Sur Twitter, Elon Musk tease de nouvelles annonces Neuralink cette année

05 février 2020 à 14h47
0
neuralink
© YouTube / Neuralink

Comme à son habitude, Elon Musk s'est emparé de Twitter pour faire de nouvelles annonces. Il a ainsi affirmé que la prochaine version de l'interface cerveau-ordinateur Neuralink était « géniale » et, surtout, qu'elle pourrait être testée sur un humain dès cette année.

Cette annonce n'est pas surprenante, puisque Musk avait déclaré en juillet 2019 que le dispositif était prêt pour être testé sur l'Homme, et qu'il avait déjà fonctionné avec succès sur un singe, lui permettant de contrôler un ordinateur depuis son cerveau.



Un test sur l'être humain dès cette année ?

C'est en rejoignant un thread Twitter que le magnat de la technologie a donné plus d'informations sur Neuralink. En plus de détailler la technologie, il en a également profité pour annoncer qu'elle serait implantée pour la première fois sur un humain prochainement : « L'impact profond des interfaces neuronales [ ... ] est largement sous-estimé. Neuralink pourrait être installée sur l'Homme dès cette année ».


Neuralink a principalement vocation à améliorer la recherche médicale, et pourrait grandement améliorer le quotidien des personnes paralysées. Dans un autre tweet, Musk a expliqué que le dispositif pourrait « compenser des sections entières du cerveau, perdues en raison d'un accident vasculaire cérébral, d'un accident ou d'une maladie congénitale ». Selon le milliardaire, son potentiel est « révolutionnaire pour restaurer les fonctions cérébrales et motrices ».



La route est encore longue

À terme, l'interface pourrait dépasser le domaine médical, puisqu'Elon Musk avait affirmé qu'elle permettrait aux humains de rester à la hauteur des intelligences artificielles en fusionnant avec elles.

La mise en place des implants sera effectuée par un robot qui fera une incision de 2 à 8 millimètres avant de la refermer sans point de suture, ce qui rend Neuralink bien plus attrayant que Utah Array, un dispositif similaire beaucoup plus invasif. Selon la start-up de Musk, l'intervention sera sécurisée et n'entraînera quasiment aucune douleur.


Si un test pourrait donc avoir lieu cette année, nous sommes encore loin d'une démocratisation de Neuralink : « Tout d'abord, nous devons le rendre extrêmement sûr et facile à utiliser, puis déterminer sa plus grande utilité par rapport au risque potentiel. Du travail initial, à la production en volume, à l'implantation, la route est longue », a souligné Elon Musk dans un autre tweet.

Il devrait logiquement s'exprimer à nouveau sur le sujet dans les prochains mois.

Source : CNET
Modifié le 05/02/2020 à 14h51
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Premier vol habité de Crew Dragon : un décollage historique réussi, à revoir en replay !
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Un supercalculateur a simulé l'impact qui aurait fait disparaître les dinosaures
StopCovid : l'Assemblée nationale adopte officiellement l'application, qui sera disponible dès ce week-end
Porsche va devoir limiter les ventes de la Taycan pour réussir à contenter les clients
Bouygues Telecom lance une offre dématérialisée, avec une box incluse dans les Smart TV Samsung
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
scroll top