🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Test Corsair K70 RGB TKL : le nec plus ultra en format tenkeyless ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
14 avril 2021 à 12h20
5
Corsair K70 RGB TKL © Corsair
© Corsair

Soucieux de toucher un public toujours plus large de joueurs – et de moins joueurs – Corsair a été l’un des premiers grands constructeurs à diffuser une large de gamme de claviers gamer TKL – sans pavé numérique – de qualité. Le K70 RGB TKL vient signer la relève de fort belle et coûteuse manière.

Corsair K70 RGB TKL
  • Une finition exemplaire
  • Switchs discrets et réactifs
  • Bouton « tournoi » bien vu
  • Technologie AXON
  • Câble tressé détachable
  • Soft iCUE, mémoire intégrée
  • L'excellence a un prix
  • Un seul niveau d'inclinaison
  • Pas d'émulation pavé numérique

Il y a seulement quelques jours, nous testions le K55 RGB PRO XT , un modèle « pleine largeur » (105 touches) doté de contacteurs à membrane. Aujourd’hui, Corsair nous prouve qu’il est capable de faire le grand écart puisque ce K70 RGB TKL est en quelque sorte l’antithèse du clavier susnommé. Il s’agit d’un modèle avant tout destiné aux joueurs avec ses contacteurs mécaniques Cherry MX Red, des « très réactifs ». Il n’est pas le plus indiqué pour de la saisie au kilomètre du fait de la disparition du pavé numérique et de l’absence de repose-poignets, mais il gagne en revanche bien sûr en encombrement et dispose d’un niveau de finition remarquable.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
Très, très classe sur le bureau... © Nerces

Fiche technique du Corsair K70 RGB TKL

Si Corsair n’est pas connu pour ses prix « planchers », le K70 RGB TKL marque une nouvelle montée en gamme pour le constructeur américain qui s’offre le luxe de facturer un clavier TKL – avec moins de touches donc – au prix de modèles « standards ». À plus ou moins 150 euros, le clavier gaming, l’investissement ne concernera évidemment pas tout le monde.

Le Corsair K70 RGB TKL, c’est :

  • Type de clavier : AZERTY, 88 touches en PBT à double injection
  • Contacteurs : Cherry MX Red
  • Anti-ghosting : oui, intégral
  • Rétro-éclairage : RGB, touche par touche
  • Prise en charge des macros : oui, programmation logicielle
  • Touches « bonus » : oui, 8 touches dédiées et une molette multifonctions
  • Poids : 930 grammes
  • Dimensions : 360 x 164 x 40 millimètres
  • Interface de connexion : filaire (câble USB tressé 1,82 m)
  • USB pass-through : non
  • Logiciel : oui, Corsair iCUE
  • Garantie : 2 ans constructeur
  • Prix et disponibilité : déjà disponible, à 149,99 €

D’emblée, on peut constater quelques points un petit peu décevants pour un modèle résolument tourné vers le haut de gamme. En effet, Corsair a opté pour une unique version de son K70 RGB TKL : il sera donc équipé de contacteurs Cherry MX Red… ou rien ! Il y a bien sûr toujours moyen de retirer lesdits switchs, mais Corsair aurait pu se montrer un peu plus ouvert d’esprit. Autre regret, aucun port USB pass-through : une option qui reste rare, mais on est moins indulgent avec un modèle de clavier à ce niveau de prix. Forcément.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
Comme toujours, Corsair « signe son oeuvre » © Nerces

Une conception en tout point remarquable

Les habitués des produits Corsair le savent bien : si la marque n’est pas forcément la plus innovante dans le dessin de ses produits, elle fait preuve d’un sérieux à toute épreuve, et ce, peu importe que l’on parle de modèles d’entrée de gamme ou des articles les plus ambitieux. Logiquement, le K70 RGB TKL ne vient pas ternir cette remarquable réputation. Il est construit comme la plupart des claviers de la gamme autour d’un châssis en aluminium brossé du plus bel effet. Il dispose d’une structure que l’on qualifie de frameless. Autrement dit, Corsair n’encadre pas les touches qui peuvent donner l’impression de « flotter » au-dessus de leur base.

Esthétiquement parlant, c’est une franche réussite avec un rétroéclairage qui se focalise sur la base de chaque touche et parvient au sommet de la keycap grâce à des inserts. Nous aurons l’occasion de revenir sur la qualité de ce rétroéclairage, nous préférons détailler ici la qualité de touches conçues en plastique PBT pour une durée de vie optimale.

Une fabrication qui concerne les 88 touches « standards » du clavier, mais bizarrement, ça ne semble pas être le cas des quelques touches « bonus » livrées en complément par Corsair : au nombre de dix, ces dernières sont argentées et texturées afin que les joueurs puissent trouver quelque chose qui leur convienne davantage.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
Un ensemble d'accessoires limité, mais intéressant malgré tout © Nerces

Bien sûr, parmi les autres accessoires, on trouve le câble tressé de 1,82 mètre USB-C / USB-A puisqu’il est entièrement détachable. Un bon point. On trouve encore le petit keypuller : l’accessoire qui permet de retirer aisément les touches. En revanche, surprise, Corsair ne livre pas de repose-poignets considérant sans doute que la fonction gaming en a moins besoin. Nous l’avons dit, nous sommes aussi déçus de ne pas retrouver sur les côtés du K70 RGB TKL un port USB pass-through afin d’apporter de la polyvalence. Un défaut compensé par les 8 touches de raccourcis présentes sur la partie supérieure du clavier et épaulées par une molette multifonction très pratique.

Il s’agit de deux accessoires à la mode et nous sommes ravis de pouvoir en profiter ici. Nous sommes tout aussi ravis de constater que malgré son faible encombrement – 36 centimètres de long pour 16,4 de large – le K70 RGB TKL est un produit redoutable de stabilité.

Pas de surprise en réalité : à 930 grammes, il est pratiquement au niveau du K55 RGB PRO XT pourtant un modèle pleine largeur, lui. Une stabilité que l’on associe aussi aux larges patins antidérapants sous le clavier. Hélas, à ce niveau impossible de ne pas souligner un défaut puisque Corsair ne propose qu’un seul niveau d’inclinaison des pieds du K70 RGB TKL quand plusieurs concurrents en proposent deux.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
Les inévitables - et non moins remarquables - Cherry MX Red © Nerces

Technologie AXON et réactivité

Nous l’avons souligné en introduction, il est un peu regrettable de voir Corsair ne proposer ainsi qu’une version de son K70 RGB TKL. Reste que les switchs intégrés sont des valeurs sures : les Cherry MX Red sont parmi les plus efficaces disponibles sur un clavier gaming. Ils ont une course totale de 4 millimètres et une activation dès 2 mm.

Cela dit, ce n’est pas à ce niveau que Corsair se distingue, ces contacteurs n’ont rien de nouveau. Non, notre cobaye du jour tire son épingle du jeu grâce à la mise en place de la technologie AXON Hyper-Processing Technology. Un nom pompeux pour souligner la remarquable réactivité de l’électronique embarquée.

Le K70 RGB TKL intègre un SoC – system on a chip ou système sur une puce en bon français – dont l’objectif est de réagir le plus vite possible aux sollicitations des joueurs. Corsair met ainsi en avant la capacité de son clavier à détecter de manière ultra rapide des pressions sur les touches : il avance 4 000 Hz quand les autres claviers gaming seraient quatre fois plus lents. Dans le même ordre d’idées, les communications entre le clavier et le PC se font plus rapidement que jamais avec un polling rate – ou taux d’interrogation – qui peut grimper jusqu’à 8 000 Hz quand il est généralement « bloqué » à 1 000 Hz sur la majorité des modèles concurrents.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
La molette est très agréable et très précise : l'essayer, c'est l'adopter ! © Nerces

Dans la pratique, nous n’avons sans doute pas le niveau de jeu suffisant pour apprécier les apports d’une telle technologie. Reste que nous ne pouvons nier un confort supplémentaire, une sensation de « bien-être » ou de « fluidité » au moment de presser sur les touches et de constater la réactivité parfaite de l’ensemble. Nous reviendrons évidemment sur le confort du clavier, mais il nous faut d’abord préciser un point. Souvenez-vous, au moment du test de la souris Razer Viper 8K , nous avions relevé une augmentation sensible de l’occupation processeur entre un polling rate à 1 000 Hz et à 8 000 Hz.

Aucune inquiétude cette fois. Avec la Razer Viper 8K, nous étions passés d’une occupation de 6-7 % avec un polling rate à 1000 Hz à plus ou moins 11-12 % en passant à 8 000 Hz. Razer suggérait d’ailleurs l’utilisation – au minimum – d’un Core i5-8600K ou Ryzen 5 3600 avec le 8 000 Hz de sa souris. Rien de tel chez Corsair.

Pour son K70 RGB TKL, l’Américain ne fait aucune recommandation matérielle même s’il configure par défaut son clavier en 1 000 Hz « pour assurer le coup ». Durant nos tests, nous avons eu toutes les peines du monde à constater une différence d’occupation processeur… autant opter pour le 8 000 Hz donc.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
Domamge, un seul niveau d'inclinaison pour les pieds © Nerces

Un vrai confort de jeu

Même si nous ne sommes pas forcément tous en mesure de profiter des avantages d’AXON durant nos sessions jeu vidéo, cela reste évidemment un premier atout pour ce K70 RGB TKL qui peut aussi compter sur le sérieux de Corsair. L’Américain a bien sûr déployé une technologie d’anti-ghosting complète associée à un Nkey roll over comme on dit dans le jargon : en gros, vous pourrez appuyer sur toutes les touches en même temps sans que cela ne pose le moindre problème au K70 RGB TKL qui interprétera toujours correctement les commandes activées.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
Réglages détaillés du taux de transfert (ou taux d'interrogation) © Nerces

Corsair se repose aussi en toute sérénité sur les excellents contacteurs Cherry MX Red, des modèles linéaires réputés pour leur réactivité et auxquels on ne peut rien reprocher, pas même leur bruit. Il n’est effectivement pas question ici du cliquetis caractéristique des versions « clicky ». Au final, les seules nuisances sonores du K70 RGB TKL sont liées à sa structure ouverte et à son châssis en aluminium : on peut alors entendre un léger clac-clac, surtout si on a la main un peu lourde sur les touches du clavier.

Des touches qui, rappelons-le, sont d’excellente facture en PBT « à double injection » : elles devraient durer dans le temps et les inscriptions ne devraient pas s’effacer de suite. Vraiment dommage d’ailleurs que les 10 touches « bonus » ne soient qu’en ABS.

L’utilisation de plastique PBT est parfois synonyme d’un rétroéclairage moins efficace : ce n’est pas le cas ici et même les touches avec de multiples inscriptions sont parfaitement visibles dans l’obscurité. Du très bon travail. Bien sûr, Corsair se repose sur son logiciel iCUE pour autoriser la configuration de chaque touche, que ce soit pour son illumination ou sa fonction.

Une importante mémoire de 8 Mo est d’ailleurs embarquée pour stocker tous les réglages, tous les profils et il est intéressant de noter que jusqu’à 50 profils peuvent être créés avec ce que cela suppose de macros en tout genre. Bien sûr, c’est aussi via iCUE que l’on gère les « performances » du clavier.

Corsair K70 RGB TKL © Nerces
Petite explication du commutateur « tournoi » dans iCUE © Nerces

Dans le cas du K70 RGB TKL, c’est évidemment le changement de polling rate qui est mis en avant, mais on peut aussi modifier la disposition des touches ou, bien sûr, mettre à jour le micrologiciel du clavier. Rien à redire, si iCUE n’est pas le logiciel le plus original sur le marché, il fait très bien le job et s’intègre parfaitement à l’écosystème Corsair.

Enfin, il est bon de souligner que tous les réglages de macros ou l’éclairage multicolore peuvent être désactivés d’une simple manipulation du curseur « tournoi », placé sur le devant du clavier : l’idée est alors de permettre aux joueurs en pleine compétition de garder toute leur concentration pour « l’essentiel ». Bonne idée.

Corsair K70 RGB TKL © Corsair
Le commutateur « tournoi » permet, notamment, de figer le rétroéclairage sur une couleur © Corsair

Corsair K70 RGB TKL : l'avis de Clubic

Nous ne sommes pas aussi convaincus que Corsair du caractère révolutionnaire d’AXON, mais peut-être est-ce simplement que nous n’avons pas le niveau pour sentir nettement son apport. Reste que le confort et la réactivité du K70 RGB TKL ne sont absolument jamais pris en défaut. La frappe est agréable, les touches sont parfaites et nous n’avons ressenti aucune fatigue durant nos essais.

Les choses auraient toutefois gagné à être encore améliorées sur certains points et il est possible que des utilisateurs regrettent l’absence du repose-poignets comme d’autres pourraient être déçus par l’unique niveau d’inclinaison autorisé par des pieds un rien basiques. L’absence de port USB pass-through est un ultime défaut pour un clavier qui se plaît surtout à collectionner les bons points.

Le design est remarquable, la stabilité parfaite et le logiciel autorisent une très large personnalisation que l’on peut sauvegarder via 50 profils sur les 8 Mo de mémoire. Le rétroéclairage, enfin, est un modèle du genre même si, hélas, tout cela s’accompagne d’une note toujours plus salée : à 150 euros le modèle TKL il va bientôt falloir hériter pour se payer un clavier.

Corsair K70 RGB TKL

9

Corsair signe un produit très convaincant avec le K70 RGB TKL… à condition bien sûr de pouvoir se passer de pavé numérique et de disposer du budget nécessaire. Confortable, réactif et élégant, c'est un clavier proche de la perfection. Sans doute une des références du TKL pour les joueurs.

Les plus

  • Une finition exemplaire
  • Switchs discrets et réactifs
  • Bouton « tournoi » bien vu
  • Technologie AXON
  • Câble tressé détachable
  • Soft iCUE, mémoire intégrée

Les moins

  • L'excellence a un prix
  • Un seul niveau d'inclinaison
  • Pas d'émulation pavé numérique
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
5
Yahren
Dommage pas de repose poignet.
PaowZ
je dispose du k65, le meilleur clavier que je possède… Son successeur semble largement à la hauteur, les touches bonus en plus. Une fois habitué aux MX Red, tous les autres claviers sur lesquels vous allez reposer vos mimines vont vous sembler aussi durs que fades… Á croire qu’ils ont inventé le plaisir de la frappe…
noban_nolife
De la merde en boîte les claviers Corsair.<br /> Vendus 5 à 6 fois plus cher que ses équivalents chinois, ils ne tiennent pas la route.<br /> Par contre on peu compter sur Corsair pour payer tout ceux qui lui font de la pub
Nerces
La première fois que noban_nolife publie un message… et on s’en serait bien passé.<br /> Les « équivalents chinois », j’en ai testé de très nombreux : rien à voir avec la qualité d’un K70. Alors oui, on paie le triple, mais comme ça dure trois fois plus longtemps, que c’est plus confortable et moins bruyant, on s’y retrouve.
Jerry
@nerces au Top sur le test (et dans la répartie sur les commentaires). Depuis que je t’avais demandé ton avis, j’ai acheté un Ducky, sinon je crois que je me serais laisser tenter.
Nerces
Pas beaucoup eu l’occasion de tester les Ducky, mais ils ont une bonne réputation : tu en es satisfait j’imagine ?
Jerry
@Nerces Oui, c’est finalement exactement ce que je cherchais : je conserve mon K740 pour écrire mais dès que je joue, je branche mon Ducky qui ne prend pas de place.<br /> Au plaisir de se croiser
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Dotée d'une RTX 3070, ce PC portable Acer Predator Helios est un vrai bon plan Black Friday
Intel pourrait lancer 'Druid' sa quatrième génération de GPU dès 2025
FSP présente les premières alimentations ATX12VO
La GeForce RTX 3050 serait plus rapide que la GTX 1660 SUPER
Pour le Black Friday, ce PC portable ASUS 14
Avis aux gamers, le processeur AMD Ryzen 9 5900X est en chute libre pour le Black Friday
Le Slide, pour ajouter facilement deux écrans à votre ordinateur portable, revient (et la start-up s'explique)
Vers une hausse du prix des cartes graphiques Radeon RX 6000 ?
Excellent deal sur le portable gamer Lenovo Legion 5 avec RTX 3060
MediaTek s'attaque au haut de gamme avec son Dimensity 9000
Haut de page