🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Guide pratique du MP3

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
01 juin 2018 à 15h36
0
MP3... Qui aujourd'hui n'a pas entendu parler de ce fameux sigle, soi-disant responsable de pertes de plusieurs milliards de francs pour les maisons de disques ? Tout les médias ont au moins une fois, mentionné ce format de compression audio mais finalement peu de gens savent vraiment de quoi il s'agit, car le plus souvent il n'était question que des dangers de ce diablotin numérique. C'est bien dommage car mis de côté le piratage de morceaux de musique, il offre des possibilités remarquables pour les possesseurs de micro-ordinateurs. Nous allons donc, au travers de ce modeste guide, tenter d'éclaircir un peu les choses en vous montrant comment il est possible de créer rapidement des compilations de vos morceaux préférés sur des CDs Audio ou au format MP3...


Les principes du MP3

0051000000047771-photo-joseph-fraunhofer.jpg
MP3 signifie en fait, MPEG-1 Layer 3 et n'est qu'un format de compression audio, c'est à dire une formule mathématique destinée à réduire la place occupée par les sons en général et la musique en particulier. C'est vers la fin des années 80, que l'institut allemand Fraunhofer a développé cet algorithme. Intégré au format de compression MPEG (qui contient aussi des formules destinées à la vidéo), il s'est surtout développé grâce, il ne faut pas se voiler la face, au piratage et à des logiciels comme Winamp ou Napster.

005A000000047777-photo-compression-d-un-cd.jpg
S'il peut compresser n'importe quel bruit, il est surtout utilisé pour la musique. Il permet effectivement de diminuer la taille d'un morceau par 12 tout en conservant une qualité très proche de l'original. Ainsi, un CD dont on dit qu'il contient 74 ou 80 minutes, voit sa capacité passer à plus de 15 heures ! Le fonctionnement théorique de l'algorithme est finalement très simple et même si évident qu'on pourrait se demander pourquoi personne n'y a pensé plus tôt ! Il s'agit tout bonnement, de supprimer les informations (les sons) qui utilisent des fréquences que l'être humain ne peut entendre. Schématiquement tous les sons au-delà de 16KHz sont éliminés pour libérer de la place.


Dans les faits

0096000000047778-photo-chauve-souris.jpg
Cette barrière arbitraire n'est cependant pas sans poser quelques problèmes. Des animaux sont capables d'entendre les sons bien au-delà de 16KHz et, de la même manière, les humains n'ont pas tous la même perception du bruit. Il est donc possible de moduler cet algorithme pour obtenir un résultat plus proche de l'original mais aussi forcément de plus grande taille. Il faut également savoir que cette musique une fois compressée au format MP3 n'est alors plus lisible sur une platine disque traditionnelle. Pour expliquer simplement c'est un peu comme si pour diminuer la taille d'un texte on enlevait des mots peu importants (les déterminants par exemple). Le sens du texte est toujours compréhensible mais il manque quelque chose. Pour certains ce ne sera pas gênant, pour d'autres au contraire, ce sera une catastrophe... Il en va de même pour le MP3.

003A000000047770-photo-napster-logo.jpg
Il existe plusieurs moyens de se procurer des fichiers MP3. Le plus connu, sans aucun doute, est d'utiliser le fameux logiciel Napster. Sans entrer dans les détails et devenir rapidement hors-sujet, on peut dire que ce logiciel permet l'échange de morceaux de musique libres de droits. L'éditeur du logiciel dispose de serveurs qui inventorient les utilisateurs connectés et les morceaux partagés. Il suffit alors de prendre ce qui nous intéresse en utilisant un moteur de recherche intégré au programme. Le nombre de fichiers étant faramineux, on a vite fait de franchir la limite de la légalité. Il faut rappeler que l'on ne peut posséder un fichier MP3 que si l'on dispose de l'original ! Il est tout aussi illégal de copier des MP3s sous copyright, que de dupliquer un CD sur une cassette...

Les autres moyens sont assez simples en fait : un ami vous en amène par l'intermédiaire d'un CD ou d'un disque dur par exemple, ou alors vous décidez de vous y mettre et des les faire par vos propres moyens ! Pour y parvenir, nous allons voir une méthode simple, accessible à tous et gratuite. Nous utiliserons principalement le logiciel Musicmatch Jukebox qui a l'avantage d'exister en une version gratuite où toutes les fonctionnalités importantes sont activées. Nous ne nous limiterons cependant pas à ce seul logiciel et s'il constituera notre référence, nous verrons également d'autres programmes susceptibles de le remplacer ou de le compléter.Assurez-vous de bien diposer du logiciel avant de commencer. Cliquez sur la disquette pour le télécharger :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


00AF000000047721-photo-musicmatch-jukebox-logo.jpg
Ce logiciel très puissant, est une vrai usine à MP3. Il en permet la lecture à la manière de Winamp, il offre une gestion de votre bibliothèque de MP3s, et autorise bien évidemment la création de ces fichiers. Il existe en deux versions, la première, gratuite, offre toutes les fonctions indispensables, alors que la seconde ne fait "que" les enrichir en permettant par exemple une extraction plus rapide, un encodage plus efficace et une gravure supérieure au 2x.

Après l'installation de MusicMatch la plupart des médias susceptibles de contenir de la musique lui sont associés. Il en va ainsi pour les CD Audio et dès l'insertion d'un tel disque dans votre lecteur, MusicMatch sera lancé par Windows. Ensuite la marche à suivre est des plus simple. Si vous disposez d'une connexion Internet, vous pouvez laisser le programme chercher de lui-même les informations relatives à votre CD. Pour cela MusicMatch va interroger les base de données CDDB qui contiennent un nombre impressionnant de CDs Audio, et se charger de remplir le nom des chansons, l'auteur, l'année de production et le genre musical. Cette méthode, très rapide puisqu'elle évite de devoir tout écrire soi-même, n'est cependant pas infaillible et il faudra tout de même vérifier que les informations ne soient pas erronées.

Extraction et encodage

L'extraction audio se fait alors en appelant le magnétophone à l'aide du bouton "enregistrer". Il fait apparaître un nouveau panneau qui contient toutes les fonctions nécessaires à l'enregistrement sur le disque dur. L'intérêt de Musicmatch Jukebox est qu'il permet d'encoder les morceaux en MP3 pendant l'extraction. Cela fait bien sûr gagner du temps mais permet en plus d'économiser pas mal de place sur le disque dur. Une chanson non-encodée prendrait environ 50Mo (environ 35 disquettes), alors qu'en MP3 sa taille passe à environ 4Mo (3 disquettes) !

012C000000047722-photo-musicmatch-jukebox-magn-tophone.jpg

00C8000000047723-photo-musicmatch-jukebox-param-tres-d-encodage.jpg
Le module magnétophone affiché, une simple pression sur le bouton "enregistrer" et tout se fait tout seul. Il est cependant préférable de vérifier la configuration avant de lancer le processus. Pour cela il faut choisir dans le barre des menus "options" l'onglet "paramètres". Dans la nouvelle fenêtre, c'est l'onglet "magnétophone" qui nous intéresse. La première chose à vérifier se trouve tout en bas et permet de choisir le lecteur dans lequel se trouve le CD Audio. Si vous n'en avez qu'un, pas de problème, sinon choisissez le bon ! Le reste des options est assez clair mais voici tout de même quelques conseils.

La qualité d'enregistrement est le plus important, on peut y définir le taux de compression du MP3, ce qui influence directement la perte par rapport au CD Audio. Le "Format WAV" permet de faire de l'extraction simple, c'est à dire que les morceaux sont copiés sur le disque dur sans qu'aucun encodage ne soit effectué. Cela prend bien sûr beaucoup de place mais permet à ceux qui le désirent d'avoir un fichier réellement identique au CD Audio. MusicMatch est un peu présomptueux en nous assurant que du "MP3 (128kbps)" et du "MP3 (160 kbps)" offrent une qualité CD. Ils en sont proches mais pour avoir une telle qualité il faut aller voir du côté de la personnalisation. Les choses y sont un peu plus complexes mais on s'y fait rapidement.

Nous mettrons de côté le "Windows Media" qui ne concerne pas le MP3, mais un format spécifique que Microsoft tente d'imposer, pour l'instant sans grand succès. Il nous reste alors le VBR (Variable Bit Rate - Débit Variable) et le CBR (Constant Bit Rate - Débit Constant). La différence est simple mais nécessite de bien comprendre le fonctionnement du Bit Rate. Cette notion définit en fait le débit minimum nécessaire pour que le son puisse être diffusé. C'est à dire qu'un fichier de 128kbps ne pourra être lu que si votre périphérique de diffusion peut fournir un tel débit. Lorsque le fichier est sur un disque dur ou un CD-ROM cela ne pose évidemment aucun problème mais cela devient plus compliqué quand vous voulez écouter un morceau par Internet. En effet un modem classique ne peut délivrer au maximum que du 56kbps... Il ne sera donc pas possible de diffuser un tel morceau. Il s'agit bien sûr d'une simplification mais qui permet de bien comprendre que si vous avez un fichier qui nécessite un transfert en 128Kbps vous faites passer beaucoup plus d'informations qu'avec du 56kbps et vous aurez donc tout naturellement une bien meilleure qualité.

00F0000000047725-photo-musicmatch-jukebox-vbr.jpg
00F0000000047726-photo-musicmatch-jukebox-cbr.jpg

Le CBR propose de définir un taux de transfert fixe pour l'ensemble du morceau, au détriment de sa qualité générale. Il est possible que des passages nécessitent une très faible compression, alors qu'au contraire les silences pourront être réduit au maximum. Le VBR est en théorie la solution ultime, puisqu'il permet de privilégier la qualité en laissant une plus grande liberté à l'encodeur. Le problème de ce système est que l'on ne peut pas vraiment prévoir la taille des fichiers, qu'ils sont souvent plus gros qu'en CBR et que de nombreux lecteurs ne savent pas les lire. Nous ne parlerons donc pas de ce VBR dans notre guide mais rien ne doit vous empêcher de faire quelques essais une fois que vous aurez bien assimilé le système.

Pour choisir la valeur du CBR, il est indispensable de savoir ce que l'on veut exactement. On a déjà dit que le 128kbps ou le 160kbps n'offraient pas vraiment une qualité CD. La différence est faible mais avec certains morceaux vous pourriez avoir de drôles de surprises. Le 320kbps étant un peu excessif et le 224kbps pas toujours bien reconnu, le choix se fera entre le 192kbps et le 256kbps. Pour ma part je préfère le premier mais il faut savoir que la qualité n'est pas encore vraiment parfaite (bien qu'il faille être doué pour entendre une différence) et que certains périphériques ne le reconnaissent pas (quelques rares baladeurs MP3).

0096000000047740-photo-musicmatch-jukebox-destination.jpg
Ceci fait il nous faut encore choisir quelques options avant de commencer le processus. Si les boutons "avancé", "enregistrement différé" ou "sécurité" ne sont pas très important, le bouton "répertoire des chansons" est particulièrement utile puisqu'il offre la possibilité de choisir l'emplacement d'enregistrement sur le disque dur (par défaut dans un sous-répertoire de "Mes Documents") et le nom des fichiers. Les options parlent d'elles-mêmes et il suffit de regarder le "chemin type" en bas de la fenêtre pour se rendre compte de ce que nos changements apportent.

Maintenant que nous avons paramétré l'ensemble du logiciel, il ne nous reste plus qu'à retourner au "magnétophone" en validant nos choix par "Ok". Ensuite une simple pression sur le bouton "enregistrement" du "magnétophone" lance l'opération. A noter qu'il est possible de ne choisir que quelques chansons d'un CD, en décochant celles qui ne nous intéressent pas avant de démarrer l'extraction/encodage.

Kézako ID3 ?

00C8000000047728-photo-musicmatch-jukebox-editeur-id3.jpg
Nous avions vu précédemment qu'il était possible à l'aide d'une connexion Internet de laisser MusicMatch remplir tout seul les champs : artiste, titre, album... Nous avions aussi dit qu'il fallait toutefois les vérifier, personne n'étant infaillible. Comme en plus certains CDs ne sont tout simplement pas reconnus, il faut pouvoir éditer ces champs nous-mêmes. L'ensemble de ces informations est regroupé sous l'appellation anglaise "tag ID3" et il existe deux versions de cet "ID3", la seconde étant plus récente est bien sûr plus riche. MusicMatch reconnaît les deux mais il n'en va pas de même de nombreux autres logiciels du monde du MP3.

Pour éditer le tag ID3 d'un morceau il suffit de cliquer dessus avec le bouton droit de la souris et une nouvelle fenêtre apparaîtra. Les différentes rubriques parlent d'elles-mêmes et décider de ce qu'il faut remplir ne tient qu'à vous. Attention cependant car de nombreuses options sont propres à MusicMatch et ne seront donc pas lues par d'autres logiciels comme WinAmp. Il est par exemple possible d'insérer les paroles et même une image pour illustrer l'album ou la chanson. Voici donc les spécificités des tags ID3.

0084000000047727-photo-id3-logo.jpg
ID3 v1.1
Titre de la chanson : 30 caractères
Artiste : 30 caractères
Album : 30 caractères
Année de production : 4 caractères
Genre : 80 possibilités

La version 2 des tags est beaucoup plus complexe dans la mesure où elle évolue encore (on en est déjà à la quatrième révision), on peut néanmoins dire qu'elle apporte une liberté nettement plus importante en faisant sauter la plupart des limites précédentes. Pour le titre de la chanson ou l'album par exemple, on est limité à 255 caractères ce qui laisse largement de quoi faire !


Gravure d'un CD Audio ou MP3

Il est tout à fait possible de conserver tous les fichiers MP3 sur le disque dur et de les écouter de cette façon. Malgré la capacité des disques actuels et la taille relativement faible des fichiers MP3s vous aurez cependant tôt fait de saturer le votre. Il est donc important de pouvoir graver les morceaux pour libérer de la place ou même pour les écouter sur une platine de salon ou un discman. Bien qu'il ne soit pas un logiciel spécifiquement dédié à la gravure, MusicMatch offre tout de même la possibilité de graver des CD Audio et des compilations MP3.

01C2000000047729-photo-musicmatch-jukebox.jpg

0020000000047732-photo-musicmatch-jukebox-bouton-vider.jpg
Pour accéder à cette fonction il faut dans un premier temps définir grâce à la "liste de lecture" (fenêtre déroulante à droite du cadre principal) les chansons que l'on veut graver. Cette liste comporte trois onglets mais seul le premier nous intéresse ("fichier"). Si la liste n'est pas vide, faites-le en cliquant sur le bouton "vider" et ensuite utilisez soit la "bibliothèque" (dans le coin gauche de la fenêtre principale), soit le glisser/déposer à partir de l'explorateur Windows pour remplir la liste de lecture des morceaux que vous souhaitez graver.

00FA000000047730-photo-musicmatch-jukebox-gravure-audio.jpg
00FA000000047731-photo-musicmatch-jukebox-gravure-mp3.jpg

001F000000047733-photo-musicmatch-jukebox-bouton-graver.jpg
On accède au menu de gravure par le bouton "CD-R" de la liste de lecture. Les fichiers apparaissent alors dans l'ordre d'insertion avec leur taille respective et un indicateur de l'espace encore disponible sur le futur CD. On peut définir le type de CD à créer sur ce même écran (Audio ou MP3), ajouter/supprimer des chansons et même modifier leur ordre en faisant glisser les titres à déplacer. Le bouton "Options" n'est pas indispensable mais il fera apparaître des paramètres intéressants comme la vitesse de gravure et l'ajout du programme d'installation pour un CD MP3. Ce programme ajoute à votre CD la possibilité d'être lu sur un ordinateur qui ne dispose pas d'un logiciel MP3 mais prendra un peu de place sur le CD (9Mo). Pour les CDs Audio, les choses sont encore plus simples et il faut simplement faire plus attention à la capacité d'un tel disque qui se remplit beaucoup plus vite qu'un CD MP3 ! Le programme se charge même tout seul de la conversion des MP3s en piste audio sans que vous n'ayez rien à faire sinon disposer de suffisamment d'espace disque libre...

0096000000047734-photo-exemple-d-un-cd-mp3-musicmatch-jukebox.jpg
Si cette option de création de CDs fonctionne parfaitement pour les CDs Audio et pourra rendre de bons services pour les CDs MP3, ces derniers ne sont pas assez paramétrables pour satisfaire les plus exigeants et il est alors indispensable de se tourner vers d'autres logiciels plus efficaces comme Nero Burning Rom par exemple. D'autant que ce programme nous permet aussi de créer des MP3s...Assurez-vous de bien diposer du logiciel avant de commencer. Cliquez sur la disquette pour le télécharger :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


007D000000047742-photo-nero-logo.jpg
Nero est un logiciel extrêmement connu mais il est plutôt célèbre pour ses qualités de gravure qui l'ont hissé au sommet des programmes de ce genre. Il est depuis quelques temps déjà doté de fonctions MP3, faisant de lui une alternative tout à fait crédible à MusicMatch. Il n'offre cependant pas le même confort d'utilisation, ni la même simplicité pour le néophyte. Etant livré avec de nombreux graveur, il évitera toutefois d'installer, voir d'acheter un logiciel supplémentaire !

Extraction et encodage

Les nombreuses fonctions de Nero ont pour première conséquence de dérouter quelques peu le néophyte et rien que pour trouver l'option d'extraction, il faut pas mal chercher. En fait un petit tour dans le menu "graveur" permettra de dénicher la fonction "sauvegarder piste" qui ouvre une fenêtre nous permettant de choisir entre les différents lecteurs/graveurs. Sélectionnez bien sûr celui dans lequel vous avez placé au préalable le CD Audio et cliquez sur "Ok". Nero détectera le disque et vous permettra de profiter de votre connexion Internet pour communiquer avec les bases CDDB et récupérer les données concernant vos chansons. Ceci fait vous accédez à une fenêtre dont l'organisation laisse un peu à désirer. Vous pouvez y choisir les pistes que vous voulez extraire, le répertoire de destination sur le disque dur et surtout le type de fichier à créer.

0096000000047743-photo-nero-acc-s-cddb.jpg
0096000000047744-photo-nero-extraction-audio.jpg
0096000000047745-photo-nero-encodage-mp3.jpg

En effet à la manière de MusicMatch, Nero se propose de convertir dès l'extraction les morceaux de musique en fichier MP3. Pour cela il utilise une licence Frauhofer, l'inventeur même du système. Si cette licence est un gage de qualité, il vous faudra aussi veiller à bien disposer d'une version "MP3" de Nero sous peine d'être limité à seulement 30 fichiers... Les paramètres possibles pour l'encodage sont suffisants mais on regrettera tout de même l'impossibilité d'utiliser l'encodage en 192kbps. On est donc obligé de se rabattre sur les 160kbps, 224kbps ou le 256kbps. La suite n'est pas franchement palpitante et ont laissera Nero se débrouiller tout seul avec ses fichiers. Les plus pressés d'entre vous apprécierons la vitesse générale de Nero qui dépasse assez nettement Musicmatch Jukebox.

Les tags ID3

Cette fonction est de loin la moins réussie pour Nero. Les possibilités sont finalement assez réduites et surtout pas du tout pratique. Fort heureusement, il peut se connecter aux bases CDDB afin de compléter les options mais même dans ce cas les fichiers MP3s obtenus n'ont pas un tag ID3 très complet. C'est dommage car cela obligera les plus exigeants à se rabattre sur un logiciel comme TagMaster (par exemple) que nous détaillons plus loin.

Gravure d'un CD Audio ou MP3

0096000000047747-photo-nero-gravure-en-cours.jpg
Voilà forcément un domaine dans lequel Nero excelle ! On est pas leader dans sa catégorie pour rien ! Il est possible de faire n'importe quel type de CD, que ce soit des CDs MP3 (en fait de simple CDs de données), des CDs Audio ou même des CDs Extra (CD Audio avec piste de donnée pour ajouter des vidéos par exemple). Il suffit pour cela de choisir de créer un nouveau CD (menu "fichier", "nouveau"), une fenêtre dotée de nombreuses options s'ouvrant pour nous permettre de choisir tout ce qui est nécessaire. Sur le cartouche de gauche est représenté le type de CD à créer, dans notre cas soit un CD Audio, soit un CD-ROM (ISO). Les options ne sont pas tout à fait identiques pour l'un et l'autre, mais comme elles se comprennent assez facilement nous ne verrons que les plus sensibles.

Les CDs MP3 fonctionnent de la même manière qu'un simple CD de données. Une fois qu'un nom lui a été donné (onglet "descripteur vol."), une pression sur le bouton gravure donne accès à un explorateur permettant de glisser/déposer les fichiers des Disques durs vers l'encart réservé au futur CD. Il est possible d'y créer des dossiers afin d'organiser les fichiers selon l'auteur, le genre ou l'album par exemple.

0096000000047749-photo-nero-param-tres-du-cd-mp3.jpg
0096000000047750-photo-nero-ajout-de-fichiers.jpg

Comme le disque est un classique CD de données, il est possible d'ajouter d'autres qui ne sont pas des morceaux, comme par exemple un programme de lecture audio comme Winamp, de sorte que le CD soit lisible sur n'importe quelle machine. Celui-ci ne nécessitant pas d'installation pour être immédiatement opérationnel, le plus simple est de copier directement à la racine du futur CD les fichiers et sous-répertoires à l'intérieur du dossier WinAmp présent sur votre disque dur. Il pourra aussi être utile de créer une ou plusieurs listes de lecture pour faciliter l'écoute du CD.

La création de ces listes avec WinAmp sera vu plus tard mais sachez qu'elles permettent de lire d'un seul coup plusieurs fichiers dans un ordre prédéfinis sans avoir à tous les sélectionner... C'est particulièrement utile dans le cadre d'albums complet pour lesquels vous voulez que les chansons se retrouvent dans le même ordre que sur vos CD Audio. Une fois que vous en avez fini avec tout ça (faite attention à la barre de remplissage pour ne pas saturer votre CD), il ne reste plus qu'à presser sur le bouton "graver le CD" pour démarrer le processus.

Les CDs Audio sont très simples à créer du fait des limitations propre à ce standard. Il n'est pas possible de faire beaucoup de fantaisies et la personnalisation du CD se limitera souvent à la création des informations CD Text pour peu que votre graveur supporte un tel format. Il vous suffira de remplir à la manière d'un tag ID3 les champs demandés par Nero (auteur, titre) et les platines disques qui liront votre CD pourront, si elles sont compatibles, les afficher au cours de la lecture.

0096000000047751-photo-nero-cr-ation-d-un-cd-audio.jpg
0096000000047752-photo-nero-ajout-de-pistes-audio.jpg

En cliquant sur gravure vous accéder à la fenêtre vous permettant de choisir les morceaux à faire figurer sur le CD. Faites les glisser vers votre CD en respectant l'ordre que vous souhaitez imposer à la lecture, même s'il est possible de les redéplacer ensuite, vous ne ferez que vous simplifiez la vie à le faire tout de suite. Avant de lancer la gravure, il est encore possible d'éditer chaque piste indépendamment les unes des autres. Un click sur celle que vous souhaitez éditer avec le bouton droit de la souris et une nouvelle fenêtre vous présentera de nombreuses options pour modifier les informations CD Text ou ajouter des filtres afin de modifier le son.

0096000000047753-photo-nero-propri-t-s-d-une-piste-audio.jpg
0096000000047755-photo-nero-edition-d-une-piste-audio.jpg
0096000000047754-photo-nero-filtres-sur-une-piste-audio.jpg

Il est aussi possible de supprimer la pause de 2 secondes que Nero crée entre chaque piste. Ce gain, minime, peut toutefois faire gagner quelques précieuses secondes et faire tenir un morceau un peu juste. Une fois que toutes les chansons sont choisies, une simple pression sur le bouton "graver le CD" et Nero finira le travail tout seul.Assurez-vous de bien diposer du logiciel avant de commencer. Cliquez sur la disquette pour le télécharger :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


0088000000047756-photo-zlurp-logo.jpg
Zlurp! n'est absolument pas révolutionnaire dans la mesure où il ne fait que reprendre le principe de AudioGrabber ou Musicmatch Jukebox. Il n'est pas original, car son intérêt est ailleurs. Effectivement Zlurp! présente l'énorme avantage d'être totalement gratuit. Ici pas de rappel pour vous enregistrer ou pour passer à la version pro, pas non plus de limitation en extraction ou en encodage, tout est entièrement gratuit. Alors bien sûr il est un peu plus spartiate, ne parle que l'anglais et oublie quelques fonctions pratiques. Mais on peut pratiquement tout faire et son interface n'est pas mal conçue.

Extraction et encodage

0096000000047759-photo-zlurp-connexion-cddb.jpg
Insérez votre CD Audio avant de lancer Zlurp! et si vous avez une connexion Internet, il est préférable de se connecter avant également. De cette manière le programme reconnaîtra immédiatement votre CD et essayera de se connecter aux bases CDDB pour identifier le CD et remplir les informations lui-même.

0096000000047760-photo-zlurp-ecran-principal.jpg
L'utilisation de Zlurp! est ensuite très simple dans la mesure où toutes les options sont visibles à l'écran et qu'il suffit d'utiliser toutes celles dont on a besoin avant de lancer le "Rip" (terme anglais pour désigner l'extraction). Le bouton "settings" donne accès aux options de configuration. Vous pourrez y paramétrer les dossiers de destination des fichier extraits sans encodage (fichiers WAV), et des fichiers MP3, mais aussi choisir le lecteur dans lequel se trouve le CD Audio, le nom que le programme doit donner aux fichiers (suivant un modèle que pourrez définir très précisément), et les paramètres d'encodage.

Il n'est pas très utile de détailler plus avant ces nombreuses options, puisqu'elles sont quasiment identique à ce qu'offrent MusicMatch ou Nero. Il y a cependant deux ou trois choses que seul Zlurp! sait aussi bien faire. Il permet par exemple de choisir un autre encodeur que celui qu'il lui est associé par défaut (LAME). L'encodeur est en quelque sorte la formule a utiliser. Nous avons déjà dit que l'inventeur du MP3 était l'institut Frauhofer, mais d'autres programmeurs ont depuis développé des encodeurs de qualité entièrement compatible avec le MP3 et présentant l'avantage d'être gratuit. Zlurp! utilise donc le LAME mais il supporte également le GoGo, le Blade ou le Xing.

0096000000047761-photo-zlurp-normalization.jpg
0096000000047762-photo-zlurp-nom-des-fichiers-mp3.jpg
0096000000047763-photo-zlurp-param-tres-d-encodage.jpg

La seconde fonction qui démarque Zlurp! de la concurrence est la possibilité de "normaliser" des morceaux. Cette opération s'effectue simplement en cliquant sur le bouton "norm." de l'écran principal. Il fait apparaître une fenêtre au bas de laquelle se trouve ce qui nous intéresse. Il faut déjà cocher "use normalization" et ensuite choisir un niveau parmi les quatre proposé. Cette normalization permet de réduite notablement les différences de volumes qui existent entre les CDs en choisissant un niveau "standard" que le programme s'attachera à reproduire sur tout les albums. Très pratique cette fonction évite donc un gros défaut des compilations réalisées "à la maison" : avoir des niveaux sonores trop différents entre des chansons venant de plusieurs sources.

L'écran principal permet de récapituler les choses avant de lancer les opérations. Un simple coup d'œil sur les icônes et on voit celles qui sont cochées et donc ce que le programmes va faire. Il faut ensuite choisir quelles pistes sont à traitées en cliquant sur la pastille de celles que l'on souhaite et cliquer sur "rip audio" pour que l'extraction commence.

0096000000047758-photo-zlurp-edition-des-tags-id3.jpg

Les tags ID3

Zlurp! est très puissant dans ce domaine puisqu'il reconnaît les tag ID3 des deux version et surtout puisqu'il s'en tient à ces standard et ne rajoute pas d'options comme MusicMatch. L'édition de ces tags se fait le plus simplement du monde en sélectionnant d'abord la chanson et ensuite l'icône de l'éditeur de tag approprié selon que vous souhaitiez utiliser la version 1 ou 2. Il est à noter qu'il est possible d'insérer les deux tags. Dans ce cas les programmes sauront prendre celui qui leur convient le mieux ! Enfin sachez que ces informations auraient été complétées automatiquement si vous vous étiez connecté aux bases CDDB...

Gravure d'un CD Audio ou MP3

Voici le seul et unique réel défaut de Zlurp! puisqu'il lui est impossible de graver quelque CD que ce soit. Il faudra donc vous tourner vers un autre programme, comme par exemple Nero, ou celui que vous avez pu avoir avec votre graveur.En dehors de ces logiciels tout en un, il ne fallait pas oublier les programmes spécifiquement dédiés à une tâche précise. Le processus de création des MP3 est alors plus long puisqu'il faut passer d'un logiciel à un autre, mais le plus souvent ces programmes sont très légers et très simple d'accès. On ne croule pas sous les fonctions inutiles et leur interface, certes moins jolie, est de fait plus accessible. Etant indépendant les uns des autres ils permettent de ne faire qu'une partie du processus pour reprendre plus tard, afin de traiter, par exemple, plusieurs CDs à la fois. Enfin, et ce n'est pas le moindre de leurs avantages, ils sont totalement gratuits !

0064000000047735-photo-cddae-99-logo.jpg

CDDAE 99

Téléchargez CDDAE 99 en cliquant sur la disquette :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


Pour l'extraction audio, il en existe de très nombreux mais aucun n'arrive à égaler le niveau de CDDAE 99. Il permet donc de transférer l'ensemble d'un CD sur le disque dur le plus facilement du monde. Sa configuration est minimale et son apprentissage immédiat. Un simple regard sur l'interface et on est convaincu. Il suffit de définir le périphérique contenant le CD Audio, le répertoire cible (avec le nom à donner aux fichiers), la vitesse d'extraction et la méthode de vérification.

00FA000000047736-photo-cddae-99-ecran-principal.jpg
00FA000000047737-photo-cddae-99-extraction-audio.jpg

CDDAE 99 présente un intérêt tout particulier du fait de ces deux dernières options. Contrairement à MusicMatch par exemple, il permet effectivement de définir très précisément la vitesse d'extraction. Si votre CD est très bruyant, vous pourriez avoir envie de n'extraire qu'en 10x ou même moins. La deuxième fonction qui permet de faire une vérification par une seconde lecture, est encore plus utile et permet à CDDAE99 de se démarquer de la concurrence, aucun autre programme ne proposant cette fonction. Il affiche alors le nombre d'erreurs (pas très parlant), mais surtout un petit graphique tout simple qui met en évidence les passages parfaits (en vert), les erreurs bénignes (en jaune) et les gros défauts (en rouge). Savoir si telle ou telle chanson a bien été extraite devient alors un jeu d'enfant !

GoGo-no-coda Windows

Téléchargez GoGo-no-coda en cliquant sur la disquette :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


En ce qui concerne l'encodage, le logiciel le plus performant du monde du freeware est à mon sens GoGo-no-coda Windows. Une fois lancé, une simple fenêtre apparaît permettant d'ajouter les fichiers précédemment extraits d'un CD Audio et de les écouter avant encodage afin de ne pas se tromper. Les menus ne sont pas nombreux et les options de configuration très claires bien qu'elles ne soient qu'en anglais. Il est possible de choisir le dossier de destination, d'encoder en CBR et VBR avec une précision plus faible que dans MusicMatch mais de manière beaucoup plus claire. Enfin on peut aussi éditer les tags ID3 bien que cette fonction ne soit pas très puissante puisqu'il n'en gère que la version 1.

Le seul réel reproche que l'on puisse faire à ce programme concerne l'encodeur choisi. Non que GoGo soit mauvais, mais la possibilité d'en choisir un autre aurait été intéressante.

0064000000047766-photo-winamp-logo.jpg

WinAmp

Téléchargez WinAmp et son patch français en cliquant sur les deux disquettes :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


Si WinAmp figure dans ce dossier ce n'est pas tellement pour ses capacités de lecteur audio, mais plutôt pour deux fonctions moins utilisées, à savoir le décodage des MP3s en WAVs et la création de listes de lecture. Les listes de lectures sont simplement un moyen de se faire une sélection de morceau que l'on souhaite écouter à la suite les uns des autres. Sur la fenêtre principale de WinAmp, un bouton permet de faire apparaître ou disparaître cette liste de lecture.

0096000000047799-photo-winamp-liste-de-lecture.jpg
Lorsqu'elle est présente, il est possible d'y faire glisser les fichiers MP3s que l'on souhaite entendre à partir de l'explorateur Windows par exemple. Une fois déposés fichiers donnent quelques informations si les tags ID3 ont été correctement remplis et il est possible de sauvegarder cette liste quelque part sur le disque dur. Attention cependant si vous devez ensuite graver ces listes pour faciliter la lecture de vos CDs MP3. Dans les listes WinAmp note l'emplacement des fichiers MP3s et fait donc figurer les différents Disques durs ou dossiers. Pour que les listes fonctionnent toujours une fois sur le CD, il convient donc de mettre tout les fichiers à graver dans un seul et même dossier (éventuellement avec des sous-répertoires), de créer à ce moment-là les listes de lecture et ensuite de graver les fichiers.

0096000000047800-photo-winamp-configuration-du-d-codage.jpg
L'autre fonction bien pratique, quoique méconnue, de WinAmp est sa capacité à décoder un fichier MP3 pour le retransformer en WAV. Bien sûr le WAV prendra une place énorme mais il vous sera alors possible de l'utiliser plus facilement (édition, illustration d'une vidéo, d'uné présentation), de nombreux programmes ne sachant pas manier les MP3s. Pour décompresser un MP3, il faut aller dans les "preferences" de Winamp et en "output" choisir "diskwriter". A l'aide du bouton "configure", il faudra indiquer le répertoire dans lequel WinAmp doit mettre les fichiers décodés. Sachant qu'il faut compter plus de 15Mo la minute, ne sélectionnez pas un disque dur déjà un peu juste ! Ensuite il suffit tout simplement de lancer la lecture du fichier pour que WinAmp le décode et éventuellement fasse de même pour les autres de la liste... Attention, pensez bien à décocher l'option de "boucle" ("loop"), sinon WinAmp recommencera indéfiniment !

0064000000047768-photo-analogx-logo.jpg

TagMaster

Téléchargez TagMaster en cliquant sur la disquette :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


Une fois les fichiers crées, il faut éditer le tag ID3, afin d'avoir des informations précises sur le morceau. Ce n'est pas obligatoire mais tellement plus agréable. Encore une fois il existe une multitude logiciels capables de s'acquitter de cette tâche, et encore une fois un seul sort du lot : TagMaster. Sans être le plus complet, il se démarque par sa facilité d'utilisation et son côté pratique. Il est tellement puissant que vous pourrez éditer les tags ID3 de nombreux fichiers très rapidement et ainsi éventuellement corriger les inexactitudes sur des fichiers crées par d'autres.

015E000000047767-photo-tagmaster.jpg

Son interface minimaliste ne permet pas vraiment de faire d'erreur. Il suffit de choisir le répertoire dans lequel se trouve les fichiers MP3s à traiter grâce au bouton "directory". Ensuite l'ensemble des morceaux apparaîtront dans la fenêtre principale et il vous suffira de choisir le fichier dont le tag est à modifier. La puissance de ce TagMAster réside dans la fonction qui permet de bloquer un des champs sur la valeur qu'on a entré précédemment. Ainsi lorsque l'on choisi un nouveau fichier ce champs restera le même sans que l'on aie besoin de le retaper... Pratique !

Gravure

0074000000047738-photo-gravure.jpg
Voilà le seul problème de la solution en plusieurs petits programmes, la gravure. Il n'existe effectivement pas de logiciel de gravure gratuit, et il faudra donc pour cette ultime étape, se reporter à votre programme préféré ou bien utiliser Nero Burning Rom comme il a été indiqué précédemment. Il existe toute de même une solution intermédiaire avec le logiciel MP3Bee de Brian Sahertian.

Téléchargez Mp3Bee cliquant sur la disquette :
0010000000047776-photo-t-l-chargez.jpg


Ce programme fonctionne d'après le principe du shareware et nécessite donc que vous vous enregistriez (seulement 100f) auprès du créateur si vous le trouverez utile. Et utile Mp3Bee sait le devenir, il permet effectivement de réaliser simplement et rapidement des CD Audio à partir de fichiers WAV ou MP3. L'interface est simplissime puisqu'elle ne présente qu'une seule fenêtre vous permettant de faire glisser d'un cadre vers l'autre les morceaux que vous souhaitez voir figurer sur votre disque compact. Ensuite une pression sur l'icône "burn" et le programme vous affiche une petite fenêtre qui récapitule les paramètres actuellement choisi et vous laisse les valider avant de commencer à graver.

Conclusion

Nous arrivons à la fin de ce petit guide du MP3, qui je l'espère vous aura intéressé. Il existe de nombreux autres logiciels et certain me reprocheront sûrement de ne pas avoir parlé de CDex ou d'Audiograbber, mais il n'était pas possible de voir tout les cas de figure. Avec ce petit échantillon de programmes vous avez de quoi faire et il faut vraiment être difficile pour leur trouver à redire ! Une fois que les techniques d'encodage vous seront plus familières rien ne vous empêchera d'aller voir ailleurs et de tester d'autres logiciels.

0095000000047739-photo-baladeur-mp3.jpg
Pour terminer, il faut tout de même parler un minimum d'un dernier atout du MP3, qui n'en est encore qu'à ses débuts : le baladeur MP3. Il existe déjà des discmans MP3 qui permettent de lire des CDs comme nous en avons crées mais ils ont les mêmes défauts de place et de confort que leur équivalent à base de CDs Audio. Non, l'avenir se situe plutôt dans les Baladeurs MP3. Equipés de mémoires pour le moment encore un peu faibles, ils n'ont pas de réelle mécanique et se moquent pas mal des secousses. Disposer d'un stock de MP3s sur disque dur ou même sur CDs permettra de transférer simplement et rapidement les morceaux que l'on aime sur ces appareils et révolutionner notre rapport à la musique tel que nous l'entretenons encore...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Intel retarde encore son installation en Irelande
Asus annonce la CUSL2-C Black Pearl
SONY rachète l'émulateur Playstation de Connectix
Prix des Hercules 4000 et 4500 en France
Napster bloque plus de 50% des fichiers MP3
Le SuperSavage de S3
Canada : criminaliser la pornographie infantile sur Internet
Les entreprises et le marketing en ligne
Alliance entre eBay et Microsoft
Philippe Karsenty : getZEnews, le « Kiosque du Net »
Haut de page