Test de Windows Mobile 6.5 : l'heure du bilan

27 octobre 2009 à 12h00
0
Le premier septembre dernier, Microsoft officialisait la sortie de Windows Mobile 6.5. Alors, réelle révolution ou modification mineure ? À l'heure où la concurrence fourbit ses armes, les amateurs de la marque attendaient le géant de Redmond au tournant. Mettons immédiatement fin au suspense : la révolution tant attendue n'aura pas encore lieu. D'après Microsoft, il faudra attendre Windows Mobile 7 pour attendre de réelles nouveautés. Nous pouvons confirmer ces dires avec regret : le saut quantique n'aura pas encore lieu. Pour en savoir plus sur ce nouveau système nomade, nous vous proposons un passage au crible sans concession !

La communauté d'utilisateurs de Windows Phones attendait avec impatience la sortie de Windows Mobile 7. De l'aveu même de Microsoft, ce nouveau système mobile allait nous permettre de franchir un saut « quantique » dans l'univers de la mobilité, rien de moins... Il est vrai que depuis la sortie des OS nomades de nouvelle génération (iPhone OS, Android), les déclinaisons du doyen Windows CE (WM 5, 6 ou 6.1) accusent le poids de leurs années. N'ayons pas peur des mots : Windows Mobile a tellement mal vieilli que certains grands constructeurs se sont sentis obligés de lui faire subir une cure de Botox en ajoutant une surcouche tactile développée en interne (comme HTC avec TouchFLO 3D). Finalement, au lieu de faire table rase et de nous proposer de réelles innovations, Microsoft nous fait le coup de la suite réchauffée en introduisant Windows Mobile 6.5 sur le marché.

02539308-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-002.jpg





Sommaire :
  • les nouveautés de l'interface
  • Windows Marketplace : enfin !
  • MyPhone : une nouvelle façon de synchroniser son mobile
  • Pocket Internet Explorer 6.5 : du neuf avec du vieux ?
  • Applications natives : entre petits changements et immobilisme total
  • Conclusion

    Les nouveautés de l'interface

    Un nouveau menu démarrer

    Un vent de fraicheur est venu souffler le menu démarrer de Windows Mobile. Il faut dire que ce dernier n'avait pas bougé depuis la sortie de Pocket PC (qui remonte tout de même à 2000, soit bientôt dix ans...). Concrètement, les alvéoles qui séparent les icônes de lancement n'ont pas été retenues. En revanche, la disposition qui avait été présentée avec les versions bêta a été conservée (voir photo ci-dessous).

    En plus de l'aspect esthétique, le comportement de ce menu a été profondément revu. Cette fois, l'ascenseur latéral disparait : il est enfin possible de faire défiler le menu de haut en bas en faisant glisser son index sur n'importe quelle partie de l'écran. Au passage, cette fois, le déplacement est parfaitement fluide, ce qui était loin d'être le cas avec Windows Mobile 6.1. Lorsque le menu arrive en bout de course vers la partie haute ou basse de l'écran, Microsoft a ajouté un effet « magnétique » rigoureusement identique à celui des icônes de lancement de l'iPhone. Pourquoi innover quand la concurrence s'en charge ?


    00E6000002538084-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-001.jpg
    00B9000002538112-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-015.jpg
    00B9000002538106-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-012.jpg

    De gauche à droite : premier menu démarrer, menu démarrer final, menu paramètres.


    Du côté de l'organisation des icônes, on pourra regretter que Microsoft n'ai pas continué à s'inspirer de l'iPhone... La plupart du temps, les raccourcis de lancement pourront uniquement être déplacés vers le haut ! Pour ce faire, il faut laisser son doigt appuyé sur l'une d'elles, et attendre qu'un bouton apparaisse (voir photo de droite ci-dessous). En clair, il est impossible de personnaliser l'ensemble finalement sans s'arracher les cheveux.

    Un écran d'accueil revu

    L'écran d'accueil par défaut de Windows Mobile a profondément évolué et propose désormais un accès rapide à différentes rubriques principales. Ce système de Widgets permet de consulter instantanément les notifications des messages reçus (SMS, mail, MMS), les prévisions météo, les événements du calendrier, le gestionnaire photo, vidéo, etc. Pour autant, il ne s'agit pas d'une véritable nouveauté. En effet, ce principe rappellera des souvenirs aux (ex ?) propriétaires de Smartphones Windows Mobile non tactiles. Ces appareils intégraient déjà un système similaire connu sous le doux nom de « carrousel » dont le principe est rigoureusement identique. Au final, le système est certes pratique, mais à défaut d'être innovant, on aurait apprécié qu'il soit un peu plus travaillé sur le plan graphique. Dans le genre, le Zune HD (dont nous avons récemment réalisé une vidéo de présentation) enterre Windows Mobile 6.5 à six pieds sous terre. Pourtant, les deux interfaces ont été conçues par le même géniteur. D'autre part, il est un peu dommage que ce nouvel écran d'accueil ne puisse pas être utilisé conjointement avec d'autres plug-ins « Aujourd'hui ».

    00F0000002538176-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-047.jpg
    00F0000002538172-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-045.jpg
    00F0000002538178-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-048.jpg

    De gauche à droite : écran d'accueil par défaut de Windows Mobile 6.1 puis, écran d'accueil « carrousel » de Windows Mobile 6.5.


    Le nouveau système de verrouillage

    L'ancien système de verrouillage natif était fait pour tirer parti des boutons matériels qui ont été intégrés à partir de Windows Mobile 5.0. Pour débloquer le téléphone, il fallait appuyer sur une touche de fonction située en bas à gauche de l'écran puis, sur la touche virtuelle « déverrouillé » placée au centre de l'écran. Désormais, il faut faire glisser la touche « verrou » du centre vers la gauche ou la droite de l'écran pour débloquer l'appareil (un certain iTéléphone est encore passé par là). Autre point de différence : l'écran de verrouillage se dote enfin de fonctions annexes : il affiche désormais l'heure, la prochaine occurrence du calendrier et surtout, une liste de notifications (appels en absence, mail reçu, etc.). En sélectionnant une notification, on peut accéder instantanément à la couche téléphonie, au client mail, au calendrier, etc. Dans l'ensemble, toutes ces petites modifications vont dans le bon sens.


    00F0000002538180-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-049.jpg
    00F0000002538182-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-050.jpg
    00F0000002538184-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-051.jpg

    À gauche : écran de verrouillage par défaut de Windows Mobile 6.1. Au milieu et à droite : l'écran de verrouillage de Windows Mobile 6.5.


    Les menus contextuels

    Avec les précédentes versions de Windows Mobile, les différentes rubriques proposées par les menus étaient de petite taille. Ce choix obligeait de dégainer systématiquement son stylet lorsqu'aucune touche de fonctions n'était présente à la base de l'écran. Ère du tout tactile oblige, Microsoft a revu sa copie en adoptant de grosses touches qui pourront être facilement pilotées à l'aide de l'index. Cette nouveauté n'en sera pas une pour tout le monde dans la mesure où les principaux constructeurs (HTC en tête) avaient déjà pris les devants en implémentant cette fonctionnalité depuis Windows Mobile 6.1. D'autre part, lorsque cela n'était pas le cas, il était possible d'installer le programme amateur qui permet de disposer de menus identiques sur n'importe quel Smartphone Windows Mobile 5.0 et plus.

    00F0000002538190-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-054.jpg
    00F0000002538186-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-052.jpg
    00F0000002538188-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-053.jpg

    À gauche : menus contextuels de Windows Mobile 6.1 et inférieurs, au milieu et à droite, menus tactiles de Windows Mobile 6.5.

    Windows Marketplace : enfin !

    0082000002538102-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-010.jpg
    Alors qu'Apple, alors fraichement arrivé dans le créneau des OS mobiles, a publié une version finalisée de son kiosque de téléchargement d'applications il y a un peu plus d'un an (juin 2008), le doyen des systèmes nomades prend son temps. Finalement, il aura fallu attendre la fin d'année 2009 et la sortie de Windows Mobile 6.5 pour que Microsoft offre une réponse concrète au désormais célèbre AppStore.
    La première surprise est de taille : sur notre mobile de test (Omnia II WM 6.5), l'application n'est pas intégrée nativement ! En fait, l'icône Windows Marketplace renvoie simplement vers un raccourci qui proposera de télécharger et d'installer le programme... étrange. Le second choc est de taille : pour les différentes rubriques, sur cet appareil, les développeurs ont utilisé une police de caractères gigantesque, ce qui a pour conséquence de tronquer les noms.

    00C8000002538118-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-018.jpg
    00C8000002538120-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-019.jpg
    00C8000002538122-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-020.jpg

    Obligé d'installer l'application manuellement, icônes énormes, ergonomie à revoir : le bilan est mitigé.


    Soyons francs, pour l'heure, il ne fait aucun doute que nous nous situons encore à mille lieues de ce que propose Apple. Tout d'abord, très peu d'applications (et encore moins de gratuiciels) sont disponibles. À l'heure où nous écrivons ces lignes, 16 malheureux programmes se battent en duel sur le store français. Ce désert logiciel est d'autant plus incompréhensible lorsqu'on sait que Windows Mobile est probablement la plate-forme qui propose le plus grand nombre d'applications tierces. Il est vraiment dommage que Microsoft n'ait pas su mieux tirer parti du vivier colossal de développeurs qui sévissent sur cet OS nomade.

    Pour poursuivre sur les déconvenues en tout genre, il faut bien reconnaitre que l'ergonomie est encore loin d'être optimale. Par exemple, le nom des programmes est tronqué, ce qui rend tout bonnement impossible leur lecture dans leur ensemble (voir photo d'écran qui liste les applications proposées par Microsoft). D'autre part, les résumés des fonctionnalités sont uniquement disponibles dans la langue de Shakespeare, les photos d'écran ne sont pas très belles et pour le reste Microsoft s'est tout bonnement contenté d'effectuer un copier/coller d'une partie des options qui sont proposées par l'AppStore.

    Sur un plan purement technique, le programme semble être mal fini. Le passage d'une rubrique à l'autre ne se fait pas toujours de façon fluide et quelques petits bugs de raccords graphiques peuvent êtres observés ça et là. Une seule chose est certaine : ce gestionnaire de téléchargements devrait être amené à évoluer dans les mois et les années à venir. Le second point critiquable concerne la politique tarifaire. Pour illustrer ce souci, sur le très faible nombre de jeux proposés, aucun d'entre eux n'est gratuit.

    00F0000002538130-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-024.jpg
    00F0000002538132-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-025.jpg
    00F0000002538134-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-026.jpg

    Noms des programmes tronqués, applications qui se comptent sur les doigts d'une main et finition moyenne. La marge de progression reste très importante.

    MyPhone : une nouvelle façon de synchroniser son mobile

    Les services gratuits

    0096000002538088-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-003.jpg
    Microsoft profite de la sortie de Windows Mobile 6.5 pour lancer officiellement MyPhone , un service de synchronisation de données PIM et multimédia en ligne qui reprend le principe de MobileMe (Apple) ou DashWire (un système indépendant multi plate-forme). Concrètement, la majorité des données qui sont contenues dans le mobile pourront être sauvegardées sur cet espace de stockage. À l'heure ou nous écrivons ces lignes, MyPhone est capable de synchroniser les SMS, les données du calendrier, du carnet d'adresses, les tâches, les favoris, les photos, les vidéos, la musique, les documents ou mieux : les données qui sont stockées sur la carte mémoire.

    Sur le site officiel de MyPhone, Microsoft précise également que cet espace de stockage en ligne pourra être utilisé pour libérer de l'espace sur le téléphone. Des fichiers supprimés de la mémoire du téléphone pourront être conservés dans un dossier d'archivage sur le site Web de MyPhone, ce qui est un point particulièrement appréciable. À titre d'information, l'offre gratuite donne tout de même accès à un espace de stockage de 200 Mo. De plus, des services annexes sont proposés. Ces derniers seront accessibles avec un compte gratuit, d'autres nécessiteront la souscription d'un abonnement.

    Les services payants

    Quelques services additionnels nécessiteront la souscription d'un abonnement dont le prix a été fixé à 4 euros 99... par tranches de 7 jours. À titre de comparaison, chez Apple, l'accès à Mobile Me est facturé 79 euros par ans soit, 1.64 euro par semaine, et offre en plus d'autres services, notamment pour les utilisateurs de Mac. Bien sûr, on pourra toujours rétorquer qu'Apple n'offre pas d'accès gratuit. D'autre part, les fonctions payantes ne sont pas vraiment indispensables pour le particulier (elles s'adressent principalement aux applications professionnelles). Les utilisateurs « premium » pourront bloquer leur téléphone à distance, effacer les données qu'il contient depuis le site Web de MyPhone, géolocaliser l'appareil, ou activer d'une sonnerie en cas de perte du téléphone.

    MyPhone n'est pas réservé à Windows Mobile 6.5

    Pour clore de paragraphe, il est important de savoir que le service MyPhone n'est absolument pas réservé aux seuls utilisateurs de Smartphones sous Windows Mobile 6.5. Pour pouvoir un profiter, il suffit de disposer d'un Smartphone mû par Windows Mobile 6.0 ou supérieur, et d'installer les deux fichiers .CAB qui sont proposés par Microsoft. Les personnes qui disposent d'un ancien appareil devraient apprécier cette excellente initiative !


    00F0000002538108-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-013.jpg
    00F0000002538110-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-014.jpg
    00F0000002538114-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-016.jpg

    MyPhone est disponible pour tous les Smartphones Windows Mobile 6.


    Interfaçage avec les réseaux sociaux

    Grâce à MyPhone, il sera donc possible de synchroniser les photos contenues dans son mobile avec son espace personnel. Bonne nouvelle, Microsoft ne s'est pas arrêté en si bon chemin. En effet, la firme de Redmond propose une compatibilité native avec les principaux réseaux sociaux. Une photo pourra être publiée directement sur Windows Live, FaceBook ou FlickR.

    MyPhone : le bilan

    MyPhone est probablement la nouveauté la plus probante qui accompagne Windows Mobile 6.5. Les mauvaises langues rappelleront qu'en réalité, le service est disponible pour tous les Windows Phones mus par Windows Mobile 6 et supérieurs. Quoi qu'il en soit, nous tenons là une réelle avancée qui saura être appréciée à sa juste valeur par les utilisateurs. D'autre part, même si le service n'est pas vraiment original dans la mesure où il s'inspire très largement de dispositifs qui ont déjà été mis en place par la concurrence (Apple en tête, voir notre article sur MobileMe), il ne faut pas oublier que la majeur partie de l'offre est proposée gratuitement par Microsoft. Que demander de plus ?
    02EE000002538560-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-011.jpg

    Pocket Internet Explorer 6.5 : du neuf avec du vieux ?

    Présentation de l'interface du navigateur

    0096000002538098-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-008.jpg
    Pocket Internet Explorer est probablement le programme intégré qui a été le plus profondément remanié. Personne ne s'en plaindra : alors que ce « butineur » de poche était très en avance sur son temps lors de sa sortie (en 2000), il est désormais enterré par les deux principaux concurrents qui sont incarnés par Chrome lite (Android/Google) et la version mobile de Safari (iPhone OS/ Apple). Il faut bien avouer que depuis la sortie du navigateur d'Apple (qui remonte tout de même à plus de deux ans), la barre a été placée très haut. Microsoft a pris tellement de retard que le principal constructeur de Smartphones Windows Mobile (HTC) a purement et simplement décidé de faire table rase en intégrant nativement un navigateur alternatif (Opera Mobile). Compte tenu du contexte concurrentiel, la firme de Redmond se devait de revoir profondément sa copie. Pari réussi ou pétard mouillé ? Voyons ce que donne ce tout nouveau navigateur.

    Une ergonomie revue pensée pour le tactile

    La version de Pocket Internet Explorer qui équipait Windows Mobile 6.1 et antérieure n'était clairement pas optimisée pour être utilisée autrement qu'avec un stylet. En plus des menus minuscules, il fallait faire défiler la page en utilisant un ascenseur (il était impossible de réaliser des « scrolls » en glissant simplement son doit sur l'écran). Bonne nouvelle, nous disposons enfin d'une navigation au doigt et surtout, d'un véritable mode plein écran. L'optimisation tactile se remarque notamment avec l'intégration de nouvelles touches virtuelles rondes sur la partie basse de l'écran. Grâce à ces dernières, il est possible d'attendre la page précédente, d'ajouter une page dans le gestionnaire de favoris, de faire apparaitre le clavier virtuel, de réaliser un zoom, ou enfin, d'ouvrir le menu des options. À ce sujet, on remarque que cette fois, les menus contextuels sont constitués de larges touches qui pourront être actionnées sans avoir forcément à dégainer son stylet.


    00F0000002538136-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-027.jpg
    00F0000002538140-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-029.jpg
    00F0000002538142-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-030.jpg

    De grosses touches optimisées pour le tactile : pas de doute : Pocket Internet Explorer 6.5 est passé par là.


    Fonctionnalités et affichage

    Du côté des fonctionnalités, si l'on survole le programme, on ne constate que peu d'évolutions. En dehors du mode plein écran, Microsoft semble s'être contenté du strict minimum. On retrouve les deux modes d'affichage qui existaient déjà (mode mobile sur une colonne ou mode desktop), ou la possibilité d'envoyer le lien d'une page par email (le procédé s'appuie sur Pocket Outlook). En revanche, lorsqu'on visite une page qui contient des éléments graphiques réalisés en flash, la donne change : dans sa version 6.5, Pocket Internet Explorer est enfin compatible avec le format Flash. Lors de nos tests, nous avons pu constater qu'il était effectivement possible de lire une vidéo Flash de YouTube sans trop de difficultés. En revanche, il convient toutefois de modérer ses ardeurs. Il s'agissait d'une vidéo optimisée pour les mobiles. Du côté de DailyMotion cette fois, le bilan est nettement plus mitigé.

    00F0000002538150-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-034.jpg
    00F0000002538158-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-038.jpg
    00F0000002538160-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-039.jpg

    Désormais, le format Flash est bel et bien de la partie. Attention toutefois, il ne faudra tout de même pas trop en demander (voir deux dernières photos avec lesquels la lecture est impossible).


    Sur ce portail spécialisé dans la diffusion de contenus en streaming, peu de vidéos ont été recompressées pour tenir compte des contraintes qui sont liées au format mobile. Résultat des courses : on tombe souvent nez à nez sur un message d'erreur nous indiquant que la mémoire est insuffisante. Même quand ce n'est pas le cas, la vidéo refuse purement et simplement de s'ouvrir. Autre détail amusant : sur notre page de test, on constate que les contenus Flash fonctionnent, mais qu'il est parfois impossible d'interagir avec ces derniers. Quoi qu'il en soit, même si la prise en charge n'est pas encore parfaite en raison notamment de la faible puissance des mobiles actuels, il faut tout de même saluer l'initiative de Microsoft et d'Adobe. Finalement, la concurrence ne fait pas vraiment mieux. Sur Safari Mobile, le Flash n'est pas encore pris en charge et sur Android, la gestion de ce format est catastrophique (voir test du HTC Hero sur Mobinaute). Seul le Navigateur S60 sur Symbian parvenait à tirer son épingle du jeu. Pour ce qui est des autres formats graphiques fréquemment utilisés sur le Web, on remarque également que les GIF animés... ne semblent pas être animés.

    00F0000002539588-photo-1.jpg
    00F0000002538156-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-037.jpg
    00F0000002539590-photo-2.jpg

    De gauche à droite : Gifs non animés, vidéo flash qui fonctionne et résultat de l'Acid test 2


    Performances et compatibilité avec les standards du Web

    À l'usage, il faut bien reconnaitre que cette nouvelle mouture de Pocket Internet Explorer n'est pas vraiment un foudre de guerre. En Wi-Fi, à proximité d'une borne, sur le même appareil (HTC Touch 2), le programme de Microsoft fait beaucoup moins bien qu'Opera Mobile pour ce qui est de la rapidité d'ouverture des pages Web (voir tableau ci-dessous).

    Site WebPocket Internet Explorer 6.5Opera Mobile
    clubic.com : affichage total de la page
    45 secondes18 secondes
    clubic.com : Page totalement chargée2 minutes et 7 secondes40 secondes
    Le Monde.fr : affichage total de la page
    43 secondes35 secondes
    Le Monde.fr : Page totalement chargée2 minutes et 6 secondes49 secondes

    Le nouveau poulain de Microsoft se fait tenir en respect par Opera Mobile.


    Concernant le respect des standards cette fois, un bref passage par la case Acid Test 3 nous rappelle que ces derniers sont encore loin d'être respectés fidèlement. L'iPhone s'en sort majestueusement et Opera Mobile s'accroche dur comme fer. En revanche, comme vous pourrez le constater en contemplent les photos d'écran ci-dessous, Pocket Internet Explorer 6.5 prend une véritable douche froide, n'arrivant même pas à la cheville d'Internet Explorer 8 sous Windows (dont le score est pourtant lui aussi catastrophique)

    00F0000002538168-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-043.jpg
    00FA000002538166-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-042.jpg
    00E6000002538162-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-040.jpg

    De gauche à droite, l'Acid test 3 vu par Safari Mobile (100/100), Opéra Mobile (59/100) et ... Pocket Internet Explorer 6.5 (1/100)


    Au final

    Pocket Internet Explorer a certes subi des améliorations qui vont dans le bon sens. En revanche, ces efforts ne suffiront pas à rejoindre le peloton de tête. Cette version 6.5 se trouve toujours projetée loin derrière Safari Mobile, Chrome Lite et Opera Mobile. Dommage, on en attendait vraiment plus de la part de Microsoft. Ces mauvaises performances sont d'autant plus incompréhensibles lorsqu'on sait de quoi le géant de Redmond est vraiment capable. Il suffit de jeter un œil du côté du Zune HD pour baigner dans l'incompréhension la plus totale. Ce nouveau baladeur multimédia est équipé d'un navigateur particulièrement performant que l'on doit à la team Internet Explorer. Le programme est rapide, performant et les zooms peuvent être effectués à grand renfort de multitouch. À quand la même chose pour Windows Mobile, messieurs de chez Microsoft ?

    Applications natives : entre petits changements et immobilisme total

    Outlook Mobile (contacts et calendrier)

    En apparence, Outlook Mobile n'a pas bougé d'un iota... en profondeur non plus (ou si peu). Le gestionnaire de contacts, le calendrier et le client mail sont toujours fidèles à eux-mêmes. Bien sûr, en surface, ces gestionnaires PIM ont tout de même un peu évolué. Tout d'abord, ces applications profitent de l'optimisation tactile du système. Les menus sont plus gros et cette fois, il est possible de faire défiler les listes (email, contact, etc.) sans forcément dégainer son stylet pour agir sur des ascenseurs peu pratiques. Tout comme sur iPhone, on peut naviguer dans les différentes rubriques en faisant simplement glisser sont doigt sur l'écran dans le sens de la hauteur.

    Avec le gestionnaire de contacts, quelques petites nouveautés font tout de même leur apparition. Tout d'abord, une barre alphabétique vient se greffer à gauche de la liste des contacts (l'iPhone est encore passé par là). Ensuite, même si cela ne saute pas aux yeux à la première lecture, on apprécie de pouvoir réaliser une sélection multiple de fiches contact de manière à pouvoir les supprimer (par exemple). Cette action était déjà possible avec le client mail sous 6.1, on ne peut qu'apprécier qu'elle ait été élargie au carnet d'adresses.


    00C8000002538198-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-058.jpg
    00C8000002538200-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-059.jpg
    00C8000002538204-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-061.jpg

    À gauche : interface du gestionnaire de contacts de Windows Mobile 5 et 6. Au milieu et à droite, celle de Windows Mobile 6.5.


    Du côté du client mail, en dehors des bénéfices qui sont apportés par la surcouche tactile, on ne constate pas de différences flagrantes avec les précédentes moutures. Les lignes qui séparent les listes sont plus espacées pour faciliter la lecture et les manipulations, mais dans l'ensemble, le programme est rigoureusement identique aux versions précédentes. En fait, le point de divergence le plus étrange concerne probablement la rubrique Flux RSS qui fait maintenant son apparition dans la liste des dossiers. Il semblerait qu'il soit possible de faire vivre un flux en postant des messages depuis le client de messagerie mobile de Microsoft.

    00F0000002538196-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-057.jpg
    00F0000002538206-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-062.jpg
    00F0000002538208-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-063.jpg

    À gauche : l'ancienne interface de Pocket Outlook. Au milieu et à droite, menus tactiles de Windows Mobile 6.5.


    Les menus des paramètres

    En ce qui concerne l'optimisation tactile du système, on constate rapidement que toutes les parties n'ont pas bénéficié des mêmes traitements de faveur. Alors que les applications les plus utilisées subissent un ravalement de façade, les entrailles du système restent inchangées. Lorsqu'on met les mains dans le cambouis, il faut impérativement dégainer son stylet sous peine d'ouvrir les mauvaises rubriques. Comme on peut le constater sur les photos ci - dessous, en dehors d'une légère échancrure sur les onglets, rien n'a changé depuis les précédentes versions de Windows Mobile...


    00F0000002538214-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-066.jpg
    00F0000002538210-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-064.jpg
    00F0000002538212-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-065.jpg

    À gauche : l'ancienne interface de Pocket Outlook. Au milieu et à droite, menus tactiles de Windows Mobile 6.5.


    Suite Office Mobile

    Du côté d'Office Mobile, il ne se faudra pas s'attendre à des changements de taille. Comme en témoignent les captures d'écran ci-dessous, à l'exception d'OneNote Mobile qui fait un saut de puce dans les numéros de version, les autres éléments de la suite n'ont pas bougé d'un iota. Finalement, la seule et unique différence qui sépare la suite Office de Windows Mobile 6.5 de celle qui accompagne 6.1 concerne la surcouche tactile qui a été ajoutée par Microsoft. Désormais, ces programmes disposent de gros menus optimisés pour la manipulation au doigt. D'autre part dans Pocket Word (par exemple), il est cette fois possible de naviguer dans le document en posant son doigt sur l'écran (l'utilisation des ascenseurs est devenue facultative).

    00C8000002538222-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-070.jpg
    00C8000002538220-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-069.jpg
    00C8000002538218-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-068.jpg
    00C8000002538216-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-067.jpg


    00C8000002538226-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-072.jpg
    00C8000002538224-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-071.jpg
    00C8000002538230-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-074.jpg
    00C8000002538228-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-073.jpg

    La suite Office Mobile n'a pas bougée d'un iota... (image de gauche : 6.1, image de droite : 6.5)

    Conclusion

    Présentation vidéo



    Conclusion

    0096000002544744-photo-logo6-5.jpg
    À l'heure où la concurrence (Apple et Google en tête) fourbit ses armes en proposant des systèmes modernes, performants, et optimisés pour les activités Web, Microsoft se devait d'apporter une réponse concrète. Au lieu de cela, le géant de Redmond s'est contenté d'appliquer ses vieilles méthodes en réchauffant la soupe tout en y ajoutant une infime pincée d'ingrédients savoureux. Cette recette qui perdure depuis une décennie explique pourquoi Windows Mobile peine tant à évoluer. La stratégie était compréhensible à l'époque ou la concurrence était quasi inexistante, mais elle ne saurait convenir au contexte actuel. Plus drôle encore : Microsoft va même jusqu'à se faire de la concurrence sur son propre terrain... Il suffit de jeter un œil du côté de l'interface du Zune HD (voir cette vidéo) pour s'apercevoir que toutes les « buisness units » du monstre du logiciel n'avancent pas à la même vitesse. En bref, si l'on devait résumer les nouveautés de Windows Mobile 6.5 en une phrase, on pourrait dire qu'en dehors de l'arrivée du service MyPhone, les nouveautés sont loin de révolutionner le genre.

    0096000002544748-photo.jpg
    En effet, MyPhone est probablement la nouveauté la plus importante qui accompagne ce dernier cru de Windows Mobile 6.5. Non seulement ce service de synchronisation de données OTA fonctionne à la perfection, mais en plus, on apprécie particulièrement que le gros de l'offre soit fourni gratuitement. Avec MyPhone, les utilisateurs pourront synchroniser leurs PIM, et leurs documents (photos et éléments multimédias y compris) avec un espace de stockage en ligne (200 Mo sont alloués gratuitement par Microsoft). Cette excellente évolution va dans le bon sens, mais pour autant, elle ne permettra toujours pas de justifier le passage à Windows Mobile 6.5. En effet, il faut savoir que Microsoft a publié une version de MyPhone qui fonctionne également sur les versions antérieures du système (Windows Mobile 6.0 et supérieur).

    0096000002538102-photo-test-windows-mobile-6-5-clubic-010.jpg
    Concernant l'autre grande nouveauté, à savoir, le Market Place, la déception est grande. Le programme ne fait pas preuve de la moindre originalité (Microsoft s'est contenté de cloner l'AppStore avec un an de retard), l'ergonomie est discutable (gros caractères et noms tronqués) et surtout, les programmes mis à disposition crient famine. À l'heure où nous écrivons ces lignes, 16 malheureuses applications sont disponibles. De plus, dans le lot, les gratuiciels sont particulièrement mal représentés. Visiblement, la politique éditoriale du Market Place explique une bonne partie de ces problèmes.

    Alors, faut-il craquer pour l'un des tout nouveaux Windows Phone ? Même si les innovations se comptent sur les doigts d'une main et que le système accuse les poids de ses années, la réponse à cette question dépendra toujours de l'utilisateur final. En dépit des critiques, le système nomade de Microsoft reste fidèle à ses préceptes. Cet environnement conviendra toujours parfaitement aux amoureux de personnalisation et des customisations qui ne rechignent pas à mettre les mains dans le cambouis lorsque cela est nécessaire. D'autre part, l'antériorité d'une décennie d'existence associée à une rétrocompatibilité quasi totale a donné naissance à un vivier d'applications ainsi qu'à une communauté de développeurs impressionnante. Aujourd'hui, cet environnement regorge de programmes (souvent gratuits) qui permettent de couvrir de nombreux usages. Même si cette nouvelle mouture donne dans l'immobilisme, il ne faut pas oublier que les grands constructeurs n'ont pas attendu Microsoft pour implémenter des surcouches tactiles. TouchFLO 3D (chez HTC) et Spb Mobile Shell illustrent bien le fait que certains systèmes mobiles sont en train de prendre un nouveau tournant. Microsoft semble confirmer une orientation similaire à Google avec Android : désormais, le système doit être considéré comme un simple « moteur » sur lequel viendra se greffer une surcouche qui fera réellement la différence. Avec 6.5, Microsoft confirme son souhait de se décharger sur les constructeurs en leur laissant le soin de développer la face visible du système. Cette règle va-t-elle perdurer ? Réponse lors de la sortie de l'hypothétique Windows Mobile 7.0. En attendant, il faudra se satisfaire de la situation actuelle, ou lorgner du côté de la concurrence...

    Les premiers Windows Phone



Modifié le 19/05/2021 à 13h25
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Quoi de neuf en jeux vidéo ce mardi ?
Test de Windows Mobile 6.5
Henri Moissinac, Facebook
OS mobiles : la Fondation Symbian dévoile officiellement Symbian^3
3G : Free Mobile pourrait être officiel avant Noël
BarackObama.com victime d'une attaque par injection SQL ?
Emploi : Deutsche Telekom et ParuVendu se rapprochent dans les
Rebond des ventes de cartes graphiques au 3e trimestre
Jeux vidéo : les Européens derrière les Américains
La partie solo de  Bioshock 2  dévoilée en vidéo
Haut de page