YouTube va, lui aussi, lancer des programmes dont vous êtes le héros

le 10 avril 2019 à 20h28
0
YouTube
Daniel Krason / Shutterstock.com

Le service de vidéo en ligne de Google veut lancer de nouveaux contenus interactifs qui seront directement influencés par le choix des spectateurs.

À l'instar de Netflix, qui a mis en ligne un épisode spécial de Black Mirror en fin d'année dernière dans lequel le spectateur pouvait faire ses propres choix en prenant des décisions qui orientaient le scénario dans diverses directions, YouTube devrait à son tour prochainement se lancer dans les contenus évolutifs selon les choix des spectateurs, comme le rapporte Bloomberg.

Le contenu interactif, plus addictif que le contenu traditionnel


Après l'essai de Netflix et le succès - certes contesté par l'éditeur - de Bandersnatch, YouTube s'est probablement dit que ce nouveau genre de narration a un avenir, même s'il vient à peine de sortir de l'oeuf. Placée sous l'autorité de Ben Relles, le patron de la programmation non scénarisée de YouTube Originals, une équipe dédiée est chargée de développer des contenus interactifs incitant à la participation pleine et entière des spectateurs.

Tout en visionnant l'émission ou la série, ces derniers peuvent directement prendre part au déroulement de l'intrigue, se sentir davantage concernés par l'histoire, et toujours plus proches des différents protagonistes. Et cela est possible grâce à un pas technologique récemment franchi : « Nous disposons maintenant de nouveaux outils et d'opportunités incroyables pour créer et raconter des histoires multicouches et interactives », rapporte la responsable de la programmation originale de YouTube, Susanne Daniels.

Le double avantage du genre pour YouTube


Le but de YouTube n'est pas seulement de faire plaisir à ses utilisateurs, il est aussi et surtout économique. D'une part, la narration participative est plus addictive qu'une série dite classique. Du moment que le spectateur prend conscience qu'il peut explorer différents pans de l'histoire et jouir d'un pouvoir d'influence sur le cours des événements, il est naturellement tenté d'offrir plus de temps à la plateforme de streaming.

Qui dit « plus de temps sur la plateforme » dit « monétisation ». YouTube voit une opportunité de gonfler ses gains en vendant davantage d'annonces sur ses programmes qui restent plus longs qu'un programme traditionnel (plus de 5 heures de fiction pour Black Mirror : Bandersnatch !).

En outre, notons que Netflix et YouTube ne sont pas les seuls à s'intéresser à ce nouveau marché. Une concurrence prend forme notamment avec l'arrivée du géant de la grande distribution, Walmart, qui a investi quelques 250 millions de dollars, excusez du peu, dans une entreprise, Eko, chargée de développer des contenus interactifs.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top