L'aventure Sea Launch, des lancements orbitaux depuis l'océan

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
02 août 2020 à 18h08
0
Vision étonnante que ce puissant lanceur décollant sur une ancienne plateforme pétrolière... Crédits Sea Launch/S7 Russie

Faire décoller de grands satellites de télécommunications depuis une plateforme pétrolière modifiée au milieu de l'océan ? Ils l'ont fait ! 

Aventure unique née dans les années 1990, Sea Launch est pourtant dans l'impasse depuis 2014…

Naissance d'une opportunité

Avec la chute de l'Union soviétique, un secteur d'excellence comme celui des lanceurs n'allait pas longtemps resté exempt des sirènes de la privatisation… Et des ambitions occidentales. Il se trouve qu'au début des années 90, il n'y a qu'un opérateur qui écrase le marché des lancements commerciaux vers l'orbite de transfert géostationnaire, pour de toujours plus nombreux satellites de télécommunications : Arianespace. Pour les américains, leur lanceur Delta 2 n'est pas adapté, et la navette est bien trop chère. Alors pourquoi ne pas acheter une solution russe ? Leurs lanceurs sont performants et peu chers… Lockheed Martin s'intéresse donc à la fusée Proton (ce qui fera naître l'entreprise ILS) et Boeing à Zenit. Reste à finaliser l'affaire. Et s'il y avait moyen de gagner encore des performances avec ce lanceur ?

Zenit est une fusée particulière, qui a été développée pour être l'un des boosters (réutilisable même) du gigantesque lanceur soviétique Energia. Ce dernier fonctionne, mais son développement coûteux, l'abandon de la navette Bourane et l'état des finances russes condamne l'ensemble du projet… Pas Zenit cependant, qui grâce à son très puissant moteur RD-171 peut propulser des charges de plusieurs tonnes en orbite de transfert géostationnaire (GTO), jusqu'à 6 tonnes pour peu qu'on l'équipe d'un étage supérieur. Une fois l'URSS éclatée, il faut cependant l'accord de l'Ukraine qui produit la plus grande part du lanceur, et de la Russie…. mais aussi d'un partenaire inattendu pour Boeing, l'entreprise norvégienne Aker Kvaerner (devenue ensuite Aker Solutions). Car cette fois, Zenit ne décollera pas de Baïkonour, mais d'une plateforme pétrolière transformée.

Simple, puissante (parfois trop pour être contrôlée), Zenit est efficace. Crédits Sea Launch/S7 Russie

Décoller depuis une plateforme, est-ce possible ?

Construite en 1983, la plateforme pétrolière Ocean Odyssey fore des puits de pétrole au large de l'Alaska, puis en mer du Nord. En 1988, elle souffre d'un accident lors d'un forage, qui tue l'un de ses employés, et elle est envoyée en stockage dans le port de Dundee, en Ecosse. Sa disponibilité, puis son rachat par Kvaerner en 1993 va donner corps au projet Sea Launch… Malgré de grosses modifications nécessaires pour agrandir la plateforme et l'équiper pour assembler et lancer une fusée Zenit. Il n'empêche, le projet est formalisé en 1994, puis avance à grand pas. Le bateau qui accompagnera la plateforme est commandé neuf, puis livré et équipé en 1997 pour pouvoir remplir son rôle unique au monde.

Il n'empêche que l'aventure n'est pas simple. Car la plateforme Odyssey et le navire Sea Launch Commander sont alors basés à Long Beach (Californie). Il faut à chaque lancement emmener les équipes techniques ukrainiennes et russes sur place avec les éléments de la fusée, assembler le lanceur, puis quitter le port et prendre la mer, avant de se rapprocher au maximum de l'équateur pour procéder au décollage dans les eaux internationales (à l'Est des îles Christmas, dans le Pacifique), tout en respectant d'importantes distances de sécurité, et bien sûr en évacuant entièrement la plateforme. Il faut plus de 300 personnes pour une campagne de lancement. Pourtant… ça fonctionne ! Sea Launch envoie un satellite de démonstration en orbite le 27 mars 1999, et engrange de gros contrats de la part d'opérateurs publics et privés.

On voit parfaitement ici la plateforme modifiée avec la fusée, et le navire de commandement. Crédits Sea Launch/S7 Russie

Les années Sea Launch

Malgré un échec en vol en 2000 (lié à un problème logiciel), Sea Launch trouve son public, et réussit à engranger des dizaines de contrats au tournant du nouveau siècle : Ariane 5 rencontre alors des problèmes de fiabilité, les lanceurs américains sont toujours trop chers et ne sont pas au rendez-vous, c'est l'âge d'or de la solution russe ! Reste que Sea Launch ne dispose que d'une capacité limitée, et même si l'entreprise réussit à aligner 5 vols en 2006, certains contrats de lancement prennent du temps à se concrétiser. Sea Launch propose donc en complément une solution moins capable, mais qui décolle de Baïkonour… et nommée Land Launch (opérée par une autre filiale, SIS). Cette initiative, démarrée un peu trop tard, ne réussira pas à relancer l'aventure. Car malgré une ascension rapide, des contrats et des clients, Sea Launch rencontre de plus en plus de problèmes après une décennie d'opérations.

De l'apogée aux gros soucis

Sea Launch est une solution complexe, mais qui fonctionne — et même génère des marges sur ses opérations de lancement. Mais cela peut-il suffire ? Les coûts de la plateforme et de son navire, même sans lanceur, se chiffrent en dizaines de millions de dollars, chaque année. Il y a l'investissement initial, qui était très élevé et que les quatre entités responsables de Sea Launch (Boeing, Energia, Youzmach et Kvaerner) prennent du temps à rembourser. Et en plus de tout cela, un crash survient le 30 janvier 2007, au lancement du satellite NSS-8. La fusée Zenit a un souci de moteur, et le lanceur explose sur la plateforme Sea Launch, qui sera indisponible pratiquement une année, malgré une gestion des dégâts exemplaire. Cela pèse durement sur les finances, d'autant qu'à la fin de cette décennie, un nouvel acteur surgit et tente d'engranger des contrats pour des lancements de satellites, SpaceX.

En 2009, les caisses de Sea Launch sont vides, l'entreprise est en faillite sous le fameux régime du « Chapitre 11 » américain, qui lui permet de continuer les opérations sous contrainte, et l'oblige à se réorganiser. C'est finalement le consortium russe Energia qui va racheter Sea Launch en 2010, les autres acteurs ne gardant que des parts minoritaires (le paiement fera d'ailleurs l'objet d'un procès international, qui rapportera 350 millions de dollars à Boeing). Ces péripéties ont toutefois asséché l'appétit des clients. Il n'y a pas de décollage en 2010, un seul en 2011. Intelsat et Eutelsat seront les derniers à signer des contrats avec Sea Launch. SpaceX est arrivé dans le paysage, Arianespace a baissé ses prix, ILS aussi, et le sort de l'entreprise est scellé en 2014 avec l'invasion (ou la réappropriation, selon les termes russes) de la Crimée et de l'Est de l'Ukraine séparatiste. Les relations Ukraine – Russie empêchent toute collaboration nécessaire pour mettre en œuvre Zenit.

Un long voyage jusqu'au chantiers russes…

En 2016, sans contrat et sans fusée (un nouvel échec a eu lieu en 2013), Sea Launch est vendue à l'entreprise russe S7, issue de l'aviation. Cette dernière annonce dans la foulée que la plateforme serait relocalisée en Russie, que les négociations allaient s'ouvrir avec l'Ukraine avec des contrats, etc. De belles annonces qui restent pourtant purement hypothétiques : S7 n'annoncera jamais un seul contrat pour un décollage de Zenit, et la plateforme restera plus de 3 ans inactive et à quai à Long Beach, avant de traverser le Pacifique en mars 2020 pour le chantier russe de Slavianka. On peut juger que Sea Launch Odyssey est en mauvais état : il a fallu la transporter sur une barge pour faire le voyage, alors qu'elle est normalement capable de traverser l'Océan. Surtout, quels sont les travaux qui vont être conduits au chantier naval, pour combien de temps et avec quel argent (avec la crise, S7 ne se porte pas bien) ?

Selon la rumeur, il faudrait des dizaines de millions pour rendre à nouveau le système opérationnel. Crédits Sea Launch/ S7 Russie

Les annonces se sont tant succédées ces dernières années qu'il est difficile de savoir si oui ou non Sea Launch est définitivement dans l'impasse ou si l'audacieuse plateforme de lancement de fusée en haute mer va refaire son apparition. C'est exclu (à priori) avec Zenit première du nom, mais ce serait peut-être possible en l'adaptant avec Soyouz 5, qui est en quelque sortie une « russification » du lanceur modernisé. Depuis ce printemps, les rumeurs vont aussi bon train pour annoncer un possible rachat de Sea Launch… En attendant, les années passent, et le dernier splendide décollage depuis Odyssey date du 26 mai 2014.

Modifié le 04/08/2020 à 14h26
16
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top