Mark Zuckerberg, le milliardaire qui n’aime pas l’argent ? 5 questions à… Daniel Ichbiah

Par
Le 11 novembre 2018
 0
mark zuckerberg hero

Daniel Ichbiah vient de publier sa biographie de Mark Zuckerberg. L'écrivain et journaliste va vous donner envie d'en savoir plus sur le créateur et dirigeant de Facebook !

Mark Zuckerberg, c'est tout et son contraire. Un milliardaire qui ne se fait pas à l'argent, un collecteur de données qui veut « aider son prochain », un génie qui a connecté plus de deux milliards de personnes mais qui serait presque asocial.

À 34 ans, le natif de White Plains est un paradoxe qui pourrait bien, un jour et malgré les scandales que son bébé Facebook provoque, caresser un destin présidentiel. Qui est vraiment Mark Zuckerberg ? Comment est-il perçu par ceux qui ont pu croiser sa route ? Comment le comparer à d'autres géants de sa trempe ? Pour le savoir, nous avons eu le plaisir d'interviewer l'auteur de Mark Zuckerberg, la biographie, l'écrivain et journaliste Daniel Ichbiah, spécialiste du genre.

Pour que vous puissiez survoler ses réponses en un coup d'œil, nous avons raccourci ces dernières. Mais si vous avez quelques minutes supplémentaires devant vous, vous pouvez retrouver l'interview dans sa totalité juste en-dessous.

5 questions à Daniel Ichbiah, auteur de Mark Zuckerberg, la biographie

Clubic : Avouons que ce n'est pas tous les jours qu'on retrouve une biographie sur une personne qui a un peu plus de 30 ans...

Daniel Ichbiah : Mark Zuckerberg a créé Facebook en 2004, et 14 ans plus tard, il est l'une des trois plus grandes fortunes mondiales. C'est assez incroyable en soi, et ce qui l'est tout autant, c'est qu'il n'a pas adopté le mode de vie des « très riches ». Souvent, le meilleur moment de la vie, c'est d'être étudiant et de vivre des moments avec ses potes. Zuckerberg semble vouloir prolonger ça le plus longtemps possible. Pendant de nombreuses années, on aurait pu penser à la réincarnation d'un moine bouddhiste. Il ne montre pas sa richesse.

Zuckerberg est un homme qui aime construire, qui pourrait même avoir un destin extraordinaire...

C'est quelqu'un qui aime accomplir, ce qui est une notion très américaine d'ailleurs. C'est pour ça qu'on parle de lui comme d'un futur président des États-Unis. En 2006, il y a eu un changement dans les clauses de Facebook, qui lui donne la possibilité de pouvoir prendre un congé d'absence de l'entreprise pour servir le gouvernement, tout en restant le PDG de Facebook. Cette petite ligne nous fait penser qu'il laisse la porte ouverte.

« Il faudrait qu'il ait un peu plus de poigne »


Comment vous avez pu vous documenter sur lui, comment êtes-vous parvenu à approcher son entourage ?

Grâce à Facebook, aux mails, on peut rentrer en contact avec des tas de gens. C'est plus facile aujourd'hui qu'il y a quelques années. Il y a des gens qui répondent plus facilement à leurs mails qu'au téléphone par exemple. Mais les entreprises sont plutôt fermées, comme Facebook. Tenez par exemple, toutes les semaines, il y a une réunion des employés de Facebook. Jamais un mot n'a filtré de ces réunions, sauf une fois, et Mark Zuckerberg s'était juré d'identifier la « balance » et de l'expulser de l'entreprise. Très peu de temps après, cette même personne a été licenciée.

Quels sont ses principales qualités selon vous ?

Il a ce côté Monsieur Tout-le-monde qui a pour conséquence une absence de charisme par rapport à un Steve Jobs ou un Bill Gates. Mark Zuckerberg est une personne d'une grande humilité. S'il s'énerve, et ça peut arriver, il va très vite vous dire qu'il est désolé, un peu comme un enfant qu'on aurait pu surprendre en train de faire une bêtise. S'il devient président des États-Unis, il faudrait qu'il ait un peu plus de poigne. Les anciens employés de Facebook sont extrêmement respectueux de Zuckerberg, car ils ont le sentiment d'avoir été traités avec beaucoup de respect.

Au cours de vos nombreuses recherches, avez-vous appris quelque chose qui vous a déçu sur Mark Zuckerberg ?

On sait qu'il a tenu des propos assez durs sur la messagerie AIM, des conversations privées qui ont par la suite été dévoilées par Business Insider. Il a notamment dit avoir piraté le site de ses concurrents, les frères Winklevoss. Après... si on se met à diffuser au public les messages privés que tous les dirigeants échangent, ce ne serait glorieux pour presque personne, surtout que ce n'est pas destiné à être révélé au départ. Tout ça contraste un peu avec la candeur que Zuckerberg manifeste, mais on peut dire qu'il s'agissait d'erreurs de jeunesse.
Modifié le 11/11/2018 à 22h59
scroll top