Test Samsung HW-S800B : une barre de son ultra slim pour un home cinema Dolby Atmos vraiment discret

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
30 juillet 2022 à 12h00
1
Test Samsung HW-S800B 10 haut-parleurs

A l’image de ses téléviseurs « design », Samsung explore également les possibilités autour du format barre de son. Pour accompagner les écrans de plus en plus plats, Samsung a eu l’idée de créer une barre ultra slim. Pas seulement en hauteur ou en épaisseur mais bien dans les deux dimensions. La HW-S800B est la barre de son la plus fine du marché. Il y a forcément des compromis pour atteindre cet objectif. Voyons de quelles façons Samsung a cherché à les contourner.

Samsung HW-S800B
  • Format slim original et bien pensé
  • Caisson double subwoofer de qualité
  • Upmixing intelligent sur toutes les sources sonores
  • Connectivité Chromecast + AirPlay 2
  • Encore meilleure avec un téléviseur Samsung
  • Creux dans les fréquences bas-médium
  • Effets sonores un peu trop portés sur l’aigu
  • Pas d’afficheur en façade

La gamme de barres de son Samsung 2022 se répartie en trois séries. Tout en haut se trouvent les barres Q-Series, les plus perfectionnées et les plus complètes, avec des enceintes surround séparées et de gros caissons de basse. Les B-Series représentent l’entrée de gamme où règne efficacité et simplicité. Enfin, les S-Series correspondent aux modèles à l’esthétique un peu recherchée grâce essentiellement à des extrémités arrondies pour réduire l'empreinte visuelle. C’est ici que se place la HW-S800B et sa sœur jumelle HW-S801B en finition blanche.

Les S50 et S60 de cette année se veulent design et font donc l’impasse sur le caisson de basse pour faciliter leur acceptation dans un salon. Elles fonctionnent en tout-en-un avec le support du Dolby Atmos virtuel et du DTS Virtual:X. La S60 bénéficie de la connectivité WiFi, pas la S50. La HW-S800B vient chapeauter cette série avec son format slim et son tout petit caisson de basse séparé.

Test Samsung HW-S800B lifestyle
©Samsung

Fiche technique Samsung HW-S800B

Performances

Kit d'enceinte
3.1.2
Système de compression numérique
Dolby Atmos, DTS Virtual:X
Format(s) audio supportés
Dolby Atmos, Dolby Digital, DTS Digital Surround

Caractéristiques techniques

High-Res audio
Oui
Nombre de haut-parleurs
10
Nombre de voies
2
Nombre de haut-parleur Tweeter
3
Nombre de haut-parleur Medium
5
Nombre de haut-parleur Grave
2
Dimention des haut-parleur(s)
Grave - Medium 165 mm
Haut-parleur - Caisson de basse
165mm

Connectivité

Wi-Fi
Oui
Bluetooth
Oui
Bluetooth Version
5.0
NFC
Non
AirPlay
AirPlay 2

Caractéristiques physiques

Hauteur
38mm
Largeur
1 160mm
Profondeur
39,9mm
Poids
1,4kg
Hauteur - Caisson de basse
240,8mm
Largeur - Caisson de basse
238mm
Profondeur - Caisson de basse
238mm
Poids - Caisson de basse
6,4kg

Design : plus fin, c’est impossible

En créant cette barre de son « bâton », Samsung a été obligé de réduire autant que possible la taille des haut-parleurs. La HW-S800B mesure moins de 4 cm en hauteur comme en profondeur. Cela en fait une barre à peine plus épaisse qu’un téléviseur fixé au mur et à l’encombrement visuel minimal. Et encore plus si vous prenez la version blanche fixée sur un mur blanc.

Test Samsung HW-S801B
©Samsung

Rapporté à sa longueur d’un mètre et seize centimètres, le poids de seulement 1,4 kg est éloquent. On a l’impression que cette barre ne pèse rien. Il aurait été inutile de chercher à la renforcer en lui ajoutant du poids : ce ne sont pas les mini haut-parleurs qui risquent de la mettre en vibration.

Test Samsung HW-S800B 10 haut-parleurs
©Alban Amouroux pour Clubic

Les basses fréquences sont renvoyées vers le caisson de basse, un cube de 24 cm de côté environ. C’est vraiment très petit dans le monde des caissons fournis avec les barres de son. Ce format se trouve généralement dans les caissons pour le home cinema, chez certains qui s’en sont fait une spécialité comme Sunfire, SVS, REL ou KEF. Son poids est élevé à 6,4 kg, par rapport à sa conception. Il repose sur quatre patins en caoutchouc à picots anti-vibration.

Test Samsung HW-S800B caisson
©Alban Amouroux pour Clubic

Équipement : 8 haut-parleurs dans une si petite barre

Samsung a réussi à caser autant de membranes dans sa barre slim. Il y en a même pour les effets verticaux. La HW-S800B fonctionne en 3.1.2 canaux. Les trois voies frontales sont équipées chacune d’un woofer et d’un tweeter. Les canaux d’élévation sur le dessus et dirigés vers le plafond font appel à un large bande. La barre est compatible avec le Dolby Atmos. Elle ajoute le DTS Virtual:X en guise d’upmixer pour diffuser le son sur tous les canaux quel que soit le signal en entrée.

Test Samsung HW-S800B Dolby Atmos
©Alban Amouroux pour Clubic

Le caisson utilise le principe du double haut-parleur dos à dos. Deux subwoofers de 16,5 cm travaillent de concert dans un caisson clos afin de délivrer plus de niveau tout en garantissant un amortissement optimal et en supprimant les ondes stationnaires internes. Cette technique est parfaitement adaptée aux caissons de petite taille, sans sacrifier les performances. En revanche, Samsung n’a prévu aucune protection des deux membranes qui sont directement accessibles. Notez également que ce type de montage ne permet pas toujours de placer le caisson comme on le souhaiterait : les deux subwoofers doivent avoir le champ libre, il ne faut pas coller l’une ou l’autre contre un mur.

Test Samsung HW-S800B subwoofer
©Alban Amouroux pour Clubic

Connectivité : pas d’entrée hors HDMI mais du Chromecast et de l’AirPlay

Evidemment, vous vous doutez que dans un format aussi fin, il est compliqué de faire rentrer quatre prises HDMI et de multiples entrées audio. Il y a seulement deux connecteurs. Le premier est une minuscule prise d’alimentation reliée à un bloc séparé qu’il faudra cacher quelque part. Le second est une entrée HDMI ARC au format mini. Ainsi, la prise prend moins de place et cela facilite la fixation murale. 

Test Samsung HW-S800B alimentation
©Alban Amouroux pour Clubic

Tout le monde n’a pas forcément de cordon mini HDMI à sa disposition, alors Samsung en fournit un dans le carton. Cependant, si vous avez déjà passé un cordon HDMI encastré dans le mur par exemple, vous ne pourrez pas le réutiliser, à moins d’ajouter un adaptateur sur le chemin du signal.

Test Samsung HW-S800B HDMI ARC
©Alban Amouroux pour Clubic

Samsung a prévu la connectivité sans fil pour tout ce qui concerne la musique. Vous trouverez donc le Bluetooth et le WiFi. A travers ce dernier, différents protocoles s’offrent à vous : Spotify Connect, Chromecast et AirPlay 2. Plutôt pas mal et pas si courant dans le monde des barres de son. Le sans fil peut également être utiliser pour connecter la barre à un téléviseur compatible et ainsi se passer de tout câble HDMI.

Test Samsung HW-S800B cordon mini HDMI
©Alban Amouroux pour Clubic

Ergonomie : sans afficheur, app mobile obligatoire

Comme tout appareil Samsung connecté qui se respecte, il faut passer par l’application mobile SmartThings pour sa configuration initiale. L’app reconnaît tout de suite la barre et propose de l’associer à votre compte, ou de créer un compte Samsung si vous n’en possédez pas. Les étapes sont toujours les mêmes, suffisamment bien expliquées et accompagnées de schémas.

Test Samsung HW-S800B app installation
Test Samsung HW-S800B app menus

L’app donne accès à l’ensemble des réglages : niveaux relatifs des canaux, égalisation, modes sonores, etc. Elle indique l’entrée en cours d’écoute mais elle ne précise nulle part le format sonore réceptionné. La télécommande infrarouge permet de contrôler la quasi-totalité des réglages. Pourtant, la HW-S800B est dépourvue d’afficheur ! De simples petites leds confirment la réception des ordres. En contrepartie, la barre vous parle en vous indiquant le nom du réglage que vous êtes en train de modifier. C’est sympathique mais vraiment difficile à suivre. L’application mobile s’impose.

Test Samsung HW-S800B télécommande
©Alban Amouroux pour Clubic

Analyse : un mode sonore intelligent à privilégier

Les tests ont été réalisés en reliant la HW-S800B tout d’abord à un téléviseur Sony puis dans un second temps à un modèle Samsung, cette association apportant une fonctionnalité supplémentaire de taille, le Q-Symphony. Nous avons pu utiliser la totalité de notre batterie d’extraits grâce au support de tous les formats Dolby et DTS.

Test Samsung HW-S800B app réglages

Il faut régler en premier lieu le raccord du caisson avec la barre en modifiant le niveau relatif de ce dernier via l'app ou les touches directes de la télécommande. Nous l’avons augmenté de seulement un cran, au-dessus le caisson devenait trop facilement localisable.

La signature sonore est globalement assez creusée mais on s’y attendait. Toutefois, les fréquences aiguës restent calmes pour ne pas trop agresser nos oreilles. Cela permet d’obtenir une image sonore large et remplie de micro-informations. Au niveau du réglage du niveau de la voie centrale, nous conseillons de ne rien modifier. Trop augmentée, le son devient alors grinçant. La voie centrale reste assez basse et proche de la barre en général.

Test Samsung HW-S800B boutons
©Alban Amouroux pour Clubic

Le réglage des canaux de hauteur peut être légèrement poussé. Car plus que créer des effets au plafond, il remonte la scène sonore. Il y a peu de projection de l’ambiance générale vers l’arrière de la pièce mais un fort élargissement de la scène sur les côtés. On ne baigne pas dans une sphère de son. Cependant, sur les enregistrements Atmos de démonstration avec des objets isolés dans l’espace, la S800B parvient à projeter le son ponctuellement vers les côtés et vers le plafond avec un suivi sans rupture des déplacements au sein de cet espace qu’elle dessine. C’est donc plutôt satisfaisant. Cependant, ces effets manquent de corps et on entend essentiellement des sonorités portées vers le médium-aigu qui deviennent fatigantes à fort volume. Attention donc à rester dans des limites convenables.

Ce qui est fort dommage, car le caisson ne demande qu’à s’exprimer ! Même s’il peut être trainant sur certaines fréquences isolées malgré son mode de fonctionnement, il apporte beaucoup de rondeur. Il sait reproduire les nappes de fréquences les plus basses avec force et entrain sans être généralement trop localisable. Nous aurions attendu peut-être un peu plus d’impact. Le raccord entre la barre et le caisson dans le bas médium n’est pas idéal, avec un manque à ce niveau, mais on ne peut pas demander de miracle à cette barre slim. Bref, c’est un bon caisson tel qu’on l’entend en association avec une barre de son. 

Test Samsung HW-S800B arrière caisson
©Alban Amouroux pour Clubic

Du côté des modes sonores, en dehors de l’Atmos automatiquement reconnu, le Son adaptatif est plus doux. Il précise le centre avec des voix plus présentes. Il est un peu moins agressif que le DTS Virtual:X mais aussi moins spectaculaire. Il faudra choisir ! En mode gaming, le Virtual:X est le plus enveloppant, le plus proche de la vérité. Il met l’accent sur des détails hors de l’écran permettant de mieux situer les ennemis, les véhicules en approche et autres objets. Malgré son nom, le mode audio Game trop synthétique est clairement à oublier pour le jeu vidéo.

Pour terminer, nous avons associé la barre HW-S800B à un téléviseur Samsung en mode Q-Symphony. Il permet de faire fonctionner les haut-parleurs du téléviseur en même temps que ceux de la barre. L’image sonore est rehaussée, avec plus de verticalité. On n’y gagne pas vraiment ne termes de bulle sonore malgré l’intervention de l’intelligence artificielle capable d’adapter le son à la pièce. Mais comme nous sommes dans une pièce de test dédiée et traitée, le résultat est peu différent, alors qu’il le serait sûrement dans le salon classique de monsieur tout le monde. Nous retrouvons un défaut déjà entendu avec d’autres associations Samsung Q-Symphony où les éléments sonores centraux n’ont pas la même sonorité lorsqu’ils sont joués principalement par la barre ou par les haut-parleurs de la TV. Toutefois, ce déséquilibre est moins marquée qu'avec d'autres barres Samsung.

Prix et concurrence

Si l’on s’en tient au format slim, la Samsung HW-S800B n’a pas de concurrence. Proposée à 749 €, elle se trouve dans une sorte de creux tarifaire, entre les barres milieu de gamme auxquels il manque toujours telle ou telle fonction, et le haut de gamme où démarrent les modèles avec enceintes surround séparées. 

Dans le domaine des propositions originales, il y a bien la Dali Katch One proposée au même tarif que la Samsung. La Dali s’accroche au mur via des sangles en cuir ou repose sur de petits pieds cylindriques en bois. Malgré un positionnement design identique, les prestations n’ont rien à voir. La Dali est plus orientée vers un usage mixte musique et cinéma, enfin plus musique que cinéma, sans aucune virtualisation sonore moderne.

Dans un budget équivalent, vous allez trouver une autre Samsung, la HW-Q700A et ses enceintes surround, ou encore la barre Yamaha MusicCast BAR 40 et deux satellites MusicCast 20. Toujours au même prix, la Denon DHT-S516H (barre et caisson) est plus performante que la Samsung en termes de respect des fréquences, mais son format classique ne la destine pas à la même cible.

Test Samsung HW-S800B lifestyle
©Samsung

Samsung HW-S800B : l'avis de Clubic

7

La proposition de Samsung est unique pour recréer un son cinema de la façon la plus discrète possible. Fixée au mur, cette barre se fait oublier, tout comme le caisson de basse vraiment minuscule.

Les performances sont au rendez-vous avec une scène sonore frontale sans bulle surround mais qui va bien au-delà des simples capacités d’un téléviseur. La connectivité WiFi avec Chromecast et AirPlay 2 est un plus.

Les plus

  • Format slim original et bien pensé
  • Caisson double subwoofer de qualité
  • Upmixing intelligent sur toutes les sources sonores
  • Connectivité Chromecast + AirPlay 2
  • Encore meilleure avec un téléviseur Samsung

Les moins

  • Creux dans les fréquences bas-médium
  • Effets sonores un peu trop portés sur l’aigu
  • Pas d’afficheur en façade

Films 7

Musique 7

Gaming 7

Connectivité 8

Ergonomie 8

Finitions 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Nymoi
Qui dit Barre de son dit donc forcément caisson de basses ? Parce que les mini-hauts-parleurs rikiki, je me doute que ça ne donne pas de fréquences graves…<br /> J’aimerais bien en essayer une, l’écouter, mais les super magasins vers chez moi, ils ne branchent rien, que dalle, si tu veux acheter, c’est les yeux fermés (et les oreilles du coup) et pis, c’est tout !<br /> Alors les Fn… et les Bo… que je ne cite pas pour pas faire de pub à ces charlots, ils n’auront pas ma liberté de penser… euh, nan, pas mon pognon.<br /> Moi, j’ai des enceintes de studio, elles ont un son « plat » de ce fait pas de basses en trop ou au contraire trop d’aiguës, c’est une réponse en fréquence fidèle, ce qui entre et ce qui sort, c’est idem. Mais du coup, manque cruellement les basses vraiment basses et fortes pour me régaler en matant un bon film d’action comme La guerre des boutons
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Corsair Vengeance RGB DDR5-6000 CL36 : l'Américain baisse le tarif de sa DDR5, pas les performances
Test Oppo Find X5 Lite : un smartphone aussi performant que séduisant ?
Test be quiet! Shadow Rock 3 : une valeur sûre pour refroidir sans se ruiner
Test realme Narzo 50i Prime : sur tous les fronts, mais n'excelle nulle part
Test NZXT Kraken 120 : tout simplement le meilleur kit AiO 120 mm ?
Test Noctua NH-D15 : la référence absolue du ventirad est toujours au top
Test Cooler Master MA612 Stealth : un ventirad d'une rare élégance, mais pas si discret que ça
Test Mercusys Halo H80X : un kit Wi-Fi Mesh au rapport qualité-prix imbattable ?
Test Bowers & Wilkins PX7 S2 : le plus premium des casques ANC s’améliore presque partout
Test ASUS ROG Ryujin II 360 : quand le watercooling joue la carte du luxe
Haut de page