En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
12 juillet 2020 à 09h09
43
Ubisoft harcèlement © © Ubisoft

Les conséquences de l'enquête menée par deux journalistes de Libération chez Ubisoft ne se sont pas faites attendre avec les départs de plusieurs cadres de l'entreprise.

Dans un communiqué publié au cours de la nuit de samedi à dimanche, le numéro un du jeu vidéo français, Ubisoft, a décidé de répondre aux multiples accusations d'agressions et de harcèlement sexuel qui visent certains de ses plus hauts responsables.

D'autres têtes encore à tomber ?

Yves Guillemot, P.-D.G. du groupe, a ainsi annoncé des départs qui « font suite à un examen rigoureux que la société a mené en réponse
aux récentes allégations et accusations de mauvaise conduite et de
comportements inappropriés
 » selon les termes rapportés par Le Monde.

Numéro deux de l'entreprise et directeur de la création, Serge Hascoët a démissionné de son poste « avec effet immédiat ». Yves Guillemot assurera l'intérim. Un départ accompagné de celui de Yannis Mallat, dirigeant des studios canadiens d'Ubisoft, alors que Cécile Cornet, responsable monde des ressources humaines, quitte ses fonctions sans - semble-t-il - partir de chez Ubisoft.

Trois démissions de personnalités plus particulièrement visées par les accusations de ces derniers jours et qui s'ajoutent à celle de Maxime Béland, vice-président de l'Éditorial chez Ubisoft alors que Tommy François, autre vice-président de l'Éditorial, n'avait été que mis à pied.

Ubisoft compte aujourd'hui 18 000 employés à travers le monde. L'éditeur a « décidé de restructurer et renforcer la fonction » Ressources Humaines et va faire « auditer et améliorer ses procédures et politiques », a-t-il enfin indiqué.

Source : Le Monde

Modifié le 13/07/2020 à 09h53
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
43
22
DAOV
Bravo. je ne sais pas combien cela a coûté en prime de départ mais c’est un bon signal pour la suite. Mais dans d’autre sociétés, les équivalents de Guillemot auraient virés les victimes ou lanceurs d’alertes ou simplement ignoré la polémique.
ddrmysti
C’est clair que virer des gens sans procès ni jugement, juste pour éviter une éventuelle polémique sans que rien de fondé ne soit prouvé, ça annonce du très bon pour la suite niveau justice, égalité et droits…
toast
T’es chez Ubi Soft et tu as discuté avec chaque personne concernée pour en arriver à cette conclusion ?
ddrmysti
T’es chez ubisoft et t’as discuté avec chaque personnes concernée pour en arriver à cette conclusion ? (tien c’est marrant, ça marche dans les deux sens).<br /> Sans enquête et condamnation de la part de la justice, ça reste des allégations. Ce genre de décision ne tien pas de la direction d’une entreprise ou de l’opinion publique. Par contre virer des personnes n’ayant pas forcément de rapport avec l’affaire, mais étant à des postes ayant une image forte, sans même savoir si les accusations sont avérée, ça c’est tout à fait dans les cordes d’une direction.<br /> Je citerais bien les problèmes dans les universités américaine, mais je doute que ça parle à grand monde.<br /> Bref, sans décision de la justice, ça reste des allégations. Mais ce qui est bien avec ce genre d’accusations, c’est que ça n’a pas besoin d’être vrai pour ruiner la vie des victimes (je parle des victime d’allégations hein, les autres…)
SlashUzero
Enfin des décisions prises, reste à savoir si faire tomber des grosses têtes fait changer la politique interne et chavirer cette culture inadmissible… Ce genre de revirement ne se fait pas sans un suivi…C’est comme le COVID…
cirdan
Personne n’a été viré, ils ont démissionné. Et s’ils ont démissionné, c’est qu’il y a eu un accord avec la direction, ce qui a évité des procédures de part et d’autres et a surement permis de négocier une indemnité.<br /> Je comprends ce que tu veux dire sur les allégations et ses conséquences, mais ce qui se passe dans certaines boites, connu de tous et qui entraîne quelquefois beaucoup de souffrances, est une vrai honte. Alors si ce genre de chose arrive, avec une démission qui reconnait de facto les problèmes, ça a le mérite de régler le problème rapidement et le plus humainement possible.<br /> Et Guillemot ne s’est pas séparé de certains de ses meilleurs éléments juste sur des allégations, il y a eu des audits internes.
Peter_Vilmen
Je me demande quel role avait Cécile Cornet des ressources humaines, elle aidait a trouver des proies stagiaires bien fraiches ?<br /> En tous cas, le monde avance dans le bon sens, meme si les abus de position dominante risquent de rester un certains temps vu que l’origine de ces pratiques se retrouvent principalement dans nos genes. Or tout exercice qui tend a reformer nos pulsions naturelles avance a contre courant.
Blap
Elle protégeait les abuseurs et mettait de coté leurs victimes il me semble
Blap
Ca me fait rire les gens qui se plaignent que ce ne sont que des «&nbsp;allegations&nbsp;», et qu’il faut laisser faire la justice… C’est ni connaitre le dossier, ni connaitre la justice surtout en ce qui concerne les problemes d’agressions sexuelles et de harcelement.<br /> Probablement des gens qui n’ont jamais vecu ca dans leur vie ou en boite. Combien de boites ont ce genre de phenomene de masse ou tout le monde sait mais personne n’est puni et ou la direction protege les abuseurs car ils ont une position de pouvoir et des leviers de pressions…<br /> Il faut vraiment etre naif.
ddrmysti
Oui oui, ils ont démissionnés, c’est une décision personnelle, pas du tout la manière habituel de virer un cadre en faisant classe. Virer c’est une marque de déshonneur, d’échec. Tandis que lui demander sa démission c’est plus noble et respectueux. Parce que bon, c’est bien connu, l’image d’une entreprise vis à vis du client est tellement moins importante que deux anonyme remplaçable. Certes la période de transition va être un peu le bordel pour d’autres anonymes dont personne n’a rien à faire, mais qui s’en soucis ?
ddrmysti
Elle était à un poste ayant un rôle clé au près des employés, donc symbolique vis à vis de tout ce qui touche à l’image des employés. C’est un peu comme quand il y a un accident en lien avec l’armée, et qu’un gradé «&nbsp;donne&nbsp;» sa démission, alors qu’il n’avait pas le moindre rapport avec l’incident.
ddrmysti
Moi ce qui me fais marrer c’est ceux qui ne connaissent ni le sujet, ni l’envers du décor, se contentant de relayer des idées prémâchés qui sont à la mode en ce moment dans la presse. Probablement des gens qui n’ont jamais connu ça dans leur vie. Mais bon, ceux qui vont dans le sens des trucs à la mode son en paix avec leur conscience, même si ça nécessite de sacrifier des vies si ils ont un bon article à lire
tangofever
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft, et au sommet de l’état des têtes sont placées à des postes clés pour mieux faire pressions sur les procédures en cours, ministère qui porte bien son nom «&nbsp;Intérieur&nbsp;» et la «&nbsp;justice&nbsp;» qui n’est pas en reste.
DAOV
Personne ne démissionne si il est accusé faussement. Ils ont décidés de partirent avec un gros chèque sans aucun doute, parce que leur position est indéfendable. C’est ça ou déballer devant la justice. Cela arrange tout le monde, Guillemot en premier pour ne pas étaler plus de détails sordides.<br /> Maintenant ils peuvent prétendre être parti d’eux-mêmes et dire que tout était inventé, vu qu’il n’y a pas de procès…<br /> L’une des personne à été mise à pied, donc il y a bien quelque chose, les autres plus gravement impliquées, ont «&nbsp;démissionnés&nbsp;». Une DHR Monde ne part pas à moins d’avoir gravement failli à sa mission qui était à minima d’enquêter ET d’informer Guillemot. C’est très probablement ce qui lui a coûté sa place.
CallMeLeDuc
Les autres sociétés (chinoises ou américaines) sont surtout bien plus doués pour acheter avec de conséquents pots de vins les lanceurs d’alertes et victimes présumés.<br /> En France on trouve toujours un malin plaisir à se tirer des balles dans les pieds dès que les occasions se présentent.
ddrmysti
C’est clair, c’est comme dans le sud il y a quelques année. Durant une porte ouverte dans une caserne, de vrais cartouches étaient restées dans un chargeur destiné à une simulation de prise d’otage. Plusieurs civiles ont étés blessés. Du coup vu qu’un haut gradé à démissionné suite à ça, c’est surement que c’est lui qui avait mit les cartouche dans le dis chargeur.<br /> La vie d’un employé, même de deux ou trois, ne vaut pas l’image d’une entreprise, donc en sacrifier deux ou trois si ça peut faire bien auprès du publique n’aura pas de grosses conséquences. M’est d’avis que virer les employés coupables (si les faits sont avérés) serait bien plus efficace. Mais lâcher quelques têtes est bien plus fort vis à vis du publique.
genesya
une entreprise c’est pas la démocratie ou la justice, quand tu dépasses la ligne tu dégages c’est terminé les agressions et harcèlement sexuel couvert par les potes hauts placés. et ton «&nbsp;rien de fondé&nbsp;» est déjà suspect. t’es RH ?<br /> Libération.fr – 10 Jul 20<br /> Harcèlement sexuel à Ubisoft&nbsp;: «On savait»<br /> La mise en place d’une cellule de crise après les accusations publiées dans «Libération» n’a pas empêché la multiplication des témoignages décrivant la culture toxique à l’œuvre dans l’entreprise de jeux vidéo. Beaucoup pointent le numéro&nbsp;2,...<br />
Keoden
Pour que cela passe en justice il faut qu’il y ait plainte.<br /> Pour être viré c’est qu’il doit y avoir des éléments probants.<br /> Donc c’est p’tete pas si mal finalement, cela peut envoyer un signal comme quoi il peut y avoir des conséquences avant même qu’il n’y ait plainte.
genesya
vu que tu as l’air bien au courant, va sur Linkedin lui clouer le bec, qu’on rigole tous ensemble… avance tes pions tu auras de l’audience, autre chose qu’ici. #challenge<br />
BraveHeart
Eh oui, désormais c’est la rue, l’opinion publique et les réseaux sociaux qui déterminent la culpabilité des uns et des autres…l’accusé ne part pas ? c’est un cynique qui méprise ses victimes…l’accusé démissionne? c’est bien la preuve qu’il était coupable, il n’ y a pas de fumée sans feu…
Duben
Ben oui, l’entreprise a fait sa propre enquête et en a tiré ses conclusions. Il n’y a pas besoin d’un procès et d’une condamnation judiciaire pour que quelqu’un soit licencié, les entreprises font ça tous les jours
carinae
Oui c’est vrai … mais c’était certainement lui le responsable… Et comme souvent dans ces cas là le responsable est aussi responsable des gens sous ses ordres. Ce n’est pas spécifiquement militaire mais vrai partout. Un très bon exemple l’actuelle pandémie. Tout le monde critique le gouvernement mais a la base …ce sont bien les médecins qui se sont plantés. Les politiques se sont basés sur les compétences des pros …et se sont vautrés. Quand on prend un poste a responsabilité on en assume toutes les conséquences. Et les conneries des subordonnés en fait partie…<br /> C’est sur qu’on ne connait pas le dossier… mais bon en même temps il est évident qu’il faut prendre ce genre de choses avec précaution car n’importe qui peut déblatérer sur n’importe qui. Qu’est ce qui empêche par exemple quelqu’un d’accuser quelqu’un d’autre de harcèlement dans l’ascenseur par exemple ??<br /> Ce qui est intéressant dans l’histoire c’est que souvent c’est le bonhomme le méchant. Mais la … comme souvent la RH est tenue par une femme…qui fait donc partie des méchants elle aussi…
ddrmysti
Non, juste quelqu’un qui, en pleine mode du féminisme et d’hystérie des réseaux sociaux, garde en tête le fait que les fausses accusations d’agression, sexuelle ou physique, ne sont pas rare. D’autant plus que la décision prise arrange surtout l’entreprise, pas les victimes.
ddrmysti
C’est là tout le problème, il n’y a aucune pincette de prise, mais les gens eux ils sachent ce qui c’est passé, la preuve il y a eu un tweet là dessus !
BraveHeart
on parle ici de menaces de viol, de trafic de drogues…bref, de ce qui relève d’un tribunal pénal…une entreprise n’est pas au dessus des lois, et surtout lorsqu’elle est accusée d’avoir couvert le tout…Ubisoft a beau jeu de se séparer des coupables potentiels et après on oublie tout…mais, si les témoignages sont réels, Ubisoft est mouillé jusqu’au cou et jusqu’au président Guillemot…c’est trop facile de se débarrasser de quelques fusibles et de prétendre continuer comme si de rien n’était…
BraveHeart
«&nbsp;ce sont bien les médecins qui se sont plantés. Les politiques se sont basés sur les compétences des pros …et se sont vautrés&nbsp;»…absolument pas…les politiques ont nommé un Conseil Scientifique pour entériner leurs décisions, avec des gens qui pour la plupart n’avaient aucune compétence dans le domaine pandémique…les pays qui ont laissé faire des professionnels indépendants du pouvoir politique s’en sont eux très bien sortis…
genesya
donc tu es ni pour ni contre bien au contraire…<br /> Merci pour l’intervention
ddrmysti
Absolument pas, mais je comprend que ça puisse arranger des gens de le croire, ça leur évite d’avoir à se poser la question sur la légitimité de lapider en place publique quelqu’un sur de simple allégations. C’est beaucoup plus simple de retweeter sans même comprendre le problème.
soaf78
"a démissionné… "
louis88
Il y a des boîtes où l’on vire avec procès et jugement ? Lol, j’crois pas, non
BraveHeart
Ah non…et c’est d’ailleurs pour cela qu’elles se retrouvent aux Prud’hommes, et généralement condamnées à de lourdes peines…
Duben
Si Ubisoft a constaté des comportements inadaptés, des pratiques douteuses et contraires au règlement intérieur, pas besoin d’attendre de savoir si ça tombe sous le coup de la Loi ou non. Si ça sort de ce qu’ils ont le droit de faire dans le cadre de leurs fonction, le licenciement peut être justifié.<br /> Le volet judiciaire sera traité en parallèle, ils peuvent être blanchis au niveau de la Loi mais quand même licenciés pour des actions contraires au règlement<br /> Ce sont 2 choses complètement différentes
Blackalf
Duben:<br /> Si Ubisoft a constaté des comportements inadaptés, des pratiques douteuses et contraires au règlement intérieur, pas besoin d’attendre de savoir si ça tombe sous le coup de la Loi ou non. Si ça sort de ce qu’ils ont le droit de faire dans le cadre de leurs fonction, le licenciement peut être justifié.<br /> Tout à fait…pendant les dernières années où j’ai travaillé dans une entreprise, les règles avaient été beaucoup durcies par un nouveau directeur, et des plaintes pour harcèlement ont mené à plusieurs licenciements<br /> Parce que quand un ouvrier passe son temps à dénigrer et moquer ses collègues sur tous les sujets, qu’il a été prévenu plusieurs fois par ses supérieurs de changer d’attitude parce qu’il pourrit l’ambiance de travail et qu’il fini par être licencié…je ne vois pas pourquoi la justice devrait intervenir dans des cas de figure pareils <br /> PS : et même le syndicat ne l’a pas défendu, parce qu’eux aussi l’avait prévenu qu’il allait trop loin et que ça finirait mal un jour ou l’autre
BraveHeart
@ Duben<br /> Si Ubisoft a constaté des comportements inadaptés, des pratiques douteuses et contraires au règlement intérieur, pas besoin d’attendre de savoir si ça tombe sous le coup de la Loi ou non<br /> Ben non…la question est même là, Ubisoft n’a rien écouté et selon les témoignages les DRH ont volontairement étouffé les plaintes…Ubisoft n’a en rien constaté et sanctionné, mais n’a fait que céder sous la pression médiatique…facile de se refaire une virginité…ici nous parlons de menaces de viols et de trafics de drogue…une entreprise en est redevable devant la justice, et faire sa petite sauce en interne alors qu’on a fermé les yeux pendant des décennies est un peu facile…Orange a dû rendre des comptes pour harcèlement moral, pourquoi Ubisoft en serait exempt pour du harcèlement sexuel et du trafic de came?
sifujedi
Entierement d accord avec toi, j en peux plus de la justice d internet et des réseaux sociaux, ils condamnent les gens sans connaitre le sujet, demain , comme avec Darmanin, il suffit qu’une personne dise , il m a violé et t es directe virer sans procès. Ce n est pas la justice que je souhaite dans mon pays.
carinae
C’est bien ce que je dis …le fameux conseil scientifique… et je ne parle pas bien sûr des médecins qui disaient que c’était une petite gripette… Perso je pensais 1 semaine avant le confinement que c’était vraiment quelque chose d’anodin… 30000 décès …pas vraiment anodin et pas de quoi se réjouir. Je ne dis pas que les politiques sont innocents …mais simplement qu’ils ne sont pas les seuls a s’être plantés sur ce coup… Et je ne parle même pas des tests pas prêt, du manque d’information avoué par certains malgré celles envoyées par les médecins chinois… Bref espérons que la prochaine fois ça sera mieux géré
BraveHeart
il y a bien plus de 30 000 morts…
Duben
Eh ben… tu dis toi même que les DHR ont étouffé l’affaire… ça me parait un motif légitime de licenciement pour la Directrice des Ressources Humaines du coup. Pourquoi ils devraient attendre de savoir si elle est condamnée par la justice avant de la licencier ?
BraveHeart
Mais la DRH n’a pas été licenciée…elle est toujours chez Ubisoft…
Duben
«&nbsp;Un départ accompagné de ceux de Yannis Mallat, dirigeant des studios canadiens d’Ubisoft, et de Cécile Cornet, responsable monde des ressources humaines.&nbsp;»<br /> Alors ok c’est pas la Directrice c’est la Responsable monde, je me suis trompé sur l’intitulé du poste…
Nerces
Je vais modifier la brève pour apporter une précision : pour l’heure, Cécile Cornet ne quitte que son poste. Elle semble devoir rester chez Ubisoft.
Feladan
Et sinon…<br /> T’as des infos de justice sur les accusations que tu porte ? Non parceque tu critique Ubisoft de pas avoir de preuves ou de décision de justice, donc j’imagine que t’as des preuves irréfutables.<br /> 1/ c’est marqué démission et non licenciement.<br /> 2/ même si c’était le cas, si je suis patron et que j’ai connaissance des faits, voir même avoir été témoin, je n’attendrai pas une décision de justice si je voulais licencier<br /> Mais visiblement toi si. Sympa pour les autres employés :D. C’est exactement comme ça que ce type de personne est protégé. Par des mecs qui attendent d’être au pied du mur par une décision de justice, même si ils ont connaissances des agissements depuis des lustres.<br /> Résumé de la pensée :
Bibifokencalecon
La culture toxique chez Ubisoft MTL est bien réelle et est bien implantée. Vous trouverez de nombreux témoignages sur Glassdoor (anonymes ou non) et dans les récents articles de presse. Par exemple :<br /> Le Devoir<br /> Un «climat de terreur» chez Ubisoft Montréal<br /> «[Travailler sur] “Far Cry” m’a valu deux burn-out, du harcèlement psychologique, sexuel, du sexisme, de l’humiliation.»<br /> Radio-Canada.ca<br /> Ubisoft&nbsp;: les démissions ne viendront pas à bout de la toxicité, disent...<br /> Le géant du jeu vidéo est plongé dans la tourmente depuis des semaines en raison d'allégations de harcèlement.<br /> Elle est plus accentuée chez Ubisoft MTL parce que c’est une «&nbsp;mini-ville&nbsp;» en soi : 3000 employés au même endroit (plusieurs bâtiments proches). Et comme tous les autres studios AAA, cela est principalement dû au fait que les équipes de production sont stressées et influencées à rester le soir au travail pour «&nbsp;décompresser&nbsp;». Et c’est souvent là que cela dérive.<br /> Quand on vous fait travailler sur un jeu confidentiel dans un sous-sol sans vraie fenêtre pendant plusieurs mois. Sachant que vous ferez facilement du 40 à 60h par semaine sur votre lieu de travail, évidemment que certains employés deviennent un peu fou.<br /> Pour «&nbsp;compenser&nbsp;», Ubisoft fait comme beaucoup de compagnies de la Tech : pleins d’avantages, de goodies, beaucoup de temps libre entre 2 projets, etc. et… alcool et party au travail.<br /> Il faut comprendre que cette culture toxique est présente depuis le début et s’est développée dans les années 2000. Le sentiment d’impunité et de protection qui s’y est développé (parce que telle personne est «&nbsp;essentielle&nbsp;» à la compagnie) n’a fait que rendre plus toxique les relations entre certains employés. Il a fallu plus de 20 ans pour qu’enfin cette réalité soit mise en avant et que des fautifs soient mis à la porte.<br /> Cependant, sur 3000 employés, on parle ici principalement de ceux travaillant dans les équipes de création et production. Les autres équipes n’ont pas la même réalité (ni les mêmes «&nbsp;avantages&nbsp;»). Et sur ce panel d’employés qui restent, ce n’est évidemment pas la majorité qui «&nbsp;fait n’importe quoi&nbsp;». Malgré tout : 5% de 500 personnes, c’est toujours 25 membres qui peuvent affecter des centaines de personnes. Alors imaginez maintenant 10% sur 2000 membres…<br /> À l’opposé, dans l’industrie du X (Montréal est très connue aussi pour cela - sites webs, plafeformes, etc.), quasiment toutes ont mis en place dans les années 2010 des obligations de respecter les autres sous peine de licenciement direct : pas d’invitation entre collègues, pas de relations entre collègues, pas de réflexions déplacées, etc. Tu fais ta job et tu rentres chez toi. Parce qu’auparavant, il y a eu des dérives justement.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Cdiscount se lance dans... le permis de conduire low cost
Ubisoft Forward : Far Cry 6, Assassin's Creed Valhalla et toutes les annonces à retenir
Les Aéroports de Paris et Air France ont choisi Ericsson pour leur réseau 4G/5G professionnel
Oppo tease la recharge à 125 W pour les smartphones
Lamborghini dévoile son bolide Sian Roadster hybride
Bon plan VPN : derniers jours pour profiter de l'offre NordVPN 2 ans à 3,11€ par mois
Pokémon GO fête ses 4 ans et ses 3,6 milliards de dollars de chiffre d'affaires
Forfaits Mobiles : qui choisir entre RED, Free, B&You et Sosh pour vos vacances d'été ?
Une nouvelle particule observée pour la première fois au CERN
5 smartphones qu'ils n'attendent pas les soldes pour casser les prix !
Haut de page