Q Acoustics sort ses premières enceintes actives : Q Active 200 et Q Active 400

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
08 octobre 2020 à 17h17
2

Même les fabricants HiFi traditionnels ne peuvent pas échapper à la modernité. Marque reconnue, et intéressante pour ses bons rapports qualité-prix, Q Acoustics dévoile sa première gamme d'enceintes dites « actives », intégrant leur propre amplification, ainsi qu'une interface numérique et réseau (déportée).

Deux modèles constitueront la gamme Q Active : les Q Active 200, au format bibliothèque (à poser sur un meuble ou un piètement dédié), et les Q Active 400, enceintes type colonne, donc plus imposantes (plus hautes), prévues pour 2021.

Un design atypique

Au premier abord, on constate que Q Acoustics propose un design général particulier, bien que caractéristique de la marque, privilégiant notamment les angles arrondis et l'aspect épuré.

Les enceintes se parent de deux haut-parleurs médiums/aigus en façade, et d'un boomer de 114 mm  (HP de graves) avec cône de dispersion à l'arrière - elles sont donc deux voies. La charge est de type bass-reflex, avec un discret évent, placé lui-aussi à l'arrière. Les deux haut-parleurs médiums/aigus, fonctionnant en paire (identiques), sont des modèles propriétaires Q Acoustics de 58mm, avec technologie « BMR », permettant d'augmenter l'angle de diffusion.

Les Q Active 200 promettent une puissance max de 100 W RMS par enceinte, pour une réponse en fréquence de 46 Hz – 20 kHz (à +- 6dB, soit un écart important).

La différence principale entre les Q Active 200 et les Q Active 400 vient de l'utilisation d'un boomer supplémentaire sur ces dernières, aidé par le volume interne plus conséquent.

Une connectivité complète et déportée

Contrairement à la plupart des modèles connectés actifs, comme les KEF
LSX
, les Q Active ne disposent pas d'une réelle interface réseau et numérique intégrée. En effet, toute cette partie est confiée à un hub dédié, livré avec les enceintes.

Celui-ci intègre à la fois les entrées numériques classiques (et donc l'étage de conversion numérique-analogique), HDMI et optique, les
entrées analogiques, Ligne et Phono (via un petit commutateur), et l'interface réseau, à savoir la prise Ethernet et les modules Wi-Fi et Bluetooth. Le Hub intègre également une sortie Sub, pour raccorder un caisson de basses.

Il envoie ensuite le signal analogique vers les enceintes, via une méthode sans-fil propriétaire à 5,8 GHz, intégrant leur propre amplification. Ces dernières peuvent contrôler quelques fonctions, via une petite interface de commande, pour définir l'entrée ou jouer sur le volume. Une télécommande infrarouge permet de compléter l'expérience, sachant que le gros des réglages passera par l'application mobile du produit.

Pour la gestion réseau, deux grandes versions du Hub sont annoncées. La première, disponible dès novembre, intègre le système Chromecast, et sera compatible Google Assistant ou Siri. La seconde intègrera quant à elle l'écosystème Alexa, Multiroom inclus.

Les deux versions seront compatibles avec les protocoles Airplay 2, UPnP (DLNA), Spotify Connect, et Roon. Pour rappel Roon est une interface/lecteur réseau plutôt axé audiophile, et intégrant un certain nombres de services de streaming.

En revanche, le prix des Q Acoustics Q Active 200 s'éloigne assez clairement des habitudes abordables de la marque : il faudra en effet
débourser 1 800 € pour l'ensemble. Le prix des Q Active 400 n'est pas encore dévoilé.

Source : Qacoustics

2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Sony lance un écran 3D sans lunettes : le Spatial Reality Display
Le film Battlestar Galactica a trouvé son scénariste, en la personne de Simon Kinberg (X-Men)
ClipDrop, l'application qui copie-colle les objets réels dans Photoshop est disponible !
Corsair annonce un casque spécialement créé pour les Xbox Series X et S
Vie privée : le mythe d’Internet
AMD travaillerait sur un GPU Navi orienté crypto-monnaie
Ergo Series : LG lance ses moniteurs Nano-IPS haut de gamme et ergonomiques
Tesla : Les usines de Shanghai et Berlin livreront des Model Y dès 2021
On a testé pour vous : le recrutement de profils tech sur talent.io
Facebook lance sa fonction
scroll top