Coronavirus : la pollution atmosphérique largement en baisse en Chine

02 mars 2020 à 12h01
0
Pollution Chine

Désormais identifié dans 66 pays et ayant entraîné l'annulation d'événements tels que le MWC et la GDC, le COVID-19 a également des effets insoupçonnés. Dans la région de Wuhan en Chine, les émissions de gaz à effet de serre ont par exemple grandement baissé.

Les scientifiques sont parvenus à cette conclusion en analysant des données récoltées par les satellites Aura de la NASA et Sentinel-5 de l'ESA.

Une baisse qui coïncide avec la quarantaine

Depuis décembre 2019, le coronavirus s'est rapidement propagé en Chine. La ville de Wuhan, foyer de l'épidémie, a été placée en quarantaine près d'un mois plus tard, le 23 janvier dernier. Selon les données des chercheurs, cette date correspond à une forte baisse des émissions de dioxyde d'azote (NO₂) dans la région. Il s'agit d'un puissant polluant qui s'échappe notamment des centrales électriques, des véhicules à moteur et des installations industrielles.

« C'est la première fois que je constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large pour un événement spécifique », a déclaré Fei Liu, chercheur au Goddard Space Flight Center de la NASA.

pollution chine
© Joshua Stevens/Copernicus Sentinel 5P/ESA

Par ailleurs, une étude récemment publiée sur le site britannique Carbon Brief expliquait que les émissions de CO₂ avaient baissé d'un quart suite à l'expansion du COVID-19 en Chine.


D'autres facteurs à prendre en compte

Cette réduction est aussi liée aux célébrations du Nouvel An chinois : chaque année, les scientifiques notent en effet une baisse des émissions à cette période. En revanche, 2020 n'a pas encore connu de rebond, c'est-à-dire de reprise des émissions de gaz à effet de serre, comme c'est habituellement le cas après la fin des festivités. Comme vous pouvez le voir sur ces graphiques, la différence est notable sur les même périodes - du 10 au 25 février - entre 2019 et 2020 :

pollution wuhan
© Joshua Stevens/Copernicus Sentinel 5P/ESA

Afin de mesurer l'impact réel du coronavirus sur ce phénomène, les chercheurs de la NASA ont comparé les données correspondant aux émissions de NO₂ dans la zone en 2020 avec celles récoltées de 2005 à 2019 : cette année, elles sont entre 10 et 30 % moins importantes.

Malgré ces chiffres, des grandes villes du pays restent fortement polluées. À Pékin par exemple, à la mi-février, la pollution de l'air était dix fois supérieure aux niveaux recommandés par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Source : Earth Observatory
Modifié le 02/03/2020 à 14h15
13
13
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
scroll top