FaceApp et son filtre vieillissant peuvent réutiliser vos photos à l'envi

Pierre Crochart
Expert smartphone & gaming
17 juillet 2019 à 12h46
0
FaceApp
© FaceApp

En plein regain de popularité depuis que d'innombrables célébrités postent des photos d'eux grimés en personnes âgées, l'application FaceApp est un tombeau ouvert pour vos données personnelles.

Lancée en 2017, FaceApp permet - gratuitement - d'utiliser l'intelligence artificielle pour modifier ses traits de façon importante. Changer de sexe, devenir chauve ou, au contraire, s'imaginer avec des cheveux longs. L'un des filtres les plus populaires de l'application permet de se contempler à 70 ans, et il est actuellement en train de (re)faire décoller l'application.

FaceApp
Exemples d'utilisation des filtres FaceApp. © FaceApp

En utilisant FaceApp, vous cédez tous vos droits en matière d'image à l'éditeur

Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver l'anguille sous la roche. Les conditions d'utilisation de l'application éditée par Wireless Lab (consultables ici) sont très claires. Utiliser FaceApp, c'est céder tous vos droits en matière d'image à l'éditeur de l'application.

FaceApp
Les conditions d'utilisation de FaceApp stipule que vous renoncez à tout droit concernant vos photos. © FaceApp

Comme l'indiquent sans ambages les CGU, dès lors que vous utilisez FaceApp pour vous prendre en photo et la partager, « vous accordez à FaceApp votre consentement pour l'utilisation de votre Contenu Utilisateur, peu importe s'il inclut votre nom, une ressemblance, votre voix ou persona, et qu'il soit suffisamment précis pour connaître votre identité ».


 « Si c'est gratuit, c'est toi le produit »

Comment sont utilisées les données ainsi récoltées par FaceApp ? La page dédiée à la politique de confidentialité est peu claire, sinon généraliste. Vendues à des annonceurs, celles-ci servent en partie à proposer de la publicité ciblée. Les images sont aussi partagées au sein des autres entreprises du groupe à des fins de « développement et test de nouveaux produits et fonctionnalités ».

Au chapitre abordant la question du stockage de ces données, aucune mention n'est faite d'un chiffrage quelconque. Pire, la clause de confidentialité indique ne pas pouvoir « garantir la sécurité d'aucune information que vous transmettez à FaceApp ou garantir que les informations du Service ne puissent être accessibles, dévoilées, altérées ou détruites ».

Des polémiques en pagaille

Ce n'est pas la première fois que FaceApp est épinglé pour des pratiques éthiques douteuses. En août 2017, l'application avait mis en ligne une série de filtres « ethniques » permettant à ses utilisateurs de se grimer en personne d'origine asiatique, africaine, caucasienne ou encore indienne. Des transformations évidemment basées sur de nombreux stéréotypes qui lui ont valu des accusations de racisme. Acculé, l'éditeur avait finalement décidé de retirer les filtres.

Mais dès son lancement, FaceApp avait déjà suscité un tollé avec un filtre censé rendre ses utilisateurs plus « sexy ». Par quel prodige ? En leur lissant les traits et... en leur blanchissant la peau. Les personnes de couleur apprécieront.

FaceApp
Le filtre « sexy » se contente ici de blanchir la peau de l'acteur Idris Elba. © Jessica Lea

Via : Game Rant
6
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Sony : la PS5 sera remplacée plus rapidement que la PS4, une version Pro prévue pour 2023

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top