Test Polk MagniFi Mini AX : une mini barre de son pour une maxi ambiance immersive

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
10 octobre 2022 à 17h58
0
Test Polk MagniFi Mini AX lifestyle
©Polk

La MagniFi Mini AX de Polk est l’une des rares barres de son au format mini. Cette proposition est encore rare, elle a pourtant un sacré avantage de taille face aux modèles classiques bien plus imposants. Encore faut-il que la qualité sonore suive. On peut faire confiance à Polk qui maîtrise habituellement ses gammes de barres de son sur le bout des doigts. Vérifions tout de même ce que nous propose cette Mini AX compatible Atmos et DTS:X.

Polk MagniFi Mini AX
  • Projection sonore réussie en largeur et en hauteur
  • Voix et dialogues clairs et précis
  • Compatible Atmos & DTS:X
  • Chormecast & AirPlay 2
  • Médium/aigu coloré
  • Raccord barre/caisson pas facile à gérer
  • Aucune entrée HDMI (pour le DTS:X)

La gamme actuelle de barres de son chez Polk compte près d’une dizaine de références. Elles ont certains points en commun, bien que le design varie assez fortement d’un modèle à un autre. Vous avez donc le choix entre les séries Signa, React et MagniFi, de 249 à 899 €. Seule la référence la plus haut de gamme a droit à des enceintes surround physiques. Mais ces enceintes peuvent être acquises en option et associées à certaines autres barres, comme la Mini AX de ce test.

L’acronyme AX dans la référence est simple à comprendre : il signifie que la barre concernée est compatible avec le Dolby Atmos et le DTS:X, les deux formats audio 3D immersifs. Cela indique aussi un positionnement de gamme plutôt élevé, car rares sont les barres de son basiques à proposer ces deux formats sonores, et encore plus dans un format ultra compact. La MagniFi Mini AX est donc une exception aujourd’hui qui deviendra peut-être la norme demain. 

Design : encombrement mesuré

Polk a simplifié la face avant de la barre MagniFi Mini AX par rapport à sa devancière, la Mini tout court. La Mini AX perd cette sorte de zone centrale creusée pour une présentation globale plus discrète. Elle est recouverte simplement sur tout son pourtour d’un tissu acoustique.

Test Polk MagniFi Mini AX kit
©Alban Amouroux pour Clubic

La face supérieure plane présente un aspect soyeux, agréable au toucher. Six touches sensitives couvrent les fonctions essentielles. Elles entourent le logo Polk. Pas de petits trous pour les micros : la Mini AX n’embarque pas d’assistant vocal et elle n’a pas de système de calibrage automatique.

Test Polk MagniFi Mini AX top
©Alban Amouroux pour Clubic

Le caisson de basse reprend les formes arrondies que l’on a déjà vu sur d’autres modèles Polk. Ici, il est moins épais grâce à l’emploi d’un haut-parleur elliptique placé face au sol. Ses extrémités inférieures dans la continuité des différentes faces constituent les pieds supports. 

Test Polk MagniFi Mini AX sub pieds
©Alban Amouroux pour Clubic

Équipement : configuration 3.1 et virtualisation 3D

Polk reste évasif sur les caractéristiques techniques de son ensemble Mini AX. On ne saura pas quelle est la puissance embarquée ni de quelle façon elle est répartie. Le bande passante n’est pas précisée, ni le niveau sonore maximal attendu. 

Test Polk MagniFi Mini AX audio 3D
©Polk

La MagniFi Mini AX fait très fortement appel à la virtualisation. En effet, de l’Atmos, c’est 5.1.2 canaux au minimum, 7.1.4 canaux pour être tranquille. La barre de son embarque seulement cinq haut-parleurs répartis de la façon suivante : un médium pour chacun des trois canaux frontaux, et deux tweeters, pour les canaux droit et gauche. Cette maigre dotation va devoir gérer la scène frontale, les effets surround projetés et les objets dirigés vers le plafond.

Test Polk MagniFi Mini AX subwoofer
©Alban Amouroux pour Clubic

Le caisson reçoit un subwoofer de 178 par 127 mm de diamètre. Placé sous le caisson, il est complété par un évent bass-reflex sur la partie arrière haute. La surface de diffusion est équivalente à un haut-parleur de 16,5 cm de diamètre.

Test Polk MagniFi Mini AX bass reflex
©Alban Amouroux pour Clubic

Connectivité : très correcte pour un si petit format

Les dernières barres très haut de gamme passées entre nos mains ne sont pas aussi bien équipées que la Mini AX. Celle-ci dispose d’une entrée HDMI eARC, d’une entrée numérique optique et d’une entrée analogique sur prise mini jack 3,5 mm.

Test Polk MagniFi Mini AX connexions
©Alban Amouroux pour Clubic

Il y a évidemment du Bluetooth, mais les codecs ne sont pas précisés. Du côté du réseau, pas de prise Ethernet, seulement du WiFi ac. Cela permet à la Polk MagniFi d’être compatible AirPlay 2, Chromecast Audio et Spotify Connect. Pas mal du tout, cela la rend ainsi facilement utilisable dans les deux environnements Apple et Android. 

Test Polk MagniFi Mini AX HDMI ARC
©Alban Amouroux pour Clubic

Ergonomie : un afficheur ultra pratique

Voici encore une critique à destination des barres de son haut de gamme. Beaucoup n’ont aucun moyen de communication concret pour confirmer clairement les actions. Et bien cette petite MagniFi Mini AX a un afficheur caché derrière le tissu acoustique qui décrit en toutes lettres chaque action, avec défilement si besoin. De plus, une touche info sur la télécommande permet de vérifier en appuyant plusieurs fois le flux entrant, le mode en cours ou encore la bonne connexion du caisson.

Test polk magnifi mini ax display
©Polk

La télécommande infrarouge est vraiment complète avec un accès direct à chaque fonction : choix de la source, volume général, niveau du caisson, amélioration des dialogues, mode sonore et réglage de délai (synchronisation son/image). Il y a aussi les réglages de niveau et de balance pour les enceintes surround optionnelles.

Test polk magnifi mini ax télécommande
©Alban Amouroux pour Clubic

Polk propose plusieurs applications mobiles, mais il n’y en a aucune pour cette barre de son. L’association en WiFi passe par AirPlay sur iOS ou par l’app Google Home sur Android. Ces procédures sont classiques. La barre de son devient alors un point de lecture pour la musique facilement accessible depuis les menus « cast to » au sein des apps de streaming audio.

Test polk magnifi mini ax AirPlay 2 Chromecast
Installation via Chromecast à gauche ou AirPlay à droite

Analyse : virtualisation réussie

Ne changeons pas nos habitudes et débutons par les écoutes musicales. Nous avons utilisé pour cela Qobuz transmis en Chromecast vers la barre. Le mode music est celui qui va mieux mettre en avant les voix et les instruments leads. Cependant, la scène sonore est inexistante. Toute la musique est concentrée au niveau de la barre, même s’il n’y a pas de son de boite. Pour une bonne association avec le caisson, il faut garder celui-là au plus près de la barre, juste en dessous si possible. Dans le cas contraire, le grave semble jouer dans son coin.

Test polk magnifi mini ax Voice Adjust
©Alban Amouroux pour Clubic

Globalement, la signature est claire et précise, mais elle manque de chaleur. Pour profiter pleinement des capacités de la barre, nous vous conseillons de basculer sur le mode 3D. Les voix restent au centre, mais des informations de réverbération font leur apparition pour ouvrir la scène en largeur comme en profondeur. Sur les enregistrements plutôt live, le son arrive à remplir la pièce d’une façon assez incroyable depuis une barre aussi petite. Ce mode ne modifiant pas vraiment la signature sonore, il ne faut pas hésiter à l’utiliser en permanence. 

Test polk magnifi mini ax coté
©Alban Amouroux pour Clubic

Passons maintenant au cinéma avec nos extraits favoris en Atmos et en DTS:X. Dans ce cas, la barre ne proposant aucune entrée HDMI, il faut que votre téléviseur soit capable de passer le DTS:X via le eARC, ce qui n’est pas le cas chez tous les fabricants ! Quoi qu’il en soit, Polk maîtrise la virtualisation avec des effets projetés sur les côtés et au plafond jusqu’à la moitié de la pièce environ. Les déplacements des objets sont également convaincants même s’ils ne vont pas jusqu’à tourner autour de notre tête. Mais dans tous les cas, ils sont bien dans l’espace, plus ou moins hauts, plus ou moins proches. Il y a une vraie verticalité dans la scène, de bonnes sensations de distance sans rupture de ton, avec une grande fenêtre sonore face à soi qui colle parfaitement à l’image, même avec des écrans aux diagonales immenses.

Test polk magnifi mini ax logo
©Alban Amouroux pour Clubic

Cependant, le respect des timbres n’est pas au rendez-vous. Il est difficile d’en demander plus à une barre si petite équipée de haut-parleurs qui le sont tout autant. Il y a forcément des concessions à accepter sur le réalisme et le naturel, avec un registre médium plus ou moins coloré et des aigus un peu fêlés, pouvant même paraître synthétiques à nos oreilles habituées. Les dialogues sont toujours bien détachés du reste de l’action pour une bonne compréhension. Nous n’avons pas eu besoin du mode Voice Adjust, bien qu’il puisse s’avérer pratique sur des bandes son parfois problématiques avec les voix. Quant au caisson, il sait reproduire les grondements et les nappes les plus sourdes qui participent au spectacle, surtout en faisant trembler le sol, rapport au haut-parleur dirigé face à celui-ci. Mais il manque d’impact physique, ce n’est pas un registre dans ses cordes.

Prix et concurrence

La concurrente directe de la Polk MagniFi Mini AX est évidemment la LG Eclair QP5. Sortie l’an dernier, elle n’est pas facile à trouver. Pourtant, ces deux barres sont assez similaires dans leurs formats et leurs fonctions. La LG a une entrée HDMI en plus, mais elle fait l’impasse sur le WiFi. La MagniFi est bien plus performante dans l’immersion, mais le caisson de basse de la LG est d’un niveau supérieur. La Polk est proposée à un peu moins de 500 € tandis que la LG est passée de 700 à 400 € en un an.

Si l’on prend les barres de son au format classique, mais au même tarif que la Polk, on va trouver la JBL BAR 5.1 Surround. Sa connectivité est identique à la Polk. Le caisson de la JBL est bien plus présent, au risque de vous fâcher avec vos voisins, mais point de formats sonores immersifs. N’oublions pas la Sony HT-G700 avec un mode audio immersif convaincant, une entrée HDMI en plus de l’entrée ARC, un médium/aigu plus fidèle que la Polk et un caisson de basse plus percutant que vrombissant.

Test polk magnifi mini ax lifestyle
©Polk
7

La Mini AX plaira en premier lieu à ceux qui recherchent une barre de son la plus discrète possible. Elle est capable de créer une belle ambiance immersive avec de vrais effets et des déplacements d’objets. Le caisson complète le tout avec une bonne descente dans le grave.

Sa connectivité avec et sans fil lui permet de servir d’enceinte connectée qui se pilote via votre smartphone. Nous sommes plus réservés sur le respect des timbres avec des sonorités parfois colorées, mais c’est le lot des barres équipées de tout petits haut-parleurs. 

Les plus

  • Projection sonore réussie en largeur et en hauteur
  • Voix et dialogues clairs et précis
  • Compatible Atmos & DTS:X
  • Chormecast & AirPlay 2

Les moins

  • Médium/aigu coloré
  • Raccord barre/caisson pas facile à gérer
  • Aucune entrée HDMI (pour le DTS:X)

Films 7

Musique 6

Gaming 7

Connectivité 8

Ergonomie 9

Finitions 7

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers tests

Test Marshall Acton III : une mini enceinte de salon à la puissance surprenante
Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Test DJI Avata : le drone FPV plus accessible que jamais
Test Trust GXT 981 Redex : légère en poids et en prix, des atouts suffisants ?
Test Apple iPad Pro M2 : une mise à jour qui vaut son prix ?
Test LG Gram 14 (2022) : un kilo seulement… mais quoi d’autre ?
Haut de page