Le Parlement de l'UE veut définitivement mettre fin aux plastiques jetables dès 2021

le 31 mars 2019
 0
Plastique et océan

Les députés européens ont approuvé mercredi la législation visant à interdire la vente de plastiques jetables, la collecte des bouteilles et le renforcement de la réglementation pour les pollueurs.

Les plastiques jetables seront bientôt définitivement interdits au sein de l'Union européenne, après que le Parlement a approuvé à une large majorité (560 voix pour, 35 contre et 28 abstentions) le 27 mars l'accord conclu avec les ministres de la zone au sujet d'une toute nouvelle législation mettant fin à la vente de produits encore utilisés au quotidien.

De nombreuses « familles » de produits en plastique seront interdites


Les eurodéputés ont dressé la liste des produits qui seront interdits dans l'Union européenne à partir de 2021. On y retrouve les pailles en plastique, reines des fast-foods, mais aussi les couverts dits « à usage unique » comme les fourchettes, couteaux, cuillères et baguettes, les assiettes en plastique, les cotons-tiges en plastique, les tiges de ballons en plastique, les plastiques oxodégradables, les récipients pour aliments et gobelets en polystyrène expansé.

Les États membres vont devoir par ailleurs satisfaire à l'objectif fixé par le Parlement de collecte de 90 % pour les bouteilles en plastique d'ici 2029. L'institution demande aussi à ce que la composition des bouteilles en plastique contienne 25 % de contenu recyclé d'ici 2025, puis 30 % d'ici 2030.

80 % des déchets marins sont composés de plastique


L'Union européenne a également souhaité renforcer la réglementation autour du principe de « pollueur payeur », qui vise notamment l'industrie du tabac, avec l'introduction de la responsabilité élargie des producteurs. L'impact environnemental négatif des cigarettes contenant des filtres en plastique jetées dans la rue fera l'objet d'un étiquetage obligatoire, tout comme d'autres produits comme les gobelets en plastique, les serviettes hygiéniques et les lingettes humides. S'agissant des engins de pêche, l'UE souhaite que les fabricants, et non les pêcheurs, supportent les coûts de collecte des filets égarés en mer.

Aujourd'hui, plus de 80 % des déchets marins sont composés de plastique, selon la Commission européenne. Les dispositions réglementaires approuvées par l'UE concernent 70 % de l'ensemble des déchets marins qui s'accumulent aussi bien sur les plages que dans les mers et océans à une vitesse de décomposition lente, et de nombreuses espèces marines touchées et menacées par le comportement laxiste des hommes.

« Cette législation permettra de réduire la facture des dégâts environnementaux de 22 milliards d'euros, soit le coût de la pollution aux plastiques en Europe jusqu'en 2030 », a déclaré Frédérique Ries, eurodéputée belge en charge du dossier.

Modifié le 31/03/2019 à 11h03
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
La version gratuite de YouTube Music arrive sur Google Home... avec de la pub
Mediapart révèle que l'ancien dirigeant de l'Ecole 42 aurait trempé dans des malversations financières
Le Honor 20i, qui devait être présenté le 21 mai, fuite sur un site de vente
Les puces 5G by Apple ne seront probablement pas une réalité avant plusieurs années
La Tesla Model 3 est la voiture qui se vend le mieux en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse
Lime vous indiquera bientôt si vous êtes trop saoul pour grimper sur une trottinette
Mega Drive Mini : SEGA confirme dix nouveaux titres (et pas des moindres)
Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
scroll top