Juno : l'incroyable histoire du cryptoactif qui a égaré 36 millions à cause d'une bête erreur de code

Vincent Touveneau
Cryptomonnaies
08 mai 2022 à 13h30
7
Juno

L'erreur est humaine, et spécialement dans ce cas où une faute de copier-coller a entraîné la perte momentanée de 36 millions de dollars en jetons JUNO.

Le projet Juno, qui se définit comme un réseau de smart contracts interopérables sur la blockchain COSMOS, a connu un sérieux revers lorsque des fonds confisqués se sont retrouvés sur une adresse qui n’appartient à personne. L’opération est réversible, mais elle met en lumière les faiblesses du système du Proof Of Stake et de la gouvernance On Chain.

Des fonds confisqués par un vote communautaire

Juno n’est pas une nouvelle blockchain, mais une communauté basée sur la blockchain Cosmos. Cet instrument de finance décentralisée possède plusieurs principes : d’abord, les décisions à propos du réseau sont votées par les membres (gouvernance On Chain). Il est également interdit de posséder plus de 50 000 tokens JUNO, dont le prix actuel est de 9,14 €, bien loin de sa valeur record de 41 € il y a deux mois. 

Un utilisateur qui possédait plus de 3 millions de jetons a été pénalisé par la communauté, qui considère que ces jetons ont été acquis de manière frauduleuse. Problème, le transfert de ce jeton a été le théâtre d’un « fat finger », une erreur de copier-coller dans le code qui a envoyé l’ensemble des fonds sur une adresse inconnue, impossible à exploiter.

Depuis, on s’arrache les cheveux sur le Discord de Juno ainsi que sur Twitter, car il est difficile de comprendre comment cette erreur à pu se produire. Est-ce la faute du développeur lui-même ou bien celle des 125 validateurs qui n’ont pas repéré la bévue ? Le fondateur de Juno, Andrea Di Michele, assure que l’erreur sera réparée d’ici une semaine.

Les faiblesses du Proof Of Stake

Le Proof Of Work utilisé par bitcoin et ethereum utilise beaucoup d'énergie pour valider un bloc. Le Proof Of Stake, quant à lui, demande le vote des utilisateurs pour valider un bloc ou une transaction. En revanche, l’immutabilité de la blockchain implique qu’il est difficile de revenir en arrière, surtout en cas d’erreur humaine.

Alors que l’on présente le système du Proof Of Stake comme une nouvelle panacée qui développe des transactions plus sûres et des blockchains moins gourmandes en énergie, des incidents de ce genre lui font évidemment une très mauvaise publicité. La dégringolade du cours du JUNO en témoigne, et un grand nombre d'utilisateurs du réseau ont perdu confiance en ce jeune projet.

Source : Cnet.com

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
8
supersebastigor
et CTRL Z, ils connaissent pas?<br /> pour les ames sensibles, je précise que c’est une blague.
ivico
Impossible de posséder plus e de 50k jetons? C’est beau comme systeme anticapitaliste. Mais en voit que 1) le systeme ne le ne bloque pas et 2) il y a des divergences dans la communauté.<br /> Sans vouloir rendre le poste politique on voit bien que c’est le propre de l’homme d’être tiraillé entre deux eaux.<br /> C’est pour moi toute la difficulté des cryptomonnaies. Vouloir être indépendant et en même temps vouloir avoir les garanties absolues. Le beurre et l’argent du beurre en somme.
mcbenny
L’immutabilité de la chaîne n’empêche pas de « revenir en arrière », du moins pas dans l’esprit. Il suffit de procéder à une nouvelle opération qui par son contenu, replace les choses comme elles étaient avant.<br /> Si j’ai transféré par erreur 100EUR de A vers B, je n’annule pas l’opération mais procède à une nouvelle qui transfert 100EUR de B ver A. Cela ne brise aucune règle et restaure l’état précédent.<br /> Il existe le même principe dans les système de versioning où tu n’efface aucune action mais ajoute une action « inverse ». Cela conserve donc tout l’historique, y compris des erreurs.
clockover
Le vent ne stock rien. Tiens donc !
StephaneGotcha
Qu’elle est l’implication du Proof of Stake dans cette erreur par rapport au Proof of Work ?<br /> Juste que comme c’est nouveau, il y a potentiellement des bugs ?<br /> Parce qu’on a l’impression que du coup, c’est nul …
fkanker
C’est un peu bof cet article :<br /> il n’est pas interdit de posséder plus de 50000 $JUNO. Il s’agissait juste d’un airdrop dont le montant ne pouvait dépasser 50000 token par adresse (un whalecap). CCN avait répartit ses fonds sur plusieurs wallets et s’est donc retrouvé avec 3 millions de $JUNO. Le problème majeur étant que CCN n’était pas éligible à cet airdrop, les exchange centralisés en étant bannis, et CCN fonctionnant comme tel.<br /> Je suis souvent sur le discord de Juno, et je n’ai franchement pas l’impression qu’on s’arrache les cheveux là-dessus.<br /> La dégringolade du cours de Juno depuis la prop16 est probablement due à tout le drame qu’il y a eu avec CCN. Mais la dégringolade récente est certainement plus due au bain de sang général du marché qu’à une perte de confiance.<br />
adippe
Je pense que c’est le fait que l’erreur du dev à pu passer la validation de l’ensemble de la stack sans que personne ne s’en aperçoive. Or quand tu veux pousser pour mettre en place un nouveau système et que ca commence par un gros couak du genre, bah ca la fou un peu mal quoi …
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Effondrement des crypto Terra et Luna : le fondateur risque-t-il une peine de prison ?
Le Bitcoin tombe sous les 30 000 dollars, faut-il s'inquiéter pour de bon ?
Ces 200 applications Android vous espionnent et volent vos données, supprimez-les d'urgence !
Le Salvador accueille un sommet international pour le bitcoin et la finance décentralisée
Cryptoqueen : découvrez l'histoire de cette arnaqueuse crypto recherchée par Europol
Les crypto-monnaies Terra et Luna s'effondrent : que s'est-il passé ?
Et si le Salvador faisait défaut à cause du crash du bitcoin ?
NiceHash élimine totalement les mesures antiminage mises en place par NVIDIA
Les
Binance est désormais enregistré PSAN auprès de l'Autorité des marchés financiers, qu'est-ce que ça change ?
Haut de page