Un rapprochement évoqué entre Orange et Deutsche Telekom : le mariage est-il possible ?

29 novembre 2019 à 13h50
0
Orange-Deutsche-Telekom.jpg

Le premier opérateur de télécommunications européen, qui souhaite poursuivre son expansion, ferait une nouvelle fois les yeux doux à son homologue français, avec lequel l'entente est au beau fixe.

Les dirigeants de Deutsche Telekom seraient en train d'étudier la possibilité d'un rapprochement avec Orange, si l'on en croit les informations du quotidien économique allemand, le Handelsblatt, qui évoque plusieurs sources concordantes. La première firme européenne de télécommunications, à qui appartient la mastodonte T-Mobile, jouit d'excellentes relations avec le principal opérateur français, et leur potentielle union permettrait de créer un géant européen du secteur.

Deux groupes qui travaillent déjà ensemble

Aux États-Unis, Deutsche Telekom développe fièrement ses activités avec la fusion en cours entre T-Mobile US et Sprint, l'un des opérateurs majeurs du pays. Mais en Europe, la firme allemande n'a pas trouvé sa moitié et il lui sera impossible d'envisager une fusion avec Vodafone et Telefonica, deuxième et troisième opérateurs en Allemagne, l'autorité de la concurrence locale ne le permettrait pas.


Deutsche Telekom doit donc se tourner vers l'étranger, vers une entreprise qui n'est pas présente en Allemagne au point d'être un concurrent, tout en étant un leader européen. Et c'est le cas d'Orange. L'entreprise française, en plus de cocher les critères économiques, est un partenaire de longue date. Ensemble, les deux groupes ont mis au point Djingo, l'enceinte intelligente récemment commercialisée en France, et en Allemagne sous le nom Magenta.

Mais ce n'est pas tout, puisqu'ils ont aussi mutualisé leurs opérations sur le sol britannique et partagent leurs réseaux en Pologne. Les deux ont d'ailleurs créé en ce sens une société commune, détenue à parts égales.

Deutsche Telekom pèse beaucoup plus qu'Orange

L'idée d'une fusion XXL entre Deutsche Telekom et Orange n'est pas nouvelle. L'année dernière, le PDG de l'opérateur français, Stéphane Richard, démentait tout projet secret d'union, certes, mais des discussions auraient potentiellement eu lieu en 2017. Et il lui arrive de déplorer que le marché européen soit fragmenté, bien plus qu'aux États-Unis ou en Chine.

Si la tentation existe, le processus sera tout de même délicat, car il faudra décider de qui « dominera » l'autre. En bourse, Deutsche Telekom pèse environ 73 milliards d'euros, Orange frôle les 40 milliards. Si l'entreprise française ne serait pas contre ce rapprochement, elle ne souhaiterait pas avoir un rôle passif mais voudrait avoir le rôle de l'acquéreur, refusant une consolidation. Et une fusion à 50/50 paraît économiquement improbable.


Du côté allemand, c'est l'influence de l'État français (qui détient 23 % d'Orange) qui pose problème, celle du gouvernement fédéral allemand étant portée à 31,9 % (1,5 milliards d'actions !) dans le capital de Deutsche Telekom. Les obstacles politiques et réglementaires pourraient donc avoir le dessus, sans oublier que la Commission européenne s'était aussi récemment opposée au rachat d'Alstom par Siemens. Tout (ou presque) reste à faire donc.



Source : Handelsblatt
Modifié le 29/11/2019 à 14h03
3
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top