LG G2 : un smartphone haut de gamme qui crève l'écran

Par
Le 06 novembre 2013
 0
Le LG G2 prend la suite de l'Optimus G, et sert de base, comme son prédécesseur, au nouveau Nexus 5 de Google. Ses atouts par rapport à une concurrence incluant notamment le Samsung Galaxy S4 ? Un processeur Snapdragon 800 et un écran 5,2 pouces dans une coque aux dimensions optimisées au maximum.

000000fa06806068-photo-lg-g2-visuel-2.jpg
LG G2
Caractéristiques principales
Système d'exploitation Android 4.2
Processeur / Fréquence CPU : Snapdragon 800 cadencé à 2,27 GHz
GPU : Adreno 330
Mémoire / Stockage Mémoire interne de 16 ou 32 Go
Mémoire vive de 2 Go
Technologie d'écran et définition Ecran 5,2 pouces LCD IPS de 1920x1080 pixels
Appareil photo 13 mégapixels autofocus et flash LED
Capture vidéo 1080p 30 ou 60 ips
GPS Oui
Radio FM Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 138,5 x 70,9 x 8,9 mm
Poids 168 grammes


Design et ergonomie


Un détail frappe immédiatement à la vue du LG G2 : l'espace occupé par l'écran. On était déjà impressionné par le Samsung Galaxy S4 et sa dalle 5 pouces dans un volume semblable à celui de son prédécesseur. LG va encore plus loin pour rogner les derniers millimètres disponibles. On ne peut pas tout à fait parler d'écran sans bordure, mais on s'en approche.



La performance semble d'autant plus remarquable que le G2 n'est pas bien épais, même s'il n'égale pas le Galaxy S4 sur ce point. Où se cache donc le compromis ? Peut-être dans les boutons ! LG a en effet opté pour une solution des plus inhabituelles. Déjà, aucune touche physique ou tactile, en façade : elles sont virtuelles et intégrées à l'interface.



Et le contrôle du volume ? Le bouton d'allumage/verrouillage ? Ils sont au dos, plus exactement sous l'appareil photo. Le choix plutôt curieux de LG nécessitera un temps d'adaptation : la position idéale pour les activer n'est pas forcément naturelle au premier abord.



En fait on se rend compte qu'on a effectivement tendance à reposer l'index à ce niveau lorsque l'on prend un appel. La disposition n'est donc pas totalement farfelue, mais il reste qu'on se retrouve quand même assez fréquemment à chercher le bon bouton à l'aveuglette, quand on ne met pas son doigt sur la lentille de l'appareil photo. Une fausse bonne idée ?

La coque du G2 abandonne le dos en verre de l'Optimus G pour du plastique brillant, toujours inamovible. Si c'est évidemment moins classe, c'est aussi moins fragile : il y a au moins un côté du téléphone qui craindra un peu moins les trottoirs. Deux détails à noter : l'absence de slot SD, déjà manquant sur l'Optimus G, et la présence d'un émetteur infrarouge, comme chez ses deux concurrents principaux, le HTC One et le Galaxy S4, permettant d'utiliser le téléphone comme télécommande universelle.

Composants


000000c805529533-photo-snapdragon.jpg
La fiche technique du G2 arbore des caractéristiques plus proches d'une « phablette » que d'un smartphone. On trouve ainsi un processeur Snapdragon 800, alors que le Galaxy S4 se « contente » d'un S600. La dernière puce quadricœur de Qualcomm est cadencée à 2,27 GHz, et inclut un circuit graphique Adreno 330, nettement supérieur à l'Adreno 320 du S600.

L'écran en impose par sa taille autant que par ses spécifications. La dalle LCD IPS affiche des couleurs vives, sans être trop saturées, et des noirs profonds. La définition full HD (1920x1080 pixels) garantit une résolution tout à fait satisfaisante même si elle est sensiblement inférieure à celle d'un Galaxy S4 ou d'un HTC One, eux aussi en 1080p sur des diagonales plus petites. Les angles de vision sont assez larges : certaines orientations de l'écran peuvent poser problème, heureusement limitées à des angles qui n'impactent pas du tout l'usage au quotidien.



Le smartphone embarque 16 ou 32 Go de mémoire vive. Sur la version 16 Go que nous avons eue en test, il restait 10 Go libres. On a vu pire, mais on aurait volontiers grappillé 1 ou 2 Go supplémentaires. En l'absence de slot SD, la version 32 Go sera sans doute un meilleur choix notamment si vous prenez beaucoup de photos et de vidéos.

Parlons justement de l'APN, qui propose une définition maximum de 13 mégapixels, comme ses prédécesseurs Optimus G et Optimus G Pro. Côté vidéo, le G2 peut monter jusqu'à 60 images par seconde en 1080p.

Le smartphone est compatible 4G, sur toutes les fréquences françaises, Wi-Fi bi-bande aux normes b, g, n et ac, et Bluetooth 4.0. Il inclut des puces GPS et NFC, ainsi qu'un tuner FM.

On termine par la batterie avec là encore une bonne surprise : une capacité de 3000 mAh qui devrait encaisser la charge du Snapdragon 800 et de l'écran 5,2 pouces sans trop de problèmes.

OS et interface


LG a souvent une version d'Android de retard et ça se confirme avec le G2 qui sort en 4.2.2. Sachant que le Nexus 5, réalisé par le même constructeur, dispose de la nouvelle version 4.4, on aurait pu s'attendre à ce que le smartphone commercialisé par LG sous sa marque soit en 4.3.

00fa000006805876-photo-lg-g2-captures.jpg
00fa000006805884-photo-lg-g2-captures.jpg


L'i interface modifiée par LG, est assez proche des précédentes, c'est-à-dire assez surchargée. Il suffit d'abaisser le volet de notifications pour s'en convaincre : entre les interrupteurs, multiples, permettant d'activer ou désactiver les fonctionnalités du téléphone, les curseurs de réglage du volume et de la luminosité, et les divers raccourcis... Il ne reste déjà plus beaucoup de place pour les notifications ! On peut heureusement faire le ménage dans les paramètres.

Le style graphique trop riche rompt avec la simplicité des interfaces de Google, et comme chez Samsung, le G2 fourmille de fonctionnalités dont on aura parfois du mal à saisir la pertinence : applications pop-up qui n'ont pas vraiment de sens sur un smartphone (même si le G2 rentrerait presque dans le format « phablette »), « stockage » des apps ouvertes dans un mode qui fait double emploi avec la gestion du multitâche, et autres gadgets basés sur les gestes ou l'accéléromètre. Cette surenchère ne fait qu'ajouter inutilement de la complexité au téléphone.

00fa000006805886-photo-lg-g2-captures.jpg
00fa000006805888-photo-lg-g2-captures.jpg


Enfin, adopter les touches virtuelles façon « pure Google » est une décision qui se tient,... Mais pourquoi alors ne pas aller jusqu'au bout et conserver la disposition « standard » ? On peut personnaliser les boutons, mais pas retrouver la touche dédiée au multitâche ni l'affichage du menu contextuel dans la barre supérieure.

Internet, multimédia et jeux


L'écran généreux du G2 ainsi que sa fiche technique au top garantissent une très bonne expérience du smartphone pour ce qui est du surf web. La dalle 5,2 pouces se rapproche du confort offert par une « phablette » comme le Galaxy Note 3, et à quelques accrochages près, les défilements et zooms sont d'une fluidité tout à fait satisfaisante. Les 2 Go de mémoire vive semblent largement suffisants pour afficher les pages web rapidement, bref pas grand-chose à redire sur ce sujet hormis une exception : l'impossibilité de se débarrasser de la barre de boutons virtuels quoiqu'il arrive. On perd donc quelques pixels de ce bel écran 5,2 pouces, ce qui est un peu dommage.

00fa000006805894-photo-lg-g2-captures.jpg
00fa000006805892-photo-lg-g2-captures.jpg


Et le comportement de cette barre est plutôt capricieux puisqu'elle ne daigne pas non plus partir lorsqu'on exécute un jeu. En revanche, elle s'efface lorsqu'on regarde une vidéo sur le lecteur par défaut, nous permettant de profiter réellement pour la peine de la qualité de l'affichage. Les haut-parleurs sont corrects sans plus : on passera plutôt par la sortie casque qui nous a paru tout à fait satisfaisante. Les écouteurs intra fournis délivrent d'ailleurs un bon son, mais manquent peut-être un tout petit peu de basses.

01f4000006805910-photo-lg-g2-captures.jpg


Malgré ce problème de barre de boutons, le G2 reste un des meilleurs smartphones Android pour profiter pleinement des derniers jeux 3D. On constate en revanche une chauffe assez intense qui peut s'avérer désagréable.

012c000006805906-photo-lg-g2-captures.jpg
012c000006805898-photo-lg-g2-captures.jpg


Photos et vidéos


Le LG G2 dispose, comme son prédécesseur, d'un capteur 13 mégapixels, cette fois-ci avec une stabilisation optique, et une amélioration au niveau de la vidéo, puisqu'il permet la capture de séquences 1080p en 60 images par seconde.

0258000006805604-photo-lg-g2-photo-exterieur.jpg

012c000006805606-photo-lg-g2-photo-exterieur-detail-1.jpg
012c000006805608-photo-lg-g2-photo-exterieur-detail-2.jpg


L'Optimus G était loin de nous satisfaire en pratique, ses photos apparaissant comme traitées avec un filtre anti bruit appliqué lourdement. Heureusement, le G2 ne présente pas ce défaut, en tous cas pas dans les mêmes proportions, et produit des images précises, aux couleurs pas trop saturées. On note tout de même un certain manque d'homogénéité sur les bords.

0258000006805610-photo-lg-g2-photo-scene.jpg

012c000006805614-photo-lg-g2-photos-scene-detail-1.jpg
012c000006805612-photo-lg-g2-photo-scene-detail-2.jpg


Du côté des vidéos, on dispose donc de 2 modes en 1080p : 30 ou 60 images par seconde. Dans les deux cas, les séquences sont de bonne qualité, et l'autofocus suffisamment réactif. Le mode 60 images par seconde produit des vidéos forcément plus volumineuses, mais du coup parfaitement fluides.



Performances


Le LG G2 est intéressant, car il est équipé d'un processeur Snapdragon 800, sans pour autant « bénéficier », selon Anandtech, des mêmes optimisations que le Samsung Galaxy Note 3, en tous cas pas sur les benchmarks que nous utilisons.

Il faut donc prendre en compte l'écart visible sur certains résultats entre le Note 3 et le G2 avec précaution. Cet écart n'est de toute façon pas significatif en usage réel. Sur un 3D Mark, par exemple, l'un sera légèrement au-dessus de l'iPhone 5s, et l'autre un peu en-dessous. En réalité, la différence se situe surtout entre ce trio de tête et les autres smartphones testés.



On retrouve d'ailleurs systématiquement le G2 sur le podium aux côtés de l'iPhone 5s et du Galaxy Note 3. La différence est particulièrement sensible sur les tests graphiques qui montrent la supériorité de l'Adreno 330 sur son prédécesseur, l'Adreno 320 qui équipe l'Optimus G, mais aussi le Galaxy S4 ou le HTC One.

Autonomie


On attendait beaucoup du G2 sur l'autonomie, puisqu'il dispose d'une batterie de capacité à peine inférieure à celle du Galaxy Note 3, et des composants à peu près équivalents. Le constat est globalement positif : le G2 est tout de même moins endurant qu'un Galaxy Note 3, et semble notamment descendre plus rapidement en usage intensif. Il peut néanmoins tenir une bonne vingtaine d'heures en usage courant (web, appels, synchro mail et réseaux sociaux), et paraît surtout gérer les périodes d'inactivité avec efficacité.

Sur notre scénario de lecture vidéo HD (écran à 100%, son à 50%, Wi-Fi activé et Bluetooth désactivé), le G2 approche des 7 heures d'autonomie. Le Galaxy Note 3 reste tout de même un cran au-dessus.

benchmark : 294-3378


Conclusion


00b4000006806066-photo-lg-g2-visuel-1.jpg
Après plusieurs smartphones plutôt réussis (notamment les Optimus G et Optimus F5), LG parvient à frapper un grand coup avec le G2. Sur plusieurs aspects, il fait d'ailleurs mieux que son concurrent direct, le Galaxy S4 : l'écran grappille encore quelques dixièmes de pouces sur la coque, le processeur Snapdragon 800 le rapproche davantage des performances du Galaxy Note 3, et sa finition paraît sensiblement supérieure.

Il est cependant dommage que LG tombe dans les mêmes travers que Samsung au niveau du logiciel. Surcharger l'interface de fonctionnalités souvent accessoires ne fait qu'alourdir le système et rendre l'utilisation du smartphone plus complexe. À moins d'avoir des idées vraiment pertinentes, qui manquent ici, il serait vraiment bon que les constructeurs soient plus respectueux de la simplicité du « vrai » Android.

On pourra également émettre des doutes sur le placement des boutons au dos, qui se veut plus ergonomique, sans vraiment nous convaincre en pratique. Les avis sont cependant partagés sur ce point.

Ces défauts n'entachent que légèrement le bilan du G2. Ses performances, son autonomie et la qualité de son écran demeurent des arguments de poids pour un des meilleurs smartphones haut de gamme du moment. La question du choix entre le G2 et le Nexus 5 se pose toutefois. Partageant de nombreuses caractéristiques avec le G2, il intègre l'Android de Google, épuré de toute personnalisation, et de mises à jour immédiatement disponibles. Ça peut également peser dans la balance, mais le G2 semble reprendre l'avantage grâce à son appareil photo 13 Mégapixels, sa batterie de plus grande capacité, et son écran sensiblement plus grand.

LG G2 : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !


LG G2

Les plus
+ Qualité de l'écran
+ Très bonnes performances
+ Batterie endurante
+ Le grand écran, mais pas l'encombrement
Les moins
- Les boutons au dos : fausse bonne idée ?
- Interface surchargée
- Encore en Android 4.2
Fonctionnalités
Finition
Ergonomie
Autonomie
Puissance
4


Modifié le 17/09/2018 à 10h52

Les dernières actualités Smartphone Android

scroll top