Zuckerberg, absent de son audition liée aux fake news, rend furieux les députés britanniques

Alexandre Boero Contributeur
28 novembre 2018 à 17h59
0
zuckerberg absent.jpg
DCMSC

Mark Zuckerberg était convoqué devant le Parlement britannique, mardi. Mais le président de Facebook a brillé par son absence, ce qui a provoqué la colère noire des députés. La France voulait aussi entendre le grand manitou des réseaux sociaux.

Ce mardi, les députés britanniques ont essuyé une lourde déception - attendue certes - en remarquant l'absence de Mark Zuckerberg devant la chambre basse du Parlement britannique, où il était invité à s'exprimer sur les récents scandales qui égratignent l'image de son entreprise, Facebook. Au lieu de ça, c'est le vice-président de Facebook et accessoirement responsable de la politique publique de l'entreprise, Richard Allan, qui a fait le déplacement.

Fake news et désinformation... Mark Zuckerberg était attendu


Le 27 novembre, Mark Zuckerberg était très attendu. Le boss de Facebook est, depuis plusieurs mois, dans le collimateur de la Commission britannique sur le numérique, la culture et les médias (DCMSC) de la Chambre des communes. Il n'est pas certain que son absence ait arrangé les choses. Le Parlement britannique voulait des réponses dans le cadre d'une enquête sur les fake news et la désinformation.

Lors de cette réunion, en plus des parlementaires britanniques, les représentants de neuf autres pays, parmi lesquels la France, le Canada, l'Argentine et le Brésil, brûlaient d'envie de titiller Mark Zuckerberg sur les pratiques douteuses de son entreprise.

« Nous avons mis à mal la confiance que le monde pouvant avoir en Facebook »


S'agissant de l'audition en elle-même, Richard Allan, représentant désigné de Facebook, a tout de même mis de l'eau dans son vin au nom de son patron. « Je ne vais pas vous contredire : nous avons mis à mal la confiance que le monde pouvait avoir en Facebook, en raison de certaines actions de notre part ». Le premier pas vers la rédemption ? Pas vraiment...


Tour à tour, les représentants des dix pays assistant à la réunion se sont exprimés. La sénatrice française Catherine Morin-Desailly a livré son jugement en matière de protection de données, qu'elle qualifie de scandaleuse chez Facebook. Le parlementaire irlandais Eamon Ryan, de son côté, parle d'une « injustice fondamentale »> lorsqu'il évoque l'accès à des données d'utilisateurs de Facebook par des entreprises tierces.

Quant à l'ingérence russe de 2014, date à laquelle un ingénieur avait averti Facebook d'un siphonnage de masse des données utilisateurs Facebook depuis la Russie, Richard Allan n'a pas été des plus exhaustifs, affirmant ne détenir que des informations « au mieux partielles, au pire potentiellement trompeuses ». Un peu plus tard, Facebook a confirmé à nos confrères de Bloomberg ne pas avoir « trouvé de preuve qu'il s'agissait bien d'activités suspectes en provenance de Russie ». Facebook devrait communiquer rapidement et plus amplement sur le sujet dans les prochains jours.



4 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top