Critique Shining Girls : un thriller temporel redoutable et troublant sur Apple TV+

29 avril 2022 à 18h45
5
Shining Girls © © Apple
© Apple

Avec Shining Girls, Apple TV+ adapte un roman à succès qui nous fait naviguer entre les époques et les réalités à la recherche d'un tueur implacable qui semble se cacher partout et tout le temps.

Shining Girls
  • Vous aimez les thrillers
  • Une petite touche de fantastique ne vous déplait pas
  • Vous adorez vous perdre dans une intrigue sinueuse
  • Vous n'êtes pas fan des ambiances pesantes
  • Connaitre par avance le coupable vous ennuie
  • Vous aimez les rythmes soutenus

Fiche technique Shining Girls

Informations

Titre original
Shining Girls
Genre
Fantastique, Science-Fiction, Thriller
Réalisation
Elisabeth Moss, Michelle MacLaren et Daina Reid
Editeur
MRC Television, Love & Squalor Pictures et Appian Way Productions
Plateforme
Apple TV+
Format d'épisode
50mn
Nombre de saisons
1
Nombre d'épisodes (Total)
8
Classification
Déconseillé / interdit aux moins de 12 ans

La petite bibliothèque d'Apple porte ses fruits

Kirby Mazrachi travaille comme documentaliste pour un journal de Chicago. La jeune femme a été agressée et laissée pour morte quelques années auparavant et tente de se reconstruire, mais un nouveau meurtre lui laisse à penser que son agresseur court toujours. Elle se lance alors à ses trousses mais devra également affronter des changements brutaux et inexplicables dans sa réalité…

Shining Girls est l'un de ces projets haut de gamme que semble affectionner la plateforme de streaming d'Apple. En effet la série est une nouvelle adaptation d'un roman à succès, avec casting prestigieux et notamment la présence d'Elisabeth Moss (La Servante Ecarlate, Invisible Man) dans le rôle-titre et de Jamie Bell (Billy Elliott), ainsi que Leonardo DiCaprio à la production.

De prime abord, rien ne distingue vraiment cette intrigue policière des mille autres séries du même genre, si ce n'est son aspect fantastique largement mis en avant durant la discrète promotion du programme opérée par Apple.

Shining Girls © © Apple
© Apple

Pourtant, après visionnage des huit épisodes qui composent cette série, nous avons été littéralement conquis par ce programme bien plus profond qu'il n'y parait et qui se révèle tout simplement à nos yeux l'une des séries immanquables de ce printemps.

Le temps presse

Shining Girls ne cherche pas à créer un faux suspense. Il ne sera, dès les premières minutes de l'épisode inaugural, pas question de chercher à savoir qui est le tueur qui sévit dans les rues sombres de Chicago. La série nous donne d'entrée la réponse en nous présentant Harper, interprété donc par un Jamie Bell glaçant, un homme tout ce qu'il y a de plus banal et invisible, et qui en profite pour se fondre dans la masse et suivre ses victimes, les traquer, observer leurs moindres faits et gestes avant de passer à l'action.

La réalisation met en avant de nombreuses vitres et reflets qui déforment les personnages et dévoilent l'extérieur constamment, donnant l'impression que le tueur est toujours dans un coin du cadre et créant une tension maximale à chacune de ses apparitions.

Shining Girls © © Apple
© Apple

Le récit s'articule donc sur deux intrigues parallèles qui se noueront au fur et à mesure des épisodes. En plus du parcours sanglant d'Harper, nous suivons l'enquête menée par Kirby, qui cherche par tous les moyens à mettre un nom sur la voix qui la hante depuis son agression et dont la recherche de vérité devient une obsession presque dangereuse.

Shining Girls ne fait pas le choix de nous placer du côté de la police, d'ailleurs quasiment absente de l'intrigue, mais des journalistes. À la manière du Zodiac de David Fincher, dans lequel la série puise son inspiration, Shining Girls s'emploie à mettre en avant le travail de fourmis accompli par les enquêteurs d'un quotidien pour trouver des indices dans des documents parfois vieux de plusieurs dizaines d'années, les bons témoins et recouper les différents éléments afin de faire éclater la vérité.

Shining Girls © © Apple
© Apple

C'est aux côtés de Kirby, mais aussi de Dan, un journaliste abimé par une vie difficile, que l'on cherche à comprendre cette histoire qui se complexifie d'épisode en épisode. C'est d'ailleurs l'une des qualités de Shining Girls : la série ne nous prend pas par la main dès le départ en nous expliquant chaque nouvel élément par une longue scène explicative. Elle est plutôt exigeante dans sa première moitié et demande une attention maximale du spectateur.

On regrette d'ailleurs que dans sa deuxième moitié, Shining Girls se laisse aller à des scènes bien plus fonctionnelles pour ne pas perdre son public avant le grand final. La démarche est appréciable pour la compréhension de tous, mais le récit patine un peu pendant ce temps et la tension diminue fatalement quelques dizaines de minutes avant de reprendre de plus belle dans les deux derniers épisodes.

Passés composés

Si Shining Girls est un thriller très efficace qui sait ménager ses effets pour nous faire revenir épisode après épisode, la série possède un vrai fond et aborde frontalement le sujet du harcèlement et des féminicides, mais également la reconstruction de ces femmes agressées.

« Impeccable sur la forme et pertinente sur le fond, Shining girls mérite clairement le visionnage ne serait-ce que pour la performance surpuissante d'Elisabeth Moss ».

Avec le personnage de Kirby, Elisabeth Moss fait une nouvelle fois preuve de son immense talent. L'héroïne possède une personnalité complexe, tantôt attachante, tantôt froide et peu aimable avec les gens qui l'entourent. Sa recherche de la vérité est aussi une quête vengeresse comme seule solution au mal-être qui la ronge. La série pose alors une question troublante aux spectateurs : la violence est-elle le seul remède pour aller de l'avant ?

Écrite, produite et réalisée par des femmes, Shining Girls travaille avec justesse la psychologie de Kirby, et adopte un rythme lent (mais jamais ennuyeux) pour nous plonger au cœur de son esprit et son portrait est aussi intéressant à décoder que l'intrigue policière.

Shining Girls © © Apple
© Apple

Shining Girls est aussi très à l'aise dans la gestion du fantastique et n'a besoin que de sa seule mise en scène pour venir troubler la réalité de Kirby. Un jour, son bureau change de pièce sans explication. Le soir même, la jeune femme n'habite plus au même étage. Ses coupes de cheveux changent d'un plan à l'autre.

Autant d'éléments troublants pour la protagoniste comme pour nous autres spectateurs auxquels la série apportera quelques bribes de réponse, sans pour autant déflorer totalement le mystère. Dommage une nouvelle fois que les révélations finales tentent d'expliciter de manière très didactique toute la dimension fantastique du récit

Shining Girls © © Apple
© Apple

Shining Girls est donc une nouvelle réussite pour Apple TV+ et la plateforme montre une fois encore qu'elle a décidément le nez creux pour dénicher des projets de grande qualité à destination des spectateurs les plus exigeants.

Impeccable sur la forme et pertinente sur le fond, cette nouvelle série mérite clairement le visionnage ne serait-ce que pour la performance surpuissante d'Elisabeth Moss dans un rôle taillé pour elle, mais également pour son intrigue addictive, qui s'amuse à nous faire perdre nos repères entre passé, présent et futur.

Shining Girls

8

Shining Girls est un thriller fantastique malin et très addictif mais exigeant, qui demandera toute votre attention pour démêler les fils de l'intrigue. Si le casting est excellent, la performance d'Elisabeth Moss, tout simplement parfaite, mérite à elle seule le détour.

Cette œuvre est pour vous si

  • Vous aimez les thrillers
  • Une petite touche de fantastique ne vous déplait pas
  • Vous adorez vous perdre dans une intrigue sinueuse

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Vous n'êtes pas fan des ambiances pesantes
  • Connaitre par avance le coupable vous ennuie
  • Vous aimez les rythmes soutenus

Shining Girls est disponible depuis le 29 avril 2022 sur Apple TV+, avec les trois premiers épisodes puis un épisode chaque semaine.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Jice06
C’est la nouvelle mode ça les séries avec des allez-retours sur de époques et des personnage différents jusqu’à ce qu’on soit perdus…
phoenix2
On est à l’époque des « fast-movies », ce qui prime ce n’est plus le génie du 7ème art, mais le fric, moi je regarde plus ces films/series faites avec de mauvaises intentions, d’ailleurs c’est pour ça que les films, la musique etc sont devenue de la mdrrr.
Nymoi
Est-ce là une de ces séries qui n’aura pas de fin et où tout part en vrille ?<br /> Bah ! De toute façon, je ne risque pas de la voir un jour. J’ai toujours pas vu le dernier épisode de Breaking Bad !!!
Felaz
Après la fin de BB, je vous suggère Ozark
Martin_Penwald
@phoenix2<br /> Non, ce n’est pas devenu de la_merde. Des_merdes, il y en a toujours eu, mais celles d’il y a 30, 40 ou 50 ans ont été oubliées, alors que celles d’aujourd’hui sont aussi accessibles que les bons projets.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page