Sur Twitter, Elon Musk tease de nouvelles annonces Neuralink cette année

05 février 2020 à 14h47
0
neuralink
© YouTube / Neuralink

Comme à son habitude, Elon Musk s'est emparé de Twitter pour faire de nouvelles annonces. Il a ainsi affirmé que la prochaine version de l'interface cerveau-ordinateur Neuralink était « géniale » et, surtout, qu'elle pourrait être testée sur un humain dès cette année.

Cette annonce n'est pas surprenante, puisque Musk avait déclaré en juillet 2019 que le dispositif était prêt pour être testé sur l'Homme, et qu'il avait déjà fonctionné avec succès sur un singe, lui permettant de contrôler un ordinateur depuis son cerveau.



Un test sur l'être humain dès cette année ?

C'est en rejoignant un thread Twitter que le magnat de la technologie a donné plus d'informations sur Neuralink. En plus de détailler la technologie, il en a également profité pour annoncer qu'elle serait implantée pour la première fois sur un humain prochainement : « L'impact profond des interfaces neuronales [ ... ] est largement sous-estimé. Neuralink pourrait être installée sur l'Homme dès cette année ».


Neuralink a principalement vocation à améliorer la recherche médicale, et pourrait grandement améliorer le quotidien des personnes paralysées. Dans un autre tweet, Musk a expliqué que le dispositif pourrait « compenser des sections entières du cerveau, perdues en raison d'un accident vasculaire cérébral, d'un accident ou d'une maladie congénitale ». Selon le milliardaire, son potentiel est « révolutionnaire pour restaurer les fonctions cérébrales et motrices ».



La route est encore longue

À terme, l'interface pourrait dépasser le domaine médical, puisqu'Elon Musk avait affirmé qu'elle permettrait aux humains de rester à la hauteur des intelligences artificielles en fusionnant avec elles.

La mise en place des implants sera effectuée par un robot qui fera une incision de 2 à 8 millimètres avant de la refermer sans point de suture, ce qui rend Neuralink bien plus attrayant que Utah Array, un dispositif similaire beaucoup plus invasif. Selon la start-up de Musk, l'intervention sera sécurisée et n'entraînera quasiment aucune douleur.


Si un test pourrait donc avoir lieu cette année, nous sommes encore loin d'une démocratisation de Neuralink : « Tout d'abord, nous devons le rendre extrêmement sûr et facile à utiliser, puis déterminer sa plus grande utilité par rapport au risque potentiel. Du travail initial, à la production en volume, à l'implantation, la route est longue », a souligné Elon Musk dans un autre tweet.

Il devrait logiquement s'exprimer à nouveau sur le sujet dans les prochains mois.

Source : CNET
Modifié le 05/02/2020 à 14h51
0
1
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Renault accuse une perte nette de 141 millions d'euros en 2019
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
L'Europe s'est équipée de parcs éoliens offshore d'une capacité record de 3,6 GW en 2019
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février
L'iPhone 11 Pro émet deux fois plus de radiations que la limite recommandée
Le Batman interprété par Robert Pattinson se dévoile en vidéo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top