Test Ultimate Ears Wonderboom 3 : l'une des meilleures enceintes Bluetooth revient au sommet de sa forme

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
15 septembre 2022 à 11h57
6
Ultimate Ears Wonderboom 3 © Ultimate Ears
© Ultimate Ears

Lancée en 2017, la Wonderboom a fait l’effet d’une bombe. Pas seulement par son nom ou par sa forme, mais aussi et surtout par son gabarit, sa robustesse, sa qualité de restitution et une puissance tout à fait surprenante. Autant d’atouts sur lesquels Ultimate Ears a capitalisé pour sortir la Wonderboom 2 courant 2019 et, trois ans plus tard, la Wonderboom 3. Quoi de nouveau sous le soleil ?

Ultimate Ears Wonderboom 3
  • Design réussi, format agréable
  • Très robuste, certification IP67
  • Son stéréo, équilibré, à 360°
  • Autonomie en léger progrès
  • Couplage stéréo, mode plein-air
  • Des améliorations subtiles
  • Petit manque de basses
  • Toujours ce port micro-USB ?!

Ultimate Ears ne semble pas chercher à survendre sa Wonderboom 3. La campagne marketing du constructeur insiste sur quelques points, mais ne parle pas de révolution… ce qui aurait été compliqué à faire admettre de toute façon. Les principales améliorations semblent donc devoir porter sur l’autonomie, la tenue générale du son et, en particulier des basses, ainsi qu’une meilleure portée Bluetooth. Enfin, Ultimate Ears insiste sur l’utilisation de plastique recyclé. Un peu de green washing peut-être ?

Fiche technique Ultimate Ears Wonderboom 3

Performances

Type d'enceintes
2.0 (Stéréo)
Réponse en fréquence
80 - 20 000 Hz
Nombre de haut-parleurs
3
Diamètre des haut-parleurs
40mm
Radiateurs passif
2

Connectivité

Norme Bluetooth
2.0
Codecs Bluetooth
SBC, AAC
Wi-Fi
Non
Portée
40m
NFC
Non
Certification DLNA
Non
Tuner FM
Non
Mode Stéréo
Non

Connectiques

Entrée Jack 3.5 mm
Non
Microphone intégré
Non

Batterie

Autonomie
14h
Temps de charge de la batterie
2,6h
Câble d'alimentation
Micro USB

Caractéristiques physiques

Hauteur
104mm
Largeur
95,3mm
Profondeur
95,3mm
Poids
420g
Certification IP
IP67
Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces
Petite enceinte, petit carton et... ce n'est pas plus mal ! © Nerces

Format inchangé, proche de la perfection

De manière assez amusante, Ultimate Ears a davantage modifié le conditionnement de son enceinte – l’organisation dans le petit carton – que le design de sa Wonderboom. Il est toutefois difficile de lui en tenir grief dans la mesure où la conception même de cette enceinte est une merveille. Sa forme tout en rondeurs lui offre une excellente prise en main. Très agréable à tenir, elle se glisse partout et le seul défaut que l’on pourrait lui faire est d’avoir tendance à rouler sur le sol lorsqu’elle tombe par terre. Vous avouez que l’on a connu plus gênant.

Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces
Photo de famille : de gauche à droite, la Wonderboom 1, la Wonderboom 2 et la Wonderboom 3 © Nerces

Des chutes qui ne devraient d’ailleurs pas lui faire peur si l’on se réfère à notre (longue) expérience des Wonderboom 1 et 2. Comme cette dernière, la Wonderboom 3 est certifiée IP67. Elle est donc « totalement protégée contre les poussières » et « protégée contre les effets de l’immersion temporaire jusqu’à 1 m pendant 30 min » si l’on en croit Wikipedia. Dans les faits, nous avons pu la plonger sans souci dans l’eau – jusqu’à 30 cm cependant – et nous vous encourageons à faire le test : il est très amusant d’écouter ses morceaux dans de telles conditions !

Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces
Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces

Le dessus de la Wonderboom 3 avec et sans le petit opercule de protection / d'information © Nerces

La Wonderboom 3 (104 x 95,3 mm) n’est pas aussi compacte que la Soundmicro de Bose. Elle ne rentrera pas dans la poche de votre jean, mais se glisse aisément dans celle d’un manteau ou, bien sûr, dans un sac à dos. Son poids est également très contenu (420 g) et elle dispose d’une petite dragonne élastique pour la tenir ou l’accrocher. Esthétiquement, c’est une merveille et Ultimate Ears ménage la rétine de chacun avec quatre coloris très différents disponibles au lancement : Joyous Bright (gris), Hyper Pink, Active Black et Performance Blue, notre modèle de test.

Ultimate Ears Wonderboom 3 © Ultimate Ears
© Ultimate Ears

Pour le revêtement principal, Ultimate Ears utilise un plastique maillé sur le tour de l’enceinte et des plastiques soft touch sur les bases. Le premier est très agréable au toucher quand le second permet de varier les plaisirs tout en évitant les traces de doigts disgracieuses. Les bases disposent aussi de contrôles qui constituent un copier / coller du précédent modèle. Nous vous encourageons à consulter l’illustration d’Ultimate Ears pour tout savoir. Enfin, un regret, le fabricant a reconduit ce connecteur micro-USB planqué derrière son cache. En 2022, sérieusement ?

Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces
Ultimate Ears, on ne peut pas se tromper, c'est écrit dessus ! © Nerces

Du son, de la puissance et du souffle, mais du bon !

Un port micro-USB dont l’unique fonction est la recharge de l’enceinte. Là, rien à dire, en moins de 3 heures le « plein » est fait. Officiellement, on en prend pour 14 h d’écoute, une valeur que nous pouvons confirmer et qui accroit de 60 min le souffle de la Wonderboom 2. Aucun changement en revanche au niveau des « accessoires ». Bien qu’elle soit stéréo comme sa grande sœur, la Wonderboom 3 peut toujours être associée à une autre enceinte pour une stéréophonie double-canal au résultat agréable. Hélas, cela ne passe qu’avec une seconde Wonderboom 3.

Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces
Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces

Le capuchon vient protéger l'unique ouverture de la Wonderboom 3 : un vieux port micro-USB © Nerces

Le couplage des deux enceintes se fait le plus simplement du monde en pressant sur le bouton principal des deux, l’un après l’autre. Le second mode « spécial » s’active tout aussi facilement, en appuyant sur le petit arbre au centre, sous l’enceinte. Elle entre alors en mode « plein air » ce qui a pour effet de booster légèrement le volume sonore et donner un peu d’emphase au rendu. Sans qu’il soit question de parler d’un game changer, l’effet est réussi et apporte un peu de profondeur alors que les enceintes aussi petites ont souvent du mal en extérieur.

Ultimate Ears Wonderboom 3 © Nerces
Sous l'enceinte, quelques logos et le bouton « arbre » pour le mode plein air © Nerces

Transition ô combien subtile pour aborder ce qui reste un des points les plus importants pour une enceinte : le rendu audio pour lequel on doit faire avec les inévitables codec SBC et AAC. Malgré une compacité qui contraint logiquement les basses, les Wonderboom ont toujours plutôt bien porté leur nom avec une restitution plus que correcte des graves, peut-être un peu « boomy ». Les deux transducteurs actifs de 40 mm épaulés par deux radiateurs passifs de 46 x 65 mm réalisent un travail remarquable. Le son est équilibré, bien homogène et si creux il y a dans les bas médiums, c’est moins net que sur la version 2. De fait, c'est aussi un peu moins gênant.

Wonderboom 3 © Ultimate Ears
Wonderboom 3 © Ultimate Ears
Wonderboom 3 © Ultimate Ears
Wonderboom 3 © Ultimate Ears

Quatre coloris à la sortie de l'enceinte : Performance Blue, Joyous Bright, Hyper Pink et Active Black © Ultimate Ears

Nous apprécions le rendu des aigus dont la distorsion n’est perceptible qu’à fort volume et la faculté de sortir le son sur 360° est un précieux atout : posée au centre de la pièce, elle occupe bien l’espace. Il reste cependant possible de la placer dans une étagère, contre un mur, sans risquer de perte. Évoquons maintenant la dernière amélioration d’Ultimate Ears : l’augmentation de la portée Bluetooth à 40 m, 10 de plus que sur la Wonderboom 2. Que dire d'autre sinon que nous confirmons cette valeur et que, évidemment, c'est bien pratique.

Terminons par un mot sur le message écolo du fabricant. Ultimate Ears a le bon goût de ne pas trop le mettre en avant. Certes, ce qu'il réalise est malgré tout un geste, mais cela se limite à assurer que « les pièces en plastique de l'enceinte contiennent au minimum 31% de plastique recyclé qui proviennent donc de produits électroniques en fin de vie ».

Ultimate Ears Wonderboom 3 © Ultimate Ears
Activation simplissime du mode « double stéréo » © Ultimate Ears

Ultimate Ears Wonderboom 3 : l'avis de Clubic

8

Ce serait mentir de dire que l’on attendait une révolution de cette Wonderboom 3. Conscient de la force de son produit et du manque de concurrence directe, Ultimate Ears n’a guère de souci à se faire pour le succès de sa nouvelle enceinte qui n’innove finalement que très peu part rapport à la Wonderboom 2, elle-même très proche du tout premier modèle.

Chaque nouvelle version doit plutôt être vue comme une mise à jour de la précédente, avec des améliorations par petites touches pour corriger quelques défauts mentionnés ça et là. Ainsi, la Wonderboom 3 améliore légèrement l’autonomie, augmente la portée du signal Bluetooth et se veut (un peu) plus écoresponsable en utilisant davantage de matériaux recyclés. Le rendu audio est au moins aussi bon que sur la précédente version et exception faite de ce vilain connecteur micro-USB, il n'y a pas grand-chose à reprocher à cet excellent produit.

Les plus

  • Design réussi, format agréable
  • Très robuste, certification IP67
  • Son stéréo, équilibré, à 360°
  • Autonomie en léger progrès
  • Couplage stéréo, mode plein-air

Les moins

  • Des améliorations subtiles
  • Petit manque de basses
  • Toujours ce port micro-USB ?!
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
molotofmezcal
Tout ce qui est connectique/connectivité est toujours ce que je regarde en 1er quelque que soit l’appareil.<br /> Là du micro USB, sans façon.
DirtyShady
C’est abusé du micro USB de nos jours…
Bad_Biogene
C’était une des améliorations attendue, ce fichu port USB. Je ferait l’impasse sur cette itération…
kiddass33
Je ne vois pourquoi vous bloquez sur le port USB de l’enceinte qui ne sert qu’à la recharger. Si c’est pour des soucis pratique, c’est dommage de se priver d’un produit comme celui là.<br /> Perso, j’ai branché le câble au cul de ma box internet (elles sont généralement toutes équipées d’un port USB) et quand j’ai besoin j’y branche l’enceinte.
Bondamanmanw
« Toujours ce port micro-USB ?! »<br /> J’ai la toute première qui fonctionne à merveille mais ce foutu port micro-USB déconne faut jouer avec le câble pour que ça charge ou caler l’enceinte de telle ou telle manière pour que la charge se fasse.
spark90
pas d’usb-c, pas d’achat
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Nokia G60 5G : un smartphone « éco-responsable » qui ne vise pas plus haut que la moyenne
Test HP Spectre x360 14 : un 2-en-1 élégant, aux nombreuses vertus
Test Devialet Dione : la barre de son haut de gamme qui a avalé un caisson de basse
Test ASUS ProArt X670E Creator WiFi : un modèle haut de gamme AM5 qui ne rime pas avec overclocking
Test Electric Scooter 4 Pro : que vaut la plus performante des trottinettes Xiaomi ?
Test realme 9i 5G : sans maîtrise, la puissance n'est rien
Test Razer Basilisk V3 Pro : une attaque en règle de l'excellente Logitech G502X
Test Dell UltraSharp U2723QE : un écran 4K
Test ASUS Zenbook 17 Fold OLED : PC portable à écran pliant ou tout-en-un transportable ?
Test AMD Ryzen 9 7950X
Haut de page