30, 40, 50 Go : pourquoi nos jeux vidéo sont si volumineux

11 juillet 2014 à 17h39
0
0096000007472177-photo-titanfall.jpg
C'est un fait : plus les années passent, et plus la taille moyenne des jeux vidéo augmente. A tel point qu'en 2014, Titanfall et Wolfenstein battent tous les records et se permettent de réquisitionner pas loin de 50 Go d'espace disque chacun ! Le moment semble donc opportun pour étudier les raisons qui poussent les jeux vidéo à prendre autant leurs aises sur nos PC, déjà bien encombrés par ailleurs.

Au premier abord, on pourrait penser que le problème de la place occupée par les jeux n'en est pas vraiment un. Après tout, dans la plupart des cas l'opération d'installation n'est effectuée qu'une fois (sa durée importe donc peu) et la taille des disques durs augmente elle aussi régulièrement (que sont 50 Go face à une capacité de 4 To, soit environ 4000 Go ?). Mais ce serait faire fi de deux tendances fortes et durablement installées : la dématérialisation des données et la démocratisation des disques SSD.

07472125-photo-installation-max-payne-3.jpg
L'installation est un processus potentiellement long, mais qui n'a lieu généralement qu'une seule fois.


A moins d'être équipé de la fibre optique, devoir télécharger plusieurs dizaines de gigaoctets n'est jamais une partie de plaisir. Certaines plateformes de téléchargement réduisent partiellement le problème en autorisant un préchargement des jeux avant leur sortie, mais en dehors des précommandes, point de salut. Une fois un jeu déjà sorti ajouté dans votre panier, vous êtes bons pour patienter quelques heures, voire quelques jours, afin que toutes les données soient rapatriées sur votre disque.

0258000007226214-photo-titanfall.jpg
Le dématérialisé, c'est parfois pratique. Devoir télécharger les 50 Go de Titanfall, ça l'est beaucoup moins...


De plus, si vous êtes un joueur chevronné, il y a de fortes chances que le disque en question soit un SSD. Dans un cadre ludique, cette technologie permet notamment de réduire drastiquement les temps de chargement ce qui, parties après parties, représente un gain de temps cumulé très important. Seulement voilà, la capacité des disques SSD reste limitée, tandis que le prix au Go, même s'il baisse régulièrement, est loin de pouvoir concurrencer celui des disques durs classiques. Le résultat est sans appel : la plupart des joueurs sont équipés d'un disque principal de 128, 256 ou 512 Go dans le meilleur des cas. Quand certains jeux atteignent les 50 Go, il devient évidemment impossible d'en installer autant que l'on souhaiterait sur le SSD.

0258000007472057-photo-bound-by-flame.jpg
Des temps de chargement raccourcis ? Oui, à condition que le SSD possède suffisamment d'espace libre !


Si du côté du consommateur il n'y a pas grand-chose à faire pour enrayer cette tendance à l'embonpoint, il reste intéressant en revanche d'en comprendre les raisons. Histoire de mieux accepter cette réalité inéluctable ou, au contraire, de pouvoir dans certains cas précis blâmer le laisser-aller des développeurs !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top