HyperSolar entame la production d'un hydrogène à origine solaire

14 septembre 2019 à 17h17
11
Energie solaire

HyperSolar, une société américaine spécialisée dans la production d'hydrogène renouvelable, a annoncé que son système utilisant l'énergie solaire était prêt à l'ingénierie de fabrication, dernière étape avant une commercialisation.

Ce système de production de première génération doit mener à la construction d'une première ferme de production d'hydrogène solaire.

Un hydrogène à bas prix

Sur son site, HyperSolar se présente comme une société visant à développer une technologie low-cost permettant de produire un hydrogène renouvelable, car utilisant eau et énergie solaire. Renouvelable et propre, « contrairement aux carburants d'hydrocarbures, comme le pétrole, le charbon ou le gaz naturel, qui rejettent du dioxyde de carbone et d'autres contaminants dans l'atmosphère, là où l'hydrogène produit de l'eau pure comme seul résidu », peut-on y lire.

Pour en arriver là, HyperSolar a donc recours à de l'eau et à l'énergie solaire. La compagnie utilise des catalyseurs et des revêtements de stabilisation qu'elle a elle-même brevetés, et inclut des cellules photovoltaïques déjà disponibles dans le commerce, encapsulées avec de l'eau.


Dans le même temps, HyperSolar travaille sur la seconde génération d'une technologie basée sur les nanoparticules. L'enseigne entend ainsi produire des panneaux solaires produisant plus efficacement de l'hydrogène. Elle affirme que le remplacement de panneaux sera facile, et ne nécessitera pas de changement de l'infrastructure.

La production s'engage

Le P.D-G d'HyperSolar, Tim Young, énonce les prochaines étapes de cet hydrogène à petit prix : « Notre équipe de recherche de l'université de l'Iowa nous a permis d'entrer dans la phase de fabrication de la première génération. Nous travaillons maintenant avec les ingénieurs de production pour produire des panneaux à hydrogène de la meilleure qualité, pour un prix le plus bas possible. Parce que les choses peuvent aller très vite désormais, nous sommes déjà en train d'envisager un certain nombre de partenaires et de sites pour l'implantation de notre usine-pilote ». Déjà en novembre 2018, HyperSolar avait annoncé son intention de construire une usine de démonstration.

Toujours selon Tim Young, le plus dur est fait. Il affirme qu'arriver à ce stade de développement aura été la partie la plus demandeuse en énergie et en temps. « Nous pensons que la prochaine étape sera plus rapide, à partir de maintenant et jusqu'à la production et à l'usine-pilote », ajoute-t-il.


Des initiatives semblables voient régulièrement le jour : à titre d'exemple, en novembre 2018, des chercheurs du Berkeley Lab ont signalé avoir mis au point des cellules similaires. Le Soleil fait partie des pistes régulièrement envisagées pour la production de l'hydrogène, qui est a priori avantageuse pour l'environnement, mais gourmande en énergie.

Le principe utilisé par HyperSolar n'est donc pas novateur, mais elle est l'une des premières entreprises à atteindre le stade de la production, promettant en plus un prix abordable.

Source : Globe Newswire
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
9
max_971
S’il fond un système fonctionnant 24/24 : la journée le soleil et le soir un moteur à hydrogène.<br /> Plus besoin de payer EDF.
Mx34
Ouai faudra payer HyperSolar
tmtisfree
Tant que ce n’est pas disponible sur le marché (c’est à dire avec un prix), toutes ces technos sont à considérer comme vaporware.<br /> En attendant, la meilleure façon de transporter de l’hydrogène c’est de le trouver attaché à des atomes de carbone.
illuminati
Je ne comprend pas trop ce qu’ils ont inventé.<br /> Produire de l’hydrogène à partir de l’eau consomme 3 fois plus d’énergie que la recharge d’une batterie de même puissance.<br /> Le marché de l’hydrogène est faible, et vu son coût de production, il le restera. Cette compagnie ferait plus d’argent en vendant simplement l’électricité produite par leur panneaux qu’en produisant de l’hydrogène.
max_971
Je pense que c’est pour stocker l’énergie sous forme chimique.
max_971
On paiera une seule fois la machine, enfin espérons.
Genergie
Dans l’évaluation des sources d’énergies renouvelables on ne retient dans les medias que le solaire l’éolien et l’hydraulique.<br /> Quelles sont les causes du blackout permanent de la GEOTHERMIE DE HAUTE ENERGIE?<br /> Aux USA c’est 10% environ de la production totale, aux Philippines22% etc… En Guadeloupe une centrale de la taille de deux courts de tennis fournit 10% de la production électrique de l’île.<br /> Avantages: la source d’énergie est déjà stockée et dispo nuit et jour. au contraire des autres.<br /> En cas de reconversion le circuit secondaire des centrales nucleaires peut être réutilisé pour la vapeur geothermique<br /> Obstacles: il faut forer profond 4000m en moyenne, moins dans les secteurs volcaniques. Les pétroliers forent au delà de 6000m et dans qq sites sous 1000m d’eau de mer. Donc la technique existe.<br /> Le coût du kwh? Comparez La production de Soultz-la-foret en Alsace avec une éolienne ou le solaire.<br /> La sismicité? Complètement maîtrisée actuellement.<br /> Le code minier? A voir.<br /> Les lobbies? Peut être les pétroliers entre autres. Mais ne sont-ils pas en train de rater leur reconversion?<br /> Quelqu’un a une ou fes explications?
fg03
Ils n’ont rien inventer. Ils ont juste penser à grande échelle et à moindre cout l’hydrolyse de l’eau à partir d’énergie renouvelable.<br /> La question est : quelle orientation veut on donner au stockage de l’énergie ? batterie électro chimique avec des métaux rares type lithium ? ou batterie à base d’hydrogène dont le bilan énergétique est mauvais ?.. mais bon si le process est 100% propre ça peut être intéressant.
Poolnich
On ne produit jamais d’énergie, on ne fait que la transformer: Dans notre cas, l’énergie est fournie par le soleil, donc, on se moque du rendement puisque le but est la stocker.<br /> Il faut juste être conscient de ne consommer que ce qui a été mis en réserve. La vrai question est de connaitre le dimensionnement d’un tel système pour une consommation donnée…Mais comme écrit un peu plus haut, cela reste un “vapoware”
seb67110
+1 fg03<br /> Ils n’ont rien inventé et le concept a déjà fait l’objet de recherches et de prototypes en France !<br /> Par exemple, le projet Mobypost de l’université UTBM développé à partir de 2009 : une flottes de véhicules hydrogène utilisée par la poste de Montbéliard se ravitaillent à des centrales hydrogène produit par l’énergie solaire !<br /> Avant de regarder ce que font les autres, il serait bien de valoriser dans les médias ce que la recherche produit en France <br /> Après j’en conviens aussi qu’il faut avoir en tête que le rendement énergétique total de ce cycle est faible en additionnant les rendement : du panneau solaire, de la transformation de son électricité en hydrogène, et derrière la pile à combustible. Ça fait potentiellement de grosses infrastructures de production pour peu d’énergie consommable à la fin de la chaîne. Peut être la raison du faible nombre de projets à l’échelle industrielle ?
seb67110
Pour moi cela dépend beaucoup de la géologie des sols.<br /> On ne peut pas installer des centrales comme celle de Soulz-Sous-Forets partout.<br /> Il faut que les sols soient assez chaud pour faire de la vapeur sans pour autant forer trop profond.<br /> Contrairement à la géothermie classique qui a besoin de moins de chaleur, mais sans possibilité de générer de l’électricité. (On utilise directement l’eau chaude revenant du sol pour le chauffage des habitations, piscines…)<br /> Après je suis aussi convaincu qu’on a pas exploité tous les sites possibles en France.<br /> Pour ce qui est de la réutilisation des circuits secondaires des centrales nucléaires je n’y crois pas vraiment :<br /> il faut que le site soit géologiquement compatible avec cette géothermie haute énergie (et les centrales sont soit situées en bord de mer ou en bord de fleuve)<br /> il faudrait décontaminer complètement les circuits<br /> les générateurs de vapeurs des centrales sont situés dans le bâtiment réacteur, placé sur une couche de béton de plusieurs metres : il faudrait déjà beaucoup de travaux pour atteindre les couches géologiques ^^<br />
orionb1
Il n’y a pas d’électrolyse ici, c’est justement pour ça que c’est intéressant<br /> Les belges ont trouvé quelques chose de similaire mais les américains sont visiblement plus avancés<br /> Beaucoup d’espoir pour l’avenir avec tout ça
Poolnich
Je veux bien mettre en avant des projets prometteurs, mais encore faudrait-il que l’on pûisse trouver quelques renseignement sur l’evolution du projet. Pour Mobypost, habitant dans cette regions, je n’en ai encore jamais croisé. Il faut dire que 10 véhicules…<br /> Je suis preneur de tous renseignements, compte-rendu et bilan (efficacités / emissions C02 / coûts / utilisation et disponilité des véhicules…)
Genergie
La société Fonroche est en cours de réalisation d’une quinzaine de forages pour évaluer les possibilités GHE de plusieurs sites en France.<br /> La GHE est la seule ressource actuelle assurant la disponibilité permanente stable modulable et inépuisable de l’électricité. Le coût du stockage est un paramètre absent des bilans puisque le stockage est présent sous nos pieds.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le MIT met au point une encre révolutionnaire reprogrammable grâce à la lumière
Japon : une greffe de cornée artificielle constituée à partir de cellules « reprogrammées »
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Foodvisor, le Shazam français de la nutrition, à l'assaut du marché américain
Au Japon, un robot-prêtre délivre des sermons
Le parc à thème Super Nintendo World ouvrira ses portes au printemps 2020
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
La Tesla Model S à l'essai sur le Nürburgring : un record en vue ?
JO 2020 : vous pourrez visualiser la vitesse des athlètes en temps réel en mode
Haut de page