Créer de la musique facilement : 3 logiciels

Par
Le 14 avril 2008
 0

Garageband


Intégré à la suite iLife, et donc offert avec tous les nouveaux Mac, Garageband est l'offre d'entrée de gamme d'Apple en matière de musique. La firme à la pomme, suite au rachat de l'allemand eMagic, propose également Logic Express et Logic Studio, deux logiciels plus onéreux et plus complets. L'offre basique d'Apple se suffit-elle à elle-même ?

Premiers pas avec l'interface


Le soin apporté à l'ergonomie est souvent une caractéristique d'Apple et Garageband ne faillit pas à la règle. Le logiciel affiche, par défaut, une vue assez dégagée, offrant la majorité de l'espace aux pistes, seule une barre d'outils permettant d'accéder aux contrôles de lecture et d'enregistrements. Cette configuration permet de rendre le logiciel utilisable même sur le petit écran d'un Macbook.

012c000001237684-photo-garageband.jpg


Plusieurs boutons de cette barre permettent d'afficher des panneaux rétractables. Il est ainsi possible d'accéder en un clic à la bibliothèque de boucles disponibles, à l'édition « piano roll » des pistes MIDI, ou encore aux différents instruments disponibles en un clic, et de refermer les panneaux lorsqu'on ne les utilise pas.

Comme pour , chaque piste dispose d'une barre d'outils permettant de l'activer pour l'enregistrement, de la rendre muette, de l'isoler, ou encore de régler son volume ou sa balance. En revanche, on ne trouve pas de table de mixage pour régler facilement le niveau de chaque piste. Etant donné que l'interface des pistes est assez claire, ce n'est pas forcément indispensable mais une telle vue aurait été appréciable.

Commençons un premier morceau


Garageband bénéficie du même fonctionnement que Music Maker ou ACID : il suffit de glisser/déposer des boucles sur les pistes pour qu'elles soient automatiquement ajustées au bon tempo. L'accès à la bibliothèque se fait depuis l'icône marquée d'un œil. Par rapport à Magix Music Maker, on appréciera le système assez ingénieux de navigation. Les éléments (genres musicaux, instruments, ambiances...) sont représentés par des mots clés dans des boutons. Un clic sur un de ces boutons (par exemple le genre "électronique") grise tous les éléments qui ne sont pas reliés à ce mot clé et permet ainsi de filtrer la bibliothèque de boucles de manière intuitive. En plus de cette vue originale, on trouve une vue plus classique en colonne, proche d'iTunes ou du Finder.

La liste des boucles affiche des informations assez précises. On trouve ainsi son tempo mais aussi sa tonalité (Do, Ré, Sol...) et sa durée. Comme pour Music Maker, un simple clic permet de l'écouter, et un glisser/déposer l'ajoute dans une des pistes, en ajustant automatiquement son tempo pour qu'elle « colle » avec les autres blocs.

0190000001237688-photo-garageband.jpg

0190000001237690-photo-garageband.jpg


Les boucles de Garageband sont là encore de deux types. Certaines sont des fichiers audio, enregistrés par de vrais musiciens, et d'autres sont des clips MIDI, composés de notes jouées en temps réel par un des instruments virtuels de Garageband. Un utilisateur lambda ne se souciera pas vraiment de cette différence, d'autant plus que les boucles fonctionnent sur le même principe. Il est ainsi tout à fait possible d'assembler très rapidement un morceau à partir des boucles proposées. Un détail particulièrement intelligent est à noter : chaque boucle ajoutée peut afficher un menu déroulant permettant de basculer entre différentes variations de la boucle. Cela peut être particulièrement efficace pour varier facilement ses pistes de batterie.

Comme pour Music Maker, GarageBand permet de jouer précisément sur le niveau des pistes en manipulant les courbes à la souris. La manipulation nécessite néanmoins l'affichage de la courbe d'automatisation, qui n'est pas activée par défaut. Pour celà, dans les contrôles de la piste, cliquez sur la petite flèche pointant vers le bas. La courbe d'automatisation permet de régler l'évolution du volume, du panoramique de la piste ou encore de certains effets comme la pédale wah wah ou l'echo.

Pour aller plus loin : ajouter ses propres pistes


Si Garageband permet déjà d'obtenir de bons résultats en assemblant les boucles, l'intérêt réside évidemment dans ses possibilités d'enregistrement de ses propres pistes, audio ou midi. Pour cela, le logiciel est très bien loti. Pour créer une nouvelle piste, cliquez sur l'icône « + » de la barre d'outils. Une fenêtre vous propose le choix entre une « piste d'instrument réel » (c'est-à-dire une piste audio pour enregistrer une voix ou un « vrai » instrument) ou une « piste d'instrument logiciel », c'est-à-dire une piste MIDI.

Au niveau de l'enregistrement audio, pour peu que l'on dispose d'une interface audio efficace, GarageBand gère l'enregistrement de plusieurs pistes simultanées, mais permet en plus d'enregistrer plusieurs prises de la même piste, et de basculer par la suite entre les prises, comme on le fait pour les variations de boucles. Même si le logiciel n'est pas destiné à remplacer un Pro Tools, on appréciera ce détail qui offre le choix des meilleures prises. Pour l'enregistrement de voix, cela peut être utile : on peut ainsi enregistrer différents phrasés, ou changer les paroles, et faire son choix parmi les prises par la suite. Le logiciel gère également l'insertion d'effets (reverb, chorus, distorsion...) sur les pistes.

012c000001241686-photo-garageband.jpg


Pour ce qui est des pistes MIDI, GarageBand permet également, et c'est peu de le dire, de ne pas partir de rien. Le logiciel propose en effet une bibliothèque de sons assez vastes. Contrairement à Magix Music Maker, où ces derniers sont répartis selon différents plug-ins dont l'interface diffère à chaque fois, GarageBand centralise tous les instruments au sein d'une même bibliothèque. Les sonorités sont rangées par familles d'instruments (guitares, instruments à vent, orgues, pianos, synthétiseurs...). On regrettera tout de même que les noms des instruments, tout comme ceux des boucles d'ailleurs, soient en anglais. On se consolera tout de même par la quantité et la qualité plus que correcte de ceux-ci. Là encore, on n'imagine pas les utiliser dans un contexte professionnel, mais pour un usage personnel (maquette, podcast, bande son de montage vidéo), ce sera amplement suffisant. Là encore, vous avez à disposition un mode « piano roll » pour saisir des notes à la souris, ou corriger les erreurs lors d'un enregistrement en direct (notes en avance ou en retard, changement de la vélocité, « canards »...).

000000c801239688-photo-garageband.jpg
000000c801237696-photo-garageband.jpg


Notons également la présence d'un clavier virtuel pour ceux qui ne disposent pas d'un périphérique MIDI. Celui ci ne remplace absolument pas un vrai clavier, mais permet tout de même de dépanner pour entrer quelques notes dans des situations peu confortables comme un siège de train.

Fonctionnalités supplémentaires et exportation


GarageBand, en tant que partie de la suite iLife, s'intègre aux autres applications Apple, et notamment à iTunes ou iDVD. Au cours de ce test, nous avons mis en évidence le côté musical du logiciel mais il permet également de réaliser des podcasts avec la même simplicité. Pour cela, au lancement du logiciel, sélectionnez Nouvel épisode de podcast. Le fonctionnement est à peu près le même mais l'interface est alors spécialement étudiée pour l'enregistrement de voix (avec possibilité d'atténuer les autres pistes quand un intervenant prend la parole), l'ajout de avec une sélection assez variée, et l'incrustation d'illustrations visibles lors de l'écoute du podcast sur un iPod.

Le logiciel permet également, comme Music Maker, d'ajouter une piste vidéo à votre projet. Il ne s'agit pas de réaliser un montage vidéo, étant fait pour cette tâche, mais plutôt de sonoriser des films déjà montés de manière plus précise.

En ce qui concerne l'exportation, plusieurs possibilités sont offertes. Les morceaux peuvent être gravés sur CD audio ou exportés au format AAC ou MP3, ou sans compression en qualité CD. Il est également possible de les exporter directement vers la bibliothèque iTunes, ce qui permet par la suite d'y accéder facilement depuis iMovie, iDVD ou Keynote. Les podcasts peuvent être exportés vers iTunes ou iWeb, et les projets contenant des vidéos vers iDVD.

Enfin, une fonctionnalité plutôt amusante mais un peu gadget, Magic GarageBand, permet de créer un groupe virtuel à partir d'un style donné, et de choisir vos « musiciens » parmi différents instruments. Le logiciel génère alors un projet complet à partir de vos choix. L'interface, sous forme d'audition, est ludique, mais le tout est un peu gadget.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Logiciel

scroll top