Trop beau pour être vrai : les Américains ont-ils essayé de voler une station spatiale russe ?

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
24 avril 2022 à 17h17
7
Saliout-7 solo station spatiale soviétique © URSS/N.A. via Spacefacts.de
La station Saliout-7, énorme module unique en orbite basse. Crédits URSS/N.A. via Spacefacts.de

Entre février et juin 1985, la station spatiale soviétique Saliout-7 est hors de contrôle. Alors que l’URSS monte sa mission de sauvetage, les américains ont plusieurs vols de prévus pour leur navette spatiale. Et s’ils avaient, au nez et à la barbe de tous, voulu capturer la station ? Un documentaire l’affirme…

Un documentaire qui se veut sérieux… mais tout est faux.

Saliout-7 ne répond plus

Cela faisait pratiquement trois ans qu’elle était en orbite : le 11 février 1985, la station spatiale soviétique Saliout-7 perd réellement le contact avec le centre de contrôle. Ses systèmes sont éteints, son contrôle d’orientation est en panne, sa propulsion la laisse dériver. A l'époque, les Soviétiques n’avaient pas d’équipages permanents, il y avait donc de longues périodes où le véhicule était inhabité. Personne en orbite, une station en orbite basse à la dérive… Et si c’était la bonne occasion pour s’envoler sur place avec la navette Challenger, capturer Saliout-7 et la ramener dans la soute du véhicule américain ? Pour ensuite la rendre à ses propriétaires, bien sûr… mais pas avant une visite détaillée, voire un démontage en règle.

La réalité est tout autre, mais pas moins épique. Le 6 juin 1985, la capsule Soyouz T-13 avec ses deux occupants, Vladimir Dhzanibekhov et Viktor Savinykh, s’envole de Baïkonour. Après une série de manœuvres audacieuses, l’équipage s’amarre à la station et démarre une liste d’improbables réparations dans la station entièrement en panne, les parois couvertes de givre et par une température glaciale. Mais à force de travail acharné, d’obstination et d’un flegme tout soviétique face aux pannes, les deux cosmonautes réussissent à sauver Saliout-7 et à rétablir ses systèmes de bord… Avant d’y passer plus de deux mois de mission et d’être relayés à partir du 17 septembre. Une fierté soviétique qui se transmet encore aujourd’hui à travers les témoignages, mais aussi via des œuvres de fiction sous forme de « biopic » comme le film Salyut-7, acclamé à sa sortie en Russie en 2017.

Saliout-7 avec module amarré © URSS/N.A. via Spacefacts.de
La station Saliout-7 avait à la fin 1984, un set de 3 grands panneaux solaires fixes. Crédits URSS/N.A. via spacefacts.de

Histoire d’un faux braquage

Il existe toutefois un documentaire russeLa bataille pour Saliout, histoire d’un exploit »), sorti en 2011 et que l’on retrouve aujourd’hui encore sur Roscosmos-tv, qui affirme que les Etats-Unis préparaient de leur côté le plus ambitieux kidnapping orbital jamais imaginé. Il a même été primé en 2012… Et il semble crédible au premier abord, avec un mélange de véritables dates et de petits arrangements avec la vérité historique.

Tout d’abord, l’incident avec Saliout-7 est véritable, et le contexte politique du moment (sur lequel s’appuie parfois amplement le documentaire, à grand renfort d’images d’archives) est lui aussi correct. Le secrétaire général du parti Communiste, Konstantin Chernenko, est en mauvaise santé et ne semble pas en mesure d’engager son pays dans un conflit à grande échelle pour une station défaillante… Quand en face, Ronald Reagan a son aura d’acteur et de président prêt à foncer.

STS Challenger avec EVA 1984 © NASA
"Dépêchez-vous, on va voler une station !" Personne, jamais. Crédits NASA

Paranoïa nécessaire ?

L’idée même d’aller capturer Saliout-7 paraît au premier abord séduisante. D’une part, parce que les Soviétiques s’étaient préparés à un scénario d’abordage dans les années 70 (allant jusqu’à équiper la station Almaz avec une mitrailleuse), de l’autre parce que les Américains avaient une appétence assez spécifique pour les pièces de haute technologie soviétique. On se souviendra qu’à l’époque, les Etats-Unis avaient tenté de ramener discrètement chez eux le sous-marin K-129 après l’avoir récupéré au fond de l’océan, et qu’en 1984 sort un roman à grand succès, « A la poursuite d’octobre rouge »… Est-ce assez, cependant, pour vouloir capturer Saliout-7 ? Selon le documentaire, la navette Challenger est rapidement mise en place sur son pas de tir pour aller récupérer le matériel soviétique, et utilisera pour cela les connaissances de deux astronautes présents aux Etats-Unis, mais qui connaissent tout des systèmes russes. Qui donc ? Evidemment nos deux français Patrick Baudry et Jean-Loup Chrétien !

La French connexion

Il se trouve que ces deux derniers étaient bien en formation chez les astronautes américains au Texas à ce moment-là, qu’ils avaient une bonne connaissance des stations Saliout et que Patrick Baudry devait voler sur Challenger, lors de la mission STS-51E qui était prévue pour un décollage en mars 1985. Coïncidence ? Eh bien… Oui. L’incident sur Saliout a eu lieu en février, or les deux Français étaient présents pour l’entrainement sur navette dès la fin 1984. D’autre part, selon le documentaire, Challenger n’aurait finalement pas décollé suite à un changement d’avis politique (à la mort de Chernenko…) alors qu’en fait le satellite qu’elle transportait, un relais orbital TDRS, faisait partie d’une série défectueuse. La navette a d’ailleurs quitté son pas de tir avant les changements à la tête de l’URSS.

L’ensemble du documentaire est dans la même veine, ce qui peut aisément faire douter le spectateur qui n’aurait pas envie de fact-checker l’ensemble de son visionnage. L’histoire est belle, les Américains échouent grâce à la ténacité des deux cosmonautes qui réparent leur station envers et contre tout, et ne pourront voler le matériel sous le nez des Soviétiques. Jusqu’à en oublier quelques détails bien plus terre à terre.

Saliout-7 Soyouz T-13 équipage dans station © URSS/N.A.
Les deux membres d'équipages de Soyouz T-13, qui ont effectivement sauvé la station. D'elle-même, pas des américains. Crédits URSS/N.A.

Petits problèmes logistiques

En effet, il aurait été particulièrement difficile de faire entrer Saliout-7 dans la soute de la navette Challenger (pas plus que dans Discovery). Pas pour son diamètre de base… Mais il ne faut pas oublier ses panneaux solaires qu’il aurait fallu découper, ainsi que ses antennes et un certain nombre de composants externes. Un travail titanesque, qui n’aurait jamais jusque-là été entrepris. Et il aurait également fallu vider l’intérieur : Saliout-7 était grande, mais lourde aussi, avec pratiquement une vingtaine de tonnes sur la balance… soit six de trop pour que la navette puisse revenir sur Terre, selon les limites de ce qu’elle pouvait embarquer.

Sans oublier que tout cela aurait dû se décider en moins de trois semaines, incluant les techniques, le personnel, et toutes les préparations à mener dans le plus grand secret dont plusieurs EVA vraiment critiques. Décidément, la « théorie » de l’escamotage en prend un coup ! Certains doutent même que la navette ait pu atteindre l’inclinaison orbitale de la station Saliout-7… Sans même parler de la capturer : les Soviétiques de Soyouz T-13 y sont arrivés parce que leurs systèmes étaient compatibles et préparés durant des mois, les Américains auraient dû l’agripper avec leur bras robotisé et rester une bonne semaine sur place au vu et au su de tout le monde.

Saliout-7 station spatiale grande © URSS/N.A. via Spacefacts.de
Bonne chance pour tout tronçonner et ranger ça dans une soute de navette... Crédits URSS/N.A. via Spacefacts.de

Une station, à quoi bon ?

Surtout, au-delà du côté spectaculaire de la démonstration de force, visiter ou décortiquer une station comme Saliout-7 n’aurait pas eu trop d’intérêt pour les Américains. N’oublions pas qu’ils avaient une décennie plus tôt réussi leur propre pari technologique avec la station Skylab, et qu’ils préparaient le développement d’une station moderne et évolutive, Freedom. Le modèle que leur apportait la navette semblait très prometteur (avec les labos en orbite tels que SpaceLab) et en plein essor, il ne fut brisé que l’année suivante par l’explosion de Challenger.

D’autre part, Saliout-7 n’était pas exactement une station secrète. Les astronautes y prenaient des photos, y tournaient des émissions, et c'était une station civile, sans destinée purement militaire. Difficile donc de trouver un argument déterminant en faveur d’une telle opération, qui n’a jamais eu lieu.

Shuttle-Mir 1995 navette STS station spatiale © NASA
Par contre en 1995, il y avait ces hallucinantes images de navettes et de la station Mir... Mais pas de drama ici. Crédits NASA

Désinformer pour le plaisir

Reste que ce documentaire faux (au contraire d’un faux documentaire, « documenteur » ou « mockumentaire » qui assume de tordre la réalité au service d’un message souvent très gros à faire passer) est toujours en ligne aujourd’hui et totalise plus de 6,5 millions de vues sur YouTube, prêt à nourrir un complotisme absurde… Car même les USA n’en ont eu ni l’intention ni les capacités.

Bien au contraire, des responsables de la NASA avaient demandé à leurs homologues soviétiques, en 1984 et 1985, si ces derniers souhaitaient mettre en place un programme inter-agences d’urgence, au cas où un équipage serait bloqué en orbite basse. Mais la navette était un véhicule dual, qui avait déjà volé pour la défense américaine. L’URSS avait refusé. Il fallut finalement attendre Mir, et surtout la chute de l’URSS, pour voir les deux blocs collaborer dans l’espace une nouvelle fois. Et sans s’éclipser avec la station de l’autre…

Source via The Space Review

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
DrGeekill
Je ne connaissais pas cette histoire. Merci. Super article très bien écrit
spip74
Bravo pour cet article très bien écrit et qui nous fait part d’une histoire méconnue. J’adore !
gothax
Je vous invite à regarder le film Salyut-7 c’est un film génial.<br /> Quant à cette histoire de vol de station je me dis que sous un siiiiiiii gros mensonge il doit y avoir qd même un nanomètre de vérité. Et les français dans le coup m’a bien faire rire et ne m aurait pas étonné <br /> Éric : merci
kplan
Après avoir vu Armageddon et Interstellar, je peux affirmer sans aucun doute qu’une mission pourrait être organisée en quelques jours seulement. Cette histoire de kidnapping est donc plausible. Avec des outils de découpe laser militaires, le démantèlement et l’embarquement de la station était faisable, d’après mes calculs, en 10 heures environ.<br /> D’ailleurs je vous renvoie sur l’excellent documentaire de William Karel « Opération Lune » (Rembob’INA sur LCP) pour vous montrer que la vérité peut avoir bien des visages…<br />
kervern
@Kplan merci j’ai vu le reportage (faux) hier justement sur la chaine LCP ct sympa, mais limite génant de perdre son temps (même si on a eu l’explication avant visionnage) en regardant une distopie…mais ct un bon reportage sur laquel on commence a voir qu’il est faux crescendo
kplan
Justement c’est encore plus passionnant sans savoir initialement que c’est un bidonnage complet.<br /> On peut faire des faux documentaires avec des acteurs qui mentent volontairement mais c’est encore plus puissant lorsque des témoignages de personnes crédibles sont détournés. Ajoute à ça des images sorties de leur contexte accompagnées d’un commentaire orienté et ça donne un bel exercice de manipulation.
Ccts
C’est la beauté et le côté flippant d’internet. N’importe qui peut faire croire n’importe quoi. Les gens croient plus volontiers ce qui s’y trouve que ce que des spécialistes internationaux et des institutions regroupant des gens qui d’auto vérifient en permanence font. C’est marrant … et tellement triste pour tous les scientifiques qui mettent des années à faire accepter des travaux par leurs communautés… mais qu’un gars avec des connaissances en montage peut foutre en l’air en quelques heures.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La capsule Starliner de Boeing s'amarre enfin à la station internationale
La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Voici le son d'un trou noir... et c'est beau
Boeing et la NASA sont prêts pour tester à nouveau la capsule spatiale Starliner
SpaceX défie les statistiques et passe (déjà) le cap des 20 décollages en 2022
Le plus gros séisme jamais détecté sur une autre planète a eu lieu sur Mars (et vous pouvez l'écouter)
Qu'est-ce donc que cette étrange forme rectangulaire découverte sur Mars par Curiosity ?
L'EHT présente la première image de Sagittarius A*, le trou noir au cœur de notre Galaxie
Haut de page