Des chercheurs arrivent à voler des frappes clavier via la faille des CPU Intel

12 septembre 2019 à 18h34
0
Intel-CPU.jpg

Le Data-Direct I/O (ou DDIO) d'Intel doit améliorer les performances de ses processeurs. Malheureusement, des chercheurs ont annoncé que le système est également sujet aux vols de frappes clavier.

L'attaque mise au point par les scientifiques, baptisée NetCAT, peut être exploitée pour obtenir des informations sensibles.

Le DDIO incriminé

Le système responsable de la faille a été mis au point, puis introduit par Intel en 2011. C'est le Data-Direct I/O, une amélioration qui autorise les cartes réseaux et d'autres périphériques à se connecter directement au cache du processeur. Jusque-là, ces périphériques devaient se connecter à la mémoire principale, signifiant un chemin plus long pour les données. Le DDIO a ainsi promis une optimisation de la bande passante, une réduction de la latence et de la consommation en énergie.

Les chercheurs de l'université d'Amsterdam et de l'ETH de Zurich ont cependant averti que, dans certaines situations, les hackers pouvaient utiliser ce DDIO pour la récupération de frappes clavier. Si l'on pense en priorité aux ordinateurs personnels, la menace la plus grave concerne les data centers et les environnements liés au Cloud, susceptibles de disposer à la fois du DDIO et d'un accès mémoire à distance (RDMA) pour permettre l'échange de données.


Attaque NetCAT

Dans leur publication parue mardi 10 septembre, les chercheurs soulignent la gravité de la faille : « Alors que NetCAT est puissante même dans les cas les plus simples, nous pensons que nous avons à peine caressé la surface de ses possibilités pour les attaques réseau du cache, et nous nous attendons à des attaques similaires à NetCAT à l'avenir ».

L'attaque NetCAT, pour Network Cache Attack, est en partie basée sur les utilisations de la langue les plus fréquents. Par exemple, il est plus fréquent qu'un « E » suive un « S » lorsque l'on écrit, plutôt qu'un « G ». Ces pratiques donnent des indices permettant de déduire quelles lettres ont été tapées au clavier. Les chercheurs ont indiqué avoir utilisé les fonctionnalités de contrôle à distance du RDMA « par commodité ». Ce n'est pas une obligation, et les attaques futures pourront ne pas en avoir besoin pour être effectuées.

D'autres aspects, comme le temps de transfert des paquets, fournissent également des pistes permettant de décrypter les frappes clavier : le rapport des chercheurs détaille le fonctionnement de l'attaque dans son ensemble.


Kaveh Razavi, l'un des chercheurs de l'université d'Amsterdam, appelle donc à la désactivation du DDIO : « Dans les paramètres d'échanges avec des clients peu fiables, où la sécurité compte davantage que les performances, nous recommandons de désactiver DDIO ».

Source : Ars Technica
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
Fnac Darty : le groupe a perdu 70 millions d'euros au T4 2019, conséquence des mouvements sociaux
Quand Microsoft configure Bing par défaut sur Chrome en installant Office 365
Star Wars: Knights of the Old Republic pourrait avoir droit à un remake
Cyberpunk 2077 aurait été reporté à cause... du manque de puissance des consoles
Trump tweete le logo de sa Space Force... le Web trouve qu'il ressemble au logo Star Trek
Lobbying : les GAFA ont cassé leur tirelire en 2019
Tesla a dépassé Volkswagen en capitalisation boursière
Selon Apple, l’uniformisation des chargeurs en Europe tuerait l’innovation

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top