Une fuite révèle comment le FBI a vendu des téléphones hyperprotégés à la mafia … pour la surveiller

12 juillet 2022 à 12h45
2
FBI
© Dzelat / Shutterstock

Opération ANOM, ou comment le FBI a intercepté des messages entre des criminels de bandes organisées en leur fournissant des téléphones truqués. De nouvelles révélations nous apprennent comment le FBI a réalisé ce tour de force.

Il s'agit là d'une véritable action « cheval de Troie » à grande échelle : l'opération ANOM a permis d'intercepter des criminels dans plus de 16 pays.

ANOM, c'est quoi ?

L'année dernière, le FBI a révélé l'opération ANOM Trojan Shield (en français : Bouclier de Troie), active de 2018 à 2021. Elle était le fruit d'une collaboration entre les forces de l'ordre de plusieurs pays et visait à s'infiltrer dans les communications privées des criminels grâce à une application, ANOM. Celle-ci avait été présentée comme un service de protection qui sécurisait les communications et avait été commercialisée auprès de criminels de groupes organisés.

En réalité, l'application ne sécurisait pas seulement les messages, elle les redirigeait aussi vers le FBI, qui les interceptait. Ainsi, plus de 800 criminels et suspects ont été arrêtés, dont des membres de la mafia italienne en Australie, de la mafia albanaise et des dealers de drogues dures.

Un code copié d'une appli open source

Vice a analysé le code de l'application ANOM afin de nous expliquer comment le FBI a construit ce cheval de Troie numérique. Apparemment, un bot serait caché dans l'application, dans la liste des contacts. Rendu invisible par l'application, le bot était indétectable par l'utilisateur, mais il était bien là.

Il opère ainsi en arrière-plan et reçoit les messages envoyés par l'utilisateur sans qu'il s'en aperçoive. Tout était effectivement chiffré de bout en bout, mais l'un des receveurs des communications privées était le FBI.

Tous les messages copiés vers le robot contenaient la localisation de l'envoyeur. Pire, le code utilisé par le FBI était largement copié sur le code open source d'applications de messagerie disponible librement en ligne. Le FBI n'a donc même pas eu à créer ou à s'inspirer de codes, il a juste eu à récupérer un code ordinaire trouvé sur Internet. Le code lui-même n'est pas particulièrement bien ficelé, avec un certain nombre de bugs. Toutefois, l'opération ANOM a été plutôt couronnée de succès, malgré l'approche amatrice des forces de l'ordre.

Source : Vice

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Proutie66
Ils sont vraiment pas malin ces mafieux, aller acheter sur le store du FBI aussi…
Belgarath
C’est vrai qu’il ne sont pas si malins que ça. Cela me rappelle, il y a quelques années, le FBI avait plus ou moins réussit à localiser quelques gros bonnets de la pègre recherchés. Ils leur ont envoyé une invitation à une grande soirée à Las Vegas où il auraient soi-disant gagné un gros lot à un tirage au sort. Ils les ont tous coffré, un par un à leur arrivée.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Très belle remise sur cette barre de son et son caisson de basse
pCloud propose des réductions à couper le souffle sur ses solutions de stockage en ligne (-80%)
Pour la rentrée, cet écran gamer Samsung Odyssey G5 32 pouces est à prix fou !
Sony travaillerait sur un launcher PlayStation pour PC
Vous pouvez maintenant essayer Spotify gratuitement pendant 3 mois
Un smartphone dans sa version Pro à moins de 200€ ça vous intéresse ?
Ryzen 7000 : AMD confirme la présentation officielle de ses CPU le 30 août prochain
Combien de temps faut-il pour pirater une carte bancaire ?
Signal : des numéros de téléphone d'utilisateurs dans la nature (et ce n'est pas la faute de l'app)
Pourquoi la fusion de TF1 avec M6 pourrait être empêchée
Haut de page