HTC One : le renouveau de HTC ?

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
20 mars 2013 à 19h00
0
00FA000005745922-photo-t-l-phone-portable-htc-one-argent.jpg
HTC One
Caractéristiques principales
Système d'exploitationAndroid 4.1.2
Processeur / FréquenceCPU : Qualcomm Snapdragon 600 cadencé à 1,7 GHz
GPU : Adreno 320
Mémoire / StockageMémoire interne de 32/64 Go
Mémoire vive de 2 Go
Technologie d'écran et définitionEcran 4,7" LCD IPS de 1920x1080 pixels
Appareil photo4 mégapixels avec technologie UltraPixel, autofocus et Flash LED
GPSOui
Radio FMOui
Batterie2300 mAh intégrée
Dimensions 137,4 x 68,2 x 9,3 mm
Poids142 grammes


Un an après le One X et le One S, HTC revient avec le One, son nouveau smartphone phare. Un design haut de gamme, une fiche technique au top, des innovations intéressantes sur la partie photo. Une chance pour HTC de se refaire ?

Design et ergonomie

HTC nous a habitué depuis longtemps maintenant à une maîtrise du design et de la finition de ses smartphones. Le HTC One ne dément pas cette réputation, mais ne s'en contente pas : le smartphone impressionne au premier abord par sa finition et son minimalisme.

La coque du One mélange 3 matériaux : l'aluminium pour le dos et la façade, le verre pour l'écran, et un plastique mat pour la tranche et des liserés au dos du téléphone. Celui-ci est légèrement bombé, offrant une bonne prise en main, renforcée par le fait que les bords sont légèrement inclinés vers l'intérieur. En pratique, malgré les dimensions généreuses du One, qui arbore un écran de 4,7 pouces, le smartphone reste confortable à manipuler à une main dans la plupart des cas.



En revanche, ça n'est pas une surprise, HTC continue sur sa lancée des téléphones complètement scellés : pas de batterie amovible, ni de slot SD pour étendre la mémoire interne.

Le One dispose de 2 caméras, dont la principale a le bon goût, par rapport au One X, de ne pas dépasser de la coque. Cette volonté de ne rien voir dépasser des lignes s'avère en revanche moins adaptée aux boutons, qui sont du coup pas des plus pratiques.



L'autre bizarrerie concerne les touches virtuelles situées sous l'écran. HTC a eu l'étrange idée de supprimer la touche d'accès au multitâche : le bouton de retour à l'accueil se retrouve à droite comme sur ... aucun autre smartphone.

Dans l'ensemble, donc, on est séduit, mais à y regarder de plus près, on émet des doutes sur un des matériaux utilisé : le pastique mat des tranches. Il nous semble trop tendre, en témoignent les découpes déjà mises à mal du port Micro USB, du mini jack 3,5 mm et du trou permettant d'accéder au tiroir de la micro SIM. A la sortie de la boîte, on est conquis, mais qu'en sera-t-il dans un mois ? Le plastique blanc et mat (sur la version Silver que nous avons testée) nous rappelle de mauvais souvenirs de produits jaunissant facilement...

Composants

000000FA05529533-photo-snapdragon.jpg
Si HTC avait doté son précédent vaisseau amiral One X d'un SoC NVIDIA Tegra 3, laissant le Snapdragon S4 à son petit frère le One S, c'est bien un processeur Snapdragon qui équipe le HTC One. Et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit du S600, un des deux derniers processeurs mobiles de Qualcomm. La puce est équipée, pour sa partie CPU, de 4 cœurs Krait 300 à 1,7 GHz, et pour la partie graphique d'un Adreno 320. Si on restera sur notre faim pour ce dernier, l'Adreno 330 n'étant prévu que pour le futur Snapdragon S600, l'Adreno 320 reste à l'heure actuelle un GPU mobile performant.

Et le HTC One en aura besoin pour pousser du pixel, puisque l'écran, malgré sa taille de 4,7 pouces, affiche une définition Full HD (1920x1080 pixels) et donc une densité de pixels de 468 ppp, encore au dessus de l'XPeria Z de Sony. L'écran utilise la technologie Super LCD 3, et nous a paru offrir des couleurs naturelles et des angles de vision suffisamment larges.

Avec une fiche technique aussi pointue, on pourrait penser que HTC fasse partie des constructeurs à passer au 13 MP en ce qui concerne son appareil photo/vidéo, mais il n'en est rien : au contraire HTC se targue de ne pas suivre la course aux mégapixels avec un capteur 4 MPix, basé sur une technologie innovante sur le papier, baptisée Ultrapixel.

Derrière ce nom marketing un peu pompeux se cache une idée tout à fait louable. Plutôt que de multiplier les pixels sur le capteur, l'Ultrapixel consiste à utiliser un capteur de même taille que ceux des concurrents (1/3 de pouce) mais avec peu de pixels. Mathématiquement, ça donne des photosites plus gros, capables de recevoir plus de lumière (HTC annonce 300% de gain par rapport à un capteur 13 MP de même taille, comme ceux présents dans les Sony Xperia Z, LG Optimus G ou Samsung Galaxy S4). Le résultat ? Des nuances plus riches et des couleurs plus fidèles, en théorie.

01F4000005856336-photo-htc-one-ultrapixel.jpg


Cette technologie Ultrapixel n'est pas la seule différence avec les APN équipant les autres smartphones : HTC mise également sur une plus grande ouverture de la lentille, à F:2,0, qui permet là encore de faire rentrer plus de lumière (les ouvertures sont plus généralement à F:2,4 voire F:2,8) et donc d'obtenir de meilleurs résultats par faible luminosité. On verra plus bas si cela se vérifie dans la pratique. La webcam frontale gère le 1080p et permet de réaliser des images en 2,1 MP.

01F4000005856334-photo-htc-one-ultrapixel.jpg


Côté stockage, on dispose de 32 Go en standard, un modèle 64 Go étant également disponible. Pas de slot SD, comme sur les One X et One S : voilà qui décevra une fois de plus certains utilisateurs, même si là encore la capacité en standard assez élevée nuance ce choix. 2 Go de mémoire vive sont intégrés, une quantité désormais habituelle sur le haut de gamme

La partie modem gère toutes les bandes de la 4G, y compris celles utilisées en France. Wi-fi N, GPS, Bluetooth 4.0, NFC : tout est là, là encore pas de surprise par rapport à ce qu'on attend d'un smartphone haut de gamme moderne.

Interface et OS : Sense passe la 5e

HTC s'est toujours distingué par sa couche logicielle HTC Sense, qui vient modifier en profondeur l'interface d'Android, et le HTC One ne faillit évidemment pas à la règle, puisqu'il inaugure la nouvelle version 5 de Sense. Ce choix entraine cependant une première conséquence fâcheuse, et d'ailleurs difficilement justifiable : le téléphone est en Android 4.1.2 ! Pourquoi, alors que le One intègre une toute nouvelle surcouche, ne pas partir de la dernière version d'Android, comme le fera Samsung sur le Galaxy S4 ? Mystère !

0000015E05855814-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855816-photo-htc-one-screenshot.jpg


Quoi de neuf dans cette 5e version de Sense ? La refonte se caractérise à la fois par l'ajout de nouvelles fonctionnalités, et par un certain nettoyage dans l'existant. La principale nouveauté réside dans l'ajout d'un nouvel écran d'accueil, BlinkFeed, que l'on pourrait décrire comme une variante de Flipboard, mais avec un accès direct depuis l'accueil qui rappelle la philosophie de Windows Phone.

0000015E05855818-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855820-photo-htc-one-screenshot.jpg


Pas très original donc, mais plutôt bien intégré : l'écran inclut des sources d'information, ainsi que des actualités issues des réseaux sociaux (Facebook, Twitter et LinkedIn), ou encore des alertes (rendez-vous, émissions à venir...). En fait, BlinkFeed remplace les widgets précédemment inclus dans Sense, et qui disparaissent avec la version 5. Il ne manque qu'une fonctionnalité, et de taille : la possibilité d'ajouter ses propres flux !

0000015E05855822-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855824-photo-htc-one-screenshot.jpg


BlinkFeed n'est cependant qu'un des écrans d'accueil de l'interface : un balayage et on retrouve la série d'écrans d'accueil d'Android, que l'on peut peupler de raccourcis, dossiers et widgets. On note tout de même une refonte plus sobre de l'interface : les effets « carrousel » ont disparu, les éléments d'interface sont plus sobres, et c'est tant mieux, car « New Sense » s'intègre ainsi nettement mieux au style visuel épuré de Google depuis la version 4.

0000015E05855828-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855832-photo-htc-one-screenshot.jpg


Cela n'empêche pas HTC de prendre ses libertés avec le système de Google : on a vu plus haut le placement bizarre des touches virtuelles, mais ça ne s'arrête pas là. Ainsi, pour afficher les applications ouvertes, il faut effectuer un double tap sur le bouton de retour à l'accueil, tandis qu'un appui prolongé sur celui ci renverra vers Google Now. On notera au passage que ce sont les 2 raccourcis en vigueur sur iOS.

0000015E05855830-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855834-photo-htc-one-screenshot.jpg


De même, le menu des applications utilise un défilement vertical, une sorte de retour vers Android pré 4.0. On appréciera en revanche la facilité de personnalisation dudit menu : pas de mode spécifique à activer, on peut déplacer et organiser librement les icônes des applications !

0000015E05855836-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855838-photo-htc-one-screenshot.jpg


HTC fait aussi le ménage dans les options de personnalisation : les thèmes disparaissent, ainsi que les différents profils d'écrans d'accueil, remplacés par... des profils d'écran de verrouillage. On aimait l'idée de pouvoir disposer de plusieurs espaces selon les usages, mais les écrans de verrouillage partent également d'une bonne idée, selon qu'on ait envie d'y afficher des notifications, ou plutôt d'accéder à son lecteur musical. On peut ainsi naviguer entre les morceaux et les albums sans déverrouiller son téléphone : plutôt pratique !

0000015E05855840-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855842-photo-htc-one-screenshot.jpg


D'une manière générale, HTC a fait du bon boulot sur cette nouvelle version de Sense : on apprécie le nettoyage opéré du côté de l'interface, épurée mais pas austère, et si on regrette la disparition de certaines fonctionnalités, le tout s'avère cohérent et bien intégré avec le système. Les puristes continueront à regretter ces personnalisations assez profondes, mais elles nous semblent pertinentes et bien exécutées.

Internet et multimédia

Alors qu'Adobe a abandonné le développement de Flash pour Android, HTC intègre encore un plug-in dans son navigateur : on peut ainsi voir certains contenus s'afficher sur les sites testés, même si les vidéos sont visiblement lues par le lecteur vidéo HTML5 et non le player intégré au site.

0000015E05855850-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855852-photo-htc-one-screenshot.jpg


Pour le reste, le navigateur proposé en standard par HTC se montre parfaitement fluide et agréable à utiliser : il s'intègre davantage au reste de HTC Sense que Chrome, qui est évidemment pré-installé sur le terminal. Les performances en Javascript semblent également au rendez-vous : le One réalise de très bons scores notamment sous Sunspider.

Côté réseaux sociaux, on a vu que BlinkFeed permet de consulter instantanément ses actualités Facebook et Twitter mais HTC préinstalle également les clients des 2 réseaux sur le One. C'est une bonne idée pour le grand public, mais ça agacera les power users qui n'en ont pas besoin. On peut certes désactiver les applications, mais pas les désinstaller complètement.

0000015E05855864-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855866-photo-htc-one-screenshot.jpg


On retrouve évidemment les 2 clients mail : Gmail, ainsi que le client POP/IMAP/Exchange. Rien à signaler sur ce point...

0000015E05855858-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855862-photo-htc-one-screenshot.jpg


Côté multimédia, on a du bon et du moins bon. On commence par le positif : le smartphone dispose de deux enceintes stéréo de bonne qualité (pour un smartphone), que la technologie Beats Audio intégrée exploite plutôt bien. Les téléphones proposant un rendu aussi puissant et riche sur leurs haut parleurs intégrés sont rares, et c'est particulièrement appréciable pour les jeux ou les vidéos.

0000015E05855870-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855876-photo-htc-one-screenshot.jpg


L'écoute au casque est tout aussi claire, ça sonne, et le lecteur audio de HTC fait le job et même un peu plus : récupération des pochettes et des paroles, visualisations, léger fondu entre les titres, compatibilité FLAC, il ne manque que la lecture « gapless » pour se passer d'un lecteur alternatif comme Poweramp.

De même, le lecteur vidéo pourrait se suffire à lui-même... S'il acceptait de lire les pistes son de nos MKV de test. BS Player, sur le même terminal et avec les mêmes fichiers, s'acquitte parfaitement de la tâche. Dommage que HTC fasse moins bien que Samsung ou LG sur ce point. En revanche, il gère très bien la lecture en DLNA sur les périphériques compatibles, ainsi que la sortie vidéo via le port Micro USB et un adaptateur MHL.

01F4000005855884-photo-htc-one-screenshot.jpg


Plus originales, l'intégration d'une application TV, qui profite d'une caractéristique du One : le téléphone joue le rôle d'émetteur infrarouge. L'application propose un mode télécommande « classique » avec boutons virtuels, ainsi qu'un guide des programmes permettant de basculer sur la bonne chaîne en un tap, selon les informations de fournisseurs de programmes que vous avez renseignées.

0000015E05855888-photo-htc-one-screenshot.jpg
0000015E05855890-photo-htc-one-screenshot.jpg

Photo et vidéo

HTC a pris le parti depuis les One X et One S notamment, de mettre l'accent sur sa couche photo, et le One n'y fait pas exception. On retrouve tout ce qu'on a l'habitude de voir sur un smartphone Android digne de ce nom : réglages manuels des ISO, de l'exposition, ou encore de la balance des blancs, panorama, retardateur, scènes, grille de composition ou encore capture photo pendant les vidéos.

La petite innovation de HTC, sur le One, réside dans Zoe : une fonctionnalité qui permet de capturer une série d'images après l'appui sur le déclencheur mais aussi avant, de manière à « remonter le temps »... Un sujet très actifs, comme un enfant, par exemple, pourra être photographié plus sereinement. La visionneuse permet ensuite de choisir le meilleur cliché dans la sorte de rafale capturée.

01F4000005856402-photo-htc-one-zoe.jpg


HTC, on l'a vu, mise sur sa technologie Ultrapixel pour produire des photos de qualité, notamment en basse luminosité, au détriment d'une définition élevée. Ce choix s'avère-t-il pertinent en pratique ? D'abord, il nous faut préciser que le constructeur nous a fait une petite frayeur en nous livrant un modèle de test dont les photos étaient bien médiocres, souffrant notamment d'un flou prononcé (comprendre brouillon) sur certaines parties de l'image.

Heureusement, ce défaut est absent du modèle définitif que nous avons reçu quelques jours plus tard. Alors, l'Ultrapixel tient-il toutes ses promesses ? Oui et non ! Sur les photos réalisées, on constate effectivement que les couleurs sont très fidèles, et l'image est globalement propre et précise, autant que faire se peut avec un capteur 4 MPix. Mais il ne faut pas espérer de miracle pour autant, 4 mégapixels ça reste un peu chiche pour obtenir des photos vraiment détaillées. On le remarque sur notre scène : certes les parties les plus sensibles comme les pinceaux restent bien détachées, mais le texte devient difficilement lisible car trop petit.


0258000005856158-photo-htc-one-photo-scene-resize.jpg

012C000005856160-photo-htc-one-photo-scene-detail-1.jpg
012C000005856162-photo-htc-one-photo-scene-detail-2.jpg


Sur nos photos en extérieur, on remarque une tendance à l'accentuation de netteté un poil trop prononcée. Dans l'ensemble, les photos restent exploitables, mais surtout pour une publication sur le Web ou les réseaux sociaux. En outre, la taille des photos pose problème pour leur recadrage : on peut facilement tailler dans une image de 8 MPix, moins dans 4 MPix (2048 x 1520 pixels)...

0258000005856152-photo-htc-one-photo-exterieur-resize.jpg

012C000005856154-photo-htc-one-photo-exterieur-detail-1.jpg
012C000005856156-photo-htc-one-photo-exterieur-detail-2.jpg


Concernant les performances en faible luminosité en revanche, le HTC One tient ses promesses. Il est évidemment difficile de réaliser des prouesses dans ses conditions, mais malgré un bruit présent et une mise au point aléatoire, les images obtenues restent très correctes, bien lumineuses et vite capturées.

0258000005856168-photo-htc-one-photo-scene-basse-luminosite-resize.jpg

012C000005856164-photo-htc-one-photo-scene-basse-luminosite-769-detail-1.jpg
012C000005856166-photo-htc-one-photo-scene-detail-2.jpg


Côté vidéo, pas grand chose à redire, à part peut-être un autofocus parfois un peu lent à la détente : les vidéos 1080p sont fluides, propres, et les couleurs pêchues. De quoi capturer de bons souvenirs !

Performances

Afin d'évaluer les performances du HTC One, nous l'avons soumis à plusieurs outils de benchmark. Tous ne sont pas disponibles sur toutes les plateformes, ce qui explique l'absence de certains terminaux, notamment sous Windows Phone, dans certains tests.

Geekbench 2

Geekbench réalise une série d'opérations sur le processeur et la mémoire vive, et en tire plusieurs scores dont un score global que nous reproduisons dans ce test.

Benchmark : 218-2618


Pas de doute, le Snapdragon 600 fait forte impression : le HTC One dépasse tous les smartphones testés jusqu'ici.

Quadrant

Le benchmark Quadrant est un autre outil synthétique qui, en plus du processeur et de la mémoire, mesure aussi les performances de l'affichage (2D et 3D) et des entrées/sorties.

Benchmark : 218-2620


Même constat avec Quadrant : le HTC One supplante les meilleurs modèles en S4 Pro comme les récents Sony XPeria Z et LG Optimus G.

SunSpider

SunSpider est le benchmark des auteurs du moteur de rendu Webkit. Le test consiste en une série d'opérations Javascript, et renvoie la durée totale nécessaire à leur exécution en millisecondes. Le plus petit résultat est donc le meilleur.

Benchmark : 218-2616


Sur Sunpider, le constat est intéressant, car si le One offre un des meilleurs résultats obtenus sur un smartphone Android, il reste un tout petit peu moins performant que les Windows Phone 8 qui utilisent pourtant un « simple » S4 double cœur.

GL Benchmark

GL Benchmark propose un certain nombre de tests mesurant les performances du GPU, dont la scène Egypt HD que nous utilisons ici, en mode offscreen afin de ne pas tenir compte des définitions d'écran différentes.

Benchmark : 218-2622


Alors que l'Adreno 320 du S600 est le même que celui du S4 Pro, le HTC One fait tout de même mieux que l'Optimus G ou l'Xperia Z.

Autonomie en vidéo

Pour évaluer l'autonomie en lecture vidéo du HTC One, nous utilisons une vidéo au format MP4 en 720p que nous lisons jusqu'à extinction du smartphone. L'écran est réglé à 100% et le volume sur une valeur médiane. Le Wi-fi est activé et le Bluetooth désactivé.

Benchmark : 218-2718


Le HTC One sur ce test reste nettement en dessous d'un Galaxy S3 ou d'un Ativ S de Samsung. L'écran Super LCD semble des plus gourmands lorsqu'on l'utilise de manière intensive, et on remarque au passage une certaine tendance à la chauffe. L'autonomie en utilisation courante semble meilleure mais pas non plus exceptionnelle : le téléphone finit sa journée d'utilisation entre 35 et 40% d'autonomie.

Conclusion

000000C805507331-photo-award-coup-de-coeur.jpg
La faculté qu'a HTC pour sortir des téléphones séduisants, comme le HTC Windows Phone 8X, n'est plus à prouver, et le HTC One se montre digne de cette réputation. Arrivé dans nos locaux, le smartphone a fait forte impression sur tous ceux qui l'ont eu entre les mains. Difficile de rester insensible à un design et une finition aussi réussis, même si certains détails comme la qualité du plastique utilisé pour les contours nous semblent jurer un peu par rapport à la qualité des autres matériaux.

HTC ne s'est d'ailleurs pas contenté de privilégier la beauté de son téléphone : l'ergonomie est également soignée. Le One offre une très bonne prise en main grâce à des formes bien étudiées et un ratio d'écran qui nous semble un très bon compromis entre espace disponible et confort d'utilisation.

La fiche technique fait elle aussi un quasi sans faute. Le SoC Snapdragon 600 affiche, sur les benchmarks, les meilleures performances qu'on ait vu sur un smartphone à l'heure actuelle, l'écran Full HD est de très bonne qualité, et on est assez bluffé par le son issu des haut-parleurs stéréo. Côté logiciel, la version 5 de Sense est une évolution réussie, misant sur davantage de simplicité, tout en ajoutant quelques nouveautés assez bien intégrées comme le flux d'actualités BlinkFeed, ou les écrans de verrouillage personnalisables.

000000C805729322-photo-htc-one.jpg
Tout n'est pas parfait pour autant, et si on attendait beaucoup (trop ?) de la technologie Ultrapixel du capteur photo, les résultats obtenus par l'appareil 4 MPix du téléphone, sans être mauvais, déçoivent quelque peu. C'est propre, réaliste, et performant en faible luminosité... Mais ça reste du 4 MPix, exploitable sur les réseaux sociaux mais pas en impression. Un compromis, peut-être à 6-7 MPix n'aurait-il pas été préférable ?

En outre, si on passera sur les modifications pas toujours cohérentes apportées à l'expérience d'Android, c'est surtout le suivi des mises à jour du One qui nous inquiète : le smartphone a déjà une version de retard, et qui dit couche Sense dit un potentiel de retard supplémentaire. HTC a rarement fait preuve d'une grande réactivité sur ce point, et si les fonctionnalités présentes en standard couvrent déjà de nombreux usages, on aurait du mal à conseiller l'achat d'un HTC One aux utilisateurs soucieux de rester à la pointe d'Android...

Malgré ces réserves, le HTC One reste un très bon smartphone. La somme de ses qualités dépassant nettement nos réserves. Reste la question épineuse du choix entre le One et le futur Galaxy S4 pour les utilisateurs à la recherche d'un smartphone haut de gamme : dans la mesure où on sait à présent que le modèle français de ce dernier sera également équipé d'un S600 (certes à cadence plus élevée), le choix s'effectuera sans doute selon les priorités de chacun. Si vous considérez l'absence de batterie amovible et de slot SD comme rédhibitoire, ou si vous privilégiez la richesse des fonctionnalités par rapport à la finesse du design et l'élégance de l'interface, il sera peut-être préférable d'attendre la sortie du S4, d'autant plus que HTC est déjà en retard sur son planning de sortie, le téléphone n'étant pas disponible avant début avril. Le HTC One est en tous cas une réussite, qui a son prix (plus de 600 euros), mais qui réunit d'indéniables qualités en un tout cohérent.



HTC One

8

Les plus

  • Excellentes performances
  • Design et ergonomie soignés
  • Connectivité complète
  • Interface cohérente et agréable

Les moins

  • APN un peu décevant
  • Suivi des MAJ sur le long terme ?
  • Autonomie mise à mal par l'écran

Fonctionnalités8

Finition9

Ergonomie9

Autonomie6

Puissance10



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Google lance officiellement Keep, son concurrent d'Evernote
Info US de la nuit : changement pour eBay, BlackBerry au top, nouveauté pour Google
Yahoo! rachète puis ferme la jeune pousse Jybe
Google met à jour Currents, son lecteur de flux sur Android
Les gif animés font leur entrée sur Google Images
Free Mobile pourrait retourner sa veste concernant les mobiles subventionnés
Microsoft annonce la disponibilité de Windows Embedded 8 Standard et Pro
Amazon : un cloud privé à 600 millions de dollars pour la CIA
Toshiba : nouveaux téléviseurs et lecteurs de Blu-ray, Ultra HD en vue
Wacom Cintiq 13HD : une tablette graphique à écran Full HD de 13 pouces
Haut de page