Science et fiction : la potion magique d'Astérix, une vraie drogue de combat ?

21 septembre 2016 à 14h02
0

Trois drogues de combat aux effets proches de la potion magique

Et si la potion magique d'Astérix était une drogue de combat ? Elle rend plus fort et stimule les combattants. On peut la comparer à d'autres « potions » prises à travers l'histoire par les soldats.

La Pervitine

Également connue sous le nom de « pilule Hermann Göring », la Pervitine est la toute première méthamphétamine commercialisée. On la doit au laboratoire allemand Temmler, qui l'a synthétisée en 1937. Elle a été distribuée dans les rangs de l'armée allemande, dans le but d'augmenter les performances des soldats et des pilotes, tout en réduisant l'anxiété et la fatigue. Entre avril et juin 1940, il est estimé que la Wehrmacht et la Luftwaffe auraient utilisé plus de 35 millions de comprimés de Pervitine.

Cette « pilule » aurait joué un rôle primordial dans le Blitzkrieg sur la Pologne. Mais le problème, ce sont une nouvelle fois les effets secondaires : « Les commandants se plaignaient du fait que les soldats avaient besoin de dormir trois fois plus longtemps lorsque l'effet de la Pervitine se dissipait. Beaucoup d'entre eux devinrent dépressifs. D'autres souffraient de graves psychoses » raconte le site Berliner Kurier.

08491752-photo-pervitine.jpg

Résultat : après plusieurs années d'une disponibilité en pharmacie, la Pervitine est déclarée illégale en 1941. A noter que si Hitler ne comptait pas parmi les accros à la Pervitine, il l'était, pas contre, aux stéroïdes et à l'eucodal, un puissant opiacé.

La Ritaline

Synthétisé pour la première fois en 1944, par le chimiste suisse Leandro Panizzon, le méthylphénidate, ensuite renommé Ritaline, est un stimulant du système nerveux. Si son nom vous dit quelque chose, c'est peut-être parce qu'il est encore aujourd'hui prescrit aux personnes (souvent les enfants) atteints du trouble de déficit de l'attention / hyperactivité (TDAH).

Les doses sont ajustées pour obtenir l'effet désiré, à savoir diminuer la recapture de la dopamine et de la norépinéphrine, dans l'optique d'augmenter la concentration de ces dernières dans la fente synaptique. L'armée américaine utilise la Ritaline depuis la Seconde Guerre mondiale pour augmenter la concentration de ses soldats, mais également réduire la sensation de fatigue. Au fil des années, cette pratique a perduré, notamment chez les pilotes de drones qui prenaient de la Ritaline à haute dose pour rester éveillés le plus longtemps possible.

La pratique est désormais désavouée par l'armée américaine, qui bloque le recrutement des candidats qui prennent des médicaments contre le TDAH, ce qui inclut la Ritaline. Cependant, les soldats qui prenaient ce médicament en service le faisaient pour améliorer leurs performances et non pas pour soigner une maladie.

Le Captagon

Cette drogue a beaucoup fait parler d'elle ces derniers temps, et pour cause : le Captagon est, aujourd'hui, utilisé par les djihadistes de Daesh.

Le Captagon est un dérivé hydrolysé de la fénétylline, qui est constituée d'une molécule d'amphétamine unie à une molécule de théophylline par un pont éthyle. Synthétisée en Allemagne dans les années 60, elle a servi un temps à traiter les enfants atteints de TDAH, en raison d'effets secondaires moindres par rapport à d'autres types d'amphétamines.

Par la suite, la fénétylline est devenue persona non grata dans de multiples pays, comme les Etats-Unis en 1981 et la France en 1993. Son inscription en tant que substance dangereuse sur la liste de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime en 1986 ne l'a pas empêchée de devenir une drogue récréative, mais également un produit dopant sous le nom de Captagon.

0320000008491754-photo-saisie-captagon.jpg
Une saisie de Captagon.

Lorsque cette drogue pénètre les neurones de la personne qui en prend, elle libère une grande quantité de dopamine, qui réduit la sensation de peur au profit d'une impression de bien-être, ainsi que de noradrénaline, qui va augmenter la concentration et la vigilance. Un cocktail qui aiderait les djihadistes de Daesh dans leurs sanglantes activités : le 26 juin 2015 en Tunisie, des témoins de la tuerie de Sousse (39 morts, 39 blessés) ont assuré que le terroriste Seifeddine Rezgui souriait et riait durant la tuerie. Son autopsie a révélé par la suite qu'il était sous l'emprise du Captagon.

Cette drogue fait, depuis de nombreuses années, l'objet d'un trafic intense au Moyen-Orient. C'est même devenu un rouage important de l'économie de guerre, enrichissant l'Etat islamique qui écoule ses doses entre 5 et 20 dollars selon les pays.

Astérix, drogué aux plantes ?

Bien évidemment, on ne va pas comparer nos valeureux Gaulois à des terroristes ou des soldats sous meth. Mais les inspirations des créateurs de ce personnage, dont les premières aventures ont été publiées en 1959, viennent peut-être un peu de là. La potion magique de Panoramix a vocation à dédramatiser toutes les situations, ce qui en fait bien souvent un ressort comique. Mais il n'empêche qu'il est difficile de croire qu'il n'y a que des plantes dans le chaudron du druide, non ?

Retrouvez les volets précédents de Science et Fiction :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Cinq mangas à lire sans modération, même hors confinement !
10 jeux bacs à sable et simulateurs de promenades pour explorer l'univers malgré le confinement
Le TOP des promos high-tech à saisir ce samedi soir en attendant le Black Friday
Test vélo électrique VanMoof S3 : une jolie réussite
Le smartphone POCO M3 est (déjà) en promo chez Amazon !
Test Creative Outlier Air V2 : des écouteurs toujours aussi bien pensés, à l’autonomie monstrueuse
La célèbre enceinte Ultimate Ears Megaboom à moins 46% ce week-end
Qu'est-ce qu'un spyware et comment s'en protéger avec un antivirus ?
100€ de remise immédiate sur le Marshall Monitor II ANC chez Amazon
Une TV QLED TLC de 65 pouces à un prix imbattable pour le Black Friday (100 € ODR)
Haut de page