Avis Crypto.com (2022) : notre test de la plateforme crypto aux multiples services

Communauté Rakoon
Cryptomonnaies
24 mai 2021 à 14h57
26
Crypto.com

Sur la page d’accueil, les accroches sont vendeuses : « Le meilleur endroit pour acheter, vendre et payer avec des crypto » ou encore « Le seul endroit pour acheter des cryptos au prix juste ». Des superlatifs qui ne manqueront pas d’intéresser les investisseurs en quête de la meilleure plateforme cryptomonnaies … mais la promesse est-elle tenue ?

Crypto.com
  • Simple d’utilisation et intuitive
  • Services liés aux cryptos très variés : staking, Pay, cartes de paiements...
  • Support en français
  • Outils de trading et de gestion de risque limités
  • Frais assez élevés
  • Un important bug fin septembre 2020 incitant à la prudence
  • Obligation de détenir des CRO pour accéder à de nombreux services

La même page d’accueil présente les différentes fonctionnalités de crypto.com :

  • Exchange (plateforme d’échange de cryptos)
  • App (application mobile)
  • Cards (moyens de paiement)
  • Earn (compte de dépôt)
  • Credit (services de prêts/emprunt en cryptos)
  • Pay (services de paiement en cryptos pour entreprises)
  • DeFi (finance décentralisée)

A première vue, la langue de Molière n’a pas encore sa place sur le site mais les termes en anglais sont à peu près simples et compréhensibles. Et heureusement, car vous ne trouverez pas trace de français sur cette page d’accueil ! Il en va autrement une fois connecté, puisque la langue française est bien présente sur les différentes pages du site. On ne s’explique pas pourquoi on repasse, sur certaines pages, à l’anglais. Un peu agaçant, mais on fait avec.

De l’inscription au dépôt de crypto

Curieusement, il est difficile de trouver un bouton « Inscription » sur la page d’accueil. Il est pourtant bien là, ce petit « Sign up » en plein milieu mais très discret. Vous pouvez également vous inscrire en passant par l’onglet « Exchange » qui, lui, propose un bouton « S’inscrire » un peu plus visible en haut à droite.

L’inscription est rapide et facile : identité, date de naissance, e-mail, mot de passe complexe avec identification 2FA obligatoire (notamment pour des opérations sensibles), confirmation par SMS, parrain (si vous n’en avez pas sous la main vous avez 30 jours pour en renseigner un). En moins de 5 minutes, nous sommes opérationnels.

Crypto.com

Une fois l’inscription réalisée, le compte est en instance de vérification d’identité : le processus de KYC, « Know Your Customer », est une obligation imposée par de nombreux régulateurs — du côté de crypto.com, il vous sera demandé de transmettre une pièce d’identité en cours de validité ainsi qu’un selfie. Sans vérification, vous pouvez déposer des fonds mais vous ne pourrez pas les retirer. Autrement dit, pour éviter tout désagrément il est (très) fortement recommandé de compléter ce processus KYC avant de déposer quoi que ce soit sur la plateforme.

Prochaine étape : le dépôt d’argent. Le site est assez intuitif et la fonction de dépôt est bien visible. La plateforme propose donc la liste des cryptos disponibles, et pour chacune les actions classiques : dépôt, retrait, trade. Mais surprise : on ne peut déposer que des cryptos ! Impossible de déposer des devises fiat de type euros ou dollars. Pour « The best place to buy crypto », cela semble un peu surprenant. Notez donc que si vous n’avez pas déjà des cryptos en votre possession, vous devrez passer par une autre plateforme qui transformera vos euros en cryptos, avant de les transférer sur crypto.com. Le cheminement n’est pas simple — pour ne pas dire franchement long —, pas vraiment idéal pour des débutants.

Crypto.com

Un petit mot sur l’application mobile, qui ne fonctionne pas exactement de la même manière que le site puisqu’elle oblige l’utilisateur à compléter le processus d'identification avant même de communiquer une adresse de dépôt. Le processus de KYC sur mobile est intuitif et assez bien fait : un masque à l’écran permet de bien positionner le passeport et de ne pas avoir à recommencer le processus plusieurs fois. La durée annoncée du traitement de dossier est de plusieurs heures, mais le nôtre est traité en une poignée de minutes grâce à des algorithmes qui automatisent la vérification.

L’application mobile est relativement basique et propose 4 menus : « Home », « Accounts », « Track » et « Card ». Le menu « Accounts » présente quatre sous-comptes : « Crypto », « Exchange », « Earn » et « Fiat Wallet ». Grosse différence par rapport au site web, l’appli permet donc le dépôt de monnaies fiat, comme des euros, ainsi que la conversion de ces derniers en cryptos. Les frais affichés sont de 3,5% pour un achat de cryptos par carte bancaire — un montant assez élevé, puisqu’il se situe dans dans la fourchette haute de ce qu’on peut observer ailleurs (entre 1,8% et 4% selon les plateformes). Les dépôts de fiat par virement SEPA sont gratuits.

Crypto.com

Nous choisissons de déposer via la plateforme web des USDT, une monnaie stable (« stablecoin ») qui a constamment la valeur d’un dollar américain, et des LTC (Litecoins). Le solde apparaît bien sur notre exchange wallet : nous sommes prêts à tester la plateforme.

A toutes fins utiles, rappelons que si vous créez votre compte à partir d’un ordinateur, il est vivement recommandé de ne pas envoyer de cryptos vers les adresses publiques de dépôts communiquées si vous n’avez pas totalement finalisé votre processus de KYC. En effet, si pour une quelconque raison votre processus de vérification n’aboutit pas, il vous sera difficile de faire marche arrière et de récupérer vos cryptos.

Minute définitions : Fiat (monnaie fiduciaire), Adresse publique

Fiat : sur les plateformes d’échange de crypto-monnaies, le terme fiat est utilisé pour représenter l’ensemble des devises des banques centrales.

Adresse publique : il s’agit d’une suite de caractères alphanumériques (ex. 0x3017Dc16UJGT562cC82dEbc8DD18074BB03Ae06b) qui a pour fonction de référencer le portefeuille de l’utilisateur pour une crypto-monnaie donnée vis-à-vis des autres utilisateurs. C’est à cette adresse que les cryptos doivent être envoyées lors d’une transaction.

Crypto.com

Du dépôt de cryptos au trading

Crypto.com est une plateforme qui sert à faire des transactions au comptant (« spot » en anglais) tout ce qu’il y a de plus basiques. Vous l’aurez compris, il n’y a pas de possibilité de « shorter » (vendre à découvert) un actif pour espérer générer de la performance dans les marchés baissiers. L’interface est simple et claire, ce qui permet un accès facile aux débutants. Le passage d’ordre est intuitif avec un bloc achat et un bloc vente.

Des ordres suivants sont proposés :

  • Limite : achat / vente d’un actif à un prix donné.
  • Marché : achat / vente immédiat des actifs en prenant le meilleur prix disponible sur le marché.
  • Stop limite : consiste à placer un ordre limite pour acheter ou vendre une crypto une fois que le dernier prix atteint une valeur spécifique (« prix stop »).
  • Stop loss : consiste à placer un ordre au marché sur une position existante afin de limiter les pertes ; une fois que le dernier prix d’échange atteint le niveau de stop loss, la position sera fermée.

Minute définition : Stop limite et Stop loss

Des ordres stop limite ou stop loss permettent de prendre des gains ou pertes automatiquement si le marché atteint un niveau précis du prix qu’on aura défini et implémenté dans ces ordres : plus besoin de rester connecté aux marchés en permanence pour surveiller nos positions. Par exemple, si vous avez acheté un Bitcoin à 11 500$ et que vous voulez limiter votre perte à 500$, vous pouvez placer un ordre « stop loss » à 11 000$. Si le marché atteint ce prix, votre ordre sera clôturé automatiquement.

Crypto.com n’offre pas de leviers, contrairement à un grand nombre de plateformes. On peut considérer ce manque comme une bonne chose pour les débutants, car dans les faits nombreux sont ceux qui vident leur portefeuille avec des leviers importants, par appât du « gain facile ». A contrario, cette absence pourrait bien rebuter les traders plus aguerris.

Crypto.com

Le choix des paires de trading n’est pas très large mais permet d’échanger les principales crypto (BTC, ETH, XRP…) ainsi que quelques monnaies récemment cotées, notamment celles liées à la finance décentralisée (des tokens DEFI comme UNI, YFI…). Le choix des paires peut se faire en USDT (30 paires), en BTC (17 paires) ou en CRO (28 paires).

Les frais de trading (maker 0,10% / taker 0,16%) se situent dans la moyenne des frais pratiqués par d’autres plateformes et sont dégressifs en fonction du volume… à partir de 250 000 $ de volume mensuel, autant dire que les petits traders ne seront pas concernés. Crypto.com incite par ailleurs à utiliser son propre token, le CRO, en proposant des réductions (maker 100% / taker 10%) si vous réglez les frais de transactions grâce à cette monnaie.

Minute définition : Maker / Taker

Couramment utilisés sur les plateformes, les termes Maker et Taker représentent le rapport de votre ordre avec le carnet d’ordre à un instant T. En lançant un ordre maker, vous placez un ordre dans le carnet et êtes en attente d’exécution de ce dernier. En quelque sorte, vous alimentez la liquidité du carnet d’ordre, d’où les frais moins élevés encourageant cette pratique. En revanche, en lançant un ordre taker, vous consommez la liquidité du carnet en exécutant l’ordre au meilleur prix disponible sur le marché, d’où les frais plus élevés pour décourager cette pratique.

Chose intéressante pour les investisseurs sur le long terme, le site propose d’entrer sur le marché par fractions afin de lisser le risque dans le temps. Ainsi, crypto.com offre la possibilité d’acheter un actif par petits paquets à intervalles de temps réguliers (hebdomadaire, bimensuel ou mensuel), ce qui permet de lisser le risque dans le temps sans se soucier du timing d’entrée. L’investissement programmé peut se faire par carte, prélèvement sur le fiat wallet ou sur le cryto wallet si celui-ci contient des USDT ou USDM.

Crypto.com

Signalons également la survenue d’un gros problème sur la plateforme au mois de septembre, qui a rendu toute opération impossible pendant plusieurs jours. Certains actifs ont vu leur cotation devenir erratique, comme l'Ethereum qui est monté à 90 000 dollars. Ce bug a engendré la fermeture de tous les services pendant plusieurs jours, et la communication bien trop limitée de la part des équipes de crypto.com n’a pas été à la hauteur de ce que pouvaient attendre les utilisateurs.

Pour résumer, la plateforme de trading de crypto.com est simple, intuitive avec les fonctions suffisantes pour initier un trader, gérer le risque et clôturer le trade à travers des ordres limite, au marché ou stop. De nombreuses paires sont disponibles au trading mais restent néanmoins moins nombreuses que sur d’autres plateformes spécialisées. On grince un peu des dents face aux frais élevés, et le bug très important repéré fin septembre 2020 incite à la prudence.

Ça, c'est pour la plateforme! Mais crypto.com ne se résume pas à ça.

Crypto.com

Les tokens natifs de crypto.com

Le CRO n'est pas seulement une crypto-monnaie classique : il permet également d’obtenir des avantages sur l’exchange de crypto.com. La plateforme avait initialement lancé deux tokens (jetons représentant une crypto-monnaie), MCO et CRO, dans une optique d’utilisation interne. MCO n’est plus échangeable sur la plateforme depuis le 2 novembre 2020, et si vous en détenez après cette date il faudra passer par le service clients pour les convertir en CRO. Ce dernier est destiné à constituer la monnaie utilisée pour bénéficier de services de crypto.com, notamment pour le paiement des frais de passage d’ordre.

Mais c’est surtout dans le « staking » que le token prend tout son sens, puisque le staking de CRO offre de nombreux avantages : rémunération du dépôt, réduction de frais de trading jusqu’à 100%, amélioration des récompenses pour l’utilisation du service Pay, déblocage d’un niveau de carte Visa… A noter que les CRO « stakés » rapportent plus quand ils sont bloqués pendant au moins 180 jours sans que l’utilisateur ne puisse y toucher durant cette période… même si le token perd en valeur dans l’intervalle.

Minute définition : Faire du « staking » (ou « staker »)

Le staking est l’action de déposer des crypto-monnaies contre rémunération. Cela s’apparente au dépôt sur un livret, avec une rémunération variable en fonction des crypto et des contraintes de durées de placement.

Crypto.com force donc pour inciter ses utilisateurs à staker son token, puisque ce dernier s’avère indispensable et doit être détenu de manière suffisante et permanente pour bénéficier pleinement des services de la plateforme. De fait, puisqu’il est très utilisé, le CRO a énormément gagné en valeur lors des premiers mois de l’année 2020, avant de se dégrader courant octobre en raison, entre autres, de la fin de la première période de staking (180 jours). A titre d’information, des CRO bloqués 180 jours rapportent une rémunération de 6% annuel, ceux bloqués 30 jours délivrent une rémunération de 4% annuel et ceux en dessous rapportent 2% annuel.

Crypto.com

Ajoutons que la plateforme propose également le staking d’une trentaine d’autres crypto-monnaies, dont les rémunérations peuvent varier — encore une fois — en fonction du nombre de CRO stackés. Vous pouvez prétendre à une rémunération maximale de 12% annuel sur une période minimale de 3 mois avec des stablecoins, et jusqu’à 4,5% annuel sur les autres cryptos.

Attention, cependant, à bien avoir quelques éléments en tête avant de vous lancer dans le staking de crypto en général. Si les taux annoncés sont bien plus élevés que ceux du traditionnel Livret A, la volatilité des cours des crypto est très importante et bloquer vos fonds pendant une durée déterminée vous empêchera de les retirer si les cours plongent. Vous pouvez ainsi vous retrouver dans une situation où vos rémunérations issues du staking sont trop faibles pour compenser les pertes issues de la baisse du prix du token : c’est ce qu’on appelle le risque de marché.

Crypto.com

Les cartes Visa crypto.com

Ce sont les têtes de gondole de crypto.com, les produits phares autour desquels tourne une grande partie de la communication : une gamme de cartes Visa qui permettent, comme des cartes bancaires classiques, d’effectuer des paiements dans n’importe quel commerce acceptant les cartes Visa, d’effectuer des retraits dans les distributeurs automatiques ou encore de réaliser des achats en ligne. Attention, l’appellation « carte de paiement en cryptos » est abusive : il y a d’abord une conversion des cryptos en dollars américains avant que le paiement soit effectif chez le marchand. A noter que ces cartes ne sont pas compatibles Apple Play ou Google Pay en France, et qu’il s’agit de cartes de débit et non de crédit — ce qui rend tout découvert impossible.

La gamme est composée de 5 niveaux de cartes déblocables sous diverses conditions et offrant chacune des avantages distincts : Midnight Blue, Ruby Steel, Jade Green ou Royal Indigo, Icy White ou Rose Gold, et Obsidian.

Crypto.com

Les cartes sont émises et expédiées gratuitement et leur utilisation n’entraîne pas ou peu de frais par la suite. Crypto.com rétrocède en effet au moins 1% des montants d’achats sous forme de cashback, et les frais de conversion sont au plus de 0,5% (ils peuvent même être nuls pour des achats d’un certain montant avec la carte Midnight Blue ou si vous détenez un certain nombre de CRO). Un système qui s’avère plus compétitif que d’autres plateformes proposant le même service. Les retraits sont également gratuits jusqu’à une certaine limite mensuelle variable selon la carte utilisée, et facturés 2% de montant du retrait au-delà de cette limite.

Bien que souvent attractifs, ces avantages peuvent être revus à tout moment par crypto.com, unilatéralement et sans préavis. Rappelons également que la plupart de ces avantages sont conditionnés à la détention de CRO : sans cela, seul un cashback de 1 à 2% reste proposé. De façon générale, ces cartes sont un signe distinctif fort de crypto.com face aux autres plateformes et sont plutôt appréciées de leurs utilisateurs. En effet ,elles s’avèrent intéressantes pour des personnes qui souhaitent utiliser leur portefeuille de cryptos pour réaliser des achats de la vie courante. Mais elles supposent, pour bénéficier de tous leurs avantages, de pratiquer du staking — et comme nous l’avons indiqué plus haut, cette pratique comporte des risques financiers.

Crypto.com

Les autres services

Crypto.com ne pouvait pas manquer le train de la DeFi (Decentralized Finance, ou finance décentralisée). Le service Supercharger a été lancé dans cette optique de « farming » de crypto DeFi : cet espace, uniquement accessible sur la version desktop (pas sur l’app mobile), est un nouveau service accessible aux détenteurs de CRO. Pour faire simple, vous « semez » des CRO et « récoltez » des tokens DeFi. Le système fonctionne en 2 étapes : une première phase de 30 jours (« charging period ») est dédiée au dépôt de CRO, puis une seconde phase (« reward period ») attribue des tokens DeFi en fonction du nombre de CRO détenus en moyenne sur la période de chargement. Cette période de récompense a démarré le 31 octobre dernier et s’achèvera le 30 novembre. Ici encore, il s’agit d’un service plutôt destiné aux utilisateurs aguerris qui ont l’habitude de trader avec des stratégies basées sur une volatilité élevée ; pour les débutants, le terrain peut être glissant.

Autre support marketing important de crypto.com : le programme « The Syndicate », qui donne droit à la participation aux opérations de ventes privées de tokens à coût réduit sur lesquelles crypto.com communique beaucoup. Plusieurs conditions sont exigées pour accéder au programme, comme la détention de CRO (encore elle) ou un volume de trading minimum. L’accès aux “petits acteurs” est donc assez limité.

Le support

Crypto.com dispose d’une FAQ plutôt bien fournie en anglais, et la plupart des sujets (malheureusement pas tous) sont également traités en français. Vous pouvez également contacter directement le service support. Nous avons pour notre part reçu une réponse quelques heures après avoir envoyé nos questions. On observe un allongement de ce délai le week-end.

Crypto.com

6

Si vous cherchez une porte d'entrée dans le monde des cryptomonnaies, Crypto.com pourrait être votre homme. Les fonctionnalités de trading sont minimalistes mais faciles à appréhender pour les débutants. La plateforme propose un grand nombre de services annexes, notamment la “marque de fabrique” de Crypto.com : la carte de débit MCO Visa Card.

Les plus

  • Simple d’utilisation et intuitive
  • Services liés aux cryptos très variés : staking, Pay, cartes de paiements...
  • Support en français

Les moins

  • Outils de trading et de gestion de risque limités
  • Frais assez élevés
  • Un important bug fin septembre 2020 incitant à la prudence
  • Obligation de détenir des CRO pour accéder à de nombreux services

Diversité d'actifs 6

Outils de trading 6

Tarifs 4

Outils de gestion des risques 4

Support 8

Rakoon
  • Cet article a été rédigé par des membres de la communauté française de Rakoon. Composée de passionnés de la finance de marché et de nouvelles technologies, elle œuvre à la démocratisation de la blockchain et des cryptos dans le monde francophone. Grâce à une modération stricte et à la bienveillance de ses membres, la communauté Rakoon propose un espace d’échanges entre curieux de tous niveaux, et bannit les messages commerciaux qui promettent de « doubler vos bitcoins » ou proposent de « passer en message privé » pour vous faire la proposition de votre vie. La communauté est totalement indépendante vis-à-vis des plateformes de trading testées.
  • Vous pouvez découvrir le groupe Facebook privé de la communauté Rakoon en cliquant ici .

Le contenu sur Clubic étant entièrement gratuit, l'affiliation est utilisée pour financer le site. Cet article contient donc des liens d'affiliation. Ainsi, lorsque vous achetez via un lien sur notre site, cela ne vous coûte pas plus cher, mais une commission d'affiliation est reversée à Clubic.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
26
11
Werehog
Ce genre d’article devrait reprendre les avertissements légaux de pertes liées au trading, conformément aux règles de l’AMF.<br /> Là vous parlez trading sans les mentions légales, c’est limite…
Hurluberlu
Le trading n est pas obligatoire et cette<br /> plate-forme ne fait pas partie de celles qui dépouille leurs clients avec des effets de levier monstrueux comme le font la plus part. Elle permet de gérer facilement ses investissements en crypto-monnaies et offre de multiples possibilités d investissements avec un minimum de risques. Adapté au débutant et en constante évolution. Une société a l écoute qui fait au mieux pour satisfaire ses membres.<br /> Il y a des haut et des bas comme partout, mais dans l ensemble je ne regrette pas d avoir rejoint cette communauté.
liesse
L’achat de crypto par CB est à 1,49% et non 3,5%… et biensur gratuit par virement
liesse
Vous dite:<br /> « carte de paiement en cryptos » est abusive : il y a d’abord une conversion des cryptos en dollars américains avant que le paiement soit effectif chez le marchand. A noter que ces cartes ne sont pas compatibles Apple Play ou Google Pay en France, et qu’il s’agit de cartes de débit et non de crédit — ce qui rend tout découvert impossible."<br /> C’est absolument faux (j’ai la carte) il y a 2 possibilité pour allumant la carte : soit directement en euro (avec une carte de paiement ou depuis le compte en euro de l’application). Soit depuis ses cryto (quelque stable coin bitcoin ethereum…) qui seront transformé en euro. Concernant Google pay et Apple pay ça a été annoncé pour bientôt.
CommunauteRakoon
Hello Liesse, aujourd’hui nous pouvons vous affirmer que qu’aucune carte crypto ne propose des paiements directs en cryptos. Il y a toujours une transformation crypto-fiat avant votre paiement. D’ailleurs ces paiements entrainent des impots à cause de cette operation de transformation en fiat (on ne parle pas de la TVA car c’est inclus dans le prix final du marchand sauf si vous etes un professionnel mais on parle de la flat tax). Concernant l’alimentation en euro, usd c’est tout à fait possible d’alimenter votre carte «&nbsp;crypto&nbsp;» avec votre CB.
CommunauteRakoon
1.49?! Faux! Les frais ont été mis à jour cette semaine et nous vous invitons à vous referrer à cette page pour retrouver les frais appliqués pour des achats par carte de crédit/débit : https://help.crypto.com/fr/articles/4494840-crypto-com-preleve-t-il-des-frais-sur-les-achats-de-cryptos-par-carte-de-credit-debit
liesse
Avant d’être à 1,49 il était a 1,99 et avant ça c’était gratuit (depuis le 1er confinement) en fait les 3,5% date d’avant mars. concernant le passage a 1.49% cela a été fait le 13 septembre et l’information n’a certes toujours pas été mais a jour sur le site. mais ça a été annoncée sur le canal telegram officiel
Peter_Vilmen
Perso j’adore crypto, c’est par eux que j’achète mes armes et mon crack, parfois des escorts
liesse
@CommunauteRakoon La phrase qui me dérange est :<br /> il y a d’abord une conversion des cryptos en dollars américains avant que le paiement soit effectif chez le marchand<br /> mais oui il y a toujours transformation d’ailleurs avec Crypto.com la transformation est manuelle, s’agissant d’une carte prépayée, on doit l’alimenter nous même en euro il n’y a pas de change automatique comme peu le faire d’autre carte (par contre il y aura bientôt la possibilité de se faire prêter à crédit des euro automatiquement en fonction de ses collatéraux en crypto ). Pour les impôts c’est évident que si il y a plus-value il y a imposition sur la plus value c’est pourquoi les utilisateurs français de crypto.com privilégie le chargement de leur carte directement en euro. Et le cash-back (entre 1% et 8% selon la carte) que l’on reçoit en cro et on peu etre transformer en n’importe quel autre crypto ou euro
liesse
@Peter_Vilmen vous vous feriez coincé en un clin d’oeil, rien de tel que le cash pour les activités que vous décrivez. Il faut savoir que la blockchain est un registre ouvert et toute les transactions laissent des traces ineffaçable donc pour remonter à vos transactions c’est assez facile.<br /> En tous cas pour la cas totalité des crypto. Seule une ou deux blockchain permettent actuellement une anonymat (monero)<br /> Voyez plutôt les blockchain comme le linux des banque centrale. Cest la pour vous redonner vos libertés et votre autonomie pour un monde plus libre et plus juste
Stavroguine
Bonjour ! On «&nbsp;lance&nbsp;» la rubrique en quelque sorte, cela fait plusieurs mois qu’on propose des news quotidiennes sur le sujet et maintenant les dossiers et tests plus approfondis commencent à sortir.
Stavroguine
Bonjour Werehog, nous ne donnons aucun conseil de trading, il s’agit d’un test de plateforme. Si nous publions des articles donnant des conseils pour trader (des cryptos comme des devises classiques), toutes ces précautions seront prises.
Peter_Vilmen
Bien entendu, c’est pour ça que tous les vendeurs de drogue ou de pédopornographie utilisent le Bitcoin, parce qu’ils raffolent des barreaux de prison. Il suffit d’utiliser un tumbler/mixer pour être hors de portée de la justice, puisqu’il est alors impossible de prouver que les fonds t’appartenaient. Le Bitcoin c’est la meilleure monnaie du crime, bien mieux que l’argent liquide puisque il s’échange à la vitesse de la lumière et ne peut pas être saisis dans un raid (pour peu que certaines précautions soient prises).
liesse
@Peter_Vilmen vous vous informez où ? j’aimerai bien connaitre vos source …<br /> voici l’extrait d’un rapport de trouvant ici http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_fin/l15b1624_rapport-information# est qui n’est pourtant pas tendre avec les crypto-actifs :<br /> Cependant, l’étude de 2015 d’Europol ([54]) a permis d’établir que toutes les activités criminelles, y compris celles qui passent par l’intermédiaire des crypto‑actifs, avaient recours à au moins une transaction cash. À cet égard, il semble indispensable de construire au niveau international un cadre réglementaire sécurisant les interfaces monnaies légales / crypto‑actifs, en rendant obligatoire l’identification des utilisateurs de telles interfaces, via les plateformes en ligne, ou les « bureaux de change ». Dès lors, les risques liés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme s’en trouveraient sensiblement réduits et la blockchain pourrait révéler tout son potentiel en termes de transparence.<br /> Il ressort des études menées par Tracfin que 350 déclarations de soupçon ont été reçues par l’organisme en 2017 contre 28 en 2014. Si ce chiffre est en augmentation, il n’en reste pas moins mineur au regard de l’usage de monnaie cash à des fins criminelles. Cette affirmation a d’ailleurs été confirmée par l’étude de janvier 2018 du centre sur les sanctions et la finance illicite menée par la Fondation de défense des démocraties, qui indique que seuls 0,61 % des transactions en bitcoin entre 2013 et 2016 ont été identifiées comme d’origine criminelle ([55]).<br /> doit on interdit les couteaux car des criminelles les utilisent ?
S_K
Dans l’idée, effectivement on peut utiliser un tumbler/mixer, mais ça a ses limites et de là à ce que ça soit la meilleure monnaie du crime et meilleure que l’argent liquide… faut pas abuser non plus. Le dollar papier est toujours la meilleure monnaie du crime et de très loin.
Peter_Vilmen
@liesse Etude de 2015, aujoud’hui les marketplaces t’expliquent eux-même comment mixer tes fonds, et aussi les infos sur le bitcoin sont beaucoup plus banales, c’est plus la même époque. Quant à identifier 0.61% de transactions comme étant d’origine criminelle, il faut voir la méthodologie, mais même si tu arrêtes 15 jeunes avec 2 gr de cannabis, il y en a 1500 qui passent sans se faire attraper. Et la question n’est pas de savoir si peu de criminels utilisent le bitcoin, la question est de savoir si le cadeau qu’on fait aux criminels avec le bitcoin vaut les bénéfices son utilisation légale.<br /> Il n’est pas ici question d’interdir les couteaux, mais plus de réguler le port d’armes à feu, qui ne sont nullement nécessaires au quidam sur la voie publique mais très utiles pour les criminels.<br /> @S_K e le dollar est la plus utilisée, oui, la meilleure, non, loin de là, le Bitcoin est probablement déjà en tête, + il est adopté type récents investissements de différentes banques, et + il sera utilisé pour le crime. Anonyme, à distance, digitale, c’est le saint graal du paiement pour le crime et l’illégal, y’a pas photo. Si tu doute, mets toi à la place d’un criminel.
liesse
@Peter_Vilmen mais tu dis vraiment n’importe lool j’attends toujours tes sources.<br /> l’article fait référence a des études allant de 2015 à 2018 (d’ailleurs les 0.61% vient d’une étude de janvier 2018 …) et justement a l’époque le bitcoin a un peu été mis en lumière par la market-place libertarienne Silkroad. et depuis les crypto-monnaies se sont démocratisé et sont de moins en moins utilisé pour des activité «&nbsp;criminel&nbsp;». toute les études vont dans le sens de ce que je te dis. et concernant l’identification des 0.61% c’est «&nbsp;très simple&nbsp;» (en vrais pas tant que ca mais …) il suffit d’analyser les comportement dit non criminel en gros les gens qui ont rien a caché et tu verras que 99% d’entre eux son clean ensuite il te reste a étudier 1% qui parait louche et avec un travail de statistique… tu arrives a qqch de très cohérent. et concernant les mixer … je n’hésiterez pas a les utiliser pour mon anonymat car je tien a mes libertés individuel sans pour autant faire de l’évasion fiscale ni de la criminalité.<br /> Pour moi nous entrons dans un nouveau monde avec des possibilités illimités et plutôt que de se fermer de crier aux criminels et a la pornographie (comme l’on fait d’autre au début de l’internet …) il faut prendre le sujet et ce l’approprier avant d’être en retard et rater le tain pour courir derrière après (je pense au gafa)
Peter_Vilmen
Quelles bêtises il ne faut pas lire, possibilités illimités pour un nouveau moyen de paiement ? Rien a changé, sauf pout le crime et l’évasion fiscale.
liesse
Votre réponse montre votre ignorance totale sur le sujet, il est inutile d’aller plus loint dans le débat, mais je vous conseillerais quand même de regarder le principe de Smart contrat …
Peter_Vilmen
Nul besoin de crypto monnaies pour implémenter les smart contracts. La grande majorité des pts positifs du Bitcoin peuve être gardés avec une cryptomonnaie transparente non-anonyme qui laisse la possibilité aux autorités de récupérer/geler des fonds.<br /> Il faut que toute personne qui soutient l’anonymat du Bitcoin se rende compte qu’elle soutient aussi le crime de cette manière.
liesse
Si vous voulez vivre dans un monde à la big brother bien a vous, mais ce n’est pas mon cas. Aujourd’hui on peu avoir une autorité plus ou moins correcte et demain une autorité corrompue qui utilisera ses moyen de contrôle (dont l’argent) pour vous museler si vous êtes pas un bête suiveur(comme c’est déjà le cas dans une large partie du monde, ne vous croyez pas à l’abri). Et les blockchain sont un moyen parmi d’autres de garder le contrôle.
BBlake
Je comprend cette frustration que tu peux avoir quand tu t’embête à chercher des sources et à argumenter face à une personne qui te fait un démenti en une phrase sans sources et argument. x)
Peter_Vilmen
Son étude n’était simplement pas pertinente, je l’ai critiquée mais elle n’avait rien à voir avec le fait que les criminels opérant sur Internet utilisent quasiment tous des cryptos aujourd’hui.
liesse
Merci @BBlake pour support le pire c’est qu’il persiste…
DarkCenobyte
Si c’était si simple, pourquoi le Monero a été inventé ? Et pourquoi contrairement au Bitcoin / Ethereum / … Le Monero est boudé par les plateformes principales ? Pourquoi les ransomware plus récent veulent du Monero au lieu du Bitcoin ?<br /> Même avec un mixeur il y a des problématiques et a moins d’avoir une somme importante (mais pas trop non plus), il reste des possibilité de tracé. (Là où le Monero a une nature visant à l’anonymat absolu ainsi que quelques autres crypto… La plupart n’ont pour but qu’un pseudonymat et le non besoin d’un organisme central ou intermédiaire pour fonctionner…)<br /> C’est simple, l’argent réel, est plus safe dans une banque que chez nous.<br /> Les cryptomonnaies, sont plus safe chez nous avec nous seul possédant la clé (clé privé, ou graine mnemonics à x mots, …) que chez un tiers…<br /> (Bien entendu Crypto.com est un tiers utile comme bien d’autres dans la crypto, et qui contribue même a la DeFi qui a pour but justement de réduire les besoins d’intermédiaires…)<br /> De plus, comme dit précédemment, le Bitcoin oui peut être utilisée a but criminel, comme l’euro et d’autres, le cash a bien plus de succès pour ça… Tu donne un billet de 100€ tu es moins traçable qu’avec 100€ de BTC (ce qui n’est pas mixable de toute façon, il faut avoir 800 voir 1000€ de BTC minimum il me semble avant de pouvoir s’imaginer le mixer d’une façon qui ralentirait le tracing…)<br /> Mais le réseau Tor lui-même est mieux pour anonymiser que la blockchains (car c’est son but, et il sert à la presse et plus que jamais en Chine en ces temps je dirais…).<br /> On peut supposer que Tor, si on est en mesure de regarder partout à la fois, sur la terre sur internet, on peut savoir où est l’entrée et où est la sortie d’une série de données… La difficulté est que ce n’est qu’une information temporaire…<br /> La blockchain, elle est immuable, figé dans le temps, ne se cache pas, et avec des outils cloud ou de la puissance de calcul, on peut prendre notre temps pour lui demander «&nbsp;ok entre tel heure et tel heure, sort moi toutes les transaction qui sont partie d’une adresse X, et extrapole toute les adresses où une somme similaire minus les frais et pertes pourrait se retrouver&nbsp;», et là, la NSA n’a pas quelques heures/jours en supposant qu’ils aient tout loggué pour Tor, ils ont littéralement l’éternité devant eux, et le cloud de Google (GCP) a montré qu’il savait demander des choses à la blockchain d’Ethereum en moins d’une minute pour une requête loin d’être évidente à ressortir en temps normal…<br /> Pour peu que leurs moyens s’améliore en plus ils retrouveront tout le monde d’un coup, ou arriveront à identifier une IP en début ou en fin et feront le lien, infiniment plus simple pour n’importe qui, qui a quelques moyens (et ça peut être la NSA, tout comme Google, Facebook ou Amazon) d’identifier qui a fait quoi avec quel quantité de crypto… (exception fait de quelques crypto volontairement centré sur l’anonymat tel Monero que je citais plus haut)
S_K
Ca soutient la liberté surtout, on peut pas juste tout tracer et geler au bon vouloir sinon ça laisse la porte ouverte à toutes les dérives autoritaires des gouvernements et on fonce tout droit vers une dictature.
Peter_Vilmen
haha la fin de ta phrase, on peut saisir / tracer / geler depuis des siècles et nous ne sommes pas en dictature à ce que je sache, en France quand on gèle des fonds ou qu’on trace des paiements c’est seulement quand t’as fait une connerie. Y’a peut-être de légère dérives mais elles sont limitées.<br /> De toute, c’est comme tous les maux (comme le Covid), tu soutiendras probablement les cryptos jusqu’à ce qu’elles prennent de l’ampleur et que les problèmes deviennent statistiquements significatifs, ou bien que tes proches en pâtisse (tes proches souffrent ou pire à cause d’un hopital mal préparé aux ransomwares par exemple). C’est toujours très facile de rester optimiste tant que ça arrive aux autres.<br /> @DarkCenobyte j’avais pas lu ton message malheureusement, mais un simple contre exemple, si presque tous les pédophiles du monde utilisent Bitcoin, c’est très probablement parce qu’il y a moyen d’être anonyme sachant qu’il y a une armada d’agents qui les traquent férocement. D’ailleurs Kevin Mitnick utilise le bitcoin pour son art de l’anonymat total en ligne dans son dernier bouquin. Moi ce qui me pose problème c’est pas combien les cryptomonnaies sont utilisées aujourd’hui (marginal), c’est le potentiel à long terme d’être le dernier terreau fertile au crime, la dernière source inépuisable qui nourrit tous les vices du monde.<br /> Et pour les mixeurs, le minimum est de 25-30€, et le problème des mixeurs c’est pas tant qu’ils rendraient parfaitement anonyme, c’est qu’ils coupent le lien entre ton identité et les bitcoins utilisés, la justice n’a plus aucune preuve tangible que les bitcoins utilisés pour X ou Y t’appartenaient. Si on ne vivait pas dans un état de droit, effectivement, ça serait plus facile, mais bon, on aurait d’autres soucis un peu plus importants…
DarkCenobyte
Alors je n’ai pas lu le dernier livre de Mitnick, mais j’y jetterais un oeil (j’ai lu son «&nbsp;auto-biographie&nbsp;» de son passé on va dire «&nbsp;Ghost in the wires&nbsp;»).<br /> Maintenant, même si il est possible de s’anonymiser avec le Bitcoin, selon moi ça reste difficile, et il est probablement plus simple à mes yeux de faire tomber des mixeurs ou de leur trouver une faille pour continuer de tracer les transactions (toute les transactions restent publique après tout… Même si un mixeur reste une problématique… Viser les auteurs des mixeurs serait plus viable à mes yeux).<br /> On parle quand même d’une technologie décentralisé, sous-entendu, personne ne peut l’arrêter réellement… Et de par son aspect open-source, il y en aura toujours, et des évolutions plus résistante peut-être (il est à mon avis infiniment plus facile de se débarasser du covid et de la grippe que de mettre un terme à une technologie similaire à la blockchain et au Bitcoin).<br /> Donc autant encadrer proprement et sans abus une technologie plutôt que de la bannir (et d’échouer à le faire, c’est comme interdire le chiffrement, ce n’est pas viable, même le pair-à-pair… Si jamais tout le monde ne peut pas en profiter, ils ne faut pas croire que des criminels ne seront jamais capable d’inventer une solution maison qu’ils seront les seuls à utiliser alors… Et toujours inarrêtable… Je pense qu’il vaut mieux laisser les technologies neutres, et lutter contre leurs mauvais usages, plutôt que de les restreindre… Un algorithme reste un algorithme, peu importe celui qui l’écrit et la loi ne pourra pas changer le résultat qu’il produira).<br /> La pédophilie n’est pas né avec le Bitcoin, pas plus que les traffics en tout genre, et des études laisse entrevoir que le cash est bien plus un soucis pour le financement de la criminalité que les crypto aujourd’hui… Alors peut-être que le Bitcoin sera le cash de demain, mais à défaut de marquer 100% des billets et de savoir dans quels mains ils passent, les bitcoins restent bien plus traçable que des billets de 100€ …
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Emirates a enregistré ses premières pertes financières depuis plus de 30 ans
Le Macbook Air 2020 13
Norton 360 Deluxe : la solution antivirus à prix cassé la première année
RED by SFR casse à nouveau les prix sur ses offres forfait mobile et fibre Internet
EA accusé d'ajuster la difficulté de ses jeux pour inciter à l'achat de loot boxes
Wario Land : troisième (et dernier) acte pour la saga Super Mario Land sur Game Boy
Surfshark VPN casse les prix et lance une offre VPN pour le Black Friday 🔥
Quand le pape invite à prier pour que l'IA et les robots
Volkswagen dépose le nom ID. Junglezz, peut-être pour un 4x4 extrême
Retour de la Smart TV 4k Philips The One 50
Haut de page