusqu'à 8 KHz en filaire/2,4 GHz ou 1 KHz en Bluetooth : le 8 KHz est permis par la technologie AXON, mais – nous ne sommes pas joueur professionnel – n'y voyons pas de réel avantage.

Corair K100 Air Wireless © Nerces
Corair K100 Air Wireless © Nerces

Le choix du polling rate est l'un des principaux points du menu « performances » © Nerces

Bien sûr, les dernières options concernce la gestion de la batterie avec la possibilité de réduire l'intensité de l'éclairage, mais également d'ajuster la mise en veille de la bête. On peut aussi gérer le verrouillage Windows ainsi qu'activer ou non le mode PlayStation. Enfin, c'est aussi dans ces ultimes réglages que l'on peut activer le Slipstream via un seul dongle : bien pratique pour gérer clavier et souris sans s'encombrer.

Corair K100 Air Wireless © Corsair
Le K100 Air Wireless fait vraiment très classe sur le bureau © Corsair

Corsair K100 Air Wireless, l'avis de Clubic

Corsair K100 Air Wireless

8

Alors qu'il fournit de gros efforts pour affiner son clavier, Corsair ne propose qu'une version pleine largeur : des modèles TKL voire, 60 ou 65% auraient été si logiques. Alors qu'il exploite les switchs silencieux Ultra Low Profile de Cherry, il fait « claquer » désagréablement ses touches. Enfin, alors que l'on incite à rendre les produits réparables, il déconseille le démontage des keycaps à cause de ces switchs.

Heureusement, tout n'est pas à jeter sur le clavier et, à condition d’accepter ce nécessaire temps d’adaptation, il se place parmi les meilleurs modèles testés sur Clubic. Attention, les pro-gamers seront décontenancés par ses touches plates. Ils verront vite son exceptionnelle réactivité alors que course courte et activation à 0,8 mm en font un des claviers les plus rapides du moment. Pour ne rien gâcher, il n’est dominé que par les meilleurs modèles de bureautique pour la saisie.

Bien sûr, Corsair soigne les détails avec une bonne autonomie, un triple standard de connexion et la possibilité d'associer plusieurs appareils. La solidité est au rendez-vous, mais l'absence d'éclairage pour les fonctions secondaires des touches est impardonnable à ce niveau de prix. Nous le disions en préambule, Corsair facture sa merveille 300 euros. À ce tarif, il ne trouvera sa place que chez Messieurs Bezos, Musk ou Zuckerberg, encore qu'avec le rachat de Twitter et le Metaverse, il y a doute pour les deux derniers.

Les plus

  • Extrême finesse très agréable
  • Finitions parfaites, un régal pour les yeux
  • Triple connexion (2,4 GHz, Bluetooth, USB)
  • Pieds à 2 niveaux, molette multifonctions
  • Bonne autonomie, charge rapide

Les moins

  • Tarification « mésosphérique »
  • Temps d'adaptation nécessaire
  • Niveau de bruit déconcertant
  • Pas de format TKL, 60/65% ?
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
13
octokitty
le polling rate jusqu’à 8 MHZ en filaire<br /> 8 Khz (ou 8000 Hz) plutôt, en USB?<br /> Dommage pour le retour sonore des switch qui semble prononcé. Sinon ça semble bien être le clavier que je recherche.<br /> Le prix est sans surprise.
Nerces
8 MHz, c’est pas mal ça : ça fuse chez Corsair !! Je corrige, merci <br /> Pour le bruit, ce ne sont vraiment pas les switchs qui font du bruit, mais bien la conception des touches et du châssis : comme un clac qui résonne sur le châssis
Blackalf
Erf, 300 € et bruyant, je passe mon tour. ^^<br /> Mais quand les divers fabricants comprendront-ils que pas mal de gens aimeraient un clavier réellement silencieux ? <br /> Le plus discret que j’ai eu à ce niveau a été le Logitech Illuminated Keyboard…hélas ils sont devenus au fil du temps bien plus fragiles que les premiers modèles, j’ai abandonné après avoir cassé rapidement (en quelques semaines) des touches sur mes deuxième et troisième exemplaires, alors que le premier avait tenu plusieurs années sans problèmes.
thekiller3
je l’ai acheté . très bon clavier.<br /> seul bémol : l’éclairage n’est que partiel… que la partie haute des touches. <br /> les accents et autre du genre : &amp;é"’(-è_çà)= ne sont PAS éclairé. dommage.
Ccts
330 euros le clavier … nan mais 330 euros le clavier. Je suis adulte et j’ai les moyens de me payer du bon matos mais là mon seuil psychologique « attention tu te fais entu*** » est largement dépassé. Même ultra fin je le sens passer j’adore Corsair mais je déplore cette tarification qui flirte avec l’inadmissible.
Peggy10Huitres
330 euros le clavier … nan mais 330 euros le clavier. Je suis adulte et j’ai les moyens de me payer du bon matos mais là mon seuil psychologique « attention tu te fais entu*** » est largement dépassé. Même ultra fin je le sens passer j’adore Corsair mais je déplore cette tarification qui flirte avec l’inadmissible.<br /> On est bien à 1.5K le Cellphone et 2.5k la Graphic Card, tout deux en ruptures …
MqcdupouletBasquez
J’aurais pu passer outre 300€(enfin soyons honnête, non^^), mais si en plus, il n’est pas aussi silencieux que ténors du genre des claviers plats, bah là, c’est tant pis.<br /> C’est quand même un monde d’avoir une si belle bête, la perfection et gacher ça avec des clacs.<br /> Pour 300€, on exige la perfection absolue.
UpsiloNIX
Pareil il me faisait de l’oeil depuis sa présentation mais pour moi à 300€ le bruit sur un clavier plat ça doit être proche de l’inaudible. Quand on se permet de vendre un clavier à ce prix il doit être parfait pour sa gamme.<br /> Je me rétracterai sûrement sur un G815 (je me moque du sans fil) pour 150€ de moins
nauxz
Pour la moitié du prix, c’est correct. Au delà, c’est du vol…
_DARKWOLF_1_1
Le bruit ne me dérange pas, mais c’est ce prix qui est abusé. Je vais mettre une alerte prix sur la plupart des gros commerces en ligne, mais il faudra sûrement attendre pour qu’il soit à un prix raisonnable (faites que mon Deathstalker tienne le coup jusque là).
Couscous78150
Dommage que vous n’ayez pas mis une petite vidéo de vos frappes pour que chacun puisse se rendre compte du bruit de celles ci. De mon point de vue ça aurait pu être utile.
March_Malow
Bientôt des claviers au prix d’une console. Si seulement les salaires augmentaient aussi vite que le prix des produits…<br /> Bon au delà de l’aigreur que ce prix me donne, je trouve qu’il a quand même pas mal de défauts qui viennent pâlir son côté premium (bruyant, pas de switch OPX, touches non détachables, certains caractères secondaires non éclairés, pas de touches supplémentaires texturées)<br /> J’ai un K100 et pour moi ce clavier est parfait, je ne lui ai pas trouvé de défaut même mineur et c’est ce qui m’a fait en partie accepter son prix déjà prohibitif à sa sortie. Mais là on est sur un clavier encore plus cher et qui a quelques défauts que le K100 n’avait pas, ce qui n’est pas logique. En fait c’est surtout le prix qui pousse à chipoter et c’est parfaitement normal, si on enlevait 100 € ça ferait moins grincer des dents.<br /> Ce qui manquait au K100 c’était le sans-fil et un câble détachable (peut être le seul « défaut » de ce clavier) et là on le gagne sur celui-ci au détriment de plusieurs pertes ailleurs et d’un prix augmenté. C’est un peu dommage et perso je ne retrouve pas la perfection que j’ai trouvé à l’époque avec le K100.<br /> Bref j’adore Corsair malgré tout et un K70 Pro Wireless offrira du sans-fil et sera plus polyvalent tout en étant plus durable dans le temps, et pour moins cher (même si du coup on perd le côté ultra plat).
thekiller3
ce clavier est assez silencieux. plus silenceiux que le K70 low profile.
thekiller3
c’est vrai qu’il est très cher. mais il est vraiment très bon.<br /> et puis, ça dure des années un calvier. c’est un investissement.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Apple TV 4K (2022) : la dernière box TV d'Apple frise la perfection
Test Fitbit Sense 2 : la montre connectée sport de Google rate le coche
Test de l'option Power de Shadow : nos impressions sur le PC dans le cloud sous stéroïdes
Test Sennheiser Ambeo Soundbar Plus + Ambeo Sub : une immersion sonore sacrément bien négociée
Test Withings Body Comp : la balance connectée qui prend soin de votre santé
Test Marshall Acton III : une mini enceinte de salon à la puissance surprenante
Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Haut de page