Test EPOS Sennheiser GSP 670 : aussi performant qu'imposant

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
10 mai 2020 à 12h59
0
9
En fin d'année dernière nous avions passé en revue le Sennheiser GSP 370, champion de l'autonomie pour un casque gamer sans-fil ! Aujourd'hui il est temps d'examiner son "grand-frère", le GSP 670 : un modèle qui tente de décrocher la palme d'or sur le segment haut de gamme.


Cela vous aura peut-être échappé, mais Sennheiser Gaming a récemment changé de nom pour devenir EPOS Gaming, une mutation délicate vu la notoriété de la marque allemande !

EPOS | SENNHEISER
© EPOS | SENNHEISER

Malgré tout, ce changement se veut rassurant puisqu'il s'agit ici d'unir les deux acteurs qui développaient les produits Sennheiser Gaming au travers d'une seule et même marque : EPOS. Cela signifie que les équipes ne changent pas, tout comme la garantie des produits et le service client.

Pour ne pas égarer le consommateur, les produits sortis avant cette transformation portent désormais le nom EPOS | SENNHEISER, mais les futurs produits ne mentionneront plus qu'EPOS.

Voilà pour l'actualité de la marque, qui est tout de même pertinente si vous souhaitez acquérir un produit Sennheiser. Maintenant place au test : affichant un tarif très salé, le GSP 670 est-il le casque haut de gamme qu'il prétend être ? On le décortique pour vous !

EPOS | SENNHEISER GSP 670 : sa fiche technique

Lors de notre test du GSP 370, nous l'avions jugé un poil timoré : la durée de vie de sa batterie, son très bon rendu audio et sa connexion fiable sont inévitablement de forts atouts, mais à en juger par son prix (199 €), il reste trop minimaliste sur certains aspects sur lesquels il est en retrait par rapport à la concurrence.

Nous étions donc assez impatients de voir ce que nous proposait Sennheiser avec son dispendieux casque wireless, le GSP 670. La promesse affichée par ce casque est on ne peut plus claire, Sennheiser vise l'excellence avec un casque « gaming pour les audiophiles », le tout avec la « liberté sans fil », pour reprendre les mots du fabricant.

Le Sennheiser GSP 670, c'est :
  • Transducteurs : dynamiques, aimant néodyme
  • Type de casque : circum-aural fermé
  • Réponse en fréquence : 10 Hz - 23 kHz
  • Microphone : bidirectionnel à électret, sur pivot
  • Connexion : RF 2,4 GHz / Bluetooth 5.0
  • Autonomie : entre 16 et 20 heures
  • Spatialisation : oui, son Surround virtuel 7.1
  • Logiciel : oui, Sennheiser Gaming Suite (sur Windows 10 uniquement)
  • Poids : 398 grammes
  • Prix et disponibilité : disponible, à 349 €

Le GSP 670 est actuellement l'une des offres wireless parmi les plus onéreuses du marché. Il côtoie des modèles comme le SteelSeries Arctis Pro et l'Astro A50 au sein de notre comparatif des meilleurs casques gamer sans-fil, reste à savoir s'il fait mieux, ou au moins aussi bien que ces deux références !


Design et ergonomie

D'un point de vue purement esthétique, ce casque ne se démarque quasiment pas de son homologue filaire, le GSP 600. Comme avec bien des produits Sennheiser la sobriété est de mise avec un design qui donne plus l'impression de sortir du secteur aéronautique que de celui de l'eSport.

Test Sennheiser GSP 670_9
© Matthieu Legouge pour Clubic

Son aspect est clairement massif et lui enlève sans doute la possibilité d'être utilisé à l'extérieur, bien qu'il puisse se connecter à nos appareils mobiles via Bluetooth. Rien n'empêche bien sûr d'utiliser ce casque en nomade, mais ce n'est pas sa vocation : lourd, encombrant à transporter et doté d'un micro non amovible, autant dire que ce n'est pas la panacée.

Pour autant, ce sont loin d'être des défauts pour être utilisé au bureau, ou derrière nos écrans et consoles. Son poids assez élevé (398 grammes) ne se ressent pas outre mesure, même après plusieurs heures.

Test Sennheiser GSP 670_1
© Matthieu Legouge pour Clubic

L'arceau, divisé en deux parties, offre un maintien parfait et permet d'idéalement répartir le poids de l'ensemble. Une qualité qui permet de ne pas souffrir d'une pression excessive sur le sommet du crâne et d'éviter l'accumulation de chaleur ; en outre il est possible d'ajuster sa pression grâce à deux curseurs situés au centre du double arceau et ainsi choisir en fonction de notre ressenti si la tension doit s'exercer davantage au niveau du crâne ou des oreilles. Dans notre cas, nous avons été satisfaits de pouvoir diminuer l'effet de pince que l'on a pu ressentir avec le GSP 370.

Test Sennheiser GSP 670_10
© EPOS | SENNHEISER

Les coussinets à mémoire de forme et leur revêtement en nubuck apportent une très bonne sensation de confort, l'immersion n'est pas en reste puisque le GSP 670 fait preuve d'une excellente isolation phonique, nous y reviendrons.

Au final, l'ergonomie de ce casque est relativement bonne. Les oreillettes pivotent sur l'axe vertical, mais aussi sur l'axe horizontal, ce qui aide grandement ce casque à être capable de s'adapter à tout type de morphologies.

Test Sennheiser GSP 670_2
© Matthieu Legouge pour Clubic

Pour terminer à propos de la conception du GSP 670, c'est un véritable bond de qualité que l'on constate ici par rapport au GSP 370. Certes, elle est toujours en majorité à base de plastique, mais celui-ci semble bien plus dense, robuste. Divers éléments en acier font également leur apparition, notamment le système qui maintient les oreillettes et autorise leur rotation.

Test Sennheiser GSP 670_4
© Matthieu Legouge pour Clubic

Globalement ce casque est de très bonne facture, ce que l'on aperçoit aussi avec les finitions travaillées ; le sentiment d'avoir un produit haut de gamme en main est net.

Un rendu de qualité audiophile ?

Sennheiser mise donc sur une conception qui ne plaira peut-être pas à tout le monde en termes d'esthétisme, mais qui porte l'intérêt d'une ergonomie éprouvée. Nous ne sommes finalement pas surpris de retrouver également un rendu aux petits oignons, comment peut-il en être autrement avec l'un des grands spécialistes du monde de l'audio ?

Dès la première écoute, on ressent clairement l'expérience et la signature de qualité du fabricant Hi-Fi. Pas d'extravagance ici, le GSP 670 se distingue encore une fois de la grande majorité des caques gaming en proposant un rendu sonore globalement neutre et maitrisé, d'une précision d'orfèvre.

Test Sennheiser GSP 670_3
© Matthieu Legouge pour Clubic

Neutre, il ne l'est cependant pas tout à fait, le GSP 670 n'est évidemment pas un casque de monitoring. Nous pouvons émettre la même réflexion que pour son homologue filaire, dont il reprend les transducteurs (on imagine, car l'information n'a cependant pas été confirmée par Sennheiser), le GSP 670 accentue délicatement les basses fréquences ce qui procure une excellente immersion en jeu. Sans être un casque « basseux », il produit des basses qui nous semblent riches, profondes et qui ne manquent jamais de puissance. La qualité des médiums et aigus aussi au rendez-vous, chaque élément sonore se distingue parfaitement, aucun effet de masquage n'est à déplorer.

Test Sennheiser GSP 670_7
© Matthieu Legouge pour Clubic

En écoute musicale, le GSP 670 s'avère convaincant et c'est un plaisir de lancer des albums où s'entremêlent basses et textures complexes, à l'instar de Yearning for the Infinite de Max Cooper. S'il nous a satisfaits dans ce style électro, il montre aussi de très belles choses sur une foule de genres musicaux variés : le rock et le métal comme le jazz et la musique classique ne lui font pas peur. Il faut dire que la large scène sonore et l'excellente stéréophonie de ce casque lui accordent un caractère suffisamment polyvalent.

Sa polyvalence se fait justement bien ressentir lorsqu'il s'agit de visionner un film, mais surtout de jouer sur nos titres favoris. Comparé à d'autres casques, le GSP 670 m'a bluffé : l'art sonore de Destiny 2 ne m'a jamais paru aussi bien réalisé, les détails sonores et les « hallucinations » auditives dans Hellblade Senua's Sacrifice m'ont plongé dans cet univers psychotique, tandis que les moteurs vrombissent avec force sur des jeux comme Dirt Rally et Forza Horizon.

Test Sennheiser GSP 670_6
© Matthieu Legouge pour Clubic

En ce qui concerne les FPS compétitif et Battle Royal comme Call of Duty : Warzone et Apex Legends, je dois bien dire que la nouveauté de ce son ma déconcerté et dérangé par rapport à mon casque habituel. L'environnement sonore m'a semblé beaucoup plus dense et percutant, apportant son lot de confusions. Les choses sont finalement rentrées dans l'ordre en utilisant l'égaliseur inclus avec le logiciel Sennheiser Gaming Suite et en sélectionnant l'option « eSport (treble) ». Une fois activé, on profite d'un mode qui se prête bien plus aux jeux de tirs compétitifs, accentuant la directionnalité des tirs et les sons produits par les ennemis.

Quid de la virtualisation 7.1 ?

L'activation du 7.1 laisse un goût légèrement amer, à l'instar de ce que nous avons déjà formulé pour le GSP 370. Le gain en directionnalité est quasiment inexistant, la scène semble bel et bien plus large, mais cela est du en grande partie à l'effet de réverbération qui, même paramétré au minimum via le logiciel nous parait de trop. Le rendu 7.1 sonne artificiel, ce qu'il est évidemment, et à mille lieues d'un casque comme l'Audeze Mobius. Au final, il apporte plus de confusion qu'autre chose, même si à première vue il fait ressortir quelques détails.

S'il m'a dérangé plus qu'autre chose ingame, il porte toutefois sans doute un intérêt pour visionner des films. J'ai eu l'occasion d'en profiter en visionnant Joker, la largeur supplémentaire apportée par le son Surround renforce l'environnement sonore dans lequel nous plonge le film, rien d'indispensable cependant.

Fonctionnalités, connectivité et autonomie

Le GSP 670 est moins avare en fonctionnalités que son petit frère. Le principal atout qui nous semble plus que pertinent pour un casque gaming est bien entendu la molette qui permet de contrôler le son des communications, indépendamment du volume général. On trouve aussi un bouton qui peut se voir attribuer une fonction, par défaut il permet d'activer le son Surround, mis peut être utiliser pour sélectionner d'autres presets via le logiciel.

Test Sennheiser GSP 670_5
© Matthieu Legouge pour Clubic

L'argument majeur de ce casque reste toutefois sa double connectivité sans fil : Bluetooth et RF 2.4 GHz en simultané, ce qui signifie que vous pouvez prendre un appel sur votre smartphone alors que vous êtes en train de jouer. La fiabilité de la connexion est évidemment un point crucial. Difficile d'en savoir beaucoup plus que ce que Sennheiser veut bien nous dire, à savoir " faible latence et délai presque nul ". En pratique, la connexion ne présente effectivement aucun délai perceptible, sa portée de 10 mètres est suffisante. Nous avons parfois rencontré quelques bruits parasites provenant de la connexion sans fil, difficile de savoir ce qui les a provoqués, l'important reste que cela ne soit pas récurrent.

Test Sennheiser GSP 670_8
Les deux plaques d'habillages sont amovibles et remplaçables par d'autres modèles disponibles dans la boutique de Sennheiser © Matthieu Legouge pour Clubic

L'autonomie de la batterie est loin d'être incroyable comme celle du GSP 370 : comptez entre 16 et 20 heures selon votre utilisation. Le rechargement est rapide avec 2 heures d'autonomie pour 7 minutes de charge via son câble USB, on s'interroge toutefois de savoir pourquoi Sennheiser n'a pas opté pour un connecteur USB-C. Il est possible de l'utiliser pendant qu'il recharge, en filaire (USB), cependant cela ajoute un peu de confusion, car vous vous retrouverez avec 4 appareils répertoriés : deux périphériques associés au dongle et deux périphériques associés à la connexion USB, à savoir « Main Audio » et « Communication Audio ».

Sennheiser Gaming Suite


Simple et agréable à utiliser, le logiciel de Sennheiser permet d'avoir le contrôle sur les paramètres essentiels du GSP 670. Hélas, il est pour le moment uniquement disponible sous Windows 10, les utilisateurs sous macOS devront encore patienter pour en profiter.

On apprécie particulièrement d'avoir accès à un égaliseur, mais aussi à quelques paramétrages avancés du microphone. Sur ce point notre seul regret est de ne pas pouvoir y régler le retour son. Mention spéciale pour le mode "Auto Sleep" qui permet de gagner en autonomie en allumant le casque dès qu'un son est lu, puis en le plaçant en veille après 10 secondes sans son détecté.

Sennheiser Gaming Suite_GSP 670.jpg
Crédits : Matthieu Legouge pour Clubic



Un microphone de qualité broadcast ?

Terminons avec le microphone. Le fabricant se targue de proposer « le meilleur microphone de sa catégorie ». Il faut bien dire que depuis le Logitech G Pro X, peu de casques-micro m'ont réellement convaincu sur ce point et je suis heureux de voir que Sennheiser tient sa promesse, même si cela reste un cran en dessous de ce que propose le fabricant suisse et Blue Microphones.

Sennheiser-GSP-670
© EPOS | SENNHEISER

Il capture et restitue la voie avec une assez grande fidélité, sans trop de compression. Nos enregistrements étaient clairs et nets tandis que mes partenaires de jeu ont directement remarqué son intelligibilité et sa puissance, sans doute l'un des meilleurs micros que j'ai pu tester avec un casque gaming. La fonctionnalité d'annulation de bruit fonctionne à merveille, elle permet de gommer les sons percutants de mon clavier mécanique et dans une moindre mesure les conversions en arrière-plan.

Reste un paramètre purement subjectif : le retour son. Il est bel et bien présent, mais réglé au strict minimum. Vu l'isolation que procure ce casque, il aurait été pertinent d'offrir un moyen de régler le retour son avec le logiciel afin de pouvoir l'augmenter.

Pour ma part, je m'en sens trop isolé avec le GSP 670, j'ai tendance alors à parler plus fort que d'habitude et donc à déranger mon entourage. Avoir un retour son ne semblera pas essentiel à tous, d'ailleurs peu de casques le proposent nativement. Dans mon cas il s'agit d'un paramètre que je trouve essentiel et suis donc forcé à passer par un logiciel tiers pour continuer d'en profiter. Hormis cela, ce micro est sans reproche. La perche est d'ailleurs bien pratique : suffit de la relever pour couper le son du micro.

Sennheiser GSP 670 : l'avis de Clubic

Pour répondre à la question posée en introduction : oui, Sennheiser n'a pas menti sur la marchandise avec son GSP 670. Résolument haut de gamme, il affiche une construction très soignée, un confort exemplaire malgré son poids et offre une qualité audio tout à fait remarquable pour un casque gaming, constat qui vaut aussi pour le microphone.

Avec un tarif de lancement qui atteint des sommets pour un casque gaming, le GSP 670 n'est naturellement pas à la portée de toutes les bourses. Un prix qui nous parait encore trop élevé, mais qui est somme toute justifié en grande partie par ses qualités et fonctionnalités. Ce casque devrait logiquement s'arracher dès lors qu'il profitera d'une baisse de prix, comme c'est le cas actuellement.

Difficile toutefois de décerner la note maximale au GSP 670. Face à la concurrence, il souffre de son prix et de son design imposant, dans une moindre mesure également de son option surround peu convaincante. Il faut dire que la concurrence est rude, d'abord du côté de SteelSeries avec ses Arctis Pro et Arctis 7, puis chez Corsair avec un Virtuoso RGB Wireless SE dont la virtualisation 7.1 a, une fois n'est pas coutume, trouvée grâce à nos oreilles.

Quoi qu'il en soit le GSP 670 est, avec les modèles cités précédemment, l'un des meilleurs casques de jeu sans fil à l'heure actuelle.


EPOS | SENNHEISER GSP 670

9

Les plus

  • Rendu audio équilibré
  • Double connectivité sans fil et USB
  • Confortable malgré son poids
  • Excellent isolation passive
  • Microphone très efficace pour un casque sans fil
  • Fonctionnalités et logiciel / Finitions

Les moins

  • Une autonomie un peu courte
  • Connecteur microUSB, pas d'USB-C
  • Logiciel uniquement disponible sous W10 (pour l'instant)
  • Design imposant
  • Prix élevé
5
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top