Données personnelles : Mark Zuckerberg s'engage à rendre Facebook "plus transparent"

Par
Le 30 novembre 2011
 0
012c000003587068-photo-mark-zuckerberg.jpg
En réponse aux nouvelles polémiques autour de la façon dont Facebook utilise les données personnelles de ses utilisateurs, Mark Zuckerberg, le fondateur du célèbre réseau social, a publié un billet de blog dans lequel il s'engage a plus de transparence.

Face à l'annonce d'une modification imminente de la directive européenne 95/46/CE sur la protection des données personnelles visant, entre autres, à interdire les publicités ciblées sans accord des utilisateurs, il fallait s'attendre à une réponse officielle de Facebook, cible de choix dans cette affaire. Et elle n'a pas tardé : c'est Mark Zuckerberg lui-même qui a pris la plume pour défendre la politique du réseau social dans un long billet de blog.

Le fondateur de Facebook y admet avoir « commis quelques erreurs » en matière de politique de confidentialité, citant par exemple le dédale monumental créé l'année dernière lors de la refonte des paramètres utilisateurs, largement corrigé depuis. « Malheureusement ces erreurs au cours de nos développements ont souvent fait de l'ombre aux efforts et améliorations que nous avons faits et que nous continuons à développer » ajoute-t-il.

« Facebook a toujours cherché à être transparent sur les informations que vous partagez avec nous et nous avons mené la danse sur Internet dans la mise en place d'outils permettant aux utilisateurs de voir et de contrôler facilement les contenus qu'ils partagent en ligne. Mais nous pouvons toujours faire mieux. Je m'engage à ce que Facebook devienne le leader en termes de transparence et de contrôle de la confidentialité » promet Mark Zuckerberg.

La charrue avant les boeufs ?

Une promesse ambitieuse mais qui, en réalité, s'avère nécessaire pour le réseau social, qui ne fait que prendre les devants vis-à-vis de la décision de l'Union Européenne... mais également de la FTC, qui a officialisé un accord avec Facebook, consistant en des audits réguliers pendant 20 ans. « Ces accords permettent de créer un cadre formalisant la manière donc les entreprises doivent aborder la confidentialité aux Etats-Unis et dans le monde entier » explique la note de blog.

Mark Zuckerberg profite de cette longue profession de foi pour annoncer la création de « deux nouveaux postes de cadres » affiliés aux problématiques de sécurité. Le premier n'est cependant pas une réelle nouveauté puisqu'il concerne la nomination de l'avocate Erin Egan au poste de responsable de la confidentialité, secteur vie privée, une information connue depuis le mois de septembre et qui confirme qu'une telle annonce couvait depuis quelques temps. Le second concerne un poste similaire mais dédié au secteur produit, occupé par Michael Richter, ancien chef conseiller vie privée. « Ces deux fonctions renforceront les processus qui garantissent que le contrôle de la confidentialité fait bien partie des produits et politiques de Facebook » ajoute Zuckerberg.

Concrètement, il va falloir sans doute attendre un peu pour voir les premiers effets des changements que compte opérer le chef de file de Facebook et son équipe. Si ce long discours témoigne a première vue d'une volonté de transparence, il ne faut néanmoins pas oublier qu'il résulte avant tout d'une obligation pour Facebook, mis au pied du mur par la Federal Trade Commission et l'Union Européenne. Et avec les récentes rumeurs évoquant une intronisation du réseau social en Bourse début 2012, on se doute que ce dernier ne veut pas voir se relancer une houleuse polémique concernant le sujet brûlant de la vie privée sur Internet.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top